Dounia-Joy’s book club, récapitulatif de février et thème du mois de mars !

Ce mois-ci, le thème du club de lecture était « un avis sur un livre fantasy / fantastique ou science-fiction » ou « un avis basé sur une histoire vraie ».
Voici les chroniques des participantes de ce mois-ci que je remercie encore de faire vivre mon petit club et qui je l’espère sont toujours ravies de pouvoir partager leur avis !

Ma vie, mes humeurs : Yasmine a choisi un roman fantastique, la sage du « Livre sans nom », paru de manière anonyme. « Santa Mondega, une ville du sud des États-Unis proche de la frontière mexicaine, oubliée du reste du monde et connue des habitants pour être la ville la plus dangereuse du monde. Tout commence avec la venue d’un homme étrange encapuchonné au Tapioca, un bar local. L’étranger commande un bourbon et après une démonstration de l’hospitalité locale, le boit et… tout ce que l’on sait c’est que les seuls survivants sont l’étranger et Sanchez, patron du bar. Loin de là, deux moines d’Hubal, nommés Kyle et Peto, reçoivent une mission : ils doivent se rendre à Santa Mondega pour aller récupérer une pierre magique (« l’œil de la lune », dérobée au père supérieur de leur ordre religieux) qui est censée apporter l’invulnérabilité à celui qui la porte. Ailleurs, une jeune femme, Jessica, se réveille dans une maison et apprend qu’elle sort d’un coma de cinq ans après avoir été victime d’une tentative de meurtre, tandis que l’inspecteur du paranormal Miles Jensen se rend à Santa Mondega pour mener son enquête. » Yasmine a dévoré le premier tome. Dans cette saga, on retrouve des vampires, des personnages normaux, d’autres originaux et le personnage principal : un tueur sanguinaire. Selon Yasmine, l’auteur de ce livre pourrait bien être Tarantino. C’est une théorie qu’elle approuve. Les adeptes de Kill Bill, fans d’humour noir, si les scènes de violence ne vous font pas peur et que vous aimez les polars, allez-y !

Le Blog d’une Item Liz Girl : Lisa a choisi de nous parler d’un livre basé sur une histoire vraie et son choix s’est porté sur « Fairyland » d’Alysia Abbott. Dans ce livre, l’auteur évoque son enfance, son adolescence et sa vie de jeune femme auprès de son père, homosexuel, qui décédera du sida. Ce père emmenage à San Francisco à la mort de sa femme avec sa fille de deux ans. Il est écrivain, militant homosexuel et adepte d’expériences. Il vit donc une vie de bohème, faite de lectures poétiques avec l’ombre du sida planant sur la ville. Alysia parle de l’amour inconditionnel qui liait ce père et sa fille. Malgré les difficultés, notamment du regard des autres, le cocon créé par son père la façonne et l’émerveille. Son père est un homme fantasque, ardent militant, père aimant, dévoué et souvent un peu gauche, grand amoureux déçu mais ami loyal. Elle l’admire mais en a honte parfois, mais il reste le pilier de sa vie. Elle le soutiendra jusqu’à la fin lorsqu’il apprendra sa maladie. Lisa a aimé ce roman intense parsemé de clichés intimes de ce père et sa fille. La plume est tout en pudeur et d’une sensibilité incroyable. Ce roman décrit de façon sublime l’amour filial malgré les différences. C’est un beau roman d’amour et l’auteur ici prouve que l’amour sincère ne s’embarrasse pas des préjugés et du regard des autres.

Les délices de Corylus : Corylus a choisi le thème fantastique et nous parle du roman « Les larmes de Corail » de Béatrice Saccardi, le premier tome d’une trilogie. « Obligée de rejoindre sa grand-mère en Floride, Noémie, qui s’apprêtait à fêter son seizième anniversaire, ignore qu’elle va entamer une inquiétante odyssée où sa vie va basculer pour toujours. Elle se retrouve prisonnière d’un peuple mystérieux, vivant en marge du monde. Qui sont-ils exactement ? Et qui est ce garçon énigmatique auquel elle est bientôt enchaînée, contre son gré, par un lien que rien ne peut détruire ? Distant, hostile, refusant même de lui adresser la parole, il lui a pourtant sauvé la vie… Plus de dix siècles après Tristan et Iseut, Noémie est envoûtée par un étrange élixir. Prisonnière d’un amour non désiré, elle ne sera plus jamais la même. A moins que ne se brise le maléfique sortilège !  » Corylus a trouvé la couverture et le titre intrigants. Elle a plongé à pieds joints dans cette aventure avec les personnages. Elle a trouvé la jeune adolescente adorable et très troublée par ce qui lui arrivait. Corylus a néanmoins apprécié que malgré le côté fantastique, le roman garde un pied dans la réalité de notre monde. Les références aux amoureux des œuvres littéraires l’ont aussi beaucoup touchée. Le livre se lit tout seul et fait passer un bon moment de détente, il plaira aux adolescents comme aux adultes !

Poussières de bonheur : Ophélie a choisi le thème fantastique et a eu l’audace de porter son choix sur le livre « Alice au pays des Merveilles » de Lewis Carroll, auteur du 19è siècle. « Assise au bord de la rivière, Alice s’ennuyait près de sa sœur qui lui lit un livre. Soudain surgit un lapin blanc, regardant sa montre, pressé de regagner son terrier. Intriguée, elle n’hésita pas à le suivre. Elle pénètre alors dans un monde extraordinaire dans lequel, elle fera connaissance avec un Chat au sourire étrange et disparaissant à volonté, prendra le thé avec un Chapelier loufoque et un Lièvre de Mars et jouera au croquet munie d’un flamand rose avec une terrible Reine de Cœur. » Ce conte étonne toujours Ophélie par son côté imaginaire et fantasmagorique. L’univers féérique du conte relève de la poésie et la démesure. L’auteur utilise des jeux de mots et autres non-sens donnant lieu à des passages éblouissants. Le livre est peuplé d’illustrations de John Tenniel permettant au lecteur de s’évader pleinement. Une relecture à l’âge adulte qui a permis à Ophélie de lui apporter une vision différente. Ce conte caricatural met en valeur de nombreuses leçons de morale encore utilisées de nos jours. Ce livre est pour Ophélie un chef d’œuvre et permet de se libérer complètement du monde réel. Elle a néanmoins rencontré plus de difficultés avec la suite « De l’autre côté du miroir » d’un style radicalement différent. Le fil conducteur ne l’a pas convaincue. Les faits s’enchaînent en effet sans véritable but. Ce roman présente notre société à travers un miroir déformé et décalé ou le non-sens est sans limite. A la fin, Alice est montrée sous un nouveau jour un peu confus. Les personnages deviennent de plus en plus farfelus à la limite de la schizophrénie. Pour résumer, Ophélie s’est perdue dans cette suite et a cherché justement une suite logique !

Tinalakiller : Tina a choisi le thème portant sur un livre basé sur une histoire vraie. Elle nous parle du livre « L’histoire d’Helen Keller » de Lorena A. Hickok. C’est un livre jeunesse qui plaira, selon Tina, à tout le monde tellement le sujet est fort et bouleversant. Ici, l’auteur raconte l’histoire d’Helen Keller qui devient aveugle et sourde à deux ans aux suites d’une maladie. Enfant alors violente et capricieuse, sa rencontre avec une éducatrice Anne Sullivan va être importante. Elle fait alors des progrès époustouflants et apprend le langage des signes. Tina a beaucoup aimé le passage où elle comprend son premier mot et son évolution allant jusqu’à apprendre le braille. Le plus étonnant, c’est qu’Helen étudie à la faculté comme une personne « lambda » et deviendra ainsi la première personne handicapée à recevoir un diplôme. Elle devient connue et créée une association pour handicapés. Elle milite pour les féministes et pacifistes et soutient les soldats à la Première Guerre Mondiale. L’histoire d’Helen est extraordinaire mais la plume de l’auteur est simple s’adressant à un jeune public. Selon Tina, c’est cette simplicité qui font naître la pudeur et l’honnêteté de ce récit.

Distrayante : Distrayante a choisi le thème « Fantasy » et le livre dont elle souhaite nous parler est « Hantée : un mal souterrain ». Elle a choisi ce livre à la bibliothèque sans se rendre compte que c’était le tome 2 d’une sage, la sage « Hantée ». Elle a tout de même décidé de le lire, et les premières pages lui ont appris l’essentiel du tome 1.  « La Saga Hantée raconte l’histoire d’une lycéenne américaine qui arrive à Londres dans des circonstances qui sont certainement expliquées dans le tome 1, et qui a le don de voir les fantômes. Ce don lui permet d’accompagner « la brigade des ombres », une équipe de chasseurs de fantômes dépendante de la sécurité intérieure, composée de 3 autres personnes dotées du même don. » Au début du tome 2, l’héroïne a été poignardée par un fantôme et est en convalescence chez ses parents. Elle compose alors avec des parents superprotecteurs et un psy à laquelle elle ne peut dévoiler la vérité. Elle va également se découvrir un nouveau don. Distrayante a passé un agréable moment en compagnie de ce livre. Cependant, elle ne trouve pas que l’écriture soit très bien travaillées. En effet, elle trouve que les descriptions sont plates, scolaires et n’apportent rien au récit, ce qu’elle regrette. Elle recommande tout de même le livre aux adeptes de la littérature jeunesse.

Ecrire pour un rien, pour un tout : Cécile est à la bourre sur le sujet ! Elle a donc choisi de nous parler du livre qu’elle est en train de lire. Il s’agit de « La bibliothèque des cœurs cabossés » de Katarina Bivald. « Tout commence par les lettres que s’envoient deux femmes très différentes : Sara Lindqvist, vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, vivant à Haninge en Suède, et Amy Harris, soixante-cinq ans, vieille dame cultivée et solitaire, de Broken Wheel, dans l’Iowa. Après deux ans d’échanges et de conseils à la fois sur la littérature et sur la vie, Sara décide de rendre visite à Amy. Mais, quand elle arrive là-bas, elle apprend avec stupeur qu’Amy est morte. Elle se retrouve seule et perdue dans cette étrange petite ville américaine. Pour la première fois de sa vie, Sara se fait de vrais amis – et pas uniquement les personnages de ses romans préférés –, qui l’aident à monter une librairie avec tous les livres qu’Amy affectionnait tant. Ce sera pour Sara, et pour les habitants attachants et loufoques de Broken Wheel, une véritable renaissance. Et lorsque son visa de trois mois expire, ses nouveaux amis ont une idée géniale et complètement folle pour la faire rester à Broken Wheel… » Cécile apprécie sa lecture et essaye de deviner ce qui va se passer. Elles aime ce genre de roman où les personnages apparaissent mystérieux. Elle aime pouvoir s’identifier à l’héroïne parce-qu’elle est simple et naturelle. Elle aime que l’héroïne ait des doutes mais une belle force intérieure. Personnellement, j’ai lu ce livre et j’ai adoré !

Voici donc les thèmes de Mars :

1 – « Un avis sur un livre classique »

  • Qui concerne les auteurs du XVIIème siècle, et leurs œuvres, qui reprenaient les codes esthétiques de l’Antiquité.
  •  Qui fait autorité, qui est considéré comme un modèle.
  •  Auteur ou oeuvre qui fait autorité, dont la valeur est unaniment reconnue.clu

2 –  « Un avis sur un le dernier livre que vous avez lu ».

PS important : Pour le dernier thème de l’année qui aura lieu en juin, merci de chacune me donner une ou plusieurs propositions de livres à chroniquer, si un livre en particulier se démarque il sera choisi, sinon, je procèderais à un tirage au sort qui sera effectué dès le 01 juin. Vous avez donc le temps de me donner vos propositions, mais si vous voulez d’autres avis sur un livre particulier ou plusieurs que vous avez fortement appréciés, n’hésitez pas à m’en faire la liste. Il n’y a qu’une participante qui m’a envoyé sa liste pour le moment !

A très vite ! Et n’hésitez pas à utiliser la bannière pour vos articles ! Merci !

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

12 comments / Add your comment below

  1. Je ne participe jamais par manque de temps mais j’aime découvrir les lectures des,autres. Je me souviens d’Helen Keller – beaucoup de nostalgie. Cette histoire m’avait transportée. Littéralement.
    Belle journée Dounia!

    1. Je suis contente que tu sois intéressée par d’autres livres évoqués ce qui est bien le but de ce club, faire des découvertes livresques ! 🙂
      merci encore pour ton implication ! 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :