Écrit #24 – Parlons expériences . . .

C’est difficile pour moi de parler d’expériences car je ne me souviens pas de mon enfance et que je ne suis pas une fille propice à prendre beaucoup de risques. Je reste volontiers dans ma zone de confort. Pour pouvoir parler d’expériences, il faudrait que je croque la vie à pleine dent mais je la subis bien plus que je ne la vie. Je n’ose pas. Et je suis beaucoup trop terrorisée à l’idée de me faire violence pour sortir de cette satanée zone de confiance.

Ma première grande expérience sera sûrement l’expérience de la conduite. Une catastrophe, j’avais l’impression d’être nulle et le moniteur exécrable que j’avais ne m’aidait pas à avoir confiance en moi. Il me répétait sans cesse que je n’aurais jamais le permis et que j’étais vraiment bête de ne pas réussir un truc aussi simple. Bref, un gros bouffon qui ne faisait que de me rabaisser même si je ne conduisais pas si mal que ça ! Finalement, même si j’ai loupé le code une fois (en même temps, j’en avais tellement marre des cours de code que même si je continuais à faire 15 fautes, je mentais et disait que j’en faisais 5 pour le passer rapidement!), j’ai eu le permis du premier coup ! Et quel rabaissement de caquet à ce connard de moniteur se fut !

362b5fd236dd3130bc9fdce5e8ff9667

Ma première expérience de vivre seule se fut à la troisième année de ma licence, l’année scolaire 2008-2009. J’avais 21 ans. J’étais à une heure de chez ma mère donc je pouvais rentrer tous les week-end. Mais, je ne savais pas faire à manger (et je suis toujours piètre cuisinière) et je ne bouffais que de la merde pendant la semaine ! J’ai du commencer à prendre du poids à ce moment là d’ailleurs, je pense ! Je n’aimais pas la ville où je faisais mes études et c’est la raison pour laquelle, je n’ai pas continué en Master mais que je me suis arrêtée après l’obtention de ma licence, malgré mes bonnes notes et ma mention AB ! Je n’aimais pas non plus vivre seule et la télévision était allumée quasiment en permanence pour me donner une compagnie.

Ma première expérience de boulot, je devais avoir 17-18 ans et c’était au siège d’une grande banque. J’étais au service Carte Bancaire et j’avais adoré mon boulot, l’ambiance, mes collègues et le fait qu’on pouvait gérer ses heures comme on voulait. Du coup je pouvais commencer à 7h30 pour finir à 16h30 et ça me laissait toute la fin d’après-midi pour faire ce que je voulais ! J’avais fait trois mois mais ça ne m’avait pas du tout paru long tellement je me plaisais bien dans mes tâches chaque jour.

large

Ma première expérience amoureuse, je n’avais que 22 ans. C’était plus un flirt qu’une vraie relation amoureuse d’ailleurs. S’en est restée à des bisous… Je n’étais pas prête et lui non plus d’ailleurs, je pense. On vivait à 500 km l’un de l’autre et on ne se voyait que deux week-ends par mois. On a tout de même passés quelques jours de vacances ensemble mais nous n’étions que deux gamins qui découvraient les émois amoureux.

Ma plus mauvaise expérience ? Mon deuxième copain, notre relation passionnelle qui aurait pu tellement mal finir… Mais ce qui nous détruit pas, nous rend plus fort. On se prend des claques dans la gueule mais on apprend et on en ressort plus fort, mieux armé, plus expérimenté. C’est pour cette raison que même les plus mauvaises expériences sont bonnes à vivre… Il en faut. La vie ne peut pas toujours être toute rose.

Ma meilleure expérience ? Quand j’ai expérimenté l’idée d’avoir un blog… Je ne m’attendais pas à tout ce qui a suivi. Les copines blogueuses, le partage, les abonnements en masse, même si je suis loin d’avoir un fan-club, je suis contente d’avoir des lectrices fidèles et encore des curieuses après 2 années et quelques mois. Et ce blog m’a donné l’envie de poursuivre le rêve d’écrire un roman, voir des romans ! Et j’espère bien un jour vous dire que ça y est, j’ai écrit le point final de ce projet.

Cet article a été écrit dans le cadre du Challenge  « Un défi ou un écrit » proposé par Agoaye. Clique sur l’image ci-dessous pour en savoir plus si toi aussi tu souhaites participer.

défi écrit

humeurs hellocoton

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Écrit #23 – Ce que je vois . . .

Je vois qu’il ne fait pas très beau depuis quelques jours. Je vois que l’été tarde à vouloir se pointer. Je vois que je n’arrive pas à lâcher mes pulls et mes chaussettes. Je vois que j’ai froid. Je me demande si c’est du à ma perte de poids.

Je vois que je n’ai toujours pas pleinement confiance en moi. Même s’il y a du mieux, ce n’est toujours pas ça. Mais je vois que j’y travaille chaque jour de plus en plus. Et que j’y arriverais forcément.

Je vois que je suis seule. Mais ça ne me dérange pas. Je supprime de ma vie les gens qui ne m’apportent plus rien, quitte à rester seule, je m’en fiche. Je préfère des gens de qualité que des gens qui ne représentent rien de plus qu’un chiffre.

portrait-photography-657116_960_720

Je vois mes séries, je vois les images défiler et ça me fait du bien. J’aime tellement ces 45 minutes d’épisode. Je vois les lignes des livres que je lis défiler aussi. Je savoure chaque mots depuis que j’ai retrouvé ce goût de la lecture qui m’avait échappé quelque temps.

Je vois, j’observe le monde autour de moi. Je scrute. Et j’analyse. Je suis curieuse. Je vois si une personne est triste, si elle a besoin de parler ou seulement qu’on l’écoute. Mais je vois que c’est rarement réciproque.

Alors, je vois que j’ai raison de vouloir marcher seule et de me défaire de ces personnes qui ne me servent plus à rien. Certaines personnes sont juste là pour faire un petit bout de chemin avec toi, ça ne signifie pas que tu dois être lié à eux pour la vie.

Et toi, tu vois quoi ?

Cet article a été écrit dans le cadre du Challenge  « Un défi ou un écrit » proposé par Agoaye. Clique sur l’image ci-dessous pour en savoir plus si toi aussi tu souhaites participer.

défi écrit

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Défi #22 – Affronter ses peurs . . .

SI je vous listais mes peurs, j’en aurais pour trois kilomètres et je vous perdrais en cours de lecture tellement ça deviendrait d’un ennui pour vous. J’ai peur de l’inconnu, peur de prendre des risques, peur d’oser… Toutes ces peurs qui ont un rapport avec mon manque de confiance en moi.

urban-1002149_960_720

Mais depuis septembre et ce chaque mercredi soir à raison de quarante-cinq minutes, j’essaie de bravo l’une de mes plus grandes peurs depuis que je suis toute petite : ma peur de l’eau. J’ai toujours aimé l’eau mais quand j’étais petite, j’ai eu des drains dans les oreilles parce-que je faisais otite sur otite. Du coup, je n’ai pas pu suivre les cours de piscine avec l’école et le jour où j’ai pu retourner, on nous a demandé de plonger dans le grand bain et de faire une longueur et devant mon refus, le maître-nageur m’a poussé dans l’eau. Je n’arrivais pas à remonter à la surface et il m’a tendue une perche que je ne voyais même pas, j’ai l’impression qu’une minute s’est écoulé jusqu’au moment où j’ai enfin sentie et que je me suis agrippée à cette perche. Mes autres camarades étaient déjà aux vestiaires et on m’a laissée toute seule avec ce maître-nageur. Je regrette beaucoup que ma mère n’ait pas porté plainte contre lui après coup !

Les premiers cours ont été difficiles et ça l’est encore pour moi. Nous étions 4 au départ mais depuis quelques temps, nous ne sommes plus que 2. Et je sens que j’ai beaucoup moins confiance en moi que ma collègue. J’arrive tout de même à faire des choses qui me semblait infaisable avant. Je mets la tête sous l’eau, je plonge, je nage en apnée et je suis plus douée en crawl qu’en brasse. Nous avons dépassé le stade de l’aquaphobie et nous sommes en apprentissage mais je me demande tout de même si avec les trois cours restants, je vais pouvoir changer de groupe l’année prochaine car j’angoisse encore énormément dans le grand bassin.

woman-918532_960_720

Le problème est que je n’arrive pas  me détendre et je me crispe énormément. Alors je me fais des crampes, notamment quand on utilise des palmes où je perds pied dès que je dois changer de position ou qu’un obstacle se dresse devant moi. Je n’arrive pas à être détendue malgré que je réussisse à nager, la peur de ne pas avoir pied est encore présente.

J’espère un jour pouvoir plonger dans le grand bain sans peur ! Malgré le fait que nous ayons laissé tomber les ceintures et autres accessoires d’aide depuis longtemps, je ne me sens absolument pas prête à retourner dans la fosse de plus de 8 mètres de profondeur, la seule fois où j’y suis allée, je n’ai pas quitté le bord.

Mais, je ne suis pas prête d’aller faire de la plongée sous-marine pour l’instant alors mon objectif serait surtout d’être à l’aise dans le grand bassin, là où je n’ai pas pied et pouvoir m’éloigner de la première ligne près du bord le plus possible. J’ai affronté ma peur mais je dois encore la dompter…

Cet article a été écrit dans le cadre du Challenge  « Un défi ou un écrit » proposé par Agoaye. Clique sur l’image ci-dessous pour en savoir plus si toi aussi tu souhaites participer.

défi écrit

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Écrit #21 – Douceur du temps . . .

blossom-1324088_960_720

Printemps : le beau temps qui s’installe doucement

On enlève quelques couches de vêtements

On reste dehors plus longtemps

Les jardins fleurissent et le soleil sème le vent

summer-814679_960_720

Été : la chaleur est bien installée

Plage, farniente, vacances, apéro sans contrariétés

Le quotidien devient tout à coup beaucoup plus gai

Le moral des gens est bien plus enjoué

leaves-1051937_960_720

Automne : le froid réapparait et les feuilles s’envolent

La pluie s’invite et le ciel se voile

Les journées se rétrécissent et les couleurs sont chatoyantes

Le rouge, l’orange et le jaune offrent un festival détonnant

winter-654442_960_720

Hiver : le froid se réinstalle et on ressort les pulls-over

On se pelotonne devant un bon feu sous une couverture polaire

La neige menace de blanchir les parterres

La douceur du temps est saisonnière . . .

Cet article a été écrit dans le cadre du Challenge  « Un défi ou un écrit » proposé par Agoaye. Clique sur l’image ci-dessous pour en savoir plus si toi aussi tu souhaites participer.

défi écrit

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Écrit #20 – Ma p’tite liste pour quand je m’ennuie . . .

HNCK2219

– Se poser confortablement pour lire un bon bouquin

– Se poser confortablement devant une belle série

– Faire du rangement, du tri ; dans ses papiers, dans son placard

– Écrire pour le blog, prendre de l’avance dans ses articles

– Aller se promener, faire une marche

– Aller faire du sport, se dépenser

– Classer ses photos sur son ordinateur

– Aller faire du shopping

– Faire des activités créatives

– Se perdre dans ses pensées en écoutant de la musique

– Avancer mon rêve de romancière 😉

– S’enregistrer à chanter

– Se chouchouter, prendre soin de soi, de son visage et de son corps

– Rêver…

Cet article a été écrit dans le cadre du Challenge  « Un défi ou un écrit » proposé par Agoaye. Clique sur l’image ci-dessous pour en savoir plus si toi aussi tu souhaites participer.

défi écrit

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Écrit #19 – Ce que j’adore . . .

HNCK2469

  • Dormir et ne pas avoir à me réveiller le lendemain, traîner au lit
  • Lire un bon livre et m’évader
  • Regarder mes séries préférées
  • Écrire sur ce blog
  • Imaginer de nouvelles histoires à décliner en futur roman (j’ai l’idée pour deux, plus qu’à s’y mettre !)
  • Trainer sur les réseaux sociaux
  • Lire mes blogs préférés
  • Prendre une douche bien chaude
  • Ma perte de poids et le fait d’avoir changer tous mes vêtements, d’avoir troqué la taille 42 et L contre du 34/36, XS / S !
  • Manger mon petit pain du samedi matin, fraichement apporté par mes collègues au travail (le seul que je m’autorise alors forcément il est bien bon !)
  • Faire du sport à ma salle et chez moi mon renforcement musculaire
  • Aller à mon cours de piscine
  • Me poser dans mon lit avec un bon film
  • Découvrir qu’un livre que j’ai aimé sort en film
  • Les jours de repos !
  • Monter des meubles !
  • Farnienter !
  • Et l’été qui arrive !

Cet article a été écrit dans le cadre du Challenge  « Un défi ou un écrit » proposé par Agoaye. Clique sur l’image ci-dessous pour en savoir plus si toi aussi tu souhaites participer.

défi écrit

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Écrit #17 – L’aventure commence . . .

pencil-17808_960_720

Il y a quelques semaines, j’écrivais une nouvelle pour le projet d’Agoaye, « Comment ça commence ». Ma nouvelle a beaucoup plu et une blogueuse que j’apprécie beaucoup, Julie du blog Healthy Holy Happy, m’a donné des pistes pour étoffer cette nouvelle et la transformer en roman.

Après un temps de réflexion et un manque de temps significatif, j’ai décidé de commencer cette nouvelle aventure qui est l’écriture d’un roman. Alors, c’est parti pour l’aventure, je vais faire vivre des personnages, manier mes idées, triturer mon imagination…

J’espère écrire des pages et des pages, et que cela amorce un nouveau chapitre de ma vie, celui où je pourrais me considérer un peu comme un écrivain ! Bien sûr que je rêve d’être publiée, mais j’essaye de ne pas trop y penser, j’écris avant tout pour moi, parce que j’aime ça et parce que j’en ai besoin, envie.

Alors, que l’aventure commence !

Cet article a été écrit dans le cadre du Challenge  « Un défi ou un écrit » proposé par Agoaye. Clique sur l’image ci-dessous pour en savoir plus si toi aussi tu souhaites participer.

défi écrit

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’inconnue à qui il doit la vie . . . – Comment ça commence #3

Dehors la lumière baissait déjà. Il n’a jamais su comment elle s’appelait… Elle lui avait pourtant sauvé la vie mais un don d’organes est anonyme et soumis au secret médical. Jamais il ne saura grâce à qui son cœur battait de nouveau. Elle lui avait non seulement redonné la vie mais aussi fait don d’un nouveau souffle de vie. Il se sentait différent, plus fort, plus armé aux aléas de la vie. Il lui semblait que plus rien ne pouvait lui arriver.

Pourtant, il y a quelques mois, il a bien cru que le ciel lui tombait sur la tête. Suite à des douleurs au niveau du cœur de façon aléatoire depuis plusieurs semaines, il s’était enfin décidé à consulter un médecin. Après plusieurs analyses médicales de toute part, le couperet était tombé. Il souffrait d’une insuffisance cardiaque suite à une maladie du muscle cardiaque qui ne remplissait pas bien sa fonction de pompe.

P1000733

On lui avait dit qu’il faudrait une transplantation. Il ne pourrait pas vivre longtemps sans et on ne pouvait lui donner de date précise de durée avec laquelle il pouvait faire confiance à son cœur. Il était rentré chez lui hagard, abasourdi, sonné par cette affreuse nouvelle. Jamais il ne pourrait revivre de grand amour ou devenir père. Sa vie s’était arrêtée dès qu’il avait su qu’il devait attendre un don d’organes. Il n’allait plus vivre mais survivre.

Il a attendu quatre mois avant qu’on ne l’appelle pour lui fait part d’un don. Une jeune femme, victime d’un accident de la route et hospitalisée pour diverses fractures et un traumatisme cranien, déclarée morte cérébralement moins de deux heures après son accident à l’hôpital. C’est tout ce qu’il a su d’elle. Il n’a jamais su son nom, son âge, ni même les circonstances exactes de l’accident dont elle avait été victime.

Trois mois après sa transplantation, il se sentait plein de vie, en pleine forme et prêt à revivre un grand amour, le vrai. Il écumait boîtes de nuit et sites de rencontre mais ne tombait que sur des femmes bien plus jeunes que lui et pas encore prêtes à s’engager et entendre parler de bébés. Leur rencontre fut tout à fait le fruit du hasard et complètement fortuite. Ils se sont rencontrés au supermarché et elle lui a demandé d’attraper un article trop haut pour elle.

HNCK1685

Le coup de foudre a été instantané et réciproque. Il n’avait pas voulu la laisser filer alors il l’avait invitée à boire un café et elle avait accepté. Ils discutèrent de tout et de rien et au moment où il lui parla de sa transplantation, il vit son visage se fermer et lut de la tristesse dans ses yeux. Elle commença à pleurer en lui racontant l’histoire de sa sœur jumelle. En écoutant le récit l’un de l’autre, en redécoupant les dates et la ville, ils se rendirent rapidement compte qu’elle était la jumelle de celle dont il avait à présent le cœur…

Elle s’était endormie sur ses épaules, un bon feu de cheminée crépitait et ils étaient blottis devant leur film préféré… Ça faisait désormais quatre ans qu’ils étaient ensemble, leur histoire n’était pas banal. Finir par rencontrer la jumelle de celle qui vous fait un don d’organes, c’est plutôt rare mais tellement beau. Il n’a jamais posé plus de questions sur sa sœur. Il ne voulait rien gâcher. Dehors, la lumière baissait déjà. Il n’a jamais su comment elle s’appelait…

Cet article a été écrit dans le cadre du projet d’Agoaye « Comment ça commence? » Cliquez sur l’image ci-dessous pour de plus amples informations !

commentcacommence

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Écrit #16 – Parlons plaisir

Qu’est ce que le plaisir ? C’est l’état de contentement que crée chez quelqu’un la satisfaction d’une tendance, d’un besoin, d’un désir. Le plaisir se définit également par la jouissance sexuelle, la volupté : le fait de donner du plaisir à son partenaire.

Alors non, calmez-vous, je n’ai pas décidé d’orienter le blog vers un blog sexualité ! Je ne vais pas vous parler de plaisir en ce second sens du terme mais bien du premier, celui de l’état de contentement !

Les jours de taf, mon premier plaisir de la journée : mon petit déjeuner. J’apprécie de manger mes céréales dans mon yaourt 0 %, quel délice ! Avec un petit jus d’orange et devant Plus belle la vie en avance. Quel bonheur ! En général, les jours où je ne travaille pas, je ne prends pas de petit déjeuner car je dors jusque midi !

Ensuite, mon second plaisir, toujours les jours de taf, c’est le midi quand je vais manger chez une collègue que j’apprécie beaucoup, certains jours sa sœur est là également, et on se marre bien ! Ça me change des repas passés devant mon ordinateur avec le chef qui fait des aller-retour devant la photocopieuse et qui passe devant moi à chaque fois !

tumblr_lyh1ld3AH91r1byrmo1_500_large

Je prends aussi beaucoup de plaisir sur Hellocoton, à lire mes blogpines et à lire les articles qui font la une et la sélection humeurs et divertissement. J’aime aussi découvrir tout cela sur Inspilia. J’aime m’occuper de ce blog, j’y prends énormément de plaisir, écrire est un besoin pour moi, qui me fait du bien.

Je prends beaucoup de plaisir au gouter lorsque je m’autorise mon petit carré de chocolat noir. Quelle délice ! Je prends plaisir devant mes séries TV ou lorsque je lis. Ce sont les petites choses de la vie que j’aime faire et qui me ravit.

Je prends du plaisir lorsque je prends un bain et que je peux m’y prélasser, oublier les soucis et les tensions et évacuer le stress. Juste être détendue. Comme à la piscine où je commence à prendre beaucoup de plaisir.

Je prends du plaisir lorsque je suis dans mon lit et que je m’apprête à dormir. Quel bon moment ! Ou encore quand j’entends la pluie et que je suis bien au chaud dans mon lit. D’ailleurs, je vous laisse, il est temps que j’aille faire dodo !

Cet article a été écrit dans le cadre du Challenge  « Un défi ou un écrit » proposé par Agoaye. Clique sur l’image ci-dessous pour en savoir plus si toi aussi tu souhaites participer.

défi écrit

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Écrit #15 – Ma véritable force

Je crois qu’en fait ma véritable force c’est ma fragilité. Je suis fragile et pourtant, j’arrive à m’adapter dans toutes situations, parfois après une énorme crise ou période de stress mais au final, j’arrive toujours à vaincre mes démons.

De cette fragilité est ainsi ressortie une grande force. Je suis la fille qui a peur de tout. Quand je te dis, peur de tout, c’est vraiment de tout. A tel point que je ne peux rien faire à part rester chez moi bien tranquille dans ma zone de confort.

Je suis cette fille qui a perdu confiance en tout et surtout en tout le monde, alors, je ne m’entoure plus. J’ai rejeté mes amis et je ne laisse quasiment plus personne m’approcher. Je ne veux plus me casser la gueule encore une fois.

large

Ma véritable force, c’est aussi ma détermination et ma volonté. Quand je veux profondément quelque chose, je m’y donne à fond et ma plus grande victoire à ce sujet, c’est ma perte de poids. Quasiment 25 kilos en 2 / 3 ans (après une phase de perte et de reprise de poids). Aujourd’hui, j’ai retrouvé un poids de forme et je continue mon combat. Le sport est devenu mon mentor et je ne pourrais plus vivre sans, moi qui n’était pas sportive pour un sou.

Ma force c’est ma volonté de vouloir sortir de ma zone de confort. J’apprends à nager depuis cette année alors que j’étais aquaphobe à la base. J’arrive à tuer des araignées, enfin faut pas qu’elles soient trop grosses alors que je partais en hurlant et en courant auparavant.

J’espère réussir à m’affranchir de toutes mes peurs et ainsi prouver que ma véritable force, c’est mon courage… Mais pour le moment, je me sens encore un peu trop fragile et paralysée…

Cet article a été écrit dans le cadre du Challenge  « Un défi ou un écrit » proposé par Agoaye. Clique sur l’image ci-dessous pour en savoir plus si toi aussi tu souhaites participer.

défi écrit

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :