J’ai pris une grosse claque devant « The Revenant » !

Je ne suis pas une bonne critiqueuse de films. En réalité, je n’ai jamais fait ça et je ne sais absolument pas de quelle façon, on doit s’y prendre.

Je sors du cinéma. J’ai été voir « The Revenant », après l’Oscar décerné à Léo et avoir revu Shutter Island l’autre soir, je me suis décidée bien que la bande-annonce ne m’avait pas emballée et que j’avais donc peur d’être déçue en sortant.

therevenant1

Synopsis :

Dans une Amérique profondément sauvage, Hugh Glass, un trappeur, est attaqué par un ours et grièvement blessé. Abandonné par ses équipiers, il est laissé pour mort. Mais Glass refuse de mourir. Seul, armé de sa volonté et porté par l’amour qu’il voue à sa femme et à leur fils, Glass entreprend un voyage de plus de 300 km dans un environnement hostile, sur la piste de l’homme qui l’a trahi. Sa soif de vengeance va se transformer en une lutte héroïque pour braver tous les obstacles, revenir chez lui et trouver la rédemption.

The_Revenant

Mon avis, attention spoilers :

Dès la première scène du film, on est plongé au cœur de l’action. La façon dont il est filmé nous plonge littéralement au cœur de la scène comme si nous voyons tout ce qui se passe de nos propres yeux.

Les scènes de violence sont maîtrisées à la perfection et sans non plus être complètement gores, je n’ai détourné les yeux qu’une ou deux fois ! Elles sont omniprésentes dans le film mais en 2h30, il n’y en a pas on plus tant que ça. Il y a de grands moments d’accalmie ou juste la beauté des paysages nous coupe le souffle ou encore des moments ou justement nous n’entendons que le souffle de Hugh Glass (Léonardo Dicaprio).

therevenant2

J’ai beaucoup aimé les flash-back que revit le héros en rêvant de la mère de son fils et de l’amour qu’ils se portaient et lui portaient tous les deux. J’ai aimé qu’elle soit indienne alors qu’il est un trappeur qui chasse pour piéger les animaux à fourrure afin de les revendre et qu’en cela, lui et ses coéquipiers soient ennemis avec les indiens. Leur amour est une sorte de Roméo et Juliette (tiens encore toi Léo ?!) des temps anciens pour le coup !

J’ai détesté son ennemi. On s’attache tellement au personnage de Hugh Glass qu’on a nous-mêmes envie de tuer John Fitzgerald (Tom Hardy) qui le laisse pour mort et tue son fils… Le jeu de cet acteur est là aussi parfaitement maîtrisé, il incarne le parfait méchant qu’on a tous envie d’aller étriper, mission accomplie !

Le film est puissant et prenant. A chaque seconde, à chaque souffle, le film nous tient en alerte, en attente de quelle sera la suite. 2h30, on ne les voit pas passer, limite on en redemande encore. Les émotions du personnage principal, on les ressent avec lui, à travers son regard, son souffle parfois même sans un mot, étant donné qu’il y a parfois de longs moments sans paroles. Tout cela sans que jamais, on ne s’ennuie ! La performance de Léo est tout simplement magnifique et l’Oscar est plus qu’amplement mérité.

the revenant blog

La photographie du film est tout simplement géniallissime. Tout est filmé en lumière naturelle, ce qui a conditionné seulement quelques heures de tournage par jour et donc il a fallu recréer les répétitions et tout est tellement parfaitement joué que s’en est impressionnant !

On ressent la quête de vengeance du héros et dans cette quête chaque étape le rend plus fort. Chaque arrêt, chaque rencontre l’anime d’une force encore plus puissante. J’ai beaucoup aimé quand il rencontre un Indien avec qui il se lie et qui feront un bout du chemin ensemble et qui lui dit « La vengeance, c’est à Dieu d’en décider ». En fait, ce que j’ai aimé, c’est quand Hugh Glass redit cette phrase à la fin du film quand il tient enfin la possibilité de tuer celui qui a assassiné son fils, failli le tuer et laissé pour mort.

Les thèmes abordés dans ce film sont ainsi : Dieu, la vengeance, la survie, la rédemption, la paternité et le racisme. John hait tellement les indiens qu’il voue une haine viscérale à Hugh Glass car il a eu un enfant indien. A travers cette haine, nous voyons bien la dualité et les oppositions qui existaient entre ces différents peuples. Nous apprenons aussi la façon dont les hommes chassaient pour la fourrure ainsi que le commerce avec les Indiens, les liens entre chasseurs et Indiens etc etc… A travers ce film, nous vient une quantité monstre de questions : jusqu’où aller par vengeance ? Où et comment puiser la force de survivre ? La question de la foi est également abordée ; un décor de vieille église est d’ailleurs là pour montrer que la foi est importante.

La foi du héros c’est ce désir de vengeance envers celui qui lui a infligé une douleur suprême. C’est cette colère et cette haine envers lui qui le maintient en vie, qui le pousse à gravir ces kilomètres et à ne surtout rien lâcher, jamais. Et lorsque finalement, il est sur le point de pouvoir savourer sa vengeance, c’est ce rappel de Dieu qui le freine, ce rappel de cette rencontre avec l’Indien. Comme quoi, même de la haine entre deux peuples, peut naître parfois une grande sagesse…

Bien que le film reste d’une violence inouïe, il est aussi, à certains moments, magique par la beauté des paysages et les émotions qu’il réussit à nous transmettre, mais également poétique notamment lors des réminiscences du héros concernant la mère de son fils. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé la façon dont le passé douloureux qu’il a vécu avec sa femme et son fils, qui en a d’ailleurs gardé des séquelles visibles sur le visage, le hante.

J’ai appris que le film était une adaptation du roman de Michael Punke qui s’ajoute à ma liste déjà énorme de pile à lire !

Je vous conseille donc amplement de courir au cinéma voir le film auquel je donne 10 / 10 sans hésiter !

Et toi, tu l’as vu ? Qu’en as-tu pensé ?

Edit : J’ai aussi beaucoup aimé l’amour que porte ce père à son fils. Au début du film, après s’être engueulé avec Fitzgerald, il engueule son fils et j’ai presque l’impression qu’il a honte de lui, ce n’est qu’une impression sur cette scène particulière car il emploie un ton particulièrement dur envers lui mais finalement, sa quête de vengeance pour se venger de celui qui l’a tué, prouve son attachement à son fils et qu’il cherchait juste à lui montrer qu’il n’a pas à avoir honte de ses origines. Et que de se battre avec ceux qui s’en moquent ne sert à rien.

sélectionculture

logo_inspilia

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres . . .

J’ai longtemps hésité à écrire cet article. J’ai un peu peur de m’attirer encore des foudres mais je me suis promis une chose quand j’ai créé ce blog, c’est de ne jamais me brider dans mes écrits et d’écrire sur ce qui me tient à cœur quitte à attirer polémiques ou même blesser ma famille qui pourrait tomber sur blog.

Je ne sais pas vraiment comment aborder la question, ni en parler sans froisser qui que ce soit. Ceci n’engage que mon opinion personnelle, rejointe quand j’ai l’occasion d’en discuter autour de moi par pas mal de personnes au final.

straw-bales-726976_960_720

Je voulais vous parler de la crise agricole. Les éleveurs laitiers et porcins multiplient les actions afin d’alerter et d’être entendus par le gouvernement. Ils demandent notamment d’agir contre les cours très bas auxquels sont achetées leurs productions et les marges des intermédiaires, qu’ils jugent abusives.

Je ne remets pas en cause leurs difficultés, la hausse du nombre de suicides des agriculteurs est à déplorer mais je dénonce leurs mesures. Bloquer la route, passe encore, quelques jours. Tu le sais par avance, tu prends tes dispositions pour partir plus tôt et emprunter les petites routes en prenant ton mal en patience car tout le monde passe par là. Oui, ça va un jour, deux jours, trois jours. Par contre quand ça se prolonge, que tu as des rendez-vous pris en avance sans avoir pris en compte ce délai sur les routes, bah ça emmerde un peu quand même !

tractor-385681_960_720

La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Que tu sois libre de manifester est une chose, mais quand tu bloques les gens de façon répétée en est une autre. Mais ce n’est pas ce qui me met le plus en colère. Non, ce qui me fout en rogne, c’est qu’ils cassent, qu’ils dégradent et qu’on ne leur dit rien ! Mieux encore, on encadre leurs actions.

En Bretagne, depuis quelques semaines, le mouvement est très intense. Sur les routes, un accident a eu lieu car le conducteur n’a pas vu à temps les détritus déversés sur la route. Et quand on sait que le montant des travaux d’une semaine de dégâts s’élèvent à 4 000 000 d’euros, ça donne de quoi faire des bonds ! Ce montant n’est pas sorti de mon chapeau magique hein, non, c’est le montant estimé par le préfet de la région. Ils se plaignent que l’État se sert trop sur leurs salaires ? L’État devrait tout leur prendre là pour pouvoir payer les dégâts !

Mais non, il y a aura certainement une hausse des impôts pour combler à ça et donc pourquoi devrais-je (moi ou mes concitoyens hein) payer pour leurs conneries ? Alors non, je ne suis pas d’accord avec la façon dont ils expriment leur colère.

goats-984284_960_720

Ce n’est pas à nous qu’ils veulent s’en prendre, mais c’est bien ce nous qui est impacté. Au pire, le gouvernement il s’en lave les mains, que des pauvres départementales bretonnes soient bloquées ou que les centres logistiques d’approvisionnement le soient également.

Alors quoi ? On devrait tous arrêter de vivre pour eux ? Nan, parce-qu’on dirait que c’est ce qu’ils cherchent ? Plus rien au supermarché bientôt et tu pourras plus aller au boulot, alors on te virera ? Non, je ne suis pas d’accord avec ça et quitte à passer pour une grosse égoïste, je trouve ça scandaleux !

Ils détruisent la nourriture qui viennent de productions étrangères pour dénoncer la perte de leurs profits ou de leurs ventes, je suppose. Je ne connais pas tous les tenants et aboutissants mais saccager la nourriture, piller, ça m’horripile. Quand on pense, qu’il y a des gens qui meurent de faim dans le monde, comment peut-on les laisser faire ça en toute impunité ?

D’ailleurs, pour en parler autour de moi, beaucoup pensent comme moi finalement, que leurs façons de démontrer leur mécontentent est aberrant. Je ne sais pas ce qu’ils devraient faire, je suis d’accord qu’ils doivent être entendus, mais nous n’avons pas à subir leur colère alors que nous n’y sommes pour rien.

dokuji

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

%d blogueurs aiment cette page :