Les articles sur l’acceptation de soi et de son corps me désespèrent…

L’autre jour, je lisais cet excellent article de Fuite en avant, qui exposait que s’accepter, ce n’était pas si simple que ça. Elle a très bien argumenté son article et je vous invite à le lire si ce n’est pas déjà fait. Comme Melgane l’expose, moi aussi, les articles sur l’acceptation de soi et de son corps commence sérieusement à m’agacer.

Je ne me suis pas vue grossir…

Si vous ne connaissez pas mon histoire, j’ai été il y a un peu plus de cinq ans, en couple passionnel avec un garçon avec qui j’ai vécu un an. J’ai pris énormément de poids dans cette relation. En effet, en un an, j’ai pris quinze kilos. Le fait est que je n’étais pas bien dans cette relation et que je compensais par la nourriture. J’étais gourmande de base, mais avec lui, ça a été de pire en pire… Sodas, viennoiseries, plats en sauce, restaurants… Tout le combo des plus mauvaises choses à faire lorsque l’on souhaite garder la ligne.

Quand il m’a quitté, ça a été le choc. Je ne m’étais pas vu grossir. Et là mes kilos en trop me sont apparus comme par enchantement quand je me regardais dans le miroir. Et je n’aimais pas du tout le reflet qu’il me renvoyait. Je me sentais grasse, ignoble et mon ventre surtout me donnait l’impression d’être enceinte. Le coup de massue, c’est d’ailleurs quand on m’a posé la question ! J’ai vraiment pris conscience qu’il fallait faire quelque chose et je me suis inscrite à une salle de sport. Ce fut le premier déclic. Le second a eu lieu un an plus tard, lorsque j’ai compris que le sport à lui seul ne me suffisait pas à perdre du poids. Il fallait que je revois mon alimentation.

Le déclic pour une alimentation plus saine…

Alors, et ce sans l’aide de personne, j’ai commencé à modifier mon alimentation et à entamer un rééquilibrage alimentaire. J’ai arrêté le pain beurre dont j’étais beaucoup trop adepte en tant que bretonne pure souche. J’ai réduit les cochonneries et surtout j’ai intégré les légumes à mon alimentation, chose que j’ai découverte à ce moment là, je n’en mangeais jamais ! Et pourtant, je peux vous dire qu’aujourd’hui, je suis bien plus contente avec une assiette d’haricots verts qu’une assiette de frites ! Je n’en mange même plus, à part les rares fois où je vais au restaurant !

J’ai changé mon goûter, au lieu de prendre des viennoiseries, j’ai pris une pomme et un carré de chocolat noir. C’est devenu mon moment plaisir de la journée. J’apprécie beaucoup plus le goût des aliments, et les rares fois où je mange un pain au chocolat aujourd’hui, je le trouve extrêmement bon et non plus d’un goût devenu trop banal… J’ai aujourd’hui stabilisé mon poids depuis un an et je n’ai pas repris mon alimentation chaotique car cette alimentation saine est devenue un véritable plaisir gustatif pour moi.

Je ne pense pas que s’accepter soi-même soit quelque chose d’évident et les articles en ce sens sont toujours très répétitifs, pour s’accepter il suffit de se faire violence et de faire du sport, ne plus écouter les remarques négatives, s’entourer de bonnes personnes et se répéter tous les matins que l’on est beau / belle ! Comme Melgane, ce genre d’articles finit désormais par me hérisser les poils. Car non ! Ce n’est pas aussi simple que ça, si ça l’était, il n’y aurait plus personne qui aurait des problèmes de confiance en soi !

Se faire violence…

Je l’ai fait tout ça, j’ai vaincu des peurs, je me suis fait violence, car ce rééquilibrage et la reprise du sport alors que je n’en avais jamais fait à part au collège et au lycée, ce ne fut pas facile tous les jours. Je suis passée par différentes blessures, par une découverte d’être une personne asthmatique récemment et cela a du modifier mes activités, etc etc… Il ne suffit pas de se lever un matin et se dire, je suis belle devant le miroir… J’ai modifié mon corps, je l’ai vu se transformer, s’affiner et perdre 25 kilos, c’est tout de même quelque chose, ma plus grande fierté à ce jour d’ailleurs…

Mais le cerveau lui, ne se modifie pas… Et ce n’est pas un article bienveillant sur l’acceptation de soi qui m’aide à me sentir mieux. Si la perte de 25 kilos ne m’y aide pas, ce n’est pas quelques lignes qui vont y faire quelque chose… Je suis consciente que derrière tout cela, il y a un gros problème de manque de confiance en soi et le fait de ne pas se voir telle que je suis. Je m’explique. Quand je vois mon propre corps, je le trouve encore gras et disgracieux. Mais quand je traîne sur Instagram et que je vois des corps similaires au mien, je ne les trouve pas disgracieux. Même si ces filles ont les mêmes mesures que moi, le même poids, la même taille…

Mais malgré le courage et la volonté…

Il m’a fallu beaucoup de courage et de volonté pour en arriver là où je suis. S’inscrire dans une salle de sport et voir la plupart des filles avec un corps de rêve quand tu te traînes comme un boulet, n’a rien d’évident. J’ai tenu le coup, même après toutes les blessures, les moments de doute, les découragements… La fin d’une séance me rendait tellement bien… Ce sentiment de plénitude lorsque j’avais terminé une séance… Le sport me fait du bien, me canalise, je suis devenue un peu plus calme grâce à lui… Cela a eu beaucoup d’effets bénéfiques.

Mais aujourd’hui, je n’ai toujours pas accepté mon corps. Sûrement aussi parce que je suis devenue très exigeante avec moi-même. Et que je le suis beaucoup plus qu’avec les autres. Ce qui expliquerait aussi pourquoi je trouve mon corps disgracieux alors que des filles aux corps similaires, je les trouve jolies… L’ancrage est bien trop profond… Le mal a été fait. Et pour le réparer, cela prendra plus de temps, et ne se guérira certainement pas à la lecture d’un article se voulant bienveillant… Je ne doute pas du bien fondé que nous souhaite les auteurs de ces dits articles… Mais pour avoir vécu une transformation de son corps, je peux vous assurer que non, s’accepter, ce n’est pas si évident que ça, même en ayant fait tous les efforts pour !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je ne me sens pas belle…


Photos les plus récentes, à gauche encore plus je viens de me couper les cheveux !

C’est un fait. Depuis toujours. Les moqueries à l’école primaire, au collège et au lycée en ce sens n’ont rien arrangé. La timidité, le repli sur soi, le manque de confiance en soi, la solitude n’ont pas aidé non plus. Je me sentais belle dans les yeux de F., mon ex, et pourtant, j’avais pris une quinzaine de kilos à ses côtés… Et quand il est parti, je me suis revue dans un miroir et le constat a été dur. Moche et grosse. Voilà telle que je me voyais.

perte de poids mais…


Au milieu, quand j’étais blonde, les deux autres : ma perte de poids 🙂

J’ai perdu 25 kilos depuis. Je ne crois pas me sentir encore grosse. Je ne me trouve pas maigre non plus. Mince peut-être mais j’ai encore des bouts de graisse par-ci, par-là et des vergetures sous les fesses… Ce n’est pas vraiment quelque chose qui me gêne. J’apprends à apprivoiser mon corps de jour en jour. C’est mon visage le problème… Je n’arrive pas à me trouver jolie en me regardant dans le miroir. Je viens de couper mes cheveux et ça n’a rien arrangé, déjà, la coiffeuse n’a pas vraiment réussi ce que je lui avais demandé et puis finalement, ça ne me va pas tellement… Les lunettes n’arrangent rien du tout. Elles me donnent un côté autoritaire, je suis assez blanche de peau et elles sont de montures épaisses et noires. Elles ne vont plus avec ma forme de visage, j’avais le visage rond quand je les ai choisies, aujourd’hui, j’ai le visage plus creusé.

Le fait de ne pas se sentir belle n’aide pas à se dire qu’un mec puisse me trouver belle. J’ai conscience de ne pas avoir un physique ingrat et repoussant, mais je ne me trouve pas jolie. Mes lunettes me gâchent le visage, ma peau est sèche et grasse en même temps, acnéique de temps à autre et en proie à une dermite séborrhéique qui amène parfois à des squames et des rougeurs sur le visage. Mon nez est aussi trop gros… J’aime mes yeux, la couleur est magnifique et je pourrais avoir un beau sourire si seulement j’avais les dents un peu plus blanches…

S’embellir en photographie


Quand j’étais blonde et un peu plus ronde, mais j’aime ma tête sur ces photos…

J’arrive à me trouver belle en photo. Quand c’est moi la photographe. Parce-que je suis assez à l’aise avec moi-même pour jouer avec l’objectif et ne faire ressortir que mes qualités. Je sais gommer mes défauts, me mettre sur tel profil pour que mon nez paraisse moins gros et surtout enlever mes lunettes… Mais je ne me trouve jolie qu’en photo et en vrai, je me sens moche tous les jours, insignifiante et qui n’intéressera jamais personne par son physique… Même mon corps, je me dis que les mecs préfèreront une fille plus ronde, ou plus ferme, mais pas une fille entre les deux…

Le maquillage ne m’aide pas plus que ça à me sentir plus jolie. Je ne sais même plus quoi faire pour me sentir jolie. Je n’ai déjà plus qu’à attendre que mes cheveux poussent et je vais aller voir pour de nouvelles lunettes aussi. Mais est-ce que ça suffira ? Et même si un jour je réussissais à sauter le cap des lentilles, est-ce que ça suffira également ? Peut-être que je me compare trop aux autres, que je devrais laisser de côté mes complexes, mais comment ? Je veux prendre confiance en moi, je n’en peux plus de me faire autant du mal… Je veux me sentir belle et invincible…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je me suis enfermée dans une cage à double barreaux et j’ai perdu les clés . . .

J’ai l’impression de tourner un peu en rond actuellement, que ce soit dans ma vie ou sur ce blog. Je pensais aller mieux, j’avais repris goût à la vie. Ma volonté pour perdre du poids, ma satisfaction de ne plus avoir peur de l’eau m’ayant, je le pensais, augmenté ma confiance en moi. J’étais plus souriante et toutes mes activités sportives me comblaient. Je sentais enfin que je faisais des choses et que je n’étais plus inactive dans ma vie…

Mais, la rencontre avec Lui, et les soucis de taf où j’ai l’impression de tourner en rond et de ne servir à rien me plombent sérieusement le moral. Je pensais que le jour où je rencontrerais enfin quelqu’un d’autre, j’aurais appris de mes erreurs et que je ne les referais plus, que le fait de m’être épanouie dans mes activités et d’avoir perdu du poids m’auraient donné confiance en moi le jour où je me remettrais en couple. Force est de constater que non. Toutes mes peurs sont revenues à la surface et en plus accentuées encore. Ce qui m’a amené à rompre l’histoire tout juste amorcée…

cage

Au boulot, le problème c’est que je ne suis pas sûre que je m’y épanouisse. Je n’ai jamais aimé l’accueil et je me rends compte que je ne suis pas du tout pour le concept de service public, les gens se plaignaient bien trop à mon goût, étant bien trop exigeants, comme si tout leur était du tout de suite et sans justificatifs non plus, bah non ça fait des années qu’ils payent des impôts sur la commune, tu penses bien. Et moi, je n’en peux plus d’entendre ça sans arrêt. La collègue qui n’arrange rien… J’en avais déjà parlé, il y a quelque temps sur le blog.

Je fais de l’accueil physique et téléphonique mais également l’État civil. Je gère aussi les inscriptions aux Temps d’Activités Périscolaires et je n’en peux plus de l’exigence des parents, de leurs changements d’avis etc etc… Je n’en peux plus d’entre des gens me râler dessus alors que le problème ne vient pas de moi, ni ne concerne même pas mon service. Je n’en peux plus des tâches de merde que l’on veut bien me confier. Je n’en peux plus d’avoir l’impression de piétiner, de ne pas avancer professionnellement et de ne pas m’épanouir dans ce travail où j’ai franchement l’impression d’être complètement inutile…

Je me suis convaincue pendant des mois et des mois que ce n’était pas si grave, que ça finirait bien par s’arranger et qu’il fallait un peu de patience. Mais je n’ai plus le temps de patienter. Je n’ai plus le temps de m’emmerder et de m’enterrer. Je n’ai plus le temps mais je n’ai surtout plus l’envie. Je sens que je suis à un point où psychologiquement, il ne manque plus grand chose pour que je retombe. Et je ne veux pas tomber. Je ne veux pas avoir à me relever. Alors, je cherche un peu ailleurs mais toujours dans la même branche puisque c’est ce que je SAIS faire.

laptop-943559_960_720

Sauf que le problème, c’est bien que je me rends compte que ce que je sais faire n’est pas ce que je VEUX faire. Mais alors qu’est ce que je veux faire me demanderez-vous ? Et c’est bien là que ça pêche parce-que je n’en ai aucune espèce d’idées. Je sais juste que je veux un travail où je m’éclate , où je m’épanouis, où je me sens utile. Et avec le moins de contacts possible.

Le fait de me sentir seule n’arrange rien. J’ai largué toutes mes amitiés parce-que je suis celle qui en groupe se sent décalée et pense toujours qu’elle n’a rien d’intéressant à dire. Toujours peur de saouler et que les autres restent avec moi par obligation plutôt que par envie alors je préfère rester seule.

La peur ! C’est bien ce qui domine ma vie d’ailleurs. Pourtant il y a un tas de choses pour lesquelles j’ai dépassé mes limites, mes barrières et pour lesquelles je peux être fière. Comme exemple la volonté de fer que j’ai eu dans ma perte de poids, dans mon sport, malgré toutes mes blessures sportives, le dépassement de ma peur de l’eau avec les cours d’aquaphobie l’an dernier. J’ai étiré quelques barreaux de ma cage mais pas assez étiré pour pouvoir m’y échapper…

fog-1208283_960_720

Il n’y a que moi qui ait les clés. Je suis maître de moi-même, et je pense que pour m’affranchir de toutes mes peurs, il va falloir que je continue petit à petit de sortir de ma zone de confort. Mais comment renouer des amitiés ? Comment ne plus avoir peur des rencontres ? De sortir seule ? De se retrouver seule ?

Je pense que je dois trouver une solution qui passera peut-être par un changement de taf pour repartir sur de bonnes bases, je pense qu’en restant là, mon moral va non seulement finir par plancher complètement mais je risque de vraiment devenir très faible psychologiquement. Mais le problème, c’est que je ne sais pas ce que je veux faire, ce que je peux faire, en fait, je ne me connais pas. Et c’est bien mon gros problème. Car ne pas me connaître ne me permet pas d’avoir confiance en moi et de faire disparaître mes peurs…

J’espère que je vais vite me retrouver, retrouver mon MOI intérieur et me sentir en paix, m’épanouir dans une vie, un travail et des activités et interactions sociales qui me plaisent…

life inspilia

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Et si perdre du poids n'augmentait pas vraiment ma confiance en moi . . . ?

Vous le savez si vous me suivez depuis un bout de temps que j’ai perdu du poids. Beaucoup de poids. A ce jour 14.4 kilos.

Décembre 2012, après une année de malbouffe avec mon ex, le bilan est lourd : 75.5 kilos pour 1m57 ! Je suis alors en fort surpoids, d’après l’IMC, à la limite même de l’obésité.

Je décide de me reprendre en main et reprend le sport, mais la rupture est difficile et je ne mange plus grand-chose. En juin 2013, je fais 64 kilos. J’en reprends 6 pendant l’été, deux mois de malbouffe et d’apéros. Septembre 2013, 70 kilos. Je reprends le sport de façon plus régulière et intensive.

Décembre 2014 : 65.7 kilos. A ce jour 61.1 kilos. Mon idéal serait 55 kilos. Mon objectif est de passer sous la barre des 60 et ne plus jamais y revenir ! Cette perte de poids, je la dois à ma volonté, à mon sport et à mon changement d’alimentation (manger + sainement, arrêter le grignotage et les sodas^^).

dawn-dust-evening-5192-824x550

Ça ne s’est pas fait sans encombre. Il y a eu des moments où j’ai flanché et repris mes mauvaises habitudes, il y a eu mes problèmes musculaires avec ma cuisse (claquage) puis avec mon dos (cruralgie, lombalgie etc…). Je n’aime toujours pas mon ventre, ni mes hanches, et mes cuisses sont encore trop grosses à mon goût mais je vois quand même les changements quand je vois que mes ceintures, je les serre de plus en plus et surtout que mes pantalons sont bien trop grands sans.

Malgré la cuisse et le dos, je n’ai rien lâché et cette force, je la dois au sport. Ça m’a rendu plus forte, plus déterminée. Bref, tout ça pour dire que quand vous avez un objectif et que vous avez la volonté et la détermination, vous y parviendrez. Et ceci est valable pour n’importe quel objectif pas forcément le même que le mien…

Cependant, cette perte de poids augmente-t-elle vraiment ma confiance en moi ? J’ai voulu perdre tout ce poids pour moi-même, aucunement pour plaire à quiconque, je voulais seulement me plaire à moi. Alors oui, je suis fière et contente du chemin parcouru mais pourtant, je n’accepterai toujours pas de me mettre en bikini deux-pièces sur la plage car je n’assume toujours pas mon ventre et mes hanches.

chasport_GF

A la salle de sport, je ne me considère plus comme une « grosse » et je vois désormais des filles bien plus costauds que moi, ça m’aide à me sentir mieux quand j’en vois d’autres avec des corps à tomber par terre ! Cependant, la véritable source de beauté physique chez moi a toujours été le visage. Alors quand je vois une fille costaud avec un magnifique visage, je complexe plus que si je vois une fille avec un corps de rêve mais qu’elle n’est finalement pas si belle que ça de visage… ! M’enfin la beauté est tellement relative me direz-vous, et vous aurez raison !

Mon visage, je me sens beaucoup mieux depuis que je suis blonde, mais je n’aime toujours pas devoir porter mes lunettes H24. Je me trouve beaucoup plus jolie sans. J’ai appris à apprivoiser mon nez. En photo, je sais quel profil m’avantage et comment me positionner afin qu’il ne soit pas trop gros mais de profil, je le trouve encore énorme. Je n’aime pas non plus mes dents blanches alors que j’ai un magnifique sourire.

Mais je pense que morphologie et confiance en soi ne vont pas de pair. Je connais des filles avec un corps de rêve qui n’ont aucunement confiance en elles et d’autres un peu plus rondes qui sont totalement en accord avec elles-mêmes. Je crois que l’on se déprécie quand on n’a pas confiance en soi justement, et c’est vraiment ça qui me manque pour pouvoir enfin m’accepter comme je suis.

Car, je m’aime peut-être un peu plus depuis que j’ai perdu du poids et que je suis blonde, mais non, je n’ai toujours pas confiance en moi. Je me rabaisse toujours autant. Alors est-ce que ça changera ? Comment faire ? Comment est-ce qu’un jour on parvient à enfin s’aimer tel que l’on est ?

logo-fondrose-150x50

10534065_713304662067232_6920364935648498243_n

20150108071927

Rendez-vous sur Hellocoton !

Il y a des jours comme ça . . .

. . . Ou rien ne va. Où on ne s’aime pas. Où l’on se dit qu’on aurait mieux fait de rester couché. Où on est fatigué, épuisé et qu’on voudrait juste dormir.

Comme je vous le disais dans mon précédent article, je suis épuisée. Je ne dors pas assez. Je ne me ménage pas assez non plus. Je suis constamment en état de stress.

Mes soucis de dos m’épuisent également. Et rajoute à mon état de stress. Le manque de sport se fait sentir. Je suis retournée à la salle mais je me traine. Je n’en fais pas trop car je sens mon dos encore.

stress-391657_640

Mon manque de confiance en moi, déjà bien peu présent, s’étiole si je ne fais pas de sport. D’autant que la dernière pesée de dimanche matin m’a indiqué +1.5 kilos par rapport à deux semaines auparavant.

J’ai besoin de faire du sport. Parce-que ça me vide la tête, ça me déstresse, ça me détend et parce-que la perte de poids due à l’activité physique me permet peu à peu d’acquérir une certaine petite confiance en moi.

J’aimerais vivement avoir entièrement et pleinement confiance en moi. Me dire que je suis capable, que je peux faire telle ou telle chose, que je peux plaire aussi. Car en ce moment, je me trouve à nouveau grosse et moche et ça, je pense vraiment que c’est dû au fait de ne pouvoir faire de sport, car quand je suis à fond dedans, je me sens bien dans mon corps, enfin bien est un bien grand mot, mais au moins, je ne me fais pas horreur.

10986354_843718785669863_1250066073_n_GF

J’ai acheté le magazine « Flow », je vous en parlerai dans le prochain article, et j’aimerais moi aussi réussir à avoir cette pensée positive qu’adopte les auteurs des jolis articles de cette revue fraîche et printanière.

Mais la vérité, c’est que je suis pessimiste et même pire que ça… Je suis défaitiste ! Je ne me sens jamais capable de rien. Je me dévalorise sans cesse. Il faudrait que je sois moins sévère envers moi-même.

Mais là, je crois que j’aurais bien besoin d’une cure de sommeil, voir d’une cure tout court. Au travail, aujourd’hui, je peine. J’ai l’impression que je vais m’écrouler. Je ne le montre pas. Je ne suis pas comme ça. Mais ce matin, j’ai été pleuré dans les toilettes. Un trop plein. Une hypersensibilité qui fait que je peux pleurer comme ça pour rien d’ailleurs.

flow-magazine-ipad-app

J’ai lu aussi que les soucis de dos pouvaient engendrer facilement dépression et compagnie. Ce qui pourrait expliquer ma petite baisse de régime ces jours-ci.

Je voudrais que mon kinésithérapeute me remette tout ça en place, ne plus avoir mal au dos, pouvoir petit à petit réintensifier mes séances de sport, me mettre au Pilates, peut-être au yoga, enfin apprendre à nager. Remplir mon agenda d’activités. Me faire du bien tout simplement !

Alors, je vous le dis, vivement que cette fatigue cesse et que je retrouve un peu plus ma joie de vivre, même si elle n’est pas complètement partie non plus, j’aime rire, et puis, ça me fait les abdos en attendant ! Ah ah !

Et pour me motiver et me redonner le moral, une chanson que j’écoute en boucle en ce moment :

logo-fondrose-150x50

20150108071927

Rendez-vous sur Hellocoton !

La façon dont on se perçoit . . .

. . . Influe grandement sur la façon dont les autres nous perçoivent.

Si vous me suivez depuis un bout de temps, vous n’êtes pas sans savoir que je fais pas mal de sport et que je perds du poids. Plus je perds du poids et plus je me trouve jolie en me regardant dans le miroir.

Avant, quand j’allais à la salle de sport, je me comparais beaucoup aux autres filles. Je me trouvais généralement trop grosse. Maintenant, c’est certaines filles que je trouve trop maigres.

Et puis, il y avait une fille qui me paraissait vachement mieux foutue que moi, il y a quelques mois, et quand je l’ai revue cette semaine, j’ai remarqué que j’étais plus maigre qu’elle. En fait, cette fille m’a toujours parue tellement sûre d’elle, qu’elle semblait dégager une aura. Elle a confiance en elle, du moins, c’est-ce qu’elle montre, alors je la trouvais bien foutue et tous les mecs aussi.

Depuis que j’ai un peu plus confiance en moi, et que je me trouve mieux dans mon corps, même si la balance n’indique plus que je maigris (je dois aussi prendre en muscle), je me trouve plus jolie, et j’ai l’impression que du coup les autres aussi.

chacha

J’ai du coup moins besoin de me comparer aux autres filles, et comme je me trouve aussi bien qu’elles, j’arrête de focaliser sur leur corps de rêve parce-qu’elles sont maigres.

La façon dont une fille apprivoise son corps joue grandement sur le regard des autres sur elle. Je connais pas mal de filles rondes que je trouve super jolies et attirantes car elles sont tout à fait à l’aise avec leur corps.

Soyez à l’aise avec votre corps les filles, ayez confiance en vous, et les autres se retourneront sur vous ! Que vous soyez maigre ou ronde !

En fait, on ne se voit jamais comme on est réellement. Beaucoup d’entre nous avons un regard faussé sur nous mêmes et un regard faussé de comment les autres nous voit.

Hier j’ai trouvé ce site www.mybodygallery.com où on peut mettre son âge, son poids, sa taille, et la taille de ses vêtements et trouver d’autres filles correspondantes à nous-mêmes en ces termes. Et bien, je ne me suis pas trouvée plus grosse que les filles que j’ai pu trouver en mettant mes propres mensurations. Je suis certaine que si j’avais trouvé ce site quelques mois plus tôt quand je me trouvais énorme, je me serais trouvée bien plus grosse que toutes les autres. Parce-que j’avais moins confiance en moi à l’époque, parce-que je n’aimais pas du tout mon corps. Aujourd’hui, je ne peux pas dire que je l’aime ce corps, je me trouve toujours mal faite à certains endroits mais j’apprends un peu plus à m’apprivoiser telle que je suis.

gallery

La perception que l’on a de soi va de pair avec l’estime de soi. Si tu ne t’estimes pas, tu te dévaloriseras d’autant plus.

Il ne faut néanmoins pas tomber dans la boulimie ou l’anorexie en voulant maigrir et améliorer son estime de soi. Tout est question de contrôle. Il faut pouvoir garder le contrôle et ne pas se punir d’avoir craqué sur la part de gâteau généreusement offerte par tata au goûter !

Une fille qui a une mauvaise appréciation de son image corporelle ne cherchera pas à se mettre en valeur. Elle n’osera pas porter de robe ou de jupe courte alors que les autres la trouvent bien avec, mais puisqu’elle elle ne se trouve pas belle, elle pense qu’ils lui mentent !

Une fille ayant eu des remarques négatives sur son poids, même si ça date de son enfance, et si elle n’a toujours pas confiance en elle, les aura toujours ancrées en elle et se sentira toujours en surpoids même si son IMC est normal.

Celles qui accordent trop d’importance au regard des autres auront aussi plus de mal à acquérir confiance en elles. Dès qu’on s’affranchit du regard des autres, et qu’on acquiert cette confiance en soi, notre apparence, même si elle n’a pas été modifiée : nous l’apprécions mieux qu’avant.

C’est vrai que ce n’est pas évident d’avoir confiance en soi quand on feuillette un magazine, et qu’on voit tous ces mannequins taille 34 avec 0 graisse sur le corps. Mais il ne faut pas oublier que même si elles sont maigres, elles sont aussi photoshopées pour paraître encore plus minces ! Je ne sais pas quand est-ce qu’ils prendront conscience qu’ils peuvent aussi choisir des mannequins rondes pour leurs foutus magazines ! Car ça influence grandement la perception des adolescentes qui ancreront alors en elle que pour être jolie, il faut absolument être mince. Surtout que des mannequins rondes jolies, ça existe ! Et ce n’est pas cette photo de Tara Lynn qui nous dira le contraire !

Alors mince, ayons confiance en nous et les autres nous le rendront bien !

Et toi, qu’en penses-tu ?!

10534065_713304662067232_6920364935648498243_n

signature blog

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :