Moi, mon travail et mon épanouissement personnel

les raisons de mon silence

Je n’ai pas fait beaucoup d’articles Humeurs et perso comme à mon habitude en ce moment. En effet, je m’interroge toujours sur la finalité de ce blog. Je me demande parfois s’il sert à quelque chose, à quelqu’un, et si surtout il me sert à moi-même. Il m’a aidé à un moment c’est indéniable. Vous mes lectrices fidèles également et je vous en remercie.

Mais j’ai l’impression d’arriver au bout de quelque chose. Les 30 ans jouent aussi beaucoup sur ce sentiment. J’ai l’impression d’avoir raté les 29 premières années de ma vie et d’être arrivée à un virage. Là, j’ai le choix, continuer dans des choix qui ne me correspondent pas ou prendre ma vie en main, enfin !

Il y a eu ce mec avec qui j’aurais pu envisager une rencontre sans prise de tête mais je ne sais pas faire. Je suis dans le contrôle, dans l’avenir, dans le passé, jamais dans le présent. Bref, tout a capoté avant même que cela ne commence. Et de toute façon, tant que je ne serais pas bien avec moi, j’irais vers des mecs qui ne me correspondent pas et qui m’abandonneront. Cette blessure d’abandon est trop enfouie et pas encore guérie pour que je puisse en faire autrement.

des croyances limitantes

C’est à cause de ces croyances enfouies que je rate tout d’ailleurs. Le sentiment d’être nulle, le sentiment de ne pas être capable de faire les choses seules, le sentiment de ne pas être capable d’y arriver et de réussir, dans n’importe quel domaine que ce soit. Le sentiment de ne pas être légitime et ne pas avoir de mérite. De ne pas mériter les choses. Des croyances infondées. Des croyances qu’il faut casser.

J’ai vu un psy aujourd’hui, j’en ressors avec pas beaucoup plus de changement mais un portefeuille allégé. Je ne suis pas sûre de retourner le voir. C’est quoi, le cinquième différent que je vois. Ce n’est pas pour me vanter, mais il me l’a dit lui-même, je ne suis pas loin du but et je n’ai pas besoin d’aide. Il suffit d’un déclic pour m’affranchir de ces croyances limitantes.

Tout passe par l’amour de soi. Apprendre à m’aimer, à prendre soin de moi, qui me fera m’aimer davantage. Pour gagner confiance en moi, pour m’affirmer, pour oser. Oser dire non quand c’est non au travail par exemple. Par exemple, oser dire à mes collègues quand ils vont trop loin, quand je ne peux pas, quand je n’ai pas le temps. Oser dire ce qui ne va pas et pourquoi.

oser et s’affirmer enfin

Prendre des risques, sortir de ma zone de confort. Pour tout vous dire, pour vous parler de mon travail. Vous savez je bosse en mairie au service accueil et État Civil et je n’aime pas trop mon travail. Surtout la partie accueil en fait. Je n’aime pas recevoir le public, je n’aime pas répondre au téléphone et en six ans, j’appréhende toujours les questions que l’on va me poser etc etc… Je suis quelqu’un qui n’aime pas vraiment les interactions sociales donc répondre au téléphone toute la journée et voir défiler les administrés toute la journée ce n’est pas vraiment ma tasse de thé.

Mon chef et Le Maire de la commune où je bosse le savent. J’avais enfin osé en parler à mon dernier entretien professionnel. Comme quoi je commence enfin à dire ce qui ne va pas et à ne plus me laisser faire. Mais malgré ça, je me suis vue confier récemment une nouvelle mission : la gestion de logements saisonniers avec tenue de régie. Déjà sur la régie, je suis sceptique : avec ce qui s’est passé avec mon ex, question argent, je suis un peu réticente à tout. C’est à dire que je n’aime pas avoir à manipuler autre chose que mon propre argent. Et puis il va falloir que je fasse l’entrée des lieux ainsi que la sortie. Or pour quelqu’un qui n’est pas à l’aise avec le public…

aurais-je du dire non ?

J’ai failli refuser. Le problème c’est que pour ça, on m’augmente mon temps de travail. Et qu’honnêtement ce 35h je l’attends depuis tellement longtemps. J’en ai besoin pour reprendre mon indépendance, pour pouvoir enfin me reprendre un logement et avoir mon petit chez moi sans craindre d’être rapidement dans le rouge. Mais j’ai peur. J’appréhendais déjà d’aller au boulot chaque jour parce que je n’y trouve plus mon compte, que je m’y épanouie pas et qu’avec ma collègue ce n’est pas toujours facile, mais là c’est pire… Zéro motivation à me lever le matin.

Ils devaient me supprimer les samedi et me mettre sur des horaires la semaine, mais cela a été refusé par la commission… Le sentiment d’inutilité que j’ai à venir bosser le samedi matin pour trois pèlerins qui viennent en mairie n’a pas été entendu. Sauf qu’il influe sur le moral et le sentiment d’utilité concrète au sein de cette mairie et de ma place.

J’espère que les 7h complémentaires ne seront pas juste un test. Car pour le moment mon contrat ne change pas, on me paye juste 7h hebdomadaires complémentaires. Mon chef m’a aussi dit que si vraiment cette nouvelle mission est trop pour moi au bout d’un mois, il l’a redonnera au collègue qui devait l’avoir à la base sans me supprimer cette nouvelle base. Cela reste encore à voir.

travail et épanouissement personnel

L’autre jour, je lisais l’article du blog d’enjoythelittlethings qui s’interrogeait sur son épanouissement personnel et notamment de la place du travail dans cet épanouissement. Le travail est-il une obligation à cet épanouissement ? Je pense qu’au jour d’aujourd’hui, beaucoup trop de personnes, moi y comprise, font un travail qui ne leur plaisent pas uniquement pour avoir de quoi manger…

Oui j’aimerais m’épanouir par le travail mais je ne pense pas que le travail soit la source principale de mon épanouissement. Pour moi l’épanouissement, c’est un bien-être général, le sentiment d’avoir une vie riche et de faire des choses qui nous plaisent, nous apportent, nous transportent. Le sport m’épanouit car il m’aide à me dépasser, à me libérer, à me construire un mental d’acier. L’écriture m’épanouit car elle me libère, elle m’apporte, elle me transporte. Lire m’épanouit car cela fait développer mon imaginaire, ma créativité, que ça me transporte aussi.

Pour moi l’épanouissement ce sont toutes ces activités que l’on a dans la vie en dehors du travail et qui contribue à nous rendre bien, à être en accord avec soi-même et surtout à être heureux. Les amitiés, les sorties, les interactions que l’on noue avec des personnes. Le travail ne devrait pas n’être qu’un job alimentaire dans lequel on ne se plaît pas. Je pense que l’on peut-être heureux en dehors du travail mais que si le travail ne nous épanouit pas cela aura forcément un impact sur notre bien-être général. Le travail devrait être un moteur.

Je pense que le travail contribue à l’épanouissement personnel. Je pense que l’on devrait faire un travail qui nous plaise. Qui nous donne la pêche dès le matin, un travail où l’on prend plaisir à y aller et où on ne va pas à contre-coeur. Mais je me demande si finalement les seules personnes pour qui cela fonctionne, ne sont pas les personnes qui ont fait de leur passion leur travail : footballeurs, photographes, artistes…

la peur de l’échec ou de la réussite

Je parlais tout à l’heure de mes croyances limitantes, ce sentiment d’être nulle et de n’arriver à rien. Ce sentiment qui fait que dès que je dois passer un concours ou autre, je ne le bosse pas car je pense que de toute façon, cela ne servirait à rien, que je ne suis pas douée et que je ne l’aurais pas. C’est ce qui fait aussi que je procrastine sur mon roman bien que j’ai réellement l’envie d’écrire et d’aller plus loin. Cette peur de l’échec qui au final te bloque et t’empêche ne serait-ce qu’essayer.

La peur. C’est bien elle qui domine ma vie en tous points en fait. La peur de quitter un boulot que je n’aime pas pour me retrouver sans rien et galérer. Mais aussi, la peur de dire non et de m’affirmer et de ne plus être reconnue. La peur de prendre des risques et de sortir de ma zone de confort. La peur de vivre seule et d’affronter la solitude qui malgré que je l’ai cherché en zappant quelques rares amitiés, me pèse aujourd’hui…

J’ai passé un entretien pour un poste similaire dans une autre commune, pas rassurée, pas à l’aise, je n’ai pas été retenue. J’ai passé un oral pour l’examen professionnel d’adjoint administratif. J’aurais les résultats mi-juillet, mais pareil, pas à l’aise du tout, je ne le sens vraiment pas. Je préfère me dire d’ailleurs que je ne l’aurais pas. Au moins, je ne peux qu’avoir une bonne surprise dans ce cas.

le passage à la trentaine : ce gros cap

Dans trois semaines, je vais avoir 30 ans. Et je suis bien décidée à rattraper ces trente dernières années. Je vais essayer d’oser et de sortir de ma zone de confort. De manière personnelle aussi déjà, retrouver des amitiés, des nouvelles, en créer. Prendre des cours de chant, chose qui me fait envie depuis que je suis petite. Pour le travail, je suis un peu désabusée, je ne sais plus quoi faire pour me dépêtrer de cette situation.

J’aimerais faire un boulot qui me plaise mais à part dans l’écriture, ou le sport ou je n’ai aucune compétences. Et je ne vois pas ce qui pourrait me plaire d’autre. Si je continue dans la Fonction Publique, j’aimerais un poste en Ressources Humaines. Mais là où je bosse, aucune possibilité avant plusieurs années, et je n’ai plus de temps à perdre. Je me donne un an maximum (je crois que je l’ai déjà dit d’ailleurs) mais je ne veux plus rester dans un endroit qui me donne envie de fuir dès que j’y suis…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Prison Break… ! S’évader, sortir de ce cocon !

Non, je ne vais pas te faire un article sur la série Prison Break ! Bien que je l’ai adoré, surtout la première saison à l’époque et que j’étais bien évidemment amoureuse de Michael Scofield ! Non, vraiment, cet article n’a rien à voir avec la série qui vient d’ailleurs de commencer une nouvelle saison et dont je dois donc re-regarder tous les épisodes pour me mettre à jour !

Non, je vais encore te parler de moi. Te parler du flux de sentiments qui me gagnent en ce moment. Je pense que ça fait un petit moment déjà. La prise de conscience d’avoir 30 ans cette année (le 06 juillet tu t’en rappelleras ?!^^) joue pour beaucoup je pense. Je fais une sorte de bilan de ma vie et je n’en suis pas satisfaite. A tel point que j’ai envie de tout envoyer valser.

Prison break voilà… J’ai l’impression d’avoir vécu en prison pendant les trente premières années de ma vie là et que je cherche enfin à m’en échapper. Un cocon familial dans un contexte de naissance endeuillé et une surprotection qui s’en est suivie… Aujourd’hui, j’étouffe, j’ai besoin de changer d’air.

Prise de conscience

Cela inclue le taf dans lequel je ne me sens plus à ma place et dont les tâches ne me conviennent plus. Et surtout reprendre mon indépendance. Il est temps que j’affronte ma solitude en face et ce sera peut-être un mal pour un bien d’ailleurs, car j’oserais peut-être aussi plus sortir et aller à la rencontre d’autres gens en n’ayant personne derrière moi…

La prise de conscience s’est effectuée en douceur. Je me rends compte que je me suis cachée derrière un masque pendant tout ce temps. Oui, je me suis convaincue que j’aimais ma solitude alors qu’aujourd’hui elle me pèse. Puis, je me suis surtout convaincue que je ne pouvais rien faire d’autre que de rester bien au chaud dans ma zone de confort.

Aujourd’hui, j’ai envie d’en repousser les limites et de prendre quelques risques. J’ai surtout envie d’avancer et de cesser de faire des choses qui ne me plaisent pas. La vie est trop courte pour se faire chier. Alors malheureusement je ne sais pas encore ce que je veux faire, mais au moins, je sais ce que je ne veux plus faire !

Besoin d’un coup de pouce

Je ne suis pas prête à prendre des risques démesurés pour autant. J’ai besoin d’y aller en douceur et de ne pas tout bousculer d’un coup non plus. Un pas après l’autre. Je pense que la thérapie pourrait m’être bénéfique, d’autant que le thérapeute m’a dit que j’avais déjà une grande capacité d’analyse sur moi-même, et que j’avais déjà entrepris une bonne partie du travail.

Je ne pense pas qu’il me manque grand chose. Juste le petit coup de pouce qui me fera prendre confiance en moi, en mes capacités, en ma volonté de m’affirmer aussi, d’oser dire non, d’oser dire ce qui ne va pas au taf aussi et ce que j’aimerais qui change. Je ne suis plus la gamine qui est arrivée il y a 6 ans, je ne suis plus la débutante qui devait prouver des choses. J’ai prouvé qui j’étais et ce que je valais, et je vaux dix fois mieux que les tâches qui m’incombent.

Je pense faire de plus en plus de critiques livresques ici sur le blog, et sur les séries aussi j’aimerais bien. Je vais tâcher de prendre le temps et de m’organiser au mieux au lieu de toujours traîner et de me poser trop de questions. Il est temps d’agir sur ce que j’aime faire déjà. D’ailleurs, depuis le temps, il faudrait vraiment que je me trouve des cours de chant !

Un tas d’envies

Après, j’ai tellement envie de changer beaucoup de choses, tellement envie de faire de choses que j’ai peur de m’éparpiller, d’en faire trop, de me perdre. J’ai peur de brûler les étapes, d’avoir envie que tout aille vite… Car j’ai tellement l’impression d’avoir raté un tas de choses, d’avoir fait du surplace et de survivre. J’ai tellement envie de vivre, de respirer, d’être libre, de lâcher prise.

Je ne demande pas grand chose en fait. Juste de pouvoir me lever le matin en étant heureuse de faire un taf qui me plaît. D’avoir des passe-temps et des activités qui m’occupent assez l’esprit pour ne plus avoir le temps de le torturer. De prendre confiance en moi et de me faire des amis. De sortir de temps à autre, de m’amuser. Tout ce que j’ai loupé dans mon adolescence…

Est-il possible de faire sa crise d’ado à 29 ans, 10 mois et 6 jours ? C’est horrible de l’écrire. Le 6 juillet va vite être arrivé. Et à 30 ans j’ai vécu quoi ? Deux histoires d’amour trop brèves et sans sexualité. Un premier taf qui ne me passionne pas, et plus d’amis… Ou trop loin… Je ne veux pas avoir 30 ans ! Mais il est impossible de revenir en arrière… Par contre, il est possible de construire sa future vie. Et de se dire que ceci n’est que le premier jour de ma nouvelle vie…

Rendez-vous sur Hellocoton !

A l’aube de mes trente ans…

Une vie bien trop calme

L’écriture de mon dernier article n’a pas été chose aisée. J’en avais déjà parlé un un peu sur le blog mais pas façon si ouverte dans un article entier. J’ai d’abord voulu mettre cet article sous mot de passe et ne l’envoyer qu’à celles qui me le demanderait. Et puis, je me suis dit, pourquoi ? Et si cet article pouvait m’aider à y voir plus clair ?

Je ne pense pas que ça m’ait aidée. Pourtant vos commentaires m’ont beaucoup touchés par leur bienveillance et leur non-jugement surtout. C’était très important pour moi. J’ai appris à faire le tri dans les commentaires et à prendre du recul donc je savais que j’aurais pu gérer quasi n’importe quoi.

Mais, je me suis rendu compte en vous lisant que la situation me pesait encore bien plus que je ne le pensais. C’est bien simple, je ne supporte plus ma vie et ce peu d’action. Pas uniquement dans ce domaine là d’ailleurs mais dans tous les domaines de ma vie. C’est le calme plat, je veux une tempête. Que ça bouge…

Ma vie est routinière. Je me lève, je vais au boulot, parfois au sport, seuls moments où je me sens vivante d’ailleurs. Puis je lis, j’écris ici ou ailleurs. Pus ici qu’ailleurs. Ce projet de roman est resté en suspens. Comme à peu près tout ce que j’aurais aimé entreprendre.

ces choses que j’aime…

La photographie est un talent que j’ai eu longtemps envie de développer, il fut un temps ou j’étais même plutôt douée ou en phase de l’être. Et puis quand il est parti, cette envie est partie avec lui. Tenir un appareil photo est devenu assez compliqué depuis… Et puis la peur toujours et encore. Je ne suis pas une aventurière dans l’âme qui pourrait partir seule en vadrouille photographique, j’aurais bien trop peur de me perdre…

Il y a aussi le chant. J’ai toujours aimé chanter depuis toute petite. Mais étant donné que je ne chante que dans ma chambre, je ne sais pas si je suis douée. A part sur quelques vidéos Youtube, personne ne m’a jamais entendue chanter en vrai longtemps voulu prendre des cours puis je n’ai jamais osé franchir ce pas. Peur de ne pas être douée, et qu’on ne me dise que je ne soit pas du tout faite pour ça.

L’écriture. Elle aussi elle me poursuit depuis toute petite. Déjà en primaire j’écrivais des nouvelles. Je suis triste de les avoir jetées plus tard. J’aurais aimé me relire. Je me rappelle que c’était sûrement très cucul la praline mais au moins j’écrivais… Adolescente, j’ai écrit des paroles de chanson… Peut-être les chanterais-je un jour ?

Et puis, le sport. Une révélation depuis plus de 3 ans moi qui n’était pas sportive pour un sou et la dernière à être choisie dans les équipes à l’école. Aujourd’hui j’ai appris à nager alors que il y a deux ans j’étais encore aquaphobe et je fais du sport en salle environ deux ou trois fois par semaine. C’est ma soupape. Mon bol d’air frais. J’ai tellement besoin de ça pour aller bien…

trop seule…

Malgré toutes ces choses, ma vie est plate. En réalité, je n’ai que très peu d’ami(e)s. Ou alors ceux qui vivent loin et rencontré sur Internet, pour la plupart vu au moins une fois et sinon pas encore eu l’occasion. Mais du coup, quand je ne suis pas au boulot, quand je ne suis pas au sport. Je m’ennuie. Même si je passe mon temps à lire, à écrire ou à regarder des séries.

Je crois que j’aimerais passer du temps avec des gens. Faire des rencontre amicales qui seraient près de chez moi. Faire des sorties, d’amuser. Tout ce que je n’ai jamais fait dans mon adolescence et qui me manquent malgré que j’ai toujours donné l’impression que non.

Je me sens dans une impasse. Me voilà à un tournant de ma vie. Je ne sais pas si ce sont les trente ans qui approchent mais j’ai envie de tout changer. De me sentir vivante. De faire un tatouage, qui expliquerait ma détermination parfois… Le courage que j’ai eu de perdre 25 kilos, d’affronter ma peur de l’eau. Ce courage que j’ai eu mais qui me manque dans ma vie amoureuse, dans ma vie amicale, dans ma vie professionnelle.

oser la confiance en soi

J’aimerais que ce courage me donne confiance en moi dans tous les pans de ma vie. Oser faire des rencontres, me casser la gueule aussi parfois, tomber mais toujours se relever. Ne plus avoir peur de rien, jamais. Faire ce dont j’ai envie. Chanter, écrire, rencontrer, sortir, m’amuser. Faire du sport, apprendre les bases de la nutrition. Terminer le roman commencé. L’envoyer à des maisons d’édition. Participer à des concours d’écriture.

Me trouver jolie. Ne plus avoir peur de rencontrer un mec après lui avoir parlé sur un site de rencontres. Ne plus avoir peur qu’il ne me trouve moins joli qu’en photo. Avoir suffisamment confiance en moi et en mon charisme pour qu’il me trouve charmante. Ne plus être jalouse, possessive et excessive. Ne plus attendre trop de lui. Me suffire à moi-même. Vivre… Être en paix avec moi-même…

Rendez-vous sur Hellocoton !

2017, aide-moi, ne me laisse pas tomber. . . !

Qui dit nouvelle année, dit nouvelles résolutions. Je n’aime pas tellement ce mot. Je préfère parler d’objectifs ou même carrément d’envies, comme ça si ça ne se concrétise pas, ça fait moins mal… Alors, je ne vais pas énumérer une liste de résolutions que je ne suis pas sûre de pouvoir tenir ou tellement impossible qu’elles seraient irréalisables, juste une petite série d’envies que j’aimerais bien que 2017 accomplissent…

Quand je fais le bilan de ma vie, je n’ai pas l’impression d’évoluer ni d’avancer, en même temps, c’est quoi évoluer et avancer ? Je ne me vois pas non plus comme tout le monde, avec à l’aube de mes 30 ans, un enfant, un mari et un chien qui m’attendent chaque soir à la maison. Ce n’est pas dans mes envies. Pas encore. On me dit tout le temps que je fais jeune, alors mon cerveau est en adéquation avec mon visage, car ce n’est pas du tout dans mes aspirations.

Alors on pourrait me dire aussi que c’est bien évidemment parce-que je n’ai pas trouvé le bon et qu’une fois que je serais bien en couple, j’aurais forcément envie d’enfants car de toute façon, c’est impensable qu’une femme puisse ne pas vouloir d’enfants… Comme si le seul but dans la vie d’une femme était de procréer… Il est grand temps d’évoluer les mentalités et de s’ouvrir et de comprendre que chacun est différent et que non, avoir des enfants n’est pas une vocation pour toutes les femmes…

balloons-388973_960_720

Mais je m’égare là ! J’ai 29 ans, des histoires d’amour éphémères, courtes et tellement peu nombreuses. Deux. Un flirt et une histoire un peu plus dure, passionnelle, une de ces histoires d’amour qui auraient pu se terminer par un fait divers que l’on lit dans les pages d’un journal en se demandant comment il est possible d’en arriver là par amour… Je ne vais pas expliquer, ou réexpliquer d’ailleurs (car ça a déjà fait l’objet d’un article), c’est sûrement incompréhensible pour ceux qui n’ont pas vécu une histoire aussi tumultueuse…

Je n’ai plus d’amis. Enfin, pas de ceux que l’on peut appeler à tout heure pour demander de venir parce-que ça ne va pas… Je n’ai jamais réussi à garder des amitiés au fil des années, les seules encore c’était deux amies du lycée, mais je ne leur parle plus. Depuis un an ou deux peut-être. De toute façon, ça faisait depuis bien plus longtemps que ça qu’on s’était éloignées et qu’un fossé nous séparaient. Je ne sais même pas si j’ai réellement envie de les revoir aujourd’hui…

Il faut dire que moi les amitiés, elles sont virtuelles. Enfin « virtuel », ça aussi c’est un mot qui me fait rire, car ces personnes derrière mon ordinateur, elles existent réellement, je ne parle pas à un robot non plus… Là j’en compte quelque uns. Qui me connaissent, connaissent ma vie, mon vécu, me comprennent… Parce-que ça a été plus facile pour faire connaissance. Ces personnes elles sont là, seront là quoi qu’il arrive même si elles sont loin physiquement. Pareil pour certaines blogueuses que j’ai pu trouver ici. J’ai pu me confier à certaines, recueillir leur aide, et ça m’est très précieux…

gothic-1317139_960_720

Mais, je vous mentirais, si je vous disais que je ne me sens pas seule. J’ai mes séries, j’ai mes lectures, j’ai l’écriture, j’ai le sport et tout ça me prend déjà beaucoup de temps avec le boulot, mais je ne suis pas épanouie à 100 %… Je sens qu’il me manque quelque chose. Pas forcément un amoureux, mais peut-être des connaissances avec qui traîner de temps à autre, et puis de la confiance, et surtout un boulot qui me botte et qui me donne envie de me lever chaque matin et non pas de me cacher sous la couette…

Alors, voilà ce que je voudrais pour 2017, c’est tout simple : continuer ma stabilisation du poids voir en reprendre si c’est uniquement en muscle ! Écrire encore et toujours, sur ce blog, me lancer des objectifs, avec Fyctia ou autres et surtout continuer l’écriture de ce roman que j’ai trop longtemps repoussé… Trouver ma voie professionnelle, je sais ce que je ne veux plus, maintenant j’aimerais trouver ce que je veux car je sais que je ne suis pas à ma place dans le genre de poste où je suis… Prendre quelques risques, élargir ma zone de confiance et surtout gagner encore un peu plus confiance en moi… Et puis, nager parfaitement bien ! On continue et on lâche pas ! Quitte à prendre un cours particulier avec un maître nageur si les cours collectifs ne suffisent pas !

Je ne vais pas faire une liste de 15 kilomètres… Si déjà, j’arrive à avancer dans ces projets, où avoir des débuts de réponses, ça me semblera bien… Doucement peu importe, mais sûrement, je l’espère ! Moi tout ce que je veux c’est simple : être heureuse, mais j’ai compris que le bonheur c’est à moi de le définir, de le chercher, et de casser un peu les briques et oser ! Et si je me faisais un peu violence ? Après tout, à chaque fois que je le fais, ça fonctionne plutôt bien… Ma perte de poids et l’affront de ma peur de l’eau en sont deux belles preuves…

life inspilia

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

La petite liste de mes envies du moment . . .

  • Changer de taf
  • Changer d’habitation
  • Ne plus avoir de peurs
  • Renouer / nouer des amitiés
  • Accepter l’amour
  • Trouver l’homme qui m’acceptera, me comprendra, me rassurera et avec qui tout me paraîtra si simple
  • Changer de téléphone
  • Classer mes photos mais je procrastine !
  • Vendre mes vêtements devenus trop grands
  • Voyager
  • Apprendre le chant
  • Me muscler, me tonifier et me raffermir
  • Avoir confiance en moi
  • Avoir une bonne estime de moi
  • Ne pas avoir honte de faire ce que j’ai envie de faire

autumn-1649207_960_720

  • Ne plus me soucier du regard des autres
  • Vivre et non plus survivre
  • Danser
  • Ne plus jamais m’ennuyer
  • Être débordée d’activités
  • Apprendre la cuisine, la nutrition et à lire les étiquettes et les comprendre
  • Savoir enfin nager et ne plus avoir peur du tout de l’eau
  • Me faire tatouer, je sais à peu près ce que je veux, et je pense savoir où
  • Faire un shooting photo avec maquilleuse et photographe professionnels
  • Visiter la Californie
  • Ne plus avoir peur d’être seule
  • Lire les livres de ma pile à lire !
  • Retourner dans un parc d’attractions et faire les attractions jamais osées jusque là
  • Me faire opérer les yeux et enfin jeter mes lunettes à la poubelle
  • Renouer avec la photographie
  • Me déconnecter des réseaux sociaux plus souvent
  • Etc etc…

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

My Bucket List . . . 100 choses à faire avant de mourir !

Aujourd’hui, j’ai envie de vous présenter la liste des choses que je voudrais faire avant de mourir… et même pour certains points, que j’aimerais avoir fait avant mes 30 ans ! Ce qui me laisse encore un peu moins de 3 ans.

J’ai vu plusieurs articles de ce concept sur la blogosphère et j’ai voulu moi-même vous présenter la mienne.

IMG_77611_GF

1 – Évoluer dans mon taf, voir même, en changer…

2 – Écrire un livre

3 – Me faire tatouer

4 – Faire un shooting pro avec un photographe professionnel, maquilleuse professionnelle etc etc…

5 – Faire de la figuration et puis soyons fous avoir un rôle dans une série !

6 – Apprendre à jouer du piano

7 – Prendre des cours de chant et de théâtre

8 – Participer à une émission TV via un casting (télé-réalité ou télé-crochet musical^^)

9 – Apprendre à danser comme dans « Danse avec les Stars » !

10 – Faire de l’humanitaire auprès d’enfants orphelins

11 – Oser faire un saut en parachute

12 – Porter une robe de mariée (et pourtant, je ne veux pas me marier, je crois…)

13 – Atteindre enfin un poids que je jugerais potable, disons enfin me sentir complètement à l’aise dans mon corps

14 – Visiter La Californie et New-York

15 – Enfin réacquérir mon indépendance et vivre seule !

16 – Trouver l’amour, un amour durable cette fois, et m’y sentir bien

17 – Lancer une marque de vêtement (j’ai toujours idolâtré Brooke Davis ^^)

18 – Apprendre à coudre, à être beaucoup plus manuelle, créative

19 – M’améliorer en photographie

4_GF

20 – Pouvoir faire encore plus de sport

21 – Apprendre à nager et ne plus avoir peur de l’eau

22 – S’enfuir d’un restaurant huppé sans payer !

23 – Acheter un hangar puis en faire un loft

24 – Conduire une Formule 1

25 – Avoir une rubrique dans Biba, Cosmopolitan ou Shape

26 – Flâner dans une bibliothèque où pour atteindre certains livres, il faut une échelle

27 – Faire une épilation définitive au laser et enfin être débarrassée de mes poils !

28 – Rencontrer et parler avec Ian Somerhalder, ou Antoine Griezmann, ou Rafael Nadal Ou Miguel-Angel Munoz … ^^

29 – Aller à EuropaPark

30 – Envoyer une bouteille à la mer avec un message

31 – Faire du shopping à New-York

32 – Avoir confiance en moi

33 – Être heureuse

34 – Vivre

35 – Faire une croisière

36 – Parler l’anglais couramment

37 – Avoir un dressing à la Carrie Bradshaw !

38 – Visiter le Japon, le Canada et tous les autres lieux qui m’ont fait, me font ou me feront rêver !

39 – Adopter un enfant

40 – Continuer ce blog jusqu’à ma mort ^^

41 – Être mannequin ^^

42 – Essayer l’hypnose

43 – Revoir une voyante

44 – Devenir mon propre boss

45 – Gagner au loto ^^

46 – Reprendre l’avion (j’avais 3 ans)

47 – Apprendre à cuisiner

48 – Participer à un flash mob

49 – Voir un grand match de foot en Coupe du Monde ^^

50 – Aller à la finale de Roland-Garros et encore voir gagner Nadal 🙂

51 – Passer mon permis moto

52 – Rencontrer tous mes amis d’Internet

53 – Tirer avec une vraie arme pour voir la sensation que cela procure

54 – Apprendre à piloter un avion

55 – Arrêter d’avoir peur de tout . . .

56 – Si j’ai des enfants, les appeler Éli (garçon), Charlie (fille) ou Joé (fille).

57 – Me faire opérer les yeux pour enfin ne plus jamais porter de lunettes . . .

58 – Ne plus du tout être affectée par la méchanceté de certaines personnes . . .

59 – Ne plus me ronger les ongles ni manger les peaux autour et pouvoir me faire de belles manucures !

60 – Avoir plus de temps . . .

61 – Nager avec les dauphins

62 – Vivre un an aux États-Unis

63 – Sauver la vie de quelqu’un

64 – Voir une comédie musicale bollywoodienne

65 – Faire un vœu en voyant une étoile filante

66 – Mettre enfin en bouquin ma collection de timbres

67 – Voir si de vieux timbres ne peuvent pas me rapporter de l’argent

68 – Avoir vu toutes mes séries préférées encore une fois

69 – Écrire des chansons pour un groupe, chanteur ou chanteuse célèbre

70 – Faire de l’escalade

71 – Retrouver des anciens du lycée ou collège à une fête d’anciennes classes

72 – Signer un autographe

73 – Avoir un fou rire à un enterrement

74 – Voir et photographier une grande cascade

75 – Rembarrer une personne qui pète plus haut que son cul !

76 – Réaliser toutes les choses de cette liste et bien plus encore !

77 – Monter en haut de la tour Eiffel et de l’Arc de Triomphe

78 – Monter sur le toit d’un building américain

79 – Vivre l’instant présent sans ne plus me soucier de rien !

80 – Se faire demander en mariage, une demande exceptionnelle et insolite

81 – Refaire mes seins

82 – Donner mes organes après ma mort

83 – Donner mon corps à la science après ma mort

84 – Regarder « Sans plus attendre », le film se référant à cette idée de bucket list

85 – Lire tous les livres de Guillaume Musso

86 – Gagner 1000 euros de shopping dans les magasins de mon choix

87 – Me faire relooker

88 – Rencontrer mon sosie

89 – Revoir le film « Le Temps d’un Automne » car il parait que la fille malade fait aussi une liste de 100 choses à faire avant de mourir.

90 – Avouer mes sentiments . . . (le truc le plus improbable de la liste, j’ai l’impression)

91 – Que mon ex me voit heureuse

92 – Suivre des cours de boxe

93 – Voir le livre que j’aurais écrit se réaliser en film, avoir un rôle dedans

94 – Inventer quelque chose et le faire commercialiser

95 – Faire mon arbre généalogique

96 – Devenir coach en développement personnel

97 – Traverser le pont de San-Francisco

98 – Comprendre les hommes ^^

99 – Marcher sur le boulevard « Walk of Fame » à Los Angeles

100 – Y avoir mon nom ^^

Et voilà ! Alors et toi, quelle est ta bucket list ?!

signature blog

Rendez-vous sur Hellocoton !