Je ne sais même pas si c’était toi . . .

C’était il y 5 mois… Même un petit peu plus. Mordue de toi alors que je ne t’ai croisé que quelques rares fois. Une fois à la salle de sport. Puis les fois, où ayant appris où tu habitais, et où je passe chaque jour, puisque c’est à quelques mètres de chez moi… La première fois que je t’ai vu et remarqué c’est sur « Adopte un mec ». Tu m’as lancé un charme et moi je l’ai refusé. Par peur plus que par mépris. Je te trouvais mignon, mais il n’y avait pas grand chose d’inscrit sur ton profil. Et j’ai tendance à zapper ce genre de profil…

Puis je t’ai revu et reconnu à la salle de sport… En fait, c’est même à la salle de sport que j’ai vu ton « charme ». Alors que je faisais du vélo et que je pianotais sur mon téléphone. Je crois que j’ai refusé par peur que tu ne l’ai envoyé sciemment en m’ayant vu là devant toi… Pourtant, je ne pense pas que ce soit à la salle que toi tu m’aie remarqué. Je crois que c’est uniquement sur l’application de ton côté…

Pourquoi je n’avais pas cliqué sur oui…

Bref, toujours est-il que j’ai regretté… Encore plus le jour où en me promenant j’ai vu ton véhicule de travail avec ta photo collé au pare-brise… J’ai alors su où tu habitais, et surprise, nous habitions tous proches… Je passais là chaque jour sans le savoir, sans te voir, sans t’avoir remarqué auparavant… Mais depuis ce jour là, j’ai beaucoup pensé à toi. Puis je t’ai recontacté sur l’application mi-mars mais nos échanges n’ont duré que deux jours.

Je n’arrivais pas à comprendre ce qui avait pu clocher dans ce que j’ai dit. Et puis peu importe, je ne saurais jamais pourquoi tu as cessé de me parler. Je t’ai vu te connecter pendant quelques jours après. Puis je suis partie du site quelque temps… Quand je suis revenue, tu n’étais plus venu depuis. Cela fait maintenant plus de trois mois que tu ne  t’es pas connecté. Je ne t’ai plus croisé réellement depuis que l’on avait discuté sur l’application… 5 mois donc…

5 mois où je passe toujours devant chez toi quasiment chaque jour. Où je souris quand je vois ta voiture, et m’interroge lorsque je ne l’ai pas vu pendant plusieurs jours. Mais je ne t’ai jamais revu à la salle de sport à part cette fois où j’avais vu ton « charme » en même temps que de te voir face à moi. Je sais que tu parlais à un mec qui était dans ma classe au lycée, mais je ne sais même pas s’il me reconnait et je me vois mal aller lui demander de tes nouvelles.

étais-ce toi ? et si c’est le cas, à tes bras, qui étais-ce ?

Et puis l’autre matin, en partant de chez moi pour aller au boulot, je t’ai suivi durant quelques mètres. Rien que de te voir par rétro, m’a fait plaisir. Pourtant, je ne pense plus vraiment à toi, je m’étais fait une raison. Et puis de toute façon, je ne te voyais plus. Mais là, le fait de t’avoir revu rallume cette petite flamme au fond de moi quand je pensais à toi.

Le soir même, il me semble t’avoir revu. Je ne suis pas sûre que c’était toi. Ça y ressemblait et c’était juste devant chez toi mais je ne peux l’affirmer. Tu n’étais pas seul. Une jeune femme était près de toi. Il ne me semble pas que vous vous teniez la main, mais vous aviez l’air proche. Et j’ai ressenti un petit pincement au cœur alors que l’on ne se connait même pas. J’ai même failli faire demi-tour pour m’assurer si c’était bien toi ou non… Mais pourquoi perdre du temps pour quelqu’un qui n’en avait plus eu pour moi ?

Je suis cette fille qui « tombe amoureuse » de mecs dont elle ne sait rien, à qui elle n’a jamais parlé. Qui peut rester « bloquer » sur le dit mec pendant des mois sans qu’il ne se passe jamais rien. Je suis cette « amoureuse » platonique. Celle qui rêvasse aussi d’Antoine Griezmann. Qui se contente de pensées amoureuses en y rêvant. Celle qui a vécu en couple à peine 1 an à 30 ans… Je suis une rêveuse bloquée par la peur, la timidité, et un manque de pouvoir de séduction… Je suis celle qui rêve de faire de ses rêves une réalité… Est-ce qu’un jour, la fille qui rêve de mecs inaccessibles pourra enfin rencontrer quelqu’un qui ne le sera pas ?…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si tu me lis, alors tu liras ceci…

Quand tu t’es volatilisé…

Tu as discuté avec moi une après-midi. Et puis, c’est tout. Tu as cessé de répondre à mes messages. Sans que je ne comprenne pourquoi. Avais-je dit quelque chose de mal ? Je n’ai pas vraiment compris. Pourquoi m’avoir répondu si physiquement je ne te plaisais pas ? Il y a donc sûrement eu autre chose. Mais je n’ai rien dit qui aurait pu te faire fuir…

Peut-être as-tu vu mon profil Facebook ?… Tu m’as peut-être trouvé en suggestion d’amis… Et reconnu avec les photos. Si tu as cliqué , tu as peut-être atterri sur mon blog visible depuis mon profil. Et puis, avec les articles me dévoilant, tu as peut-être pris peur… Il faut dire que je ne blogue pas anonymement et que je n’ai aucun filtre sur mon passé, mes blessures, mes pensées, mes sentiments…

Tu te demandes peut-être aussi comment j’ai pu atterrir dans tes suggestions d’amis alors qu’on a aucun ami en commun. Et peut-être as tu pris tout simplement peur que je connaisse ton nom de famille avant que tu ne me le dises. Quand tu m’as lancé un charme la première fois sur le site, tu t’en souviens ? Quand je l’ai vu c’était à la salle et le hasard a fait que tu sois juste en face de moi sur un vélo à ce moment là…

…source d’incompréhension…

M’avais-tu remarqué et reconnu sur le site ? Ou bien c’était juste un pur hasard… ? J’ai pris peur. Peur qu’en acceptant ce charme, tu ne viennes me parler directement. Alors j’ai refusé. Bien que je te trouvais plutôt mignon et que tu m’avais l’air sympa. Mais j’ai eu peur. C’est l’histoire de ma vie ça. J’ai peur que les mecs m’abordent parce-que je ne sais pas comment réagir… Mes blessures, mon passé m’ont conditionnée comme ça…

Çà ne te dit toujours pas comment j’ai pu avoir ton profil Facebook. C’est simple, bien avant que je ne t’envoie un message, je me promenais pas loin de chez moi et mes yeux se sont attardé sur un taxi garé là… Je ne sais pas pourquoi en fait. Et puis, je t’ai vu sur la photo sur le pare-brise. Sur le coup, je n’ai même pas pensé lire ton nom en fait… Je ne sais même pas s’il y est inscrit. Mais, je me suis souvenue que je t’avais vu avec un mec qui était dans ma classe au lycée à la salle de sport. C’est dans ses amis Facebook que je t’ai trouvé…

Puis, je t’ai contacté sur le site où tu m’avais envoyé un charme. Tu m’as répondu et tu avais l’air plutôt enthousiaste dans tes réponses. En effet, tu répondais à mes questions et enchaînait sur d’autres. Puis tout à coup, plus rien. Le lendemain, je t’ai renvoyé un simple « Tu as passé une bonne journée ? » que tu as lu le surlendemain et auquel tu n’as jamais répondu… Et c’est là que je ne comprends pas.

…ou de ta peur…

Je sais que tu ne me dois aucune explication. Moi aussi, il m’arrive de ne plus répondre à des mecs parce-que je suis trop lâche pour leur dire qu’en fait ça ne le fera pas… Mais je me demande si tu n’as pas pris peur en lisant ce blog… Je t’avais trouvé sur Facebook et j’ai peut-être atterri dans ta liste de suggestion d’amis… Si tu as reconnu la fille du site de rencontre, tu as peut-être cliqué… La nature humaine étant curieuse, tu n’as pas pu t’empêcher de lire quelques articles.

Es-tu tombé sur ceux qui parlent de ma dépendance affective ? Tu t’es peut-être dit « Oh non, une fille jalouse et collante, je laisse tomber! ». Ou alors pire, ceux de ma virginité tardive et là tu fuis parce-que… Je peux comprendre que ça puisse faire peur en fait, c’est lourd à porter pour moi, donc potentiellement pour le gars avec qui je me mettrais en couple (bien que ça n’a pas été le cas pour mes exs) et là je me dis que si tu fuis pour ça, c’est que tu ne cherchais qu’une seule chose et au final tant mieux que tu es stoppé tout contact…

Ou alors, tu es tombé sur l’article où je parlais de toi… Si tu m’avais remarqué à la salle, tu as su que je parlais de toi et tu as aussi pris peur… Ou peut-être qu’en fait tu ne m’as jamais lu ici et que tu es tout simplement intéressé par quelqu’un d’autre. Ou que j’ai finalement dit des choses qui ne te plaisent pas. Même si je ne vois pas quoi. Tu as peut-être, certainement d’ailleurs, tes raisons. Mais tu sais, une fille ça se torture le cerveau quand ça n’a pas de réponses. Vous vous avez la capacité de tourner la page rapidement mais pas nous…

…la surmonteras-tu ?

Si tu me lis vraiment et si tu continues à le faire, tu as peut-être compris que c’était de toi que je parlais quand j’évoquais mon rêve ? Te laisser un mot dans ta boîte à lettre, ça m’a vraiment traversé l’esprit tu sais… On s’est croisé à la boulangerie l’autre soir. Quand j’entrais, la boulangère te donnait ton pain. Tu es parti en me regardant. Je t’ai regardé aussi. J’ai entendu tes pièces tomber et la boulangère me réveiller : « Vous désirez? ». Tu as ramassé tes pièces et tu as détalé. Je n’ai pas vu par où tu es parti mais si c’était pour ne pas que je vois où tu entrais, ce n’était pas la peine… Je sais que tu habites juste en face… Là où je vois ton taxi garé tous les jours quand je passe devant…

Je ne te suis pas. Je n’habite pas loin non plus et tu es en plein bourg donc bon… Mais si ça se trouve, tu ne m’as même pas reconnu, jamais retrouvé sur Facebook et tout ça n’est que pur hasard. Tu ne m’as plus répondu pour une raison que toi seul connaît et puis c’est comme ça… Je voulais juste te dire que si c’était parce-que tu m’avais lue ici et que tu avais pris peur, tu aurais pu m’en parler…

cela ne m’ôtera pas d’un doute…

Si malgré ce que j’ai pu écrire ici, je te plaisais, tu aurais pu voir plus loin… Prendre le risque quand même, m’en parler au moins… Je sais que ce que j’ai pu confier ici peut faire peur à un mec, j’en suis parfaitement consciente. Mais c’est dommage de passer à côté de ce qui aurait peut-être pu, sait-on jamais, être une belle histoire ? Si vraiment tu as lu et si tu me lis encore, tu sais comment me recontacter…

Et là plusieurs options : il ne m’a jamais lu et ne verra donc jamais ce message. Il m’a lu mais m’a complètement zappé et ne remettra jamais les pieds (ou plutôt les yeux) sur mon blog et donc ne verra pas ce message. Ou il m’a lu et n’a pas envie de revenir sur ce blog… Soit, il va me lire mais ses réticences sont trop importantes et il préfère vraiment laisser tomber… Ou encore il va me lire et… à lui de jouer…

Une blogueuse non anonyme,

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rêver de toi…

un mauvais timing ?

Je t’ai ignoré quand tu m’as lancé un signe. Et puis, la vie m’a apporté un signe menant jusqu’à toi. Alors je t’ai cherché. Puis retrouvé. J’ai même trouvé ton nom grâce aux signes qui m’avaient été envoyés. Puis, je t’ai recontacté. Tu m’as d’abord répondu puis ensuite ignoré, sans que je ne comprenne pourquoi.

Je l’ai eu mauvaise au début. J’étais triste et en colère. Je ne comprenais pas ce que j’avais pu dire ou faire de mal. Et puis, j’ai compris que je n’avais peut-être pas toutes les données et que tu avais sans doute tes raisons. Que tu ne me devais rien et qu’il m’arrivait à moi aussi de ne plus répondre à des mecs sans leur fournir d’explications.

la résignation puis ?…

Alors, j’ai tâché de me faire une raison. Et puis, je me suis dit que ça ne servait à rien de s’attarder sur un mec qui ne me remarquait pas… J’ai quitté ce site de merde en me disant que ça ne me menait nul part et que ce n’était pas sur Internet que j’allais rencontrer un mec de toute façon…

Et puis une semaine plus tard, je pensais toujours plus ou moins à toi. Je voulais voir si tu te connectais toujours. Alors, j’ai recréé un compte. Tu ne te connectais plus et puis bizarrement tu t’es reconnecté le jour où je suis réapparue. D’abord avec ce nouveau compte puis avec l’ancien. Pourtant, tu ne m’avais effectivement jamais répondu et jamais recontacté…

Alors depuis, je pense à toi parfois Je passe devant chez toi quasiment chaque jour sans pouvoir faire autrement. Je vois quand ta voiture est là ou pas. Tout en sachant que je ne devrais même pas y prêter attention ni même chercher à le savoir. Pourquoi resterais-je accrochée à un garçon qui n’a pas voulu voir plus loin me concernant ?

… le jour où tu apparais dans mes rêves…

Et puis, l’autre nuit, j’ai rêvé de toi. Enfin j’ai rêvé que je passais devant chez toi et que je te mettais un mot dans ta boîte à lettres. Je ne sais pas ce que je te disais. Je ne sais pas ce qui se passe non plus après que tu l’ai lu. J’ai du me réveiller à ce moment-là ou alors je ne me souviens pas de la fin du rêve.

Rassurez-vous, je ne mettrais pas de mot dans sa boîte à lettres. Ceci ne restera qu’un rêvé. Dont je ne saurais jamais l’issue. Mais je peux toujours rêver éveillée à une fin que j’aurais choisie. Après tout, c’est l’histoire de ma vie amoureuse ça… Je devrais l’écrire d’ailleurs la fin. Comme le commentaire mignon de l’autre matin que j’ai reçu sur ce blog qui me disait que peut-être que mon prince charmant me lisait ici ?!…

Rendez-vous sur Hellocoton !

A cœur ouvert : cette fille trop peureuse que je ne veux plus être . . .

Je vous en ai parlé ici. Ça fait trois ans et demi que je suis célibataire. Quand Florent est parti, j’ai cru mourir. J’ai voulu mourir, j’ai voulu en finir. Je pensais que je ne serais plus heureuse dans ma vie, jamais… Une amie m’avait beaucoup aidée à l’époque. Aidée à me faire prendre conscience que si je pouvais vivre et être heureuse à nouveau et que ma vie ne tournait pas uniquement autour de ce garçon. Alors il a fallu du temps et puis j’ai fini par le comprendre. J’ai fini par comprendre qu’il n’était pas le bon tout simplement.

Après cette relation tumultueuse, j’ai eu besoin de temps. J’ai rencontré quelques garçons mais rien de concret, je ne voulais même pas d’une histoire avec eux, je voulais juste voir ce qui se passerait comme ça sans trop me prendre la tête. Ça ne l’a fait avec aucun de ces garçons. De toute façon, je ne recherchais pas vraiment d’histoire. Je voulais juste passer le temps… J’avais pris conscience qu’il fallait que je m’épanouisse seule avant de m’épanouir à deux. Le sport et ma perte de poids m’ont aidée à m’épanouir. Je me sentais plus libre, plus en confiance.

Ce garçon, je l’ai rencontré sur Adopte un mec. Un charme auquel je dis oui sans conviction, sûrement parce-que la lecture du profil me plaît mais comme avec tous les autres, juste pour passer le temps. C’était il y a 3 ans. 3 ans qu’il m’a parlé pour la première fois et il me parlait toujours… Malgré ces 3 années de refus de le voir… Pour être honnête, je refuse les rencontres bien plus que je n’accepte des charmes et déjà que je n’en accepte pas beaucoup…

J’ai encore peur, je n’ai pas confiance en moi alors il est très difficile dans ces conditions de faire confiance en quelqu’un d’autre. Alors à quoi bon rencontrer des mecs alors que je sais très bien que je ne serais pas prête à vivre une belle histoire. C’est ce que je me suis dit pendant trois ans. Et puis, même si j’aimais discuter avec lui, je n’avais pas plus d’attirance que ça au départ. Et puis, je ne sais pas ce qu’il s’est passé cet été…

Une prise de conscience, une envie de prendre des risques. La vie est trop courte pour nourrir des regrets. Alors, j’ai envisagé de le rencontrer et je lui ai dit mais j’avais encore besoin de temps. J’avais surtout besoin que la demande vienne de moi, j’avais besoin de contrôler ça. Et comme à son habitude, il s’est montré très patient et il a attendu… Mais chaque jour, depuis que j’ai décidé de le voir au début de l’été, on a discuté, et chaque jour, je m’attachais un peu plus à lui…

Et puis, voyant mon attachement augmenter et n’y tenant plus, je lui ai enfin proposé de se rencontrer. On devrait se voir initialement ce dimanche… Et puis, on s’est vu vendredi soir. Il devait rejoindre des potes pour 20h30 et proposait qu’on se voit avant. J’ai accepté. On s’est donc vu. Il devait être 18h30 lorsqu’on s’est rejoint sur une plage. On a marché et puis on s’est posé sur des galets dans un coin tranquille et éloigné de la foule.

cople

C’était assez timide, on l’est tous les deux… On a un peu discuté, puis on s’est surtout beaucoup taquiné lorsqu’il m’a demandé si j’étais chatouilleuse ! Jeux de mains, jeux de vilains, il a fini par m’embrasser ! Un premier baiser assez timide, et limite je ne savais même plus comment faire ! Puis on s’est pris dans les bras… Il m’a ensuite raccompagné à ma voiture en voiture car on était garé à l’opposé et après encore s’être embrassés, on s’est quittés. Je suis rentrée chez moi et il est parti rejoindre ses potes en me disant qu’il m’enverrait des SMS.

J’étais contente car il le faisait. J’étais contente et j’avais en même temps un sentiment de malaise après cette première rencontre. Je ne savais pas vraiment m’expliquer ce malaise. Peut-être le fait qu’il joue avec son téléphone même si ça n’a duré que quelques minutes. Il voulait me revoir le lendemain, soit hier, et moi aussi mais il m’a proposé de se voir chez lui et je n’étais pas prête. J’ai besoin de le connaitre davantage avant d’envisager d’aller chez lui même si c’est une proposition tout à fait innocente.

De plus, ma belle-sœur devait passer dans l’après-midi et je devais lui montrer une vidéo alors je lui ai dit qu’on pourrait se voir après. Elle devait être partie pour 16h donc ça nous laissait du temps en fin d’après-midi. Mais, il ne répondait plus à mes messages et quand je lui ai proposé de se retrouver au ciné pour 16h30 il était distant… Puis il m’a quand même dit oui, mais quelques minutes plus tard, il m’a dit qu’il avait mal au crane et qu’il ne serait pas prêt mais qu’on pouvait se retrouver vers 18h30 pour la séance de 19h30. Au final, je me suis énervée en lui disant que s’il voulait pas me voir, qu’il le dise. Du coup, il m’a dit qu’il partait de chez lui et que si il voulait qu’on se voit mais qu’il avait vraiment mal à la tête.

portrait-119851_960_720

Au final, on s’est bien retrouvés, on a décidé d’aller au ciné voir ce qu’il y avait mais on arrivait pas à se mettre d’accord sur un film qui nous plairait à tous les deux alors on est allé boire un verre. Au bar, on était encore assez timide et du coup à un moment quand la serveuse est venue prendre notre commande, il a envoyé un message à un pote pour dire qu’elle allait bien (en parlant de la serveuse) et en me disant que son pote avait craquer sur elle. Bref, ça m’a un peu saoulée sur le coup.

Ensuite, on est allé faire un tour dans un petit coin tranquille et je voulais lui parler mais je n’arrivais pas. Je suis hyper timide, réservée et j’ai toujours peur de ne pas trouver mes mots et de mal exprimer mes ressentis. On s’est embrassés, un peu beaucoup… Et puis, je me suis mise à pleurer… Et j’ai réussi à lui dire un petit peu mes peurs. On est retourné au ciné car j’y avais laissé ma voiture et on devait se faire une séance, mais je me sentais pas très bien et j’ai préféré lui dire que je voulais rentrer.

On s’est embrassés, un peu trop chaudement, il m’a même dit qu’il avait envie de moi et que si on arrêtait pas, ça allait être dur pour lui et qu’on se faisait du mal… J’avoue que je ne sais pas pourquoi j’ai agi comme ça… J’ai peur et pourtant dans ses bras, je suis si bien… Mais je vois bien que je ne serais pas sereine… Si bien que ce matin, je lui ai envoyé un pavé pour lui expliqué encore mes peurs, mes réticences et le fait que je n’étais sûrement pas prête. Qu’il faudrait peut-être mieux en restée là car je voyais bien que je développais des sentiments de jalousie et de mal-être…

girl-1149933_960_720

Le pire, c’est que ça me fait du mal. Je n’ai pas arrêté de pleurer depuis et je me rends compte que j’ai la maturité sentimentale d’une gamine de 15 ans… Dans le pavé que je lui ai envoyé, je lui évoquais ma jalousie et il m’a avoué que ça lui faisait un peu peur. Que pour la serveuse il voulait juste passer un bonjour si son pote lui répondait (ouais soit, m’enfin c’est pas à toi de le faire et encore moins avec moi, à moins que je ne sois encre trop jalouse ?). Il m’a dit que il n’était pas retourné sur Adopte malgré que je lui ai confié mes peurs à le voir en ligne et que c’était l’application qui restait active.

Je lui ai aussi avoué que j’avais peur de nos blancs quand on était ensemble et du fait qu’on passait plus de temps à s’embrasser qu’à se parler… Je ne veux pas d’une relation basée uniquement sur le physique parce-que je ne suis pas prête à ce niveau là, que j’ai besoin de temps et surtout parce-que je suis vierge… Que je n’ai pas réussi à surmonter le blocage avec mon ex même si j’avais essayé…

Il m’a dit qu’il savait tout ça, que je lui avais déjà dit, qu’il était conscient de ça depuis le début. Ça ne l’a pas empêché de vouloir me voir. Je pense aussi que mes peurs viennent de là, si je ne l’avais plus été… Si je n’avais pas peur de faire patienter un mec et qu’il aille voir ailleurs si je suis pas prête assez rapidement, les choses seraient sûrement différentes.

Mais j’ai trop peur. Dès que je commence une relation, j’ai peur du moment où elle se terminera. J’ai peur de souffrir, j’ai peur de mes réactions, de ma jalousie, de ma paranoïa. Quand je suis avec la personne, tout va bien, mais le problème c’est dès qu’on est plus ensemble et que les doutes s’installent… Où est-il ? Que fait-il ? sont des questions qui me tiraillent et qui me font du mal…

Je souffre de dépendance affective… Je suis jalouse possessive, maladive et j’en suis parfaitement consciente. Je sais aussi que ça ne fait qu’éloigner la personne de moi mais c’est plus fort que moi, c’est incontrôlable… Alors, je le laisse partir… Ça me fait mal parce-que je m’étais vraiment attachée à lui au final même si au début je ne le calculais pas… Mais je veux qu’il soit heureux et je ne peux que lui faire du mal… Autant se faire du mal maintenant que plus tard… Je ne veux pas que ça se termine comme ça…

Le pire dans tout ça, c’est que j’ai coupé les ponts avec quasiment toutes mes amies. J’en ai sur Internet, des amitiés réelles mais elles vivent loin et ce n’est pas pareil. J’aurais besoin de voir une amie et de pouvoir pleurer dans ses bras…

Lui, il veut toujours de moi, il me dit qu’il veut mes bras, qu’il a mal, qu’il est triste et déçu que je ne nous laisse pas une chance… Je voulais essayer, je voulais prendre le risque, mais je vois bien que je n’y arrive pas, j’ai tellement peur… J’ai encore tout gâché… Je ne suis qu’une sombre conne… Et je voulais tellement pas lui faire du mal… Ce qui me fait encore plus mal c’est quand il me dit qu’il veut mes bras, qu’il a craqué pour mes yeux et mon sourire… Il veut continuer de me parler comme avant mais mon visage va lui manquer. Je vois bien qu’il ne veut pas me perdre…  Il est même prêt à attendre que je sois prête et que je me fasse à l’idée… Il est même prêt à me revoir sans s’embrasser, sans être ensemble pour le moment… Et moi, j’ai toujours peur… Aidez-moi…

life inspilia

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Quels rapports avez-vous avec les livres ?

book-1291164_960_720

Depuis toute petite, j’ai toujours aimé lire. A 11 ans, j’ai découvert Harry Potter et se fut une véritable révolution, lire me faisait voyager, me permettait de développer mon imagination et surtout de m’évader le temps de ma lecture, mais même les minutes après lorsque tu es encore plongé dans l’histoire que tu es en train de lire.

C’est ce que j’aime avec un livre. Et j’aimerais beaucoup avoir le courage de les faire vivre davantage. Lorsque je lis un livre qui m’appartient, j’ai du mal à le corner et à annoter des choses dessus et pourtant, je suis très admirative des personnes qui le font.

Faire vivre un livre est une chose fascinante. J’aime l’idée d’annoter nos impressions, nos idées sur les livres directement. Faire vivre l’histoire, y réfléchir, imaginer une suite ou bien la fin, se faire des films, noter les sentiments que nous éprouvons au moment de la lecture. J’admire beaucoup les personnes qui arrivent à le faire sur leurs propres livres, moi je n’y arrive pas encore.

IMG_9915_GF

Tout comme je n’arrive pas à me débarrasser de mes livres. Je ne les donne pas, je ne les vends pas, je les entasse et ma bibliothèque n’est pas assez grande pour tous les supporter. J’en ai quelques uns qui trainent dans un carton au grenier. Il faudrait que je le récupère car j’aimerais bien les redécouvrir.

Je ne sais pas pourquoi je n’arrive pas à les donner ou à les échanger car je suis pourtant fan de cette nouvelle tendance des boites à livres. Il s’agit d’un contenant bien protégé (boîte, cabine téléphonique…) installé dans un lieu public et qui met à la disposition de tous, des livres, gratuitement. Un livre peut être emprunté pour une heure, une année ou bien plus, et il est possible d’y déposer les livres qu’on souhaite partager.

Le phénomène n’est pas très développé dans ma région, mais je sais qu’il en existe une à une quinzaine de kilomètres de chez moi et je pense que lorsque je serais prête à donner un livre, j’irais le déposer et en choisir un à la place. Je trouve ça fantastique qu’un même livre ait eu plusieurs personnes à le tenir entre ses mains et à le découvrir et rêver en le lisant.

Si en plus, les personnes y ont laissé des annotations, c’est assez étrange et fantastique de découvrir les pensées d’une personne qui nous est totalement inconnue. De connaître son approche de la lecture qui peut être différente de la nôtre et de savoir ce qui l’a marquée dans cette lecture. Et le plus magique serait de trouver des mots ou encore des lettres perdus entre les pages du livre.

IMG_9897_GF

Je n’achète plus trop de livres papiers car j’ai une liseuse alors pour un gain de place, je préfère acquérir mes livres en version numérique. Je suis également abonnée à la bibliothèque alors je continue tout de même de lire des livres papiers. De toute façon, je n’ai même pas encore lu tous ceux de ma bibliothèque personnelle, que ce soit mes livres papiers ou mes livres numériques. J’ai une PAL (pile à livre) très certainement supérieure à 150 livres ! (Achevez-moi ! Vivement les vacances !).

Mais lorsque j’achète un livre et que je le lis, j’ai du mal à le corner. Je préfère utiliser un marque page, j’ai du mal encore avec le fait de faire vivre le bouquin, bien que je trouve ça fascinant, c’est quelque chose que je n’arrive pas à mettre en pratique.

J’aime beaucoup sentir entre les pages d’un livre, j’aime l’odeur des bouquins et j’ai un regard particulier avec ma liseuse. J’en suis très contente, je l’adore, lire dans le noir sans s’abîmer les yeux est une véritable révolution, surtout quand tu dors à deux et que ta moitié dort et que tu tapes une insomnie ! Mais, lire sur liseuse a un côté assez non convivial. J’aime tourner les pages, j’aime sentir les pages, j’aime entendre le bruit d’une page que l’on tourne, tout ce qu’on ne retrouve pas en lisant avec une liseuse.

Vidéo de ma copine booktubeuse Lemon June qui m’a inspiré cet article avec ce tag !

Et toi, quels rapports entretiens-tu avec les livres ?

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

J'aime les cicatrices . . .

Je crois que je suis un peu cinglée par moment. J’aime les cicatrices. J’aime voir des cicatrices et encore plus fort, j’aime avoir des cicatrices. Bon bien sûr, je ne fais pas exprès d’en avoir mais ça me fait plaisir quand je m’en fais une. Bien qu’en fait, j’ai du mal à me souvenir de cicatrices que j’aurais pu me faire.

Je me souviens juste de celle d’il y a quelques semaines en fait. Ma cicatrice s’appelle Djoko. Oui-oui, je donne un nom à mes cicatrices, je vous l’avais dit que j’étais à moitié cinglée, d’ailleurs, ma voiture s’appelle bien Bella ! Ouais, bon, je prendrais RDV chez un psy si ça peut vous rassurer ;).

Bon, vous devez sûrement vous demander pourquoi ma cicatrice s’appelle Djokovic ? Il y a quelques semaines, se jouait la demi-finale à Roland-Garros entre Andy Murray et Novak Djokovic. Mon repas chauffait dans le four et je ne voulais pas en manquer une miette ! Alors, quand les minutes nécessaires à la cuisson sont passées, je suis allée chercher mon repas dans le four et je me suis brûlée ! J’ai même mis 5 secondes à me rendre compte que ma main était en train de brûler ! Pour le coup, j’ai loupé 5 minutes du match !

cic2

Et voilà, ça a mis plusieurs jours à cicatriser mais ça y est. J’en garde encore une marque. Et j’espère qu’elle restera. Pourquoi j’aime avoir des cicatrices ? Justement pour ça ! Parce-que les cicatrices ont une histoire, parce-qu’il est plaisant de les raconter, de les toucher, de se remémorer…

Cependant, certaines cicatrices peuvent laisser des traces parfois difficiles à porter. Quand il t’ait arrivé un grave accident, ou autres… Les voir peut faire du mal si elles nous rappellent des choses douloureuses que nous avons vécues en nous les faisant.

Nos cicatrices sont là pour nous rappeler nos moments difficiles mais aussi nous faire prendre conscience qu’aussi difficiles soient les choses que nous avons vécues, nous sommes toujours là et elles contribuent à faire de nous les personnes que nous sommes devenues aujourd’hui.

c35dee3ddcac4de5bf91e2185c59bf72

Il peut parfois être difficile de les accepter et donc d’accepter le regard des gens dessus. Car évidemment, les gens regardent toujours les cicatrices de manière curieuse, voyeuriste. Car si c’est une cicatrice qui se voit, sur le visage par exemple, ils la regarderont de façon insistante, ce qui peut vite devenir gênant.

Mais la meilleure façon de s’affranchir du regard des autres est d’apprendre à accepter et aimer ses propres cicatrices et vous serez ainsi plus indulgents avec celles des autres. Moi, j’aime les cicatrices. J’aime entendre les histoires qu’elles cachent. Elles font partie de nous, pourquoi vouloir les cacher ?

Et toi, quel regard portes-tu sur les cicatrices ? Que ce soit les tiennes ou celles des autres ?

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :