Je ne veux pas d’enfants et je ne dois rien à personne !

Hier soir, en flânant sur Twitter alors que je devais dormir depuis longtemps, je suis tombée sur un retweet de Flow Magazine. C’était un tweet de la directrice éditorial d’Hellocoton qui citait un article en disant qu’il l’avait effaré. Poussée par ma curiosité, j’ai donc été lire l’article en question. J’étais au début contente de ne rien lire de choquant, j’étais même plutôt d’accord avec la rédactrice de cet article dans les premiers paragraphes. Oh ça n’a malheureusement pas duré longtemps. L’article puait de généralités nauséabondes qui m’ont profondément mises en colère et voilà pourquoi, j’ai eu besoin de sortir de mes gonds en publiant cet article.

Elle commence son article en disant que personne ou en tout cas, personne plus qu’une autre n’est faite pour se lever à 4 h du mat ou changer les couches de bébé. Elle explique ensuite qu’elle a voulu des enfants pour partager l’amour qu’elle avait elle-même reçu de la part de ses parents et qu’elle considérait ainsi que donner la vie était dans la continuité des choses. Soit, c’est une façon de voir les choses assez belle effectivement.

baby-428395_960_720

Seulement là où elle a tort, c’est quand elle dénigre les personnes qui disent qu’ils ne sont pas faits pour avoir des enfants. Je me considère en tant que tel. Comment je le sais ? Quand je m’énerve après mes neveux pour un oui ou pour un non par exemple. Même s’ils sont trop choux, ils peuvent être comme tous les enfants, exécrables par moment !

Elle parle des gens qui ne veulent pas d’enfants comme des égoïstes qui veulent garder tout l’amour qu’ils auraient reçu pour eux. Pardon ? Je peux donner autant d’amour à mon neveu et à ma filleule. Ensuite une phrase m’a hérissé le poil. « Le célibat n’est pas une contrainte, la carrière non plus ». WTF ? Selon ce que je lis entre les lignes, si tu es célibataire mais qu’il est grand temps que tu pondes sous prétexte que tu auras la trentaine, fais donc toi faire un gosse par le premier gugus qui vient et puis tant pis s’il n’a pas de papa ?! Euh et elle parlait d’amour à transmettre ?!

La carrière n’est pas un frein. Je suis plutôt d’accord, bien qu’il faut alors deux parents, un couple bien solide et un des deux qui soit quand même plus souvent à la maison qu’au boulot, sinon l’amour qu’on pourra lui donner en lui achetant tous les jouets dernier cri sous prétexte d’un bon salaire, ne remplacera l’amour dont on parle de partager hein !

baby-20339_960_720

Elle dit qu’en élevant ses enfants, on redonne à la société ce qu’elle nous a donné, une relève. Pour elle, elle contribue au développement et à la pérennité de la société. Elle dit alors qu’elle paie des impôts, qu’elle ne reçoit aucune aide (ça veut donc dire qu’elle gagne bien sa vie, merci !) et que sans les gens qui font des enfants, la société ne serait plus. Soit. C’est un fait. Elle dit qu’elle gagne bien sa vie et que donc l’État ne lui donne rien, j’ai envie de lui dire, soit en contente alors !

Elle indique donc que les gens qui n’ont pas d’enfants leur en doivent une à ceux qui en font car dans 30 ans, on bénéficiera aussi de notre retraite, des services sociaux, etc etc. On va selon ses dires « profiter des mêmes avantages que ceux qui ont dû faire plusieurs sacrifices en ayant des enfants.  » Waw !!!!! Euh, elle veut une médaille en fait c’est bien ça ?! Elle se demande si c’est juste. Elle dit même que les parents sont une élite. Mdr laissez-moi rire, ou plutôt m’étouffer là ! Tout ça parce que eux, ils font des sacrifices en ayant des enfants !

Ah donc, quand son gosse aura 18 ans, qu’elle s’engueulera avec pour des conneries, elle se plaindra à lui en lui disant, j’ai sacrifié toute ma vie pour toi ?! Pitié, c’est de l’amour transmis ça ou plutôt de la culpabilité ? J’ai décidé de ne pas avoir d’enfant. Je ne suis pas la seule. C’est un choix qui ne regarde pas la société. Chacun est encore libre de décider de son corps et de son avenir à ce que je sache.

feet-619399_960_720

Et puis, les gens qui n’ont pas d’enfants, paient leurs impôts comme tout le monde, ne bénéficie pas plus d’aides de l’État que les autres. C’est tout de même préférable aux cas sociaux qui pondent 15 gosses, ne sont pas capables de les élever et qui vivent des allocations ! Ils vous doivent quoi eux hein, on en parle ? Et puis, choix égoïste ? Non, personnellement c’est justement parce-que je pense à l’avenir de cet hypothétique enfant que je n’en veux pas. Alors oui, on est d’accord, si tout le monde pense ainsi, c’est la fin du monde. Mais nous sommes en minorité ceux qui décidons de ne pas enfanter, mais est-ce pour autant que nous avons tort et devons être pointé du doigt ? Je ne pense pas…

Elle a fait un second article où elle déplore les commentaires négatifs qu’elle a reçu. Je suis d’accord sur le fait qu’elle n’a pas à recevoir d’insultes et encore moins de menaces de mort. Elle a tout à fait le droit d’exprimer son opinion, par contre, j’ai le droit également, d’exprimer mon opinion contraire et je me permets de dire que j’ai trouvé son article un peu trop généralisé et puant. C’était le coup de gueule du jour !

Edit : si je pousse ma réflexion, que devraient dire les personnes qui n’ont pas d’enfants à ces mères de foyer qui décident de ne pas travailler. Bah oui après tout si je vais dans le même sens que cet article qui me débecte, pourquoi nous sans enfants et travaillant, cotiserions pour elles ? Et puis quelqu’un pourrait lui rappeler que la personne célibataire paye toute sa vie des taxes et des impôts qui vont, en partie : aux allocations familiales, aux garderies et aux commissions scolaires. C’est aussi ça le partage ! Merci !

Merci aussi à Marilyse Hamelin qui est passée à la radio ce matin avec l’auteur dudit article. Si vous voulez l’écouter, c’est ici.

humeurs hellocoton

life inspilia

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :