A quel moment ai-je oublié de grandir ?

Je pense à cet article depuis des jours mais je ne sais pas comment l’aborder. Mes pensées risquent d’être confuses. J’y pense depuis quelques semaines désormais. J’ai eu comme un déclic qui m’est apparu et qui me paraissait expliquer le pourquoi du comment. J’ai eu 30 ans et pourtant je ne les fais pas. Les gens me le disent et je le ressens. Je ne sais pas à quel moment, mais j’ai oublié de grandir…

J’ai longtemps été très timide, je n’ai d’ailleurs que très peu d’amis, voir plus du tout car je m’en suis éloignée (mais ça c’est une autre histoire). Ma timidité s’est traduit par le fait que j’ai mis énormément de temps à faire les choses par moi-même. Il y a quelques années, c’est encore ma mère qui appelait le coiffeur pour moi par exemple… Je me suis longtemps réfugiée derrière les jupons de ma mère et d’ailleurs, je vis encore chez elle, même si je recherche un appartement.

Depuis que je travaille, j’ai quand même pris beaucoup sur moi et grandi au niveau du téléphone. De toute façon en travaillant à l’accueil, j’ai bien du me faire aux appels téléphoniques ! J’ose aller faire mes démarches toute seule, chose impossible il y a encore quelques années. Bon, j’ai encore du mal à demander des choses et à me faire entendre, mais ça j’imagine que c’est une histoire de caractère. Quoi que, il n’y a qu’au boulot que j’ai du mal à m’imposer parce-que sinon, il me semble que ça va… Enfin, je n’ai pas d’autres relations qu’avec le boulot et ma famille proche, donc bon…

Dans les relations amoureuses…

Mais là où j’ai clairement oublié de grandir, c’est vraisemblablement dans mes relations amoureuses… Je n’avais que 22 ans que j’ai eu mon premier copain. Et entre nous, plus un flirt qu’une véritable histoire d’amour. Nous n’avons pas été plus loin que les bisous même si notre histoire a duré un an… Quelques années plus tard, j’ai eu F. Une histoire d’un an également, qui est allée plus loin que le bisous mais pas aussi loin non plus étant donné ma virginité tardive.

L’autre jour, je m’interrogeais sur toutes les raisons qui ont conduit à cette situation aujourd’hui. Je pense qu’au delà de la timidité, il y a aussi le fait que j’ai probablement toujours été en décalage… Ma crise d’ado ? Je n’en ai jamais faite. Probablement parce-que je ne me suis jamais vraiment considérée ado et puis tout à coup, je suis devenue adulte sans savoir où étaient passées toutes ces années… Ces années où j’aurais du flirté, passé le cap, devenir « femme »…

Je suis restée une femme-enfant. Une fille. Pas une femme. Je ne me sens pas femme. Ni dans ma façon de m’habiller, qu’on m’a qualifiée de « ado » ni dans ma façon d’être sans doute. Je ne suis pas séductrice, ou du moins, je ne cherche pas à l’être. De plus, je ne suis pas sensuelle, je ne suis pas tactile. Je n’aborde jamais les mecs ou alors si je le fais, toujours de façon maladroite, pas assurée, telle une gamine… Je suis restée une gamine dans ma façon de faire, dans mes convictions amoureuses tout simplement.

… Conditionnée par les histoires d’ados dans les séries…

Je suis cette fille qui aiment les histoires d’amour dans les séries, dans les films, dans les livres. Et oui, je suis cette fille qui idéalise des histoires d’amour ressemblant à ces histoires de cinéma. Cette fille qui dit qu’elle ne croit pas au prince charmant mais qui l’attend toujours. Je suis cette fille attirée par les histoires impossibles, les histoires compliquées. En effet, je suis cette fille qui aime les connards, les bad-boys et qui croient encore qu’elle sera celle qui pourra les changer. Celle qui idéalise les cons qu’elle rencontre… Celle qui imagine des histoires romanesques…

Je suis cette femme de 30 ans dans une tête d’adolescente. Il y a un moment où j’ai oublié de grandir, où je ne me suis pas vu grandir, où je n’ai pas vu les années passer. Je suis cette fille qui aime les livres pour ados avec les histoires d’amour romanesque, impossibles et compliquées. Et je commence à comprendre pourquoi je ne suis jamais attirée par les bons garçons. Je suis cette fille dont le cerveau est embrigadé par ce genre d’histoires… Les mecs bien, je ne les vois pas. Non moi je vois juste le pauvre connard qui ne voit pas qui je suis… Je suis cette fille naïve qui croit encore au prince charmant, pas si charmant…

Je suis cette fille qui arrive encore à se faire avoir par des cons. Qui ne voient pas quand ils sont sérieux, quand ils rigolent, quand ils se foutent de sa gueule… Cette fille qui peut encore croire aux belles paroles. Je suis cette femme qui est restée adolescente et qui de ce fait n’a pas vraiment de retard… Après tout, physiquement, mes 30 ans, je ne les fais pas du tout ! Ceci dit, j’aimerais désendoctriner mon cerveau… Lui faire comprendre que non, rien n’est comme dans mes séries pour ado…

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai lu « Revanche » de Cat Clarke

Titre : Revanche

Auteur : Cat Clarke

Éditeur : Robert Laffont

Collection : R

Date de parution : 2013

Nombre de pages : 491

Résumé

« Kai et Jem sont inséparables. Jem aime secrètement son meilleur ami, qui serait l’homme idéal s’il ne préférait les garçons… À la fin d’une soirée d’ivresse chez des amis communs, Jem rentre seule chez elle, Kai demeurant étonnamment introuvable.

C’est le lendemain que tout bascule : la jeune fille reçoit un email de la part de ce dernier, avec en pièce jointe une vidéo de lui en compagnie d’un garçon qu’il a trouvé postée sur Internet. Cette vidéo plus que compromettante est très vite partagée par tout le lycée et Kai reçoit une salve d’e-mails agressifs qu’il ne peut bientôt plus supporter.

Lui qui n’avait pas encore fait son coming out finit par craquer et se suicide… À la suite à ce drame, Jem prend alors trois résolutions : découvrir la vérité, venger son ami et se suicider elle aussi. Alors qu’elle mène sa petite enquête, elle reçoit un jour une lettre anonyme contenant trois noms : ceux des responsables. Sans hésitation, Jem abandonne son look gothique et décide d’approcher ces garçons. Mais sont-ils réellement les coupables ? »

Mon avis

C’est le premier livre que je lis de Cat Clarke et je ne suis pas déçue. Je suis même très curieuse de lire ses autres romans tellement j’ai adoré ma lecture. Ce livre est haletant et lorsqu’on l’a commencé, on est très curieux de connaître la suite et de savoir si Jem parviendra à ses fins.

Jem et Kaï sont meilleurs amis depuis l’enfance. Jem est secrètement amoureuse de Kaï mais celui-ci est gay. Un jour, il pousse Jem à venir avec lui à une soirée. Mais cela tourne mal quand une vidéo embarrassante le film avec un autre garçon à cette soirée.

Il ne supporte pas les moqueries qu’on lui assène en commentaire sous les vidéos et n’ose affronter ses camarades en réel. Il met fin à ses jours et laisse Jem dans le plus profond désarroi. On ressent sa douleur, sa peine, sa colère et son sentiment de vengeance et de revanche au plus profond de nous au fil de la lecture.

Mini spoilers

Jem prévoit d’en faire autant un mois plus tard, jusqu’au jour où une visite va faire basculer ses plans. Derrière la porte, Louise, la soeur de Kaï est venue lui apporter un tas d’enveloppe de la part de son défunt frère. 12 enveloppes, une lettre pour chaque mois à venir.

Dans ces lettres, Kaï cherche à aider Jem de façon maladroite pour qu’elle s’amuse et continue de vivre sa vie. Mais Jem est déterminée, malgré qu’elle soit sûre que Kaï n’approuverait pas sa démarche. Elle veut tout faire pour venger sa mort. Pour finir par se suicider elle-même, un an jour pour jour après le suicide de son meilleur ami.

La démarche de Jem est poignante. Elle est persuadée que le groupe populaire du lycée sont les harceleurs et les investigateurs de la vidéo. Ainsi, elle va tout faire pour s’incruster au sein de leur bande et mettre au point son plan pour tous les faire tomber.

Un suspens haletant

La lecture est telle que nous sommes pressés de connaître le dénouement et le fin mot de l’histoire. On apprend au fil du temps les relations entre Jem et Kaï. Puis également comment Jem se perd dans ce groupe qui finit par l’accepter comme l’une des leurs.

Elle finit par ne plus savoir où sont ses limites et qui elle est elle-même. En effet, elle se rend compte qu’elle est en train de tomber vraiment amoureuse de Lucas. Celui avec qui elle sort juste par esprit de vengeance. Elle finit par apprécier à leur manière chacun des protagonistes de ce groupe populaire même si elle reste déterminée à se venger d’eux.

Au final, on finit par douter qu’ils soient les véritables coupables et même Kaï la pousse à parler à tout le monde et au final à pardonner. On voit à sa dernière lettre qu’il a lui-même fini par pardonner malgré qu’il ait été au courant de qui avait l’investigateur de la vidéo. J’avoue avoir été surprise de qui avait balancé la vidéo mais pas tellement du garçon avec lequel Kaï s’est retrouvé dessus.

Une lecture bouleversante

On finit par s’attacher aux personnages malgré qu’ils soient dépeints de façon odieuse au début du roman Lucas est surprenant et fidèle  à l’adage de ne pas se fier aux apparences. Sacha quant à elle, j’ai l’impression qu’elle est en recherche permanente de reconnaissance et de se faire aimer par tout le monde.

J’avoue avoir eu un peu de mal avec le personnage de Kaï que l’on découvre seulement à travers les lettres. Je l’ai trouvé un peu condescendant, donneur de leçons… Même si la leçon de ses lettres est au final extrêmement touchante… Dommage que Jem n’ait pas été plus curieuse. Du coup, je regrette qu’elle n’ait pas lu sa dernière lettre avant qu’elle n’achève sa soif de vengeance qui va s’avérer dévastatrice…

La fin est brusque, frustrante et déstabilisante. Mais on ne peut être déçu de ce roman tant il est bouleversant, haletant, déstabilisant, horrifiant et passionnant. C’est une histoire poignante qui ne peut nous laisser indifférent. Par conséquent, on ressort de cette lecture avec un tas de questions en tête. La leçon que l’on peut en retirer c’est que le soif de vengeance ne sert qu’à faire du mal inutilement aux autres et à soi-même…

Bref, j’ai beaucoup aimé ma lecture et j’ai hâte de lire les autres romans de cette auteur.

Rendez-vous sur Hellocoton !

S’exposer sur Internet à 9 ans . . . Pour ou contre ?!

large-9poijh

L’autre jour, en flânant sur Facebook, je suis tombée sur une vidéo Youtube qu’avait posté une blogueuse sur son compte. C’était la chaîne Youtube d’une petite fille de 9 ans qui déplorait dans sa vidéo les commentaires insultants et les critiques qu’elle recevait.

Je me suis alors posée la question : est-elle trop jeune pour s’exposer sur le net ? C’est vrai qu’au premier abord, je me suis dit que sa chaîne était plutôt mignonne. Elle avait posté des coiffures pour l’école etc etc. Elle parle beaucoup de ses parents et sa cousine sur ses vidéos. Je me suis ainsi dit qu’elle était très bien entourée et qu’elle était de ce fait encadrée dans tout ça.

Voici donc la vidéo en question. Bon déjà, je pense que le texte n’est pas d’elle mais sûrement de sa famille. Je pense tout de même qu’elle comprend ce qu’elle dit. Elle paraît être une petite fille tout à fait pleine de bon sens et de maturité.

On lui reproche donc à elle et à sa famille cette sur-exposition. Mais également le fait qu’elle soit bien trop jeune pour assumer les critiques et qu’elle devrait profiter de sa jeunesse etc etc… Je comprends tout à fait ces critiques constructives et je suis assez d’accord. Cependant, je trouve que cette petite Youtubeuse reste tout de même assez mignonne. Pour moi elle reste à sa place de petite fille de 9 ans. Ce serait une vidéo de petite fille qui apprend le maquillage ou maquillée comme un camion volé, je prendrais plus peur, tu vois.

On lui reproche aussi d’imiter les grandes Youtubeuses. Bah déjà moi, je pense que les grandes Youtubeuses se copient toutes entre elles. Du coup, le fait qu’une petite fille cherche à les imiter me paraît tout à fait normal. Quand on lui dit qu’elle a un rôle à jouer, j’ai envie de dire, ce sont surtout les « grandes » Youtubeuses qui ont un rôle à jouer. En effet, elles sont suivies par tout un tas de personnes et qui sont aujourd’hui connues grâce à leurs vidéos.

tumblr_mk6kn9XDIA1s9n0nco1_500

trop jeune pour assumer les critiques

Alors, je comprends les peurs et les appréhensions des personnes qui la jugent trop jeune. Ils n’ont pas tout à fait tort. Je crois qu’elle n’est pas armée à elle seule pour assumer les critiques et savoir comment réagir et quoi répondre face à cela.

Par contre, je déplore les commentaires insultants qu’elle reçoit, c’est un peu contre-productif. Ça ne sert à rien, qu’à prouver que finalement si elle elle est trop jeune pour poster des vidéos, eux ne sont finalement peut-être pas assez matures pour les regarder. Ni assez matures pour les commenter sans insultes mais plutôt en exposant une critique constructive.

effet pervers

Je suis aussi d’accord sur le fait que de s’exposer aussi jeune peut être dangereux et attirer les pervers. Mais après tout, tant qu’elle ne dit pas d’où elle vient, je ne pense pas que ce soit un réel problème. Bien évidemment, j’espère aussi que c’est sa famille qui gère les commentaires et enlève tous commentaires ou liens à caractère pornographique que des imbéciles pourraient lui envoyer. Est-elle plus en danger sur Internet en exposant des vidéos que dans la vraie vie après tout ? Elle a aussi des risques de rencontrer des pervers devant l’école et dans ce cas, on ne fait plus rien. On en vient même à la dangerosité d’un propos qui reviendrait à dire, pour ne pas exciter les violeurs, ne mettons pas de minijupes…

admire-1139155_960_720

On évoque aussi à cette gamine le fait de ne pas grandir trop vite et de continuer à faire des choses de son âge mais c’est oublier qu’en fait les gamins d’aujourd’hui n’ont plus les mêmes préoccupations que nous à leur âge ! Tout a évolué peut-être dans le mauvais sens car ils perdent de plus en plus tôt et de plus en plus leur insouciance mais après tout, ils sont nés avec Internet et le côté virtuel des jeux vidéos, etc etc… Ils ne font que suivre ce qui est de leur « temps », j’ai envie de dire. Bonne ou mauvaise chose, je ne sais pas. Je suis un peu mitigée et ça pourrait faire l’objet d’un autre article, tiens !

On reproche aussi à ses parents de se faire de l’argent sur son dos. Il faut dire que la petite gamine est bien suivie sur Youtube et qu’il est donc fort probable que le compte ait touché de l’argent. J’avoue que ce n’est pas vraiment une remarque permanente. Est-il vraiment légitime de se poser la question car après tout en quoi ça regarde les autres ? Si ça les dérange, qu’ils ne la suivent pas, point. Que faudrait-il dire des parents qui postent des vidéos de leur enfant en train de chanter ?

tout le monde surexpose ses enfants

Et si on veut aller plus loin, que faudrait-il dire des parents qui postent des photos de leur progéniture sur Facebook ? Ceux qui laissent les photos en publique et donc accessibles à tous ? Ne sont-ils pas inconscients aussi ?! Est-ce vraiment de l’inconscience d’ailleurs ? J’ai tendance à penser que c’est plus de l’insouciance, qu’ils pensent effectivement au danger mais ne veulent pas le voir si près…

Et puis les enfants stars ne sont-ils pas exposés aussi ? Cet enfant qui danse dans les clips de Sia avec des justaucorps couleur chaire, ça ne choque personne ?

maggie2

Qu’en penses-tu ?

humeurs hellocoton

life inspilia

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :