Et si perdre du poids n'augmentait pas vraiment ma confiance en moi . . . ?

Vous le savez si vous me suivez depuis un bout de temps que j’ai perdu du poids. Beaucoup de poids. A ce jour 14.4 kilos.

Décembre 2012, après une année de malbouffe avec mon ex, le bilan est lourd : 75.5 kilos pour 1m57 ! Je suis alors en fort surpoids, d’après l’IMC, à la limite même de l’obésité.

Je décide de me reprendre en main et reprend le sport, mais la rupture est difficile et je ne mange plus grand-chose. En juin 2013, je fais 64 kilos. J’en reprends 6 pendant l’été, deux mois de malbouffe et d’apéros. Septembre 2013, 70 kilos. Je reprends le sport de façon plus régulière et intensive.

Décembre 2014 : 65.7 kilos. A ce jour 61.1 kilos. Mon idéal serait 55 kilos. Mon objectif est de passer sous la barre des 60 et ne plus jamais y revenir ! Cette perte de poids, je la dois à ma volonté, à mon sport et à mon changement d’alimentation (manger + sainement, arrêter le grignotage et les sodas^^).

dawn-dust-evening-5192-824x550

Ça ne s’est pas fait sans encombre. Il y a eu des moments où j’ai flanché et repris mes mauvaises habitudes, il y a eu mes problèmes musculaires avec ma cuisse (claquage) puis avec mon dos (cruralgie, lombalgie etc…). Je n’aime toujours pas mon ventre, ni mes hanches, et mes cuisses sont encore trop grosses à mon goût mais je vois quand même les changements quand je vois que mes ceintures, je les serre de plus en plus et surtout que mes pantalons sont bien trop grands sans.

Malgré la cuisse et le dos, je n’ai rien lâché et cette force, je la dois au sport. Ça m’a rendu plus forte, plus déterminée. Bref, tout ça pour dire que quand vous avez un objectif et que vous avez la volonté et la détermination, vous y parviendrez. Et ceci est valable pour n’importe quel objectif pas forcément le même que le mien…

Cependant, cette perte de poids augmente-t-elle vraiment ma confiance en moi ? J’ai voulu perdre tout ce poids pour moi-même, aucunement pour plaire à quiconque, je voulais seulement me plaire à moi. Alors oui, je suis fière et contente du chemin parcouru mais pourtant, je n’accepterai toujours pas de me mettre en bikini deux-pièces sur la plage car je n’assume toujours pas mon ventre et mes hanches.

chasport_GF

A la salle de sport, je ne me considère plus comme une « grosse » et je vois désormais des filles bien plus costauds que moi, ça m’aide à me sentir mieux quand j’en vois d’autres avec des corps à tomber par terre ! Cependant, la véritable source de beauté physique chez moi a toujours été le visage. Alors quand je vois une fille costaud avec un magnifique visage, je complexe plus que si je vois une fille avec un corps de rêve mais qu’elle n’est finalement pas si belle que ça de visage… ! M’enfin la beauté est tellement relative me direz-vous, et vous aurez raison !

Mon visage, je me sens beaucoup mieux depuis que je suis blonde, mais je n’aime toujours pas devoir porter mes lunettes H24. Je me trouve beaucoup plus jolie sans. J’ai appris à apprivoiser mon nez. En photo, je sais quel profil m’avantage et comment me positionner afin qu’il ne soit pas trop gros mais de profil, je le trouve encore énorme. Je n’aime pas non plus mes dents blanches alors que j’ai un magnifique sourire.

Mais je pense que morphologie et confiance en soi ne vont pas de pair. Je connais des filles avec un corps de rêve qui n’ont aucunement confiance en elles et d’autres un peu plus rondes qui sont totalement en accord avec elles-mêmes. Je crois que l’on se déprécie quand on n’a pas confiance en soi justement, et c’est vraiment ça qui me manque pour pouvoir enfin m’accepter comme je suis.

Car, je m’aime peut-être un peu plus depuis que j’ai perdu du poids et que je suis blonde, mais non, je n’ai toujours pas confiance en moi. Je me rabaisse toujours autant. Alors est-ce que ça changera ? Comment faire ? Comment est-ce qu’un jour on parvient à enfin s’aimer tel que l’on est ?

logo-fondrose-150x50

10534065_713304662067232_6920364935648498243_n

20150108071927

Rendez-vous sur Hellocoton !

Lettre à celle qu'il faudrait que je sois . . .

smile-122705_640

Tu sais ma chère, je sais que tu n’as pas trop confiance en toi. Mais tu as tort. Tu devrais te faire confiance, car tu es une femme magnifique, intelligente, censée, drôle, sensible… Tu as de nombreuses qualités, et tu es une femme très belle qui s’ignore.

Tu te poses beaucoup trop de questions, tu es même parfois un brin paranoïaque. Tu vois tout en blanc ou tout en noir, tu ne vois pas les nuances de Grey euh, de gris !

Tu as trop de peur. Tu as peur surtout d’être trahie, par n’importe qui. D’où te vient donc cette peur ? Il faudrait vraiment que tu apprennes à lâcher-prise.

Cesse de penser que le monde est contre toi. Cesse de penser que tu es moins bien que les autres. Cesse de penser qu’on ne peut pas tomber amoureux de toi.

pretty-351884_640

Ouvre-toi au monde, fais confiance aux gens. Fais-toi confiance. Ne sois pas timide, tu n’es pas plus stupide qu’une autre. Joue de ton charme toi aussi. Ose.

Vis ta vie au jour le jour. Ne te prends pas la tête. Prend les choses comme elles viennent, prend toutes les choses avec sérénité. Apprend à ne retenir que le positif et cesse de te focaliser sur le négatif.

Souris, ris, sois heureuse car les gens optimistes amènent le positif. Ne te renferme plus, ne sois plus triste, les gens tristes n’attisent que des choses négatives.

Apprend à te détacher des personnes qui ne t’apporteront rien dans ta vie… Entoure-toi de personnes optimistes ! Ose faire ce que tu t’empêches de faire juste par peur, suis tes envies…

Libère-toi tout simplement, prend ton envol, prend ton indépendance et sois heureuse… Accepte-toi telle que tu es et ne cherche pas à devenir une autre…

dont-forget

logo-fondrose-150x50

20150108071927

Rendez-vous sur Hellocoton !

Soit toi-même . . . pourvu que c'est dans la norme . . .

Je regarde les Frères Scott. Je me retape les 9 saisons depuis le début. J’adore cette série, il y’a deux ans, j’ai déjà tout re-regardé avec l’Ex mais là, j’avais encore envie…

J’en suis à la saison 2 qui voit arriver Félix et Anna. Anna se lie d’amitié avec Peyton. Un soir, Brooke organise une soirée pyjama chez Haley et Anna se retrouve invitée par Peyton. Là, les filles s’engueulent et révèlent entre elles les petits secrets qu’elles ont appris l’une sur l’autre mais qu’elles n’étaient pas censées répéter aux autres.

Et là, elles ont une discussion de filles sur l’amour. Haley demande à Brooke si elle ne voudrait pas rencontrer le grand amour. Celle-ci lui répond que toutes les jeunes filles n’ont pas forcément envie d’être mariées à 17 ans. Haley lui retorque qu’elle ne lui parle pas forcément mariage mais amour. Et elle se mettent à parler normalité.

Et c’est là qu’Anna dit :

« Toutes les filles devraient refuser les règles du jeu stupide qu’on nous impose et qu’on s’impose à soi-même. Il ne faut pas être trop grosse, ni trop maigre. Il ne faut pas avoir la peau trop claire, ni trop foncée. Il ne faut pas être trop délurée, ni trop coincée, pas trop intelligente, ni trop bête. Il faut être soi-même mais tu as intérêt à être dans la norme. »

La société et les magazines font la promotion des filles maigres, filiformes, à la limite de l’anorexique ou les filles bien galbées, bien musclées et bien sculptées. Des mannequins rondes dans les magazines, tu en verras très peu.

Il ne faut pas être trop grosse, sinon tu es vue comme une fille qui ne prend pas soin d’elle et qui ne se dépense pas assez, qui passe sa journée vautrée sur le canapé à bouffer des petits gâteaux. A l’inverse, si tu es trop maigre, tu es perçue comme une fille superficielle, qui compte toutes ses calories, et qui se refuse le moindre gâteau ou truc gras qu’on peut lui servir à manger, ou qui passe ses fins de repas, avachie non plus sur le canapé mais sur la cuvette des toilettes à rendre tout ce qu’elle a bien pu ingurgiter.

Une fille qui portera mini-jupe ou décolleté sera jugée comme une fille facile. Parfois, une jeune fille qui se fait violer et j’entends dire « Mais si elle était habillée normalement aussi?! ». Mais, c’est quoi être habillée normalement ? Alors maintenant, il ne vaut mieux pas porter de mini-jupe au risque de se faire violer ?! Dire qu’avant, on bannissait presque les filles qui portaient des pantalons parce-qu’elles n’étaient pas assez féminines et maintenant, on taxe les filles qui portent des mini-jupes de salopes ?!

Une fille coquette ne pourrait pas être intelligente, et une fille qui n’aime pas spécialement les beaux fringues ni se maquiller serait obligatoirement un garçon manqué ?! Pourquoi il existe encore des clichés de ce genre en 2014 ?!

Et qu’est-ce que la norme ??? Tout le monde aspire à vouloir être différent pourvu que c’est dans la normalité. Quelqu’un qui va chez un psy demandera « Est-ce que mon couple est normal ? » « Est-ce que ma sexualité est normale? » etc etc… Mais chaque être est unique et différent en cela, il n’y a pas qu’une seule norme mais plusieurs potentielles !

On ne se veut pas « normal » par dissociation du « fou » ou du « névrosé » mais juste par peur d’être exclu, abandonné. On ne fait pas ce que l’on aimerait faire par peur. Du genre, un ou une homosexuel(le) qui par peur d’être rejeté(e) n’ose pas l’avouer à sa famille… En parlant de personne qui aime les personnes de même sexe, on dira d’une fille qu’elle devait jouer aux voitures étant petite ! Qu’elle doit être garçon manqué, elle ne doit pas aimer se maquiller ni prendre soin d’elle. Or, même si ça peut parfois être le cas, ça ne l’est pas toujours ! Et en quoi ne serait-ce pas « normal » d’être une fille, d’aimer les filles mais non, de ne pas être un garçon manqué et oui, aimer se maquiller ?!

Parfois, en se sentant un peu trop différent des autres, on arrive à se demander si l’on est normal. Ça m’est déjà arrivé plusieurs fois. La majorité des gens pensent d’une manière, suis-je normale si je pense différemment ? On a tendance à croire que puisqu’ils sont plus nombreux à penser de cette façon et pas d’une autre, c’est qu’ils sont normaux et ceux qui ont la pensée différente, auraient donc un comportement déviant et pas normal. Et pourtant :

« Ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison. »

Bernard Weber

Finalement, accorder de l’importance à la question de la normalité, c’est surtout accorder trop d’importance à ce que pensent les autres. Si chacun pouvait se mêler de ses affaires et ne plus se juger les uns les autres… La peur de ne pas être normal renvoie plutôt à celle de ne pas être comme les autres, donc de ne pas être compris par les autres. Et je trouve dommage, qu’au jour d’aujourd’hui, il n’y ait pas plus d’ouverture d’esprit, et des personnes qui se sentent encore « anormales » car différentes des autres. Finalement, la norme pour moi serait de s’accepter tel que l’on est et prendre conscience que nous sommes tous différents mais pas anormaux pour autant !

Une petite chanson pour illustrer l’article :

Et toi, tu en penses quoi ?!

logo-fondrose-150x50

signature blog

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :