Le business des substituts de repas ou autres promesses minceur

Les magazines pullulent d’articles en tous genres pour vous promettre une perte de poids rapide pour pouvoir enfiler votre maillot de bain à la plage cet été. Des articles contradictoires dans un même magazine : page 3 : comment accepter votre corps tel qu’il est, page 7 : perdre 5 kilos en 1 mois ! A la mode : les substituts de repas.

En effet, parmi les nombreux régimes minceur proposés, les substituts de repas ont le vent en poupe en ce moment. Un substitut de repas est une préparation peu calorique qui remplace un repas complet dans le cadre d’un régime. Ce sont des préparations prenant des formes et des goûts très variés. Crèmes, barres chocolatées ou vanillées, soupes et potages, boissons, milk-shake… ces préparations sont pauvres en calories et riches en protéines. Ces substituts ont pour but de limiter la sensation de faim et promettent une perte de poids sans risque de carence.

remplacer deux repas par jour par des substituts

Pour cela, il suffit de remplacer deux repas par jour par ces substituts. Ces préparations contiennent des protéines de lait, d’œufs entiers ou de blancs d’œuf ainsi que des arômes pour leur donner du goût. Le substitut est hypocalorique et contient entre 200 et 250 calories. Le sucre est remplacé par des édulcorants en petite quantité mais au goût intense. Il y a donc beaucoup de chimie mauvais pour la santé dans ces substituts.

Ce genre de régime aux substituts de repas est censé être destiné aux personnes en surpoids. Or le business opéré par les marques attirent surtout des personnes maigres, sportives ne nécessitant pas de perdre du poids et surtout de plus en plus jeunes. Le poids des candidats de télé-réalité opérant également dans ce sens. Les marques l’ont bien compris pour attirer les jeunes, il leur faut de la bonne pub et quoi de mieux que de faire des stars de télé-réalité, leur mascotte.

On promet une perte de poids rapide et spectaculaire sans ajouter qu’il faut tout de même une alimentation saine et équilibrée et que perte de poids et remise en forme nécessite de faire du sport. Mais surtout gare à l’arrêt de la cure, si l’on reprend une alimentation grasse ou non équilibrée à la prise de poids, pouvant atteindre plus du double de celui que l’on avait à la base avant d’entamer la cure !

business et marketing via les réseaux sociaux

Le marketing opéré est dangereux. Ce sont des personnes de plus en plus jeunes qui sont ciblés et le risque est d’engendrer des troubles alimentaires tels l’anorexie et l’orthorexie. De plus, les marques poussent à l’exposition en favorisant la mise en ligne sur les réseaux sociaux des avant / après. Cela amène à la comparaison et peut pousser une adolescente pas confiante et peu sûre d’elle a s’autodévaloriser et à toujours vouloir en faire plus pour être plus mince que les autres.

Ma petite histoire personnelle

Il y a 4 ans, je pesais 75 kilos. Je sortais d’une rupture douloureuse et j’avais pris 15 kilos en sortant avec ce mec. Je ne m’en étais pas vraiment rendu compte ou je m’étais surtout voilée la face. Quand il est parti, je me suis enfin vue et je ne supportais plus mon image dans le miroir. Je me suis inscrite à une salle de sport mais au bout d’un an je ne voyais pas de résultat, et là j’ai eu le déclic. Il ne suffisait pas de faire du sport, je devais changer mes comportements alimentaires. J’ai supprimé le beurre, réduit les quantités de sodas et je me suis mise aux légumes ! Supprimé viennoiseries et autres petit à petit et là j’ai commencé à voir les résultats.

Je ne me suis jamais affamée. Je me suis toujours autorisée des écarts. J’ai surtout appris à connaître le fonctionnement de mon organisme et de mon corps. Tout est question d’équilibre. Quand je faisais un repas lourd, je compensais ensuite par un repas plus léger etc etc. J’aimerais encore plus pousser mes connaissances en nutrition, chose qui m’intéresse de plus en plus.

Je ne crois pas en la promesse de ces régimes rapides qui promettent d’énormes pertes de poids en peu de temps. Moi j’ai perdu très progressivement et c’est ce qui a permis d’être efficace sur la durée. Aujourd’hui, je suis stable depuis près d’un an et je n’ai pas repris mes mauvais comportements alimentaires. J’ai appris à apprécier la nourriture saine et équilibrée. Et je suis persuadée que telle est la clé du succès. Non pas les substituts ou autres programmes bidon de promesse exagérée !

Rendez-vous sur Hellocoton !

A l’aube de mes trente ans…

Une vie bien trop calme

L’écriture de mon dernier article n’a pas été chose aisée. J’en avais déjà parlé un un peu sur le blog mais pas façon si ouverte dans un article entier. J’ai d’abord voulu mettre cet article sous mot de passe et ne l’envoyer qu’à celles qui me le demanderait. Et puis, je me suis dit, pourquoi ? Et si cet article pouvait m’aider à y voir plus clair ?

Je ne pense pas que ça m’ait aidée. Pourtant vos commentaires m’ont beaucoup touchés par leur bienveillance et leur non-jugement surtout. C’était très important pour moi. J’ai appris à faire le tri dans les commentaires et à prendre du recul donc je savais que j’aurais pu gérer quasi n’importe quoi.

Mais, je me suis rendu compte en vous lisant que la situation me pesait encore bien plus que je ne le pensais. C’est bien simple, je ne supporte plus ma vie et ce peu d’action. Pas uniquement dans ce domaine là d’ailleurs mais dans tous les domaines de ma vie. C’est le calme plat, je veux une tempête. Que ça bouge…

Ma vie est routinière. Je me lève, je vais au boulot, parfois au sport, seuls moments où je me sens vivante d’ailleurs. Puis je lis, j’écris ici ou ailleurs. Pus ici qu’ailleurs. Ce projet de roman est resté en suspens. Comme à peu près tout ce que j’aurais aimé entreprendre.

ces choses que j’aime…

La photographie est un talent que j’ai eu longtemps envie de développer, il fut un temps ou j’étais même plutôt douée ou en phase de l’être. Et puis quand il est parti, cette envie est partie avec lui. Tenir un appareil photo est devenu assez compliqué depuis… Et puis la peur toujours et encore. Je ne suis pas une aventurière dans l’âme qui pourrait partir seule en vadrouille photographique, j’aurais bien trop peur de me perdre…

Il y a aussi le chant. J’ai toujours aimé chanter depuis toute petite. Mais étant donné que je ne chante que dans ma chambre, je ne sais pas si je suis douée. A part sur quelques vidéos Youtube, personne ne m’a jamais entendue chanter en vrai longtemps voulu prendre des cours puis je n’ai jamais osé franchir ce pas. Peur de ne pas être douée, et qu’on ne me dise que je ne soit pas du tout faite pour ça.

L’écriture. Elle aussi elle me poursuit depuis toute petite. Déjà en primaire j’écrivais des nouvelles. Je suis triste de les avoir jetées plus tard. J’aurais aimé me relire. Je me rappelle que c’était sûrement très cucul la praline mais au moins j’écrivais… Adolescente, j’ai écrit des paroles de chanson… Peut-être les chanterais-je un jour ?

Et puis, le sport. Une révélation depuis plus de 3 ans moi qui n’était pas sportive pour un sou et la dernière à être choisie dans les équipes à l’école. Aujourd’hui j’ai appris à nager alors que il y a deux ans j’étais encore aquaphobe et je fais du sport en salle environ deux ou trois fois par semaine. C’est ma soupape. Mon bol d’air frais. J’ai tellement besoin de ça pour aller bien…

trop seule…

Malgré toutes ces choses, ma vie est plate. En réalité, je n’ai que très peu d’ami(e)s. Ou alors ceux qui vivent loin et rencontré sur Internet, pour la plupart vu au moins une fois et sinon pas encore eu l’occasion. Mais du coup, quand je ne suis pas au boulot, quand je ne suis pas au sport. Je m’ennuie. Même si je passe mon temps à lire, à écrire ou à regarder des séries.

Je crois que j’aimerais passer du temps avec des gens. Faire des rencontre amicales qui seraient près de chez moi. Faire des sorties, d’amuser. Tout ce que je n’ai jamais fait dans mon adolescence et qui me manquent malgré que j’ai toujours donné l’impression que non.

Je me sens dans une impasse. Me voilà à un tournant de ma vie. Je ne sais pas si ce sont les trente ans qui approchent mais j’ai envie de tout changer. De me sentir vivante. De faire un tatouage, qui expliquerait ma détermination parfois… Le courage que j’ai eu de perdre 25 kilos, d’affronter ma peur de l’eau. Ce courage que j’ai eu mais qui me manque dans ma vie amoureuse, dans ma vie amicale, dans ma vie professionnelle.

oser la confiance en soi

J’aimerais que ce courage me donne confiance en moi dans tous les pans de ma vie. Oser faire des rencontres, me casser la gueule aussi parfois, tomber mais toujours se relever. Ne plus avoir peur de rien, jamais. Faire ce dont j’ai envie. Chanter, écrire, rencontrer, sortir, m’amuser. Faire du sport, apprendre les bases de la nutrition. Terminer le roman commencé. L’envoyer à des maisons d’édition. Participer à des concours d’écriture.

Me trouver jolie. Ne plus avoir peur de rencontrer un mec après lui avoir parlé sur un site de rencontres. Ne plus avoir peur qu’il ne me trouve moins joli qu’en photo. Avoir suffisamment confiance en moi et en mon charisme pour qu’il me trouve charmante. Ne plus être jalouse, possessive et excessive. Ne plus attendre trop de lui. Me suffire à moi-même. Vivre… Être en paix avec moi-même…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cette drogue dont je ne saurais me passer trop longtemps . . .

Elle est mon héroïne. Je ne peux plus m’en passer. Et pourtant, il y a des jours où je rechigne à la retrouver, où je n’ai pas envie. Où la perspective de me retrouver chez elle m’insupporte. Le monde qu’elle reçoit, ça commence à parfois devenir problématique, je n’aime pas attendre son attention et puis c’est à se demander si elle n’aime pas être complètement débordée de personnes ! Peut-être qu’elle espère ainsi ne pas avoir à chauffer et seulement compter sur la chaleur humaine…

Ça fait deux voir trois semaines que mes petits soucis de santé m’empêchent de me retrouver chez elle. Et elle me manque terriblement. AU début, ça allait, je réussissais à m’en passer aisément, mais là, j’avoue que ça commence à faire long et que l’attente est de plus en plus difficile… Je ne pensais pas être droguée à ce point, surtout que je n’avais jamais aimé avant… Je disais toujours que ce n’était pas pour moi !

Et puis, rien ne me prédestinait à tomber dedans. Je suis tombée sur le tard, je devais avoir 25 ans… Au début, c’était dur, et puis c’est devenu une véritable addiction… Parfois, je rechigne à y aller, mais dès que c’est accompli, je me sens tellement bien, comme si j’avais assouvi un désir enfui, ça me procure un tel sentiment de bien-être…

J’aime ce sentiment qui émane lorsque tu sors de chez elle, je voudrais pouvoir sentir ce sentiment de bien-être en tout instant, mais il n’y a qu’en étant là-bas et en en sortant que je le ressens. Deux semaines sans ressentir ça c’est long et je commence à déprimer… Les douleurs doivent en être que plus intenses… Alors je vais tenter d’y retourner demain sans trop forcer si toutefois, je m’aperçois que je ne peux pas…

Cette drogue dure dont je vous parle, c’est bien sûr Amazonia… ma salle de sport ! Je n’aurais jamais pensé de ma vie devenir un jour cette fille accro au sport et à l’adrénaline que cela me procure. J’étais toujours la dernière que l’on choisissait en classe dans les sports collectifs et je détestais avoir sport ! Mais, il suffit de trouver un truc qui nous plaît et on ne peut plus nous arrêter ! Ma salle de sport et maintenant depuis un an, la piscine avec qui j’ai appris à gérer ma peur de l’eau, me font un bien fou et avec tout ce que ça m’a appris sur moi et mon mental, en perdant 25 kilos, je suis fière d’en être toujours accro !

Par cet article, je participe aux Apéros Cosmiques proposé par Aileza du blog « La cacahouète cosmique » ! N’hésitez pas à participer, plus on est de fous, plus on rit !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Lettre à ma graisse perdue . . .

Je ne m’étais pas vraiment rendu compte de ton installation chez moi. Quand j’étais gamine, on ne se connaissait pas. J’étais menue et puis je ne mangeais quasiment rien donc il était difficile pour toi de te faire une place chez moi.

Tu as commencé à vouloir prendre du galon à partir du collège / lycée, sans non plus être trop imposante. Et puis du jour où je me suis installée en couple et n’étant pas une grande cuisinière mais étant par contre une grande gourmande, tu as commencé à prendre beaucoup d’ampleur.

Ma famille me le faisait parfois remarquer mais dans les yeux de mon ex, je me trouvais belle. Il n’était pas du tout gêné de te voir te glisser par-ci et par-là et donc ça ne me dérangeait pas plus que ça non plus. J’étais aveuglée par la façon dont il me regardait et qui ne me faisait sentir ni dégoût, ni rejet de sa part.

Mais quand il est parti, je n’avais plus d’yeux amoureux pour me faire me sentir belle et le visionnage dans une glace m’a fait beaucoup de mal. J’avais pris beaucoup de kilos. Beaucoup de graisse qui s’est installée un peu partout : ventre, hanches, cuisses, mollets et bras.

Je me suis soudainement trouvée trop grosse. Et puis je me rendais bien compte que je m’essoufflais plus rapidement qu’avant. Il fallait faire quelque chose. Je ne voulais pas rester comme ça. Je voulais retrouver ma silhouette d’avant. Alors je me suis inscrite dans une salle de sport. Je pensais ainsi me débarrasser de toi facilement et rapidement.

img_0271

Mais ce ne fut pas le cas. Tu étais tenace et puis il a fallu que j’ai un déclic. Il ne suffisait pas de faire de sport. Si je continuais de grignoter à n’importe quelle heure et surtout à manger n’importe quoi, tu ne partirais pas, mais au contraire, tu continuerais à t’incruster. Alors j’ai commencé à modifier mon comportement alimentaire et à continuer le sport.

Petit à petit, tu devenais de moins en moins importante. Tu t’es maintenant bien envolée et j’ai réussi à stabiliser un poids que je juge correct, avec lequel je suis en accord lorsque je le lis sur la balance. En accord, mais pourtant, malgré ton envolée, je ne suis toujours pas mieux dans mon corps.*

Tu es moins présente physiquement mais mentalement, c’est comme si tu étais toujours là. Je fais du S, du 36 parfois du XS et je me vois toujours pleine de graisse. J’ai du mal à choisir mes habits car je me demande toujours si ce n’est pas trop petit.

Je te vois encore sur mon ventre, mes cuisses, au dessous de mes bras. Malgré une vingtaine de centimètres perdus à la taille, une quinzaine aux cuisses et une dizaine aux bras moi je te vois encore là. Je n’arrive pas à me débarrasser complètement de toi car mes différentes blessures me font stopper mon renforcement musculaire à chaque fois.

En plus, tu es accompagnée de cellulite et de vergetures et je ne trouve pas ça beau. J’ai beau faire du S ou du 36, vous trois associées sur mes cuisses me donnent le sentiment qu’elles sont encore énormes et pourtant 49 cm c’est correct il me semble ?! Mon ventre est toujours un peu gonflé et il se gonfle au fil de la journée après les différents repas.

img_0269

Alors non, je ne suis pas grosse. Mais je ne me vois pas mince non plus. Je voudrais que tu te transforme en muscles, avoir un corps plus tonique, plus ferme et qui me paraisse moins flasque. Mais je ne sais pas quoi faire pour ne pas me faire encore mal au dos, aux cuisses ou aux genoux.

J’aimerais ne plus te voir comme étant abondante. J’aimerais ne plus te pincer entre mes doigts et me rendre triste quand je vois que j’ai encore quelques centimètres à perdre. Je ne suis pas non plus obnubilée par toi car je reste très sereine vis à vis de mon corps tout de même et de la nourriture. Je sais gérer une petite prise de poids et réajuster alimentairement et sportivement un excès.

J’ai appris à connaître mon corps et à te connaître aussi toi. Je sais que tu es très collante et que tu es bien attachée, probablement que tu te sens bien aussi là sur mon corps et en sécurité. J’aurais aimé que ta perte se traduise par une prise de muscle, mais je crois que tu t’es surtout transformée en eau.

25 kilos disparus ce n’est quand même pas rien. Je pense que l’on ne se retrouvera pas. J’ai perdu en 3 ans, lentement, mais sûrement, ce qui est le gage d’une perte durable. Je n’imaginais pas en arriver là. Il y a deux ans, j’écrivais que j’espérais atteindre 60 / 65 kilos car perdre plus me semblait impossible. Et pourtant, aujourd’hui, la balance m’affiche 49 kilos.

Alors bye bye ma graisse perdue, tu ne m’as pas aidée à avoir confiance en moi, tu m’as fait même sûrement en perdre, et malgré ton envolée, je ne l’ai toujours pas regagnée. Mais le principal c’est que je suis quand même bien mieux dans ma peau et bien plus heureuse sans toi !

humeurs hellocoton

life inspilia

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Écrit #18 – Ceci est ce que vous ignoriez . . .

Il y a 3 ans et demi, lorsque mon ex m’a quittée, j’ai traversé une profonde période de dépression. L’histoire tumultueuse, passionnée et les problèmes qu’elle a engendré m’avait laissée beaucoup de cicatrices. Je ne mangeais plus rien et je n’avais plus goût à rien. Une personne m’a beaucoup aidée, elle ne s’imagine pas à quel point, je lui suis encore reconnaissante de tous les écrits que nous avons pu partager après cette douloureuse épreuve pour moi.

Cette personne, je la considère comme une amie alors que nous nous sommes jamais vues en réalité. Nous nous sommes connues sur Internet, sur un chat, il y a de ça presque 8 ans, je pense. C’est assez incroyable de se dire ça. Elle habite à une six-centaines de kilomètres de chez moi et nous n’avons jamais eu l’occasion de nous rencontrer. Malgré ma mauvaise expérience de l’été dernier avec une autre personne connue sous ce même chat, je sais qu’avec elle, je ne risquerais pas d’être déçue !

Elle a été là pour moi pendant des mois, à me consoler, à me pousser en avant, à m’écrire des mots si réconfortants et si pleins de bon sens. Elle m’a donné l’envie de me battre, de guérir, de m’en sortir et elle ne m’a pas lâchée pendant des mois, elle a été bien plus présente que ne l’ont jamais été mes proches.

tumblr_mb9ctv4DPZ1rx5r1go1_500

J’ai pendant cette période aussi trouvé du réconfort auprès d’un forum pour personnes dépressives, j’y suis jusqu’à ce jour toujours active mais je n’y poste plus grand chose. Je n’arrive plus non plus à suivre les personnes que je suivais régulièrement sur le forum, dont je connaissais les peines, les difficultés et que je soutenais aussi bien qu’ils me soutenaient. L’autre jour, j’ai décidé d’effacer ma galerie, l’endroit où l’on postait ses désarrois après l’avoir relue entièrement. J’y ai lu une jeune fille complètement perdue et perturbée, bien loin de celle que je suis et pense être aujourd’hui.

J’ai été cette fille dépressive qui passaient ses journées à ne rien faire, à pleurer et à se lamenter sur son pauvre sort. J’en suis sortie grandie, battante, pleine de force et de détermination. Du moins, dans les domaines pour lesquels je me suis prise de passion. Le sport tout d’abord, en témoigne ma perte de poids de 23 kilos accouplé à mon alimentation que j’ai totalement rééquilibré. Puis au delà de la chanson et de la photographie, je me suis découvert une nouvelle passion : l’écriture. Ce blog en témoigne et mon projet de roman également…

J’ai pendant cette période dépressive vu plusieurs psychiatres ou psychologues, une seule était bien car elle me parlait, me donnait des pistes, me faisait réfléchir tandis que les autres n’avaient jusqu’à là fait que poser des questions et noter mes réponses. Avec elle, c’était plus un dialogue, mais j’étais aussi médicaments. Je crois que les médicaments me rendaient stone bien plus qu’ils ne m’aidaient au réel. Je les ai arrêtés d’un coup et je n’y ai vu que du mieux…

Aujourd’hui, je suis contre toute formes de médicaments que ce soit pour guérir ou pour maigrir. Ce sont des caches-misères qui n’agissent pas sur le mal qui vous rongent en profondeur. Il faut un long travail sur soi-même et se recentrer sur les choses essentielles à notre bonheur. La vie n’est pas toujours rose mais elle vaut tellement la peine d’être vécue !

Cet article a été écrit dans le cadre du Challenge  « Un défi ou un écrit » proposé par Agoaye. Clique sur l’image ci-dessous pour en savoir plus si toi aussi tu souhaites participer.

défi écrit

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Toujours trop, jamais assez . . .

J’en ai marre des gens qui passent leur vie à juger les autres. A parler sans savoir et à penser qu’ils sont maîtres de tout, qu’ils connaissent tout sur tout et qui pensent qu’ils te parlent pour ton bien alors qu’ils feraient bien mieux de la fermer !

L’autre jour, je vous parlais d’une personne de ma famille qui m’avait fait une réflexion sur ma perte de poids. Comme quoi, il ne fallait pas que je maigrisse plus car j’allais devenir rachitique en gros. Ce n’était pas les mots employés par contre c’était complètement l’idée.

Aujourd’hui, à la salle de sport, un mec m’aborde et me redit ce qu’il m’avait déjà dit, il y a quelques semaines à savoir que j’ai vraiment fondu, que c’est super, me demander comment j’ai fait etc etc… Mais en ajoutant une petite remarque qui n’avait pas sa place. Il m’a dit « faut quand même faire attention à ne pas devenir trop maigre, ça va pas être beau le visage et tout, je suis sûre que tu ne dois rien manger! ».

J’ai préféré le laisser dire ses conneries plutôt que de lui répondre, je n’avais pas le time et pas l’envie de me prendre la tête, d’autant que je ne comprenais absolument rien de ce qu’il me disait parfois à cause de son accent portugais mais merde quoi, t’es qui pour me dire ça en fait ?! Il a quand même osé me demander si je n’avais pas pris des cachets pour maigrir ! Je me rends compte qu’en fait dans la tête des gens quand tu perds autant de poids (près de 23 kilos en deux ans pour ma part), les gens pensent automatiquement que tu es devenue anorexique ou que tu as pris des cachets pour y arriver.

IMG_5367

Ils se permettent de juger sans savoir, sans connaître par où j’en suis passée. Oui, j’ai perdu 23 kilos mais non, je n’ai pas choisi de solution de facilité, d’ailleurs je ne crois pas et je condamne ce genre de cachets, alors non, j’ai tout simplement fait du sport et rééquilibré mon alimentation. Et je ne m’affame pas pour autant ! J’ai supprimé les sodas, les gâteaux apéro, le pain beurre, les chips, limité la charcuterie et le fromage, intégré beaucoup plus de fruits et légumes à mon alimentation et le plus gros du travail était fait. Ensuite, j’ai intensifié mes séances de sport jusqu’à connaître des blessures sportives au dos, à la cuisse et au genou, alors non cette perte de poids n’a pas été aussi rapide que tu le crois, et j’en ai chié !!!!

Alors, on est jamais assez bien pour ces gens, ne soit pas trop gros ni trop maigre, blablabla, mais taisez-vous en fait ! C’est comme si moi, j’allais dire à une fille ronde « Hey dis donc, tu es un petit peu grosse, il faudrait arrêter de manger là ? » alors qu’elle est ronde peut-être par maladie, qu’elle fait du sport plus que moi, mais qu’elle n’arrive pas à perdre. Moi même, j’aurais pu avoir une maladie me faisant maigrir. Mais en quoi ça regarde des gens que je ne connais même pas en fait ?

Je laisse les gens en paix avec leur corps moi ! Je ne me suis jamais permise de dire à quelqu’un qu’il ou elle était trop maigre, trop gros(se), trop ceci ou cela ! Si j’ai voulu maigrir, c’est pour moi et non pour plaire ! Je ne me sentais pas en accord avec moi-même dans ce corps qui avait trop grossi à mon goût, alors j’ai tout fait pour retrouver ma ligne.

Et puis, vous ne me voyez pas nue ! Me dire que je suis trop maigre, alors que j’ai encore du bon gras dans le bide et dans les cuisses, j’ai envie de dire, nan mais attends, je vais me déshabiller et on va voir si je suis maigre ! Je suis mince mais pas maigre. Je rentre dans du 36/38 mais il faut savoir que je fais 1m57 ! Je ne suis pas mannequin !

P1010684

Je commence à en avoir marre que les gens critiquent, jugent sans arrêt, y vont de leur petit commentaire en croyant tout connaître et tout savoir… Surtout que ce mec là, il a perdu du poids en genre un mois : 15 kilos peut-être bien, alors entre nous, lequel est plus sujet à avoir pris des cachets et mis en danger sa santé ?! Mais moi, ça ne me regarde pas, je ne le connais pas et je ne me permettrais jamais de lui faire une réflexion ! Car je peux me tromper… Mais non, il y en a, ils ont la science infuse et on devrait les écouter car on ne sait pas soi-même ce qui est bon pour soi sans doute !

Mais, j’ai envie de dire à tous ces gens qui pensent ça, à ces deux qui m’ont fait des réflexions, ne vous inquiétez absolument pas pour moi, je mange très bien et parfois même, je mange des gâteaux, des petits pains ou des crêpes, ou encore des pizzas, si si !!!! Je le fais juste moins régulièrement qu’avant car j’ai appris à manger plus sainement ! Je gère tout simplement !

Alors vos « toujours trop et jamais assez » bien, je m’en fous ! Il n’y a aucune norme, chacun est comme il est et chacun fait ce qu’il veut de son corps, personne n’a à juger, critiquer ou se permettre de dire tout et n’importe quoi !

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Non, je ne suis pas devenue trop maigre . . . !

L’autre jour, une personne m’a fait une réflexion que je n’ai pas du tout appréciée. Le fait est que depuis ma rupture amoureuse il y a trois ans, je me suis rendu compte que j’avais pris beaucoup de poids et j’ai décidé d’en perdre.

Je m’étais alors inscrite dans une salle de sport et j’ai perdu du poids parce qu’à l’époque, je ne mangeais plus à cause de la rupture pendant les six premiers mois. Mais au début de l’été, et alors que je commençais à la digérer (la rupture!), j’ai recommencé à manger et je me suis empiffrée de cochonneries tout l’été si bien que j’avais repris mon poids initial un an après.

HNCK1403

On va donc dire que le commencement de ma perte de poids a débuté en décembre 2013. C’est à partir de ce moment là que j’ai été à la salle de façon plus assidue et que je me suis rendu compte qu’il ne suffisait pas que j’aille transpirer sur mes machines mais qu’il fallait aussi que je modifie mon alimentation.

J’ai donc arrêté les sodas, les gâteaux apéros, les gâteaux et autre viennoiseries et j’ai mangé plus de légumes et plus de fruits. Je n’ai pas fait de régime. Juste modifié ma façon de manger et rééquilibré surtout. J’apprécie mon petit pain du samedi matin, bien plus que lorsque j’en mangeais tous les jours ! Je mange encore des cochonneries mais de façon moindre ! Hier, j’ai pris de la chantilly avec mes fraises et ce sans culpabiliser !

diet-695723_960_720

Mais lorsque la personne m’a dit l’autre jour « Il serait temps que tu arrêtes de maigrir, y’a plus de graisses, y’a plus rien à perdre. Il ne faudrait pas que ça devienne une obsession », j’ai vu rouge ! Déjà cette même personne a entamé un régime Weight Watchers et se pesait au début chaque jour pour voir les changements. Très mauvais de se peser chaque jour, moi avec mon rythme d’une fois par semaine, je ne vois pas où est l’obsession. Chaque lundi matin, je me pèse et le premier lundi de chaque mois, je me mesure bras, cuisses, ventre, taille etc etc… Car je sais que ce sont plus les mesures et non le chiffre sur la balance qui t’indique où tu en es !

Alors, oui, je fais du 36/38 à présent et non je ne suis pas maigre ! Je suis mince ! Il faut nuancer les deux et comprendre la différence ! On ne voit pas encore mes os et j’ai encore un tas de graisse à traîner ! Et de plus, je fais ce que je veux ! Personne n’a à me dire d’arrêter ou de stopper quoi que ce soit. Je sais quel est mon objectif à présent, j’ai perdu 20 kilos et maintenant, je veux raffermir, tonifier et me muscler. Mes différentes blessures sportives de l’année m’ayant minée et fait croire que je ne pourrais plus faire de sport sans avoir mal, étant maintenant derrière moi.

HNCK1963

Je veux commencer ce nouveau challenge pas pour l’été. Pas pour être bien dans mon bikini car je refuse de m’imposer une date à laquelle atteindre mon objectif. Je veux aussi d’abord prendre contact avec un/une coach sportif(ve) pour savoir comment m’y prendre entre cardio et renforcement musculaire, comment allier les deux, dans quel temps imparti pour chaque etc etc… Je veux faire ça pour moi, car un corps ferme est ce qui me plait moi !

J’ai vraiment mal pris qu’on me dise que j’étais comme ceci ou comme cela. Déjà, tu me vois en vêtement donc tu ne vois effectivement pas la graisse qui se loge encore dans mon ventre ou dans mes cuisses ou encore sous mes bras.  Et puis, je gère en fait donc je ne vois pas en quoi ça regarde qui que ce soit d’autre que moi ! Je sais ce que j’ai à faire, et même ce que je dois et même veux manger ! Je refuse de faire n’importe quel régime, je refuse de m’interdire les desserts industriels donc non la nourriture est loin de devenir pour moi une obsession !

HNCK5665

Je crois que chacun doit faire comme il l’entend selon ses envies et convictions ! Que soudainement on veuille faire attention, ou même devenir vegan, ou autre, c’est un choix qui ne regarde personne d’autre que vous et qui doit être fait en accord avec vous-même ! Alors, oui, je n’aime pas qu’on me dise que mon corps est comme ceci ou comme cela, et que je devrais manger comme ceci ou comme cela. Je n’ai eu besoin de personne pour perdre 20 kilos donc je gère. Je ne dis pas que j’ai la science infuse, loin de là ! J’aimerais encore apprendre sur la nutrition mais je veux juste dire, que je sais ce que je dois entreprendre pour parvenir à mes objectifs.

Avant de critiquer les autres sur leur façon de faire, questionnez-vous sur la votre et regardez-vous dans le miroir ou dans votre assiette ! Vous n’avez pas assez à faire avec vous-même pour vous occuper des autres ? A toutes les filles qui souhaitent perdre du poids, je vous dirais juste qu’il n’y a pas de secret : il faut bouger et bien manger, avoir de la volonté et comprendre comment fonctionne son propre métabolisme et agir en fonction de celui-ci. N’entreprenez pas un régime strict que vous ne tiendrez pas dans la longueur et surtout ne faîtes pas confiance aux pilules minceur, ça se saurait si les miracles existaient !

life inspilia

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le prix à payer ?

Je me demande si à chaque succès, à chaque bonheur, à chaque belle chose qui nous arrive dans la vie, nous devons nous attendre à un malheur, un prix à payer ? Un peu comme si à chaque bonheur son lot de malheurs ou l’inverse, à chaque malheur son lot de bonheurs.

Si j’en viens à penser cela aujourd’hui, c’est tout simplement que suite à ma perte de près de 20 kilos, je me coltine depuis plus d’un an maintenant blessures sportives sur blessures sportives et j’en suis grandement fatiguée !

J’ai beau tout faire ce que médecins, ostéopathe et autre podologue me conseillent à savoir bien m’hydrater, bien m’échauffer et bien m’étirer à chaque séance, rien n’y fait. J’ai eu une accalmie de quelques semaines et hop ça revient.

bless

Si vous me suivez, tout a commencé par un claquage à la cuisse qui d’après mon ostéopathe n’en était pas vraiment un car ça ne m’a pas stoppé tout net dans mon activité sportive. J’ai ensuite eu pas mal de douleurs dans le bas du dos et récemment une élongation au mollet qui me donnait mal également à la cheville. Rebelote, j’ai à nouveau mal à cette cheville après quasiment un mois de port de semelles orthopédiques.

J’ai été voir il y a de ça un mois et demi, un médecin du sport qui ne s’alarmait pas sur mes blessures mais qui m’a donc conseillé mon ostéopathe. Je l’ai vu fin octobre et elle m’a conseillé d’aller voir un podologue car elle pensait qu’il était possible que j’ai besoin de semelles orthopédiques. Le podologue m’en a effectivement prescrite pour combler mes pieds plats et redresser mes genoux et mon pied qui s’est décalé instinctivement depuis des années pour faire face à un léger décalage de bassin.

J’ai donc mes semelles depuis quasiment un mois. Au début, j’ai eu beaucoup de mal à m’y adapter. Elles sont plus épaisses à droite et j’avais mal sous le pied. J’avais l’impression de marcher avec une balle de tennis coincée dans ma chaussure, autant dire que c’était assez gênant. J’ai rappelé mon podologue au bout de quelques jours qui m’a rassuré et m’a conseillé d’attendre encore une semaine. Ce que j’ai fait et effectivement cette sensation de gêne au pied droit s’estompe de plus en plus. Même avec les chaussures à talon (3-4 cm) alors que je n’arrivais plus du tout à les porter.

fitness

Après la reprise des activités sportives, je ressentais toujours une légère gêne au genou gauche à l’arrière au niveau du creux. Je sens que j’ai un meilleur maintien du pied à droite qui reste bien droit pendant mes activités sportives sur machine cardio alors que le gauche part encore un peu dans tous les sens. La douleur au creux du genou droite est moindre et je pense que la semelle gauche est à réadapter. Hier, j’ai été au sport mais j’avais un peu mal au genou et à la cuisse gauche encore et là ce matin, j’ai toujours mal mais aussi à la cheville. J’espère que je ne me suis pas encore fait une élongation ! Je vais au cours d’aquaphobie ce soir et je vais me reposer de mes activités sportives jusqu’à mon RDV de contrôle avec le podologue qui a lieu lundi.

J’espère qu’il pourra me rassurer, car moi je compte bien lui demander si ce n’est pas un rhumatologue qu’il faudrait que je finisse par aller voir. Mon ostéopathe m’avait dit de reprendre RDV avec elle après deux mois de port des semelles et donc je dois encore attendre un mois mais je l’appellerais également pour savoir si elle peut me prendre avant ou pas.

Alors je suis heureuse d’avoir perdu 20 kilos et pour rien au monde, je ne voudrais reprendre mon alimentation ou mon train de vie d’avant mais je me dis que si le prix à payer pour ce bonheur de se trouver mieux dans sa peau est le malheur de ces blessures sportives pour finalement se trouver à avoir mal dans son corps, bah ça n’a rien de juste !

Je veux juste pouvoir faire mon sport sans craindre de blessures. Pouvoir être apaisée après un an et demi de douleurs. Car là, je suis extrêmement fatiguée…

humeurs hellocoton

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Perdre du poids quand on a pris de mauvaises habitudes alimentaires . . .

Je voulais compléter un peu mon article posté hier (clique ici si tu ne l’as pas lu!). Je parlais de minceur et de produits minceur et je suis satisfaite que le message que j’ai souhaité transmettre ait été lu et bien compris. Je voulais vraiment véhiculer l’idée que les pilules minceur étaient franchement à bannir.

Après, je ne me considère nullement nutritionniste, diététicienne ou encore coach minceur. Je parle en tant qu’ex « grosse », de ma propre expérience. Quand je parle de perte de poids que l’on peut gérer, je parle de prise de poids due à la malbouffe. Je ne suis pas médecin et je sais qu’il existe un temple de maladies faisant prendre du poids alors que la personne ne mange pas « mal ». Donc évidemment, dans ce cas, je n’ai pas les réponses nécessaires à leur apporter.

ir.ashx

Par contre, je reste persuadée que la prise de poids due à la malbouffe ou aux émotions est contrôlable. Je ne dis pas que c’est une mince affaire, c’est un long combat contre soi-même et il faut être prêt à vouloir investir des changements nécessaires et peut-être même à en souffrir un peu, du moins au début. Car quand on constate que les résultats payent de façon efficace et durable, cette souffrance disparaît pour laisser place à l’envie de continuer, la gnaque d’avancer et la fierté. Là encore, je parle de surpoids important ou non et non d’obésité ou d’obésité morbide qui peuvent être prise en charge par la chirurgie.

J’ai été cette fille qui se laissait bouffer n’importe quoi n’importe comment sans contrôle de ses propres émotions. Je pense qu’il faut trouver un autre moyen de canaliser ses émotions pour arriver à rééquilibrer son alimentation. Trouver une chose qui nous épanouie comme le fait la bouffe. Pour moi, ça a été le sport. Çà n’a pas été évident tout de suite. Il m’a fallu bien un an après la reprise du sport pour constater les effets sur mon mental. Je me sentais moins agressive, plus épanouie et donc moins en prise avec mes émotions. Je conseille le livre « Les kilos émotionnels » de Stéphane Clerget.

cook-366875_960_720

Quand on a pris du poids parce-qu’on a pris l’habitude d’une mauvaise alimentation, on ne peut pas vouloir maigrir sans faire un minimum d’efforts, ce n’est pas possible ! Alors se trouver trop « grosse » n’est pas suffisant, il faut très souvent qu’un déclic s’opère pour accepter de laisser de sa personne ! Ainsi, commence le rééquilibrage alimentaire. Faire attention à ce qu’on mange sans que cela ne devienne obsessif non plus. En changeant son alimentation et en se bougeant, on peut toutes y arriver !

Alors ça ne se fait pas un jour, c’est un travail long, bien sûr, beaucoup trouveront ça trop longs et feront alors des régimes restrictifs pour perdre plus vite mais c’est au risque de voir les kilos se réinstaller des mois plus tard ! Le secret d’une perte de poids efficace est une perte de poids qui se fait de façon progressive et non trop rapidement. Alors bien-sûr, il y aura des moments de craquage au début et même tout au long, mais ce n’est pas grave ! Il faut s’autoriser de temps à autre des plaisirs alimentaires et ne surtout pas culpabiliser, car c’est en culpabilisant que l’on va focaliser le cerveau sur notre balance et qu’elle ne bougera pas !

large

Il faut trouver son fonctionnement. Personnellement, j’ai commencé à perdre du poids en alliant mon sport à une alimentation beaucoup plus équilibrée. J’ai donc continué sur cette lancée. Il y a eu des moments où la balance me paraissait bloquée, j’étais un peu frustrée mais je n’ai jamais lâché l’idée que je pouvais y arriver. Donnez-vous les moyens et la patience d’y arriver les filles, car c’est vraiment la clé ! Et quand vous verrez les résultats, les efforts fournis vous sembleront si dérisoires et cette nouvelle alimentation plus équilibrée vous ravira ! Je vous le dis par expérience, et pourtant j’étais pire que gourmande et avide de gâteaux en tous genres !

3 ans pour passer de 75 kilos à 55 et quelques. 3 ans de sport. Des blessures sportives. Des moments de découragement mais où je ne voulais rien lâcher, 3 ans de patience, 2 ans de rééquilibrage alimentaire, de forts moments de doute, mais une grande fierté à l’issue de ces 3 ans. Je vous le répète, ne faites pas de régime restrictif en vous privant de tout et en vous frustrant tellement que vous reprendre plus que les kilos perdus quand vous ne tiendrez plus ! Commencer par modifier quelques petites choses : moins de soda, moins de pain / beurre, cuire à l’huile plutôt qu’au beurre etc, tenez sur la durée, bougez et les résultats seront là ! Et même si c’est parfois long, quand vous verrez votre poids se stabiliser à un poids que vous ne pensiez plus atteindre, vous serez ravies !

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Apprendre à avoir une vie plus saine !

Je n’ai jamais appris à cuisiner. C’est tout juste si je ne rate pas la cuisson des pâtes. Je vis avec maman qui me fait de bons petits plats mais même lorsque je vivais avec mon copain, je faisais rarement à manger car je n’avais aucune patience pour cela. Depuis que je suis retournée chez ma maman, je n’ai pas pris le temps de me prendre la tête avec ça surtout que je rééquilibre mon alimentation depuis plus d’un an et que je n’ai pas envie de perturber tout ça.

Mais oui, j’aimerais apprendre à cuisiner. Et à cuisiner sain ! Mais je trouve qu’en France, on ne nous apprend pas assez à manger équilibré. Le slogan « 5 fruits et légumes par jour » est bien beau mais concrètement ça donne quoi ?! Entre protéines, lipides, glucides etc, comment bien équilibrer ses repas ? Je trouve que ça pourrait être très intéressant d’expliquer tout cela aux enfants, dès l’apprentissage scolaire. Une nouvelle matière à intégrer ? Moi je dis : pourquoi pas ?!

dessert-932449_640

J’aimerais savoir précisément l’apport nutritionnel de chaque aliment et les bonnes combinaisons à effectuer dans la journée pour manger de façon saine et équilibrée sans manque d’un quelconque apport. Savoir ce que je devrais manger le soir si je mange telle ou telle chose le midi. Je trouve que rien n’est clair quand tu décides de manger sainement pour faire attention à ton poids et en perdre. Sans parler de régime, rééquilibrer son alimentation n’est pas chose aisée.

Alors, je navigue sur Internet, mais il y a tellement de « pseudos-régimes » ou rééquilibrage en vogue qu’on finit par s’y perdre et ne plus du tout savoir ou donner de la tête. Et ceci est vrai pour tous les programmes sportifs également. Quand on suit des « stars fitness » comme par exemple Emily Skye ou Kayla Itsines, on a l ‘impression que ça a l’air tout simple mais il est difficile de savoir quoi faire quand on n’a pas envie de suivre à la lettre l’un de ces programmes sportifs.

training-828726_640

J’aimerais apprendre à faire mes courses pour ne rien manquer en une semaine, et de façon à préparer des repas variés et équilibrés. J’aimerais apprendre à cuisiner et à connaître les portions, les éléments nutritionnels indispensables pour chaque jour, bien connaître les aliments et la catégorie à laquelle ils appartiennent (féculents, protéines, glucides, lipides, etc…).

J’aimerais varier mes exercices de musculation et ne plus ressentir la routine qui parfois fait que ma motivation en prend un coup. Et c’est aussi peut-être ça qui est à l’origine de mes blessures musculaires.

J’aimerais aussi apprendre à avoir plus de temps, à mieux dormir et surtout à dormir plus tôt, à être plus organisée et ne pas avoir l’impression de manquer de temps. En clair, avoir une vie 100 % saine !

Alors si vous connaissez des sites, des livres ou autres conseils qui pourraient m’aider, je suis preneuse !

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !