Il y a des jours comme ça . . .

. . . Ou rien ne va. Où on ne s’aime pas. Où l’on se dit qu’on aurait mieux fait de rester couché. Où on est fatigué, épuisé et qu’on voudrait juste dormir.

Comme je vous le disais dans mon précédent article, je suis épuisée. Je ne dors pas assez. Je ne me ménage pas assez non plus. Je suis constamment en état de stress.

Mes soucis de dos m’épuisent également. Et rajoute à mon état de stress. Le manque de sport se fait sentir. Je suis retournée à la salle mais je me traine. Je n’en fais pas trop car je sens mon dos encore.

stress-391657_640

Mon manque de confiance en moi, déjà bien peu présent, s’étiole si je ne fais pas de sport. D’autant que la dernière pesée de dimanche matin m’a indiqué +1.5 kilos par rapport à deux semaines auparavant.

J’ai besoin de faire du sport. Parce-que ça me vide la tête, ça me déstresse, ça me détend et parce-que la perte de poids due à l’activité physique me permet peu à peu d’acquérir une certaine petite confiance en moi.

J’aimerais vivement avoir entièrement et pleinement confiance en moi. Me dire que je suis capable, que je peux faire telle ou telle chose, que je peux plaire aussi. Car en ce moment, je me trouve à nouveau grosse et moche et ça, je pense vraiment que c’est dû au fait de ne pouvoir faire de sport, car quand je suis à fond dedans, je me sens bien dans mon corps, enfin bien est un bien grand mot, mais au moins, je ne me fais pas horreur.

10986354_843718785669863_1250066073_n_GF

J’ai acheté le magazine « Flow », je vous en parlerai dans le prochain article, et j’aimerais moi aussi réussir à avoir cette pensée positive qu’adopte les auteurs des jolis articles de cette revue fraîche et printanière.

Mais la vérité, c’est que je suis pessimiste et même pire que ça… Je suis défaitiste ! Je ne me sens jamais capable de rien. Je me dévalorise sans cesse. Il faudrait que je sois moins sévère envers moi-même.

Mais là, je crois que j’aurais bien besoin d’une cure de sommeil, voir d’une cure tout court. Au travail, aujourd’hui, je peine. J’ai l’impression que je vais m’écrouler. Je ne le montre pas. Je ne suis pas comme ça. Mais ce matin, j’ai été pleuré dans les toilettes. Un trop plein. Une hypersensibilité qui fait que je peux pleurer comme ça pour rien d’ailleurs.

flow-magazine-ipad-app

J’ai lu aussi que les soucis de dos pouvaient engendrer facilement dépression et compagnie. Ce qui pourrait expliquer ma petite baisse de régime ces jours-ci.

Je voudrais que mon kinésithérapeute me remette tout ça en place, ne plus avoir mal au dos, pouvoir petit à petit réintensifier mes séances de sport, me mettre au Pilates, peut-être au yoga, enfin apprendre à nager. Remplir mon agenda d’activités. Me faire du bien tout simplement !

Alors, je vous le dis, vivement que cette fatigue cesse et que je retrouve un peu plus ma joie de vivre, même si elle n’est pas complètement partie non plus, j’aime rire, et puis, ça me fait les abdos en attendant ! Ah ah !

Et pour me motiver et me redonner le moral, une chanson que j’écoute en boucle en ce moment :

logo-fondrose-150x50

20150108071927

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mon hypersensibilité m'emmerde !

L’hypersensibilité désigne une sensibilité accrue, plus haute que la moyenne, provisoirement ou durablement, voire exagérée ou extrême.

L’hypersensibilité émotionnelle se traduit par un état anxieux, à fleur de peau. C’est une réactivité accrue aux émotions, à l’affectif.

L’hypersensibilité n’est pas une maladie mais un trait de caractère qui concernerait 15 à 20 % de la population.

rose-615282_640

L’hypersensibilité est souvent mal vécue par la personne qui en « souffre ». En effet, les personnes hypersensibles ont beaucoup de mal à gérer leurs émotions et peuvent passer du rire aux larmes en une fraction de seconde. Elles sont extrêmement sensibles au stress et peuvent être particulièrement très stressées, perturbées par des changements ou des imprévus. Ces personnes sont également très empathiques et donc sensibles aux humeurs des autres. Elles sont également timides, susceptibles et très sensibles au regard d’autrui.

Au travers de cette définition, je peux donc en déduire que je suis une personne hypersensible. Enfant, j’étais déjà très timide et très réservée, très introvertie. J’ai été élevée de façon hyper-protectrice par ma maman qui a élevé ses trois enfants toute seule. J’étais la petite dernière, chouchoutée et choyée bien au-delà du nécessaire.

J’étais déjà très souvent anxieuse et j’ai développé beaucoup de peurs. Le changement m’a toujours rendue nerveuse. A chaque rentrée scolaire, l’arrivée au collège, au lycée, à la fac, dans mes jobs… J’ai une grande faculté d’adaptation pourtant, mais l’inconnu me fait peur, m’angoisse et me stresse.

eyes-394176_640

Je pleure facilement aussi. Et bien plus qu’avant, je trouve. Je pleure devant ma télé trop facilement. L’autre soir, rien qu’en regardant « SOS, ma famille a besoin d’aide » suivi d’un reportage sur des personnes qui entament des démarches pour retrouver des proches disparus. Je ressens la douleur et la joie des autres comme si leurs émotions, leurs ressentis m’atteignaient moi.

Quand une personne est triste, je le ressens. L’autre jour, un collègue apprenait la maladie d’une amie à lui et j’avais les larmes aux yeux. Je ne connais pas ces gens mais ça m’atteint.

Dans mon travail aussi, je suis hypersensible. Il m’est déjà arrivé de pleurer suite à des remarques d’administrés. Travaillant à l’accueil, je subis leurs mauvaises humeurs et leur « engueulades » avec un peu trop de poids. J’ai parfois beaucoup de mal à prendre du recul face à tout ça.

Être hypersensible a tout de même quelques avantages. Il parait que notre côté artistique est plus développé que les autres et que notre empathie nous pousse à une très bonne écoute des autres. Pour mon côté artistique, j’écris, je fais de la photo et je chante…

microphone-626618_640

Pour mieux vivre cette hypersensibilité, il faut s’entourer de personnes positives, travailler sur le lâcher-prise, utiliser des techniques de relaxation comme la sophrologie, faire des activités comme le yoga. Pour ma part, le sport m’aide beaucoup, je pense ! Vivre dans un environnement sain, avoir une hygiène de vie saine, dormir 8h par jour, avoir une alimentation saine. Pratiquer une discipline comme la méditation peut aussi aider. Je devrais penser à tout ça ! On peut aussi recourir à des thérapies cognitivo-comportementales (TCC) ou à des thérapies interpersonnelles (TIP) pour apprendre à mieux gérer nos émotions. Au quotidien, se ménager des moments de calme dans la journée, essayer le plus possible de prendre du recul face aux événements, entretenir sa créativité, pratiquer une activité physique (30 minutes 3 fois par semaine). Personnellement, je dois faire au moins 5h de sport par semaine !

Le sport m’aide à canaliser mes émotions comme mon agressivité, mais il reste encore du chemin pour l’hypersensibilité, je devrais le conjuguer avec une autre activité !

Et toi, es-tu hypersensible ? Comment le gères-tu ?

logo-fondrose-150x50

20150108071927

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :