Le meilleur comme le pire des réseaux sociaux…

Notre vie est aujourd’hui régie par les réseaux sociaux. Le téléphone portable nous sert moins à téléphoner qu’à traîner et perdre son temps sur ces réseaux. Et on achète le dernier smartphone non pas pour passer des heures au téléphone mais pour regarder des films. Pour snaper, et perdre encore notre temps à traîner sur ces applications qui ne servent qu’à enjôler la réalité…

Facebook, le plus naturel

Sur Facebook, généralement on a ajouté sa famille et ses amis, ses connaissances de lycée et d’école. On connaît plus ou moins, ou du moins on a connu chacun des membres que l’on y a ajouté. C’est donc le réseau où règne le moins l’hypocrisie. Peu de clashs également. Par contre, c’est sans doute le réseau le plus gnangnan avec « Loulou a fait son premier pipi » ou « Ce soir, c’est raclette »! Qu’est-ce qu’on s’en fout quoi ! Et puis, il y a ces gens qui ont un compte Facebook, juste pour mater, ils ne commentent jamais rien, ils ne postent jamais rien, mais ils savent tout ce qui s’y passe ! Me font flipper eux, on dirait ils n’ont rien d’autre à faire dans leur vie.

Instagram, le plus fake

On fait défiler les photos de plus en plus belles, de plus en plus retouchées. Il faut que la photo que l’on vient de prendre aille avec les autres photos. Tout est calculé, peut-être un peu de trop. Au point de ne même plus vivre le moment présent, un repas en famille, attends, il faut prendre en photo la nourriture ! Farniente devant la piscine, ne devient plus reposant puisqu’il faut penser à ne pas se salir, ne pas se mouiller pour faire la photo parfaite… Combien de personnages célèbres, sportives ayant prôné le healthy et body perfect, montre aujourd’hui qu’elles ont embellis leurs comptes ?! Rentrer leur ventre au moment de photographier ? Bref, tout est beau mais tout est faux…

Snapchat, le plus instantané

On ne connaît pas toujours nos abonnés, on s’abonne à des « stars ». Et on les suit, partout, dans leur vie, dans ce qu’ils font à un moment T. On peut même les suivre si on reconnaît l’endroit où ils se trouvent. On ressent les joies et les peines de celui que l’on suit, on a presque l’impression d’être avec lui ! Et de vivre ce qu’il vit avec lui. Les marques ont bien compris l’impact que pouvait avoir ce réseau avec les personnalités de la télé-réalité prête à vous vendre n’importe quel produit merdique ! Le fait que les stories et snaps ne soient visibles que 24h ou quelques secondes encouragent les plus jeunes à se faire accepter, et à accepter d’envoyer des photos intimes. Ils oublient qu’on peut faire des captures d’écran et pourrir leur vie après en la divulguant un peu partout…

Twitter, le plus haineux

On peut créer des faux profils, ne pas mettre sa véritable identité. Et c’est le réseaux où règnent les clashs les plus violents et les insultes à tout va. Par exemple, là je regarde Secret Story et je commente l’émission, et je me fais traiter de salope parce-que je soutiens Barbara, une candidate. Moi la vierge qui me fait traiter de salope. Les gens parlent, ils savent même pas de quoi ils parlent, ils jugent, ils catégorisent. Moins ils ont d’arguments et plus ils sont haineux. Ça fait limite peur… Après Twitter, c’est aussi le réseau où l’on sait le plus de façon quasi instantanée ce qui se passe dans le monde…

Des divertissements qui dépriment ?

Ces réseaux sont censés être de véritables divertissements pour leurs utilisateurs mais leurs effets pervers ne les déprimeraient-ils pas ? Les jeunes peuvent penser qu’ils ont une vie inintéressante quand ils voient à travers les posts et les photos de leurs « amis » que ceux-ci ont à leurs yeux une vie trépidante. Parce-qu’ils sortent plus, parce-qu’ils sont entourés d’une bande de potes, certains peuvent se sentir seuls.

De plus, à trop traîner sur ces réseaux, on peut justement se dire que c’est qu’on a rien d’intéressant à faire. Et du coup, on peut s’en sentir encore plus déprimé. On éprouve alors le sentiment de perdre son temps et on se dit qu’on a perdu du temps à faire quelque chose de plus utile, et de plus intéressant. Pour toutes ces réseaux, prendre du recul sur les réseaux et vivre sa vie au présent, bien ancré dans le réel, peut avoir beaucoup d’effets bénéfiques.

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Edit] Twitter, ce réseau ouvert au clash en meute ! {Titre PUTACLIC assumé!}

Je suis une blogueuse humeurs et en tant que tel, j’écris donc ce qui me passe par la tête et ce que je pense en fonction de mes ressentis et de mon vécu personnel. Il arrive que des personnes ne soient pas d’accord avec moi, je le conçois, le comprend et le respecte. J’aime comprendre pourquoi on ne pense pas de la même façon et qu’ils m’expliquent leurs propres points de vue.

J’ai souvent eu des articles qui ont eu des polémiques parce-que je n’étais pas dans une opinion de masse. Je peux comprendre qu’on puisse vouloir m’en parler et m’exprimer en personne pourquoi mon article a pu les surprendre, les choquer ou autre. Ce que je ne comprends pas en revanche c’est quand les gens essayent de te clasher auprès d’autres gens pour les rallier à leur cause contre toi.

women-418452_960_720

C’est la seconde fois que ça m’arrive sur Twitter, la première fois, un article sur Barbie où je m’interrogeais sur le bien fondé d’une Barbie en surpoids et là cette fois-ci pour mon article sur la cause animale que je ne défend pas. Je suis toujours ravie d’ouvrir le débat et d’avoir des commentaires en contradiction avec mes opinions et qui m’explique clairement les leurs.

Par contre les trucs du genre, j’envoie le lien du blog à d’autres personnes en disant que l’article les fait gerber ou autres, bah soit, mais venez me parler en commentaire. Commencez un débat qui part en clash public avec des insultes n’est pas intelligent ! Moi, je n’ai jamais prétendu détenir de vérité et je serais ravie de pouvoir comprendre pourquoi mes propos vous choquent.

J’ai eu un certain vécu, une éducation peut-être également qui ont fait ce que je suis et ce que je pense, alors vous vous étonnez de ce que je pense, soit, mais vous êtes qui pour juger ma propre opinion ? Je ne pense pas avoir manqué de respect envers qui que ce soit donc j’attends en retour la même chose.

quote-une-opinion-n-est-choquante-que-lorsqu-elle-est-une-conviction-remy-de-gourmont-140007

C’est très blessant de voir de l’acharnement ou des insultes, on a beau se dire que ce n’est pas grave ou essayer de se blinder, ça fait toujours bizarre quand ça arrive, bah oui après tout je suis humaine avec des sentiments quoi ! Malgré que vous pensiez que je n’en ai pas parce-que je ne défends pas la cause animale.

J’accepte tout commentaire contraire à mes opinions, du moment que ce n’est pas un « t’es trop conne de penser ça » mais un argumentaire du genre « je ne suis pas d’accord et ça me choque parce-que »… Là, au moins, j’essaye de comprendre vos opinions, ça peut même parfois me faire réfléchir, et oui, comme je le dis, je ne détiens pas de vérité et on peut me faire changer d’avis, je n’ai pas d’opinion fixe sur rien, je suis une personne très ouverte. Mon opinion n’est pas une conviction. Je ne sais pas si l’homme est supérieur ou pas à l’animal. Je prends juste la chose dans son extrême, et oui, je pense que à choisir entre sauver un homme ou un animal, si t’es dans une situation où tu dois n’en sauver qu’un, bah tu sauves l’homme. Mais je suis ouverte d’esprit et peux tout à fait être apte à comprendre l’inverse si on me l’explique de façon calme et pas en ameutant une meute de loups….

Ce désagrément ne m’empêchera pas d’écrire ce que je pense. J’écris de façon brute, ce qui me passe par la tête, je ne suis pas journaliste, je n’ai pas à expliquer ce que j’écris, mon blog est loin d’être informatif, mon blog est brut de décoffrage, j’écris mes opinions, mes ressentis, tel quels. Je ne sais pas tout, je ne connais pas tout, et il me semble avoir même clairement dit dans l’article que je ne connaissais pas le mode de vie véganisme et toutes ses nuances, aucun vegan ne m’a intéressé à partir du moment où il reste dans une position fermée donc bon.

checkmate-1511866_960_720

Alors qu’on dise que mon titre est « putaclic » soit, je ne vois pas en quoi donc le mieux c’est encore de venir me le dire en face, et pas de faire une annonce du genre « ohé ohé, regardez cette bouffonne » car oui, je l’ai pris comme ça et je n’apprécie pas. Que tu sois en désaccord avec ce que je pense, je le comprends, je l’admets et je suis prête à comprendre ton point de vue, mais rien ne sert de vouloir essayer de faire un clash. En fait ça me fait juste penser à la vidéo de la fille vegan dont je vous parlais et de l’autre fille qui a fait une vidéo pour lui répondre en la clashant, #ridicule.

J’avais besoin de déverser tout ça, je n’ai pas lu le quart de ce qui a été dit sur Twitter, à partir du moment où ça tournait en boucle sur le fait que mon article était mal renseigné (bah en même temps ce n’est pas un article informatif mais juste une opinion versée!) et que j’ai vu le mot « la connasse », j’ai jugé bon de fermer Twitter et de les inviter à venir me parler en privé ou en commentaire où on pourrait échanger de façon cordiale et comprendre nos différents points de vue !

Bref, tout ça pour dire que jamais deux sans trois, la prochaine fois, quel article va créer polémique hein à votre avis ?!

Edit du 23/11/2016 : La personne à l’origine du clash sur Twitter, je lui ai fait part de tout ça en lui tweetant qu’il aurait pu me laisser un commentaire ou me parler en privé pour m’en faire part, que j’aurais été ravie de comprendre son point de vue même différant au mien, plutôt que de rameter des loups à s’enrager sur moi ! Il s’est excusé, on a parlé un peu, je lui faisais part de ce que je dis ici etc etc, et il s’excuse encore et se dit content d’avoir pu clarifier les choses. Il avait lu cet article et s’était rendu compte que c’était pas cool les insultes qui avaient été engendrées par son tweet sur ma personne. Il a supprimé ses tweets et s’est encore excusé. Et là je vois qu’il m’a bloquée sans raison ! #pasdeface !

humeurs hellocoton

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les réseaux sociaux font-ils vraiment passer à côté de sa propre vie ?

L’autre jour, j’ai lu un article sur Hellocoton, d’une blogueuse qui parlait du réseau social Snapchat. Vous savez le réseau social qui permet de faire des petites vidéos ou photos éphémères visibles seulement pendant 24h (quoi que !).

J’ai beaucoup aimé le fond de son article qui dénigre le fait que les réseaux sociaux nous feraient passer à côté de bons moments de vie, car nous sommes plus enclins à les partager à nos « amis virtuels » qu’à les partager avec nos réels amis.

HNCK8961

Facebook a été le premier réseau social à connaître une véritable ampleur dans nos vies. On peut y poster nos photos de vacances, nos humeurs, différents statuts, montrer avec qui nous sommes en couple, bref on peut choisir d’y dévoiler bon nombre de choses sur notre vie privée.

Ensuite Twitter est plus impersonnel, en général on tweet et on relaie des articles d’actualités, mais on y dévoile rarement des faits réels de sa vie. C’est presque un réseau social d’information pour ma part, quand on ne veut pas louper l’actualité, mais qu’on a ni la télé, ni la radio, ni le journal, un tour sur Twitter et nous voilà un peu moins dans l’ignorance de ce qui se passe dans le monde.

Instagram est un réseau qui permet de partager des photos et il y a depuis quelque temps, une course à la plus belle photo, les filtres permis grâce à des applications permettant de rendre des effets jolis aux photos prises par l’appareil photo.

Ensuite snapchat donc, ce réseau permettant de faire des stories, vidéos ou photos éphémères sur quelques moments de sa journée en se filmant et en parlant donc à tous ceux qui nous suivent sur ce réseau.

HNCK2348

Je pense qu’il est important de différencier deux catégories, voir trois, d’utilisateurs de ces différents réseaux sociaux. Nous avons tout d’abord, les personnes en quête de toujours plus d' »amis » qui ajoutent sur Facebook des inconnus et qui snapent leur vie dans le but de se sentir exister par ennui ou par recherche de gloire et de buzz. Mais j’ose espérer que cette catégorie n’impacte qu’une infime partie d’utilisateurs.

Il y a ceux qui veulent tout bonnement partager du contenu dans le but d’informer, de partager des bons plans, des idées et ainsi donner conseils à ceux et celles qui les suivent. Et en troisième position, ceux qui sont entre les deux, c’est à dire, neutre, ils sont là, mais ils n’ont pas grand chose à partager et se contentent plus de suivre les autres, et de n’en mettre que très peu les concernant eux-mêmes.

Je pense que tous ces réseaux sociaux ont profondément modifié notre façon de vivre mais surtout de faire. Et je pense qu’une utilisation accrue de ces réseaux peut s’avérer potentiellement dangereuse. Avant l’avènement Internet et donc tout ce qui va avec, c’est-à-dire les réseaux sociaux, nos parents par exemple, dans leur jeunesse ne passait donc pas leur temps devant leur ordinateur ou tablette (qui n’existait pas à leur époque!) ou téléphone.

Non, ils allaient jouer dehors, jouaient à des jeux de société etc etc, avaient mille occupations différentes et tout aussi joyeuses. Aujourd’hui, un ado est pressé de rentrer de l’école pour s’enfermer dans sa chambre sur son ordinateur alors qu’avant il fallait presser un ado pour qu’il rentre chez lui tellement il s’amusait bien dehors ! Aujourd’hui, les jeunes ne restent plus tellement physiquement entre eux, mais rentrent de l’école directement et vont se parler via Facebook ou Messenger (la messagerie instantanée de Facebook).

IMG_6031

Quel besoin ont donc certaines personnes à vouloir toujours en montrer plus d’eux-mêmes ? Là encore, il convient de différencier plusieurs cas de figure, ceux qui chercheront à dire n’importe quoi, faire des blagues etc etc dans le but de se rendre intéressant et de créer un buzz et ceux qui ont une communauté, par exemple des blogueuses, qui elles vont chercher à partager des bons plans et des avis sur différents produits à cette communauté.

Il y a aussi ceux qui utilisent ce réseau juste pour délirer, qui n’y postent encore une fois pas grand chose, suivent leurs amis et ne vont même pas y voir chaque jour ce qui s’y passe. Il convient donc de différencier les différents partageurs et les différents publics.

Certains, auront peut-être besoin d’idéaliser leur quotidien et de partager le meilleur de leur vie car à côté ils s’ennuient ou éprouvent un besoin de reconnaissance, un besoin qui devient pour certains obsessionnels à aller jusqu’à chercher à idéaliser le quotidien et mettre en scène sa propre vie.

HNCK4085

Peut-on dire que les réseaux sociaux s’apparentent à de la télé-réalité ? Parlons ici de snapchat qui permet d’envoyer des vidéos mais également de YouTube que je n’ai pas encore mentionné mais qui a toute sa place dans cet article sur les réseaux sociaux. Je ne pense personnellement pas qu’on puisse dire que poster des vidéos sur le net puisse s’apparenter à de la télé-réalité, car l’objectif n’est pas tout à fait le même selon moi. Nous sommes tous d’accord pour dire qu’aujourd’hui, la télé réalité c’est plus de la télé que de la réalité comme à ses débuts il y a 15 ans. L’objectif aujourd’hui, d’une télé-réalité est de divertir en créant à tout prix un buzz et en utilisant pour cela les clashs entre les candidats, alors que le but d’une vidéo Youtube est quand même d’informer, de partager, les youtubeuses beauté ou booktubeuse ne cherchent pas forcément à être vues à tout prix, bien sûr, elles ne crachent pas dans la soupe si elles commencent à se faire une popularité mais je pense que leur but premier est de partager leur passion et non de divertir la populace.

HNCK2010

Alors, ceux qui utilisent à outrance ces réseaux sociaux passent-ils à côté de leur vie ? Il est vrai que lorsqu’on voit fleurir sur Instagram une belle photo d’un coucher de soleil ou d’un arc-en-ciel, on peut se dire que celui ou celle qui a pris la photo, n’a pas pris le temps de profiter du moment présent dans son objectif de vouloir le partager.

Celui qui « perd » le temps de partager est-il pour autant dépourvu de vie sociale ? Je pense que celui qui partage des clichés de vie n’est pas forcément quelqu’un qui a besoin d’un écran pour avoir une vie sociale puisqu’il faut par ailleurs bien avoir une vie sociale en amont pour avoir à partager des choses via ces réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux peuvent montrer une fragilité narcissique de certains individus qui auront toujours besoin de se faire plaindre ou de raconter les moindres détails de leur vie, par besoin de reconnaissance, par besoin de prouver qu’ils existent.

HNCK2481

Ne devrait-on pas déconnecter un peu ? Et vivre un peu plus le moment présent ? Il ne faut pas perdre de vue également que l’on choisit de montrer ce que l’on veut et qu’on peut effectivement embellir la réalité. Pour certains, s’ensuit une course contre la montre pour savoir lequel aura la vie la plus cool. Ainsi, une personne à qui la solitude convient pourtant très bien pourrait se sentir dévaloriser face à une autre qui sans arrêt publie ses sorties entre amis et tous les trucs cools qu’ils font. De plus, Instagram, c’est parfois un peu une guéguerre genre les photos culinaires, à qui aura la plus jolie, alors on met en scène nos propres repas pour pouvoir les prendre en photo. Je pense qu’une utilisation trop exacerbée de prendre des photos pour les publier, de faire des selfies, de faire des vidéos, nous font perdre beaucoup de temps, nous font perdre la notion de moment présent, de quiétude d’un moment, au lieu de profiter d’un coucher de soleil, le prendre en photo et attendre les likes qu’ils suscitera me semble bien triste en fait…

Pour conclure, je n’ai pas vraiment d’avis tranché sur la question, je suis sur tous ces réseaux et j’en ai une utilisation bien plus limitée qu’avant parce qu’avec le travail, le sport et mon blog, je n’en éprouve moins le besoin, sûrement parce-qu’effectivement ma vie est plus occupée. Je ne dis pas que ceux qui utilisent ces réseaux ont une vie terne, je parle en mon nom uniquement là. Je pense que déconnecter de temps en temps, prendre un bon bouquin, ou aller faire une balade dehors sans téléphone, sans gadget peut-être bénéfique sur le bonheur du moment présent bien plus que sur le fait de partager aux autres un de nos bons moments.

Qu’en penses-tu ?

humeurs hellocoton

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Là où les réseaux sociaux sont magiques . . .

Vendredi 13 novembre. Je n’attendais que le soir, la finale de Secret Story que j’ai attendu pendant trois mois. J’étais euphorique en attendant. Sur Twitter, je n’arrêtais pas de commenter la finale, en espérant qu’Emilie la remporte. J’avais même créé un tchat pour qu’on puisse commenter la finale en direct puisqu’on ne pouvait la regarder ensemble. Il faut dire qu’en trois mois de commentaires devant la quotidienne, je me suis liée avec les autres de la #TeamEmilie comme nous aimions nous appeler. J’étais si euphorique ce vendredi. 13. Rien ne m’avait laissé présager que le vendredi 13 était maudit… Jusqu’à…

L’horreur. La peur. L’euphorie qui redescend d’un coup. C’est sur Twitter que j’apprends la nouvelle. Sur le tchat que je viens de créer, 4 personnes. Elles semblent affolées. Je ne comprends pas ce qui se passe. Je regarde sur Google. J’apprends qu’il y a une fusillade en plein Paris. Sur le coup, je me dis que c’est encore des zigottos qui règlent leur compte. Je ne me rends pas encore bien compte. Mais pourquoi, ils paraissent tous affolés sur Twitter. Je descends. J’en parle à ma mère et mon beau-père qui regardent le foot. Ils savent, ils ont mis BfmTv pendant la pub.

J’apprends alors que ma mère a envoyé un message à mon frère. Il y a eu des explosions à proximité du Stade de France. Mon neveu y est avec des amis à mon frère. Il a 9 ans. On a peur. Deuxième explosion. Le match continue. François Hollande qui assiste au match est expulsé. Le préfet ordonne l’interdiction de sortir du stade. Nous sommes pétrifiés. Ma mère échange des SMS avec mon frère. On attend. Finalement quelques minutes après la fin du match, mon frère envoie un SMS à ma mère, mon neveu est sorti avant la fin du match, ils étaient dans la voiture dans les bouchons. Nous étions déjà rassurées. Ils n’ont pas attendu le mouvement de panique et le risque de perdre les enfants. Ils sont partis avant. Quelques minutes, qui ont paru des heures plus tard, mon frère appelait pour nous signaler que mon neveu était bien rentré. Ouf.

Il est 1h ou 1h30, ma mère va se coucher. Moi, je n’y arrive pas. Je suis bloquée devant la télé, à suivre en boucle les mêmes images qui défilent. Je n’écoute même pas. Je ne suis plus vraiment là. Plus vraiment moi. Puis, je retourne sur Twitter. Et là, je suis subjuguée. Fascinée par la solidarité que je vois alors. Les retweets de tous ses visages que les gens recherchent. Ces visages de ces personnes qui, ce soir là, se trouvaient au mauvais endroit. Et je retweete aussi. Car c’est la seule chose que je puisse faire depuis mon canapé. Et tous les retweets me donnent espoir. Celui que la solidarité n’est pas morte. Qu’elle est toujours là. Que c’est malheureux tout de même qu’il faille attendre des coups terribles comme cela pour la voir, pour la ressentir.

hands

Puis rapidement, le hashtag #PorteOuverte a pris également une réelle ampleur. Les gens proposaient d’accueillir les personnes chez eux s’ils se trouvaient dans un quartier potentiellement risqué. Une belle initiative qui a sans doute permis de sauver des vies. Pendant ce temps, les mêmes visages qui défilent. Les mêmes personnes qui sont recherchées. Les mêmes familles qui attendent. Je retweete toutes ses images. Je me souviens encore de quelques visages d’inconnus qui me marqueront alors qu’en temps normal, je n’y aurais pas prêté attention.

Il est 4h30 ou 5h, je ne sais plus trop lorsque je réussis enfin à dé-scotcher de Twitter et m’endormir. Le lendemain, je me réveille, puis je retourne sur Twitter. Les tweets continuent. Les mêmes visages qui défilent encore en boucle. On les recherche encore. Puis quelques heures plus tard, ces mêmes visages encore, pour nous prévenir qu’ils ont péri dans le drame. Ces visages innocents. Ils ont mon âge, sont plus jeunes ou à peine plus vieux. Alors, je décide de ne plus retweeter. Ça me fait trop mal. Alors, je décide d’essayer de penser à autre chose. Regarder mes séries pour me réconforter. Je peine à réfléchir alors une série légère, je me remets les Frères Scott que j’ai recommencé il n’y a pas longtemps.

livelife

C’est tout de même bizarre. Ça n’a pas tout à fait le même goût qu’avant. Tout me semble amer. Je mange parce qu’il faut bien manger parce-que je n’ai même plus faim depuis ce vendredi noir. Petit à petit, la vie reprendra son cour. En tout cas, moi je refuse d’avoir peur. Peut-être que c’est facile à dire dans ma petite ville bretonne tranquille. Mais je veux continuer à vivre, respirer librement, me sentir légère à nouveau. Je suis heureuse que les réseaux sociaux puissent solidariser les gens quand il le faut. Comme quoi, il ne faut pas toujours cracher dessus.

humeurs hellocoton

life inspilia

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le respect, c'est dans les deux sens . . .

J’ai quitté FaceBook (lire l’article ici) parce-que je commençais par trouver ce réseau social inutile. Depuis quelques jours, je suis à fond sur Twitter pour commenter les derniers moments de Secret Story 9. Hier soir, nous devions passer la finale enfin et découvrir le nom du vainqueur après un suspens insoutenable de Monsieur Christophe Beaugrand !

Au lieu de ça, hier soir, nous avons été une nouvelle fois, plongés dans l’horreur des événements tragiques se déroulant à Paris. Beaucoup d’entre nous attendions des nouvelles de notre famille, de nos proches et Twitter s’est rapidement transformé en terrain de tristesse, de respect et de choc. Oui enfin au début… Plus personne n’avait la tête à cette finale de Secret tant attendue par les fans.

Déjà depuis quelques jours, une bataille sans nom faisaient rage entre la Team Emilie et la Team Jonathan. La plupart des personnes en faisant partis se contentant de rabaisser le candidat adverse. Le respect a unfollow beaucoup de personnes à ce moment là, je ne comprends pas à quel point les propos peuvent être atteints comme ça.

large

Alors hier soir, la finale a donc été annulée en vue des événements et on avait très peu d’informations mais personnellement, nous étions beaucoup à tweeter au présentateur de ne pas diffuser la finale. Donc, nous avons pu suivre les informations en direct à la place et attendre des nouvelles de nos proches. L’amour était vraiment là, tout le monde se souciait de son prochain.

J’étais vraiment ravie de ce bel élan de solidarité et de voir que le soutien existait encore. C’est sans compter jusqu’à l’annonce sur l’instagram de Loïc de Secret Story qui a mis le feu aux poudres sur Twitter. Émilie a été annoncée gagnante et là c’est tout un florilège de tweets haineux qui ont été déversés. Elle aurait gagné sans que tout soit ce soit passé, il y aurait eu les mêmes fakes, les mêmes messages de haine, mais non, les gens utilisent ce qui s’est passé pour la salir d’autant plus. Utiliser l’événement pour répandre encore plus de haine sur la candidate alors que celle-ci ne s’est même pas encore réjouit de sa victoire ni prononcé, ce n’est pas à l’image du respect que ces personnes prônent pour les victimes !

Que les gens qui aiment Secret Story aient envie de se réjouir d’une belle chose en cette soirée morbide, le fassent ! Et qu’on les laisse en paix ! Ce n’est pas ça le message ? Respect et paix ? Non au lieu de ça, des moralisateurs à trois sous cinquante qui critiquent ceux qui se réjouissent car selon eux n’ont aucun respect pour les victimes ? Mais qu’est-ce que tu en sais bordel ? Tu es dans leur tête ? Tu sais si eux n’ont pas souffert d’attendre des nouvelles d’un proche également ? L’un n’empêche pas l’autre. Le meilleur combat, c’est la vie qui continue…

1341198621387341

Alors, quand je vois que des personnes critiquent les réjouisseurs alors qu’ils prennent la peine de diffuser des images fakes des comptes officiels d’Émilie avec des phrases retouchées, je dis non ?! On a aucun respect mais toi tu perds ton temps à monter ce genre de montages ridicules et irrespectueux et tu viens ouvrir ta bouche ?!

Émilie et chacun des 3 autres candidats n’ont rien du comprendre à ce qui se passait hier soir au départ. N’oublions pas qu’ils ont été enfermés pendant trois mois et que lorsqu’ils sont arrivés sur le plateau, c’est tout à fait compréhensible qu’ils soient heureux de voir leurs proches eux aussi… Elle est ambulancière et elle est soucieuse de son prochain, elle a pleuré quand elle a appris la triste nouvelle.

Laissons les gens réagir à leur façon, s’ils ont besoin de continuer à ce réjouir, laissons les en paix et respect !

Ceci était mon coup de gueule de la soirée sur Twitter.

Bravo à Émilie et soutien aux proches des victimes… #PrayForParis

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pourquoi j'ai supprimé mon compte Facebook …

Je m’y suis inscrite en fac il y a 10 ans de ça avec mes copines de fac. C’était un moyen de nous parler en dehors des cours et de partager leurs soirées etc… Depuis, j’ai dû avoir plus d’une dizaine de comptes différents… A mes débuts, j’ajoutais que les personnes que je connaissais vraiment puis c’est vite devenu le bordel, à une époque je devais avoir « 500 amis » dessus.

Facebook m’a aussi permis d’ajouter mes connaissances virtuelles de Yahoo qui pour certains sont restés de bons amis pendant les 8 dernières années. Ces derniers temps, le compte que j’avais ne comptait qu’une trentaine d’amis que j’estimais, que je connaissais réellement ou virtuellement, mais que je connaissais depuis longtemps. C’étaient des gens pour qui j’avais une confiance sinon, je ne les aurais pas gardé tout ce temps.

facebook-793048_640

Seulement voilà, depuis quelques temps, je réfléchis beaucoup sur la place qu’ont les autres dans ma vie et surtout sur la place qu’ont ces amis Facebook avec qui je partage parfois toutes les 5 minutes un pan de ma vie. Et je me suis rendue compte que ceux que j’ai la possibilité de voir, je ne les vois jamais et que ceux que je ne vois jamais, j’aurais bien aimé les voir.

Et ça m’a gonflé. Sérieusement à quoi bon continuer à raconter ma vie à des gens qui potentiellement n’en ont rien à foutre puisque je ne les vois jamais. Dans la réalité, je ne suis pas proche des gens. Je n’aime plus me lier ni m’attacher, j’ai trop été déçue même en amitié. J’ai rencontré cet été, une des connaissances virtuelles que je connais depuis 8 ans et ça a été pour moi une très mauvaise expérience.

Au-delà de tout ça, le côté « addictif » de Facebook commence à m’ennuyer. Pas un jour ne passait sans que je ne me connecte ! Alors j’ai préféré complètement tout couper plutôt que de me « forcer » à essayer de ne plus venir. J’ai commencé par supprimer tout le monde puis toutes mes publications. Je garde le compte car je suis obligée pour l’administration de ma page Facebook (clique ici si tu veux m’y suivre) sur le blog que je souhaite converser.

socialmedia-952091_640

De plus, je ne lisais plus le fil d’actualités, que les dernières publications à chaque fois que je me connectais ou que j’y faisais un tour mais franchement je ne passais plus mon temps à faire défiler le fil d’actualités qui était bondé de choses qui ne m’intéressaient pas. De partages inutiles, de chaînes à la con, bref vous savez tous ce qui nous saoule tous sur Facebook !

J’ai gardé Twitter et Instagram car sur Twitter, l’approche est différente, on ne parle pas de notre vie privée mais on partage des actualités et des faits plus concrets. Et Instagram est devenu depuis plus d’un an mon journal de bord de ma perte de poids donc c’est important pour moi. Facebook ne l’était plus.

J’ai besoin de temps alors quoi de mieux que de supprimer ce réseau qui m’en faisait perdre ! J’ai besoin de temps pour un projet dont je n’avais pas envie de parler avec mes connaissances car je n’ai pas envie d’être esclave de leurs questions sur ce sujet, que ce soit avant-projet, pendant projet et après si concrétisation ou pas du projet ?

facebook-556808_640

Alors sans doute que certains n’ont pas compris, d’autres se sont « inquiétés » peut-être ou se sont posés des questions. Je n’ai rien expliqué sur mon compte avant de virer tout le monde, j’ai juste expliqué sur ma page que je ne gardais que celle-ci. Je ne devais pas d’explications, je la fais via ce blog parce qu’apparemment je continue à recevoir des messages (il faut que je désactive les mails de notification Facebook) et que je n’ai pas envie d’y répondre individuellement.

C’est comme ça. J’éprouve parfois le besoin de m’éloigner des gens avec qui je discute depuis trop longtemps. J’ai un Twitter, j’ai un Instagram, j’ai un téléphone. Quasiment chacune des personnes que j’avais sur Facebook a l’un de ses trois autres moyens de me joindre, alors tant pis pour ceux que je perdrais en cours de route. Avec ou sans eux, ma route, elle, continue.

logo-fondrose-150x50

10534065_713304662067232_6920364935648498243_n

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Communique avec les stars … !

Les réseaux sociaux ont bouleversé la façon d’inter-agir. Ils existent de plus en plus de moyens de communication mais nous avons de moins en moins de choses à dire. Les interactions ont changé. Avant, nous ne pouvions pas communiquer avec nos stars préférées. Nous ne les voyions évoluer que sur le petit écran à travers la télévision.

Aujourd’hui, grâce à Twitter, Instagram et autre Facebook, nous pouvons communiquer avec eux. Nous sommes plus proches d’eux qu’avant. Bien sûr, c’est souvent une communication à sens unique qui s’opère. En effet, les stars ne lisent pas tous les commentaires qu’ils reçoivent. Ils n’en auraient pas le temps mais ils en prennent parfois un peu afin de répondre quelques personnes.

Pour nous, c’est une chance de pouvoir leur laisser des mots, voir leur vie au quotidien quand ils postent des photos. Avec Snapchat, nous pouvons même voir ce qu’ils font de leur journée et c’est assez incroyable.

social-media-763731_640

Avant, nos stars, nous ne les voyions évoluer que dans les séries tv ou à la télévision dans leurs performances sportives sans rien connaître d’autres d’eux. Aujourd’hui, nous pouvons connaître les endroits qu’ils aiment fréquenter, voir ce qu’ils font dans leur quotidien. Mais également leur envoyer nos encouragements, notre soutien, notre admiration.

Les stars le savent, leur présence sur les réseaux sociaux accroissent d’autant plus leur popularité. Avant, nous envoyions des courriers à nos stars préférées pour obtenir des photos dédicacées. Aujourd’hui, en sachant presque à chaque instant où elles se trouvent en temps réel, nous pouvons obtenir le Saint-Graal. C’est-à-dire les rencontrer et immortaliser cette rencontre par une photo avec elles.

Aujourd’hui, nous followons nos stars préférées, les twittons, les retweetons, les likons ! Ouais, je suis sûre que ça va devenir des verbes admis dans la langue française ça ! Rien de plus facile pour les stars que de se créer une page, embaucher une personne pour la gérer et voir débarquer tous ses fans sur la dite-page. Ça crée vraiment un moyen de communication surpuissant autour de cette star.

smartphone-586944_640

Parfois, les stars elles-mêmes écrivent un message sur ce nouveau moyen de communication et envoie des tweets à quelques fans les plus chanceux. Les barrières se cassent, les fans se sentent d’autant plus proches de leurs idoles. Facebook est davantage géré par un proche de la star mais sur Twitter et Instagram les posts sont souvent signés des stars elles-mêmes.

Les communautés de fans ne rapprochent pas seulement la star de leurs fans mais les fans entre eux. Avant, sans ces modes d’interaction, nous n’avions que nos amis et s’ils n’étaient pas « fan » de notre idole, on se retrouvait seul à l’idolâtrer. Aujourd’hui, nous pouvons créer des liens avec d’autres fans n’importe où dans le monde.

effet pervers de l’utilisation des réseaux sociaux chez les stars

La mode des selfies rapprochent d’autant plus, les stars ajoutent plusieurs photos par jour à leur Instagram. On peut ainsi voir les stars au resto, en boîte ou autres lieux et connaître ainsi les lieux qu’ils fréquentent. N’est-ce pas là alors un danger pour ces stars qui pourraient voir débarquer en temps réels une horde de fans ou de haters fou furieux ?

friends-409403_640

Car non seulement, les fans suivent leurs stars sur le net mais aussi ceux qui les détestent, plus connu sous le nom de « haters ». Et les insultes affluent parfois sur les réseaux sociaux. Prenons des exemples, je suis Caroline Receveur sur Instagram et sa transformation physique ne plaît pas à tout le monde. Les critiques fusent et les haters la qualifient d’anorexique. Parfois les messages sont vraiment violents. Je pense que nous avons tous lu des exemples de violence envers une star sur le net.

Jeremstar, non apprécié de tous, poste souvent sur Snapchat les endroits qu’il fréquente. Je me demande s’il se rend compte qu’il s’expose à un certain risque de voir débarquer des fous autour de lui.

Mais en tout cas, moi je suis contente d’avoir pu encourager Rafa et Nole autrement que derrière ma télé !

Et toi, tu en penses quoi de tout ça ? Tu penses qu’ils prennent un risque à trop s’exposer ?

logo-fondrose-150x50

20150108071927

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :