A quel moment ai-je oublié de grandir ?

Je pense à cet article depuis des jours mais je ne sais pas comment l’aborder. Mes pensées risquent d’être confuses. J’y pense depuis quelques semaines désormais. J’ai eu comme un déclic qui m’est apparu et qui me paraissait expliquer le pourquoi du comment. J’ai eu 30 ans et pourtant je ne les fais pas. Les gens me le disent et je le ressens. Je ne sais pas à quel moment, mais j’ai oublié de grandir…

J’ai longtemps été très timide, je n’ai d’ailleurs que très peu d’amis, voir plus du tout car je m’en suis éloignée (mais ça c’est une autre histoire). Ma timidité s’est traduit par le fait que j’ai mis énormément de temps à faire les choses par moi-même. Il y a quelques années, c’est encore ma mère qui appelait le coiffeur pour moi par exemple… Je me suis longtemps réfugiée derrière les jupons de ma mère et d’ailleurs, je vis encore chez elle, même si je recherche un appartement.

Depuis que je travaille, j’ai quand même pris beaucoup sur moi et grandi au niveau du téléphone. De toute façon en travaillant à l’accueil, j’ai bien du me faire aux appels téléphoniques ! J’ose aller faire mes démarches toute seule, chose impossible il y a encore quelques années. Bon, j’ai encore du mal à demander des choses et à me faire entendre, mais ça j’imagine que c’est une histoire de caractère. Quoi que, il n’y a qu’au boulot que j’ai du mal à m’imposer parce-que sinon, il me semble que ça va… Enfin, je n’ai pas d’autres relations qu’avec le boulot et ma famille proche, donc bon…

Dans les relations amoureuses…

Mais là où j’ai clairement oublié de grandir, c’est vraisemblablement dans mes relations amoureuses… Je n’avais que 22 ans que j’ai eu mon premier copain. Et entre nous, plus un flirt qu’une véritable histoire d’amour. Nous n’avons pas été plus loin que les bisous même si notre histoire a duré un an… Quelques années plus tard, j’ai eu F. Une histoire d’un an également, qui est allée plus loin que le bisous mais pas aussi loin non plus étant donné ma virginité tardive.

L’autre jour, je m’interrogeais sur toutes les raisons qui ont conduit à cette situation aujourd’hui. Je pense qu’au delà de la timidité, il y a aussi le fait que j’ai probablement toujours été en décalage… Ma crise d’ado ? Je n’en ai jamais faite. Probablement parce-que je ne me suis jamais vraiment considérée ado et puis tout à coup, je suis devenue adulte sans savoir où étaient passées toutes ces années… Ces années où j’aurais du flirté, passé le cap, devenir « femme »…

Je suis restée une femme-enfant. Une fille. Pas une femme. Je ne me sens pas femme. Ni dans ma façon de m’habiller, qu’on m’a qualifiée de « ado » ni dans ma façon d’être sans doute. Je ne suis pas séductrice, ou du moins, je ne cherche pas à l’être. De plus, je ne suis pas sensuelle, je ne suis pas tactile. Je n’aborde jamais les mecs ou alors si je le fais, toujours de façon maladroite, pas assurée, telle une gamine… Je suis restée une gamine dans ma façon de faire, dans mes convictions amoureuses tout simplement.

… Conditionnée par les histoires d’ados dans les séries…

Je suis cette fille qui aiment les histoires d’amour dans les séries, dans les films, dans les livres. Et oui, je suis cette fille qui idéalise des histoires d’amour ressemblant à ces histoires de cinéma. Cette fille qui dit qu’elle ne croit pas au prince charmant mais qui l’attend toujours. Je suis cette fille attirée par les histoires impossibles, les histoires compliquées. En effet, je suis cette fille qui aime les connards, les bad-boys et qui croient encore qu’elle sera celle qui pourra les changer. Celle qui idéalise les cons qu’elle rencontre… Celle qui imagine des histoires romanesques…

Je suis cette femme de 30 ans dans une tête d’adolescente. Il y a un moment où j’ai oublié de grandir, où je ne me suis pas vu grandir, où je n’ai pas vu les années passer. Je suis cette fille qui aime les livres pour ados avec les histoires d’amour romanesque, impossibles et compliquées. Et je commence à comprendre pourquoi je ne suis jamais attirée par les bons garçons. Je suis cette fille dont le cerveau est embrigadé par ce genre d’histoires… Les mecs bien, je ne les vois pas. Non moi je vois juste le pauvre connard qui ne voit pas qui je suis… Je suis cette fille naïve qui croit encore au prince charmant, pas si charmant…

Je suis cette fille qui arrive encore à se faire avoir par des cons. Qui ne voient pas quand ils sont sérieux, quand ils rigolent, quand ils se foutent de sa gueule… Cette fille qui peut encore croire aux belles paroles. Je suis cette femme qui est restée adolescente et qui de ce fait n’a pas vraiment de retard… Après tout, physiquement, mes 30 ans, je ne les fais pas du tout ! Ceci dit, j’aimerais désendoctriner mon cerveau… Lui faire comprendre que non, rien n’est comme dans mes séries pour ado…

Rendez-vous sur Hellocoton !

24 comments / Add your comment below

  1. Je me suis clairement reconnue dans tout ce que tu écris. Mis à part du fait qu’on a la même situation (timide, je vis aussi chez ma mère, 26 ans, vierge,..), Et je compense mon très peu de relation amoureuse dans les séries/films/cinéma. Je combat ma timidité petit à petit au boulot vu que je suis animatrice en centre de loisirs donc je suis bien obligée mais de toute façon je suis plus à l’aise avec les enfants qu’avec les adultes dû à mon manque de confiance en moi surement.
    En tout cas tu es pas toute seule à ressentir tout ça. Après on est comme on est et c’est à notre entourage de s’adapter même si il faut se forcer un peu parfois ! 😉

      1. Bien certains jours quand j’essaie vraiment de positiver la situation et de trouver des avantages et mal d’autres où je vois que les côtés négatifs. C’est assez délicat parce que la société de nos jours est très dures et les gens se permettent de juger tous tes faits et gestes.. Mais j’essaie de m’assumer de plus en plus même si c’est difficile et de faire les choix qui me conviennent au lieu de faire ceux qui conviendraient aux autres.. Après pour les relations j’ai vraiment une peur atroce de souffrir ou d’être moqué, du coup j’ai tendance à les fuir.. Il va vraiment falloir que je travaille sur ça !

        1. je te comprends, je vis la même chose. j’essaie aussi d’assumer, ce blog m’y aide, ici je suis sans filtre et les retours sont dans l’ensemble super positif ! ça fait du bien ! moi aussi je dois me booster pour les relations car j’ai peur aussi et je suis aussi, sauf qu’à force de fuir, je vais vraiment finir toute seule 🙁

          1. Et moi donc.. Il va falloir qu’on se force mais en même temps je suis bien célibataire moi au jour d’aujourd’hui même si par moment j’aurai bien envie d’un câlin et que si je veux des enfants plus tard, il va falloir que je m’y mettre bientôt ! ^^

  2. Quel super bel article !
    Je te comprends.. Je me retrouve dans plusieurs points de ton article.
    Avec le temps ça viendra. (J’espère pour toi et pour moi :D)
    Il y a des gens qui évoluent plus vite que d’autres c’est comme ça.
    Après, tu as sûrement des points ou c’est toi qui est beaucoup plus avancée.. 🙂

  3. Je ne vais pas te rassurer ma belle mais tu sais on peut se faire avoir à tout âge par des cons…
    Devenir adulte, je me demande encore ce que c’est. Tu as peut-être besoin de plus de temps que d’autres, c’est tout. Une de mes amies proches n’avait jamais eu de petit ami avant ses 28 ans je crois et puis un jour elle a rencontré quelqu’un et ça fait 10 ans qu’ils sont ensemble. Elle se considérait elle aussi comme pas assez mature, plutôt gamine même.
    La roue tourne – toujours…
    Je t’embrasse

    1. Non, je ne sais pas d’où ça vient et non je ne sais pas si j’ai les clés… Je suis en totale contradiction avec ce que je voudrais être en tout cas….

  4. Merci infiniment de mettre les mots sur tout ce que je peux ressentir sans n’avoir jamais pu l’identifier comme tu l’as fait dans cet article ! J’ai l’esprit tellement confus que pour le moment c’est la seule chose que je peux dire : MERCI !

  5. Hey La vie sur terre ! On ne se connait pas parce que moi je viens de commencer mon blog et puis je suis plus vieille que toi j’ai 38 ans, mais j’aime bien te lire ! A propos de ce que tu dis plus haut je voudrais te dire que le raconter l’écrire c’est déjà faire un bout du chemin, les histoires de vie, le travail autobiographique permet souvent d’avancer et de se construire, on dit souvent que c’est mieux d’une psychanalyse et moins cher ! La bise et au plaisir de te lire !

  6. Grandit -t-on vraiment un jour? quand je vois des gens de 50 ans avoir une mentalité aussi minable qu’un collégien, je m’interroge…
    Le pire: les formations pour adultes (et j’en ai fait une paire), tu vois les gens redevenir les ados qu’ils étaient!! les sociologues devraient faire une étude…
    Nous sommes une drôle de génération^^ni adulte ni adolescent, un bordel entre les deux!!
    Je fais aussi plus jeune que mon âge mais j’arrive à casser cet image en modifiant mon aspect physique et vestimentaire! Ca peut être une piste à explorer!!
    En plus, le passage de la trentaine est à marquer d’une à plusieurs façons: une amie a fait du saut en parachute (perso, je pleure si on m’y invite^^), moi, je me lance dans la mode du chapeau!! j’ai un beau chapeau de cowboy de collec’ importé des states (porté en ville uniquement!) et je regarde à en acheter un autre plus simple pour d’autres usages!
    J’entends les voix dirent « trop ringard, la mode c’est le panama et le trilby!! » j’aime pas…et puis je m’intéresse à l’univers du far west!!

    Oups! je te raconte un peu ma vie, désolé!^^
    Tout ça pour te dire que cette année, tu vas probablement te transformer!!!

    1. C’est vrai que je pourrais modifier un peu mon style vestimentaire, mais j’aime aussi ce que je porte et je ne vais pas non plus radicalement changer pour plaire aux autres. mes habits, je les prends pour qu’ils me plaisent à moi 🙂
      moi je voudrais marquer mon passage à la trentaine par un tatouage mais l’idée que j’en ai n’est pas assez arrêtée et ce n’est pas une décision à prendre sur un coup de tête ni à la légère. !
      merci pour tes petits commentaires en tout cas, c’est rassurant ! 🙂

  7. Ha les tatouages!! j’en rêve depuis que j’ai une quinzaine d’années mais les motifs ont souvent changés!!!
    Dans mes périodes cool, je voulais des tatouages romantiques et joyeux!!^^ dans mes périodes de déprime, c’était plutôt tête de mort et motifs trash!!^^

    IL y a une idée de tatouage qui n’a jamais changé: deux masques de théâtre grecs ,joie/tristesse d’où partiraient deux bandes tribales de chaque côté et je veux le mettre dans le bas du dos.
    J’attends de me débarrasser des kilos qu’il me reste en trop pour prendre une décision, plus accumuler de l’argent (c’est pas donné!!).
    Ravi de te faire sourire!!^^
    Pour conclure une phrase facile que j’aime bien utilisé pour justifier mon changement: « Après tout, la vie c’est le changement!! ».

    1. Je n’ai pas encore arrêté l’endroit ni exactement le motif, mais je sais que le tatouage aura une raison et un motif particulier lié à mon histoire 🙂
      merci encore en tout cas ! 🙂

  8. J’avais le sentiment d’être en train de me lire. Je me permets de venir te le dire, t’es pas seule. Moi j’ai 25 ans, je m’attache trop et trop vite, dès que je vois un beau mec je nous imagine avoir de beaux enfants mais je fais jamais rien pour, et bien souvent on aura jamais aucun lien. Je ne fesais pas mon âge jusqu’à ce que je prenne 10kg en 1an. Avec ces nouveaux 65kg pour 1m60 je fais plus femme oui… Je me sens toujours lycéenne, je ne me vois pas grandir. Tout le monde semble me trouver jolie sauf moi qui veut toujours améliorer quelque chose. Timide, pas d’amis, je sors pas, mon père fesait tout pour moi et dans la vie je cherche toujours cette personne de qui dépendre affectivement ou plus. Je reste fleur bleu, romantique, rêveuse. Mes nombreux flirtes ne m’ont pas appris à connaître les hommes, je me fais toujours berner sauf en ce moment où j’ai quelqu’un de bien depuis 1an mais il n’est pas bad boy et ça me manque un peu, je m’ennuie, faut croire que j’aime les déceptions. Dans ma façon de faire, de parler, ma voix, je suis une petite fille. Pas du tout séductrice, une vraie femme enfant. C’est bien la simplicité mais j’ai du mal à m’affirmer, à demander des choses et à me faire entendre aussi. Je suis douce, sensible, fragile, je sais pas me mettre en colère et taper sur la table. Je cherche à m’habiller de sorte à faire plus femme et imposer le respect. Mes soeurs m’ont déjà reproché d’être à la traîne, en retard. Mais comme l’a dit une intervenante, chacun évolue à son rythme la vie n’est pas une course. Cependant, je veux me donner le temps de devenir celle que je veux être, j’ai de l’espoir, tu peux encore améliorer certains points je pense. Pour l’amour, il faut que tu visites des endroits ! (Ciné, restau, piscine, bibliothèque, etc). Merci d’être aussi simple et courage.

    1. Moi à l’inverse, j’ai perdu du poids. Je ne faisais pas plus femme ou autre en étant plus costaud, et je suis mieux ainsi dans ma peau. Moi j’ai l’impression d’avoir loupé mes années lycée et d’avoir envie de recommencer à 0. Comme si j’allais avoir 15 ans et pouvoir recommencer !
      Ma voix est très gamine également.
      Moi aussi j’ai du mal à m’affirmer.
      Merci à toi en tout cas !!!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :