Humeurs

Quand le travail m’ennuie et me fait procrastiner même en dehors…

Ce n’est plus un scoop pour les lecteurs assidus de ce blog, je m’ennuie au travail. J’ai lu cet article de Marie du blog L’atmosphérique, et cela m’a fait du bien de savoir que je ne suis pas toute seule à ressentir cela au boulot. Quand j’en parle autour de moi, cela se résume à ma mère, elle ne comprend pas. Je pense que peu de personnes comprendraient d’ailleurs, pourtant je pense qu’on est nombreux à ne pas être pleinement satisfait au travail. Je crois que beaucoup se mette des œillères, se leurrent et portent un masque en se disant qu’ils ne peuvent rien y faire, que c’est comme ça, et que c’est déjà tellement cool d’avoir un travail que de quel droit, s’en plaindrait-on ?

Sauf que se sentir dépérir de jour en jour n’a rien de réjouissant. Le dimanche soir est une épreuve terrible. Savoir que la routine du lendemain reprend. Je n’attends qu’une chose en me levant le matin, le moment où je franchirais les portes du boulot pour en sortir le soir. Cela pèse sur mes relations avec ma mère avec qui je vis. Car il peut m’arriver d’être irritable, énervée et surtout stressée par ce travail.

J’ai l’impression de porter un masque chaque jour, de faire semblant et d’aller contre ma nature. Travailler en accueil, devoir répondre aux gens, être toujours polie et souriante alors que je ne suis pas altruiste et encore moins sociable. Je déteste le téléphone, j’ai toujours eu beaucoup de mal à appeler et devoir répondre à plus d’une centaine de coup de fil par jour commence à me peser. Ce n’est pas moi. Je n’en peux plus.

Comment trouver la motivation ?

Le fait de ne pas se sentir épanoui dans son travail ne motive pas alors même quand par miracle on trouve quelque chose à faire, on ne le fait même pas de joie, on n’est plus motivé. On perd tellement confiance en soi et en ses capacités qu’on finit par croire qu’on n’est bon à rien. Alors même pour des projets personnels, je procrastine parce-que je n’ai pas confiance. Le fait d’être complètement démotivée par le travail surtout depuis un an, m’a aussi éloigné de mes capacités à écrire ici. Je n’avais plus la force de rien, ni l’envie. Heureusement, j’ai gardé le cap pour le sport, la seule chose qui continuait malgré tout à pouvoir m’évader quelques heures par semaine.

Puis, quand arrive le week-end, ce n’est pas mieux. Je pourrais en profiter pour avancer dans mes projets personnels d’écriture, mais non. Je mate mes séries ou je lis, et le dimanche soir, quand arrive la fin, je suis dégoutée de n’avoir rien fait du week-end. Du coup, je m’ennuie non seulement au travail mais dans ma vie en partie à cause de ce travail qui me pèse tellement que je ne trouve plus aucune motivation. Je viens de passer mon dimanche sur mon lit à regarder des séries sur Netflix et à lire. Bien que je ne sorte pas, j’aimerais tout de même être plus productive et avancer dans mes projets d’écriture.

Alors je rêve, je rêve que je suis quelqu’un d’autre. Que j’écris, que je pourrais passer toutes mes journées à me balader, avec un carnet ou mon ordinateur. Que je m’arrêterais à un café pour écrire. M’inspirer des conversations des autres, écouter, observer. Tout ce qui me fait tant rêver mais que j’ai peur de réaliser. Peur par perte de confiance, par peur d’échouer, par peur de ne pas être à la hauteur et que tout cela ne reste qu’un rêve complètement inaccessible.

Perdre confiance…

Mais je n’ai pas confiance en moi. Peur d’échouer là aussi. Alors à quoi bon commencer ? Le pire, c’est que comme le dit Marie, la plupart des gens ne comprendraient pas. Ne comprennent pas ce sentiment d’ennui, de vide, de non-utilité. Mais pourquoi est-ce si compliqué à comprendre que de m’enfermer dans un bureau chaque jour à répondre à des questions inintéressantes ne me font pas vibrer ? Que j’ai l’impression de perdre 8h par jour. Mais que de toute façon même chez moi je perds inutilement ses heures puisque je suis complètement désemparée.

Que pourrais-je faire d’autre ? Et si je quitte, comment je vais gagner ma vie ? Et comment comblerais-je ce vide et cette solitude qui me fait déjà si peur ? Alors, je reste tant que je tiens, je fais semblant, je donne le change. Mais jusqu’à quand ? Mon corps me le fera payer un jour, je le sais. Il l’a déjà fait. Les maux physiques que j’ai accumulées ces dernières années ne sont sans doute pas sans lien avec ces douleurs morales. Le pire, c’est vraiment de repousser tout… Repousser mes projets, repousser mes recherches, repousser même le sommeil. Tout ça pour ne rien faire de plus que ressasser tout ça encore et encore et redouter le lendemain.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tagged , , ,

37 thoughts on “Quand le travail m’ennuie et me fait procrastiner même en dehors…

  1. Voilà tu viens de résumer mon quotidien à quelques détails près….et personne comprend, enfin la plupart des personnes car j’ai « le plus beau métier du monde ». Bonne journée.

      1. Professeur des écoles….J’entends à longueur de temps « Pourtant tu as le plus beau métier du monde »….Bah moi je ne le vois pas (ou plus) comme ça. Les temps sont durs, pour tout le monde certes, mais pour nous aussi.

  2. Le travail me saoule aussi, et c’est pour ça que je suis passée à temps partiel, avoir plus de temps pour moi.
    Parfois il faut que je me donne un coup de pied au cul pour faire des choses et ne pas rester sur mon canapé comme tu dis. Sinon à quoi bon perdre sur mon salaire si c’est pour rester à la maison, à ne rien faire? Sourire toute la journée même quant tu n’en as pas envie, supporter les collègues je sais ce que c’est. Mais je relativise, quand je rentre, je laisse le travail derrière moi, sinon c’est la dépression qui m’attend. Courage, je te comprends

    1. J’essaye aussi de passer à autre chose une fois arrivée chez moi mais je vois que ça agit sur mon corps, blessures, maux de tête etc etc donc ça me restreint aussi dans mes activités ! c’est compliqué, je vais prendre note des bons conseils que j’ai eus ! 🙂
      merci et bisous !

  3. Comme tu dis, je pense que gens ne peuvent pas comprendre ou pire, envieraient ta situation si tu la leur expliquais ; en mode, “c’est génial de ne rien faire”. Dans ton cas, ce qui est ennuyeux, c’est que tu en arrives à perdre confiance en toi. C’est vraiment dommage. Courage et bonne journée à toi.

    Cécilia

  4. Il faut en parler, c’est important. Car j’ai l’impression que nous sommes nombreux dans cette impasse.
    Le pire c’est la confiance qui se délite. Puisque nous ne faisons rien d’intéressant et que personne ne nous met en valeur, on en vient à se demander de quoi nous sommes vraiment capables.
    J’ai la chance de conserver l’écriture et d’avoir une vie épanouie et heureuse en dehors du travail. C’est ce qui me sauve aujourd’hui.
    Quand j’étais mariée, ma vie de femme était un calvaire plus le boulot qui ne suivait pas, j’étais comme toi, sans énergie, je passais ma vie sur mon canapé le weekend et mon corps me rappelait souvent à l’ordre. Je n’avais ni projet, ni envie.

    Je crois que ce qu’il faut à un moment donné c’est soit se faire aider, soit se poser au calme et réfléchir à nous, ce qui compte, ce qu’on aime, ce qui a de la valeur, ce qui nous motive.

    Courage ma belle.

    1. Exactement, on ne sait plus ce dont on est capable puisque on a l’impression de ne pas être utile.
      J’essaye tant bien que mal de conserver l’écriture, le sport quand je ne me blesse pas. Heureusement qu’il y a aussi les livres et les séries !!!!
      Il faut que je pose par écrit tout cela !!!
      Merci et courage à toi aussi 🙂

  5. Ce que j’aimerais te dire c’est que ça n’est pas une fatalité. Tu te rends compte que ce boulot bouffe ton énergie petit à petit, mais tu ne sais pas comment changer ni vers quoi aller. moi aussi j’étais comme ça il y a 2 ans. je m’ennuyais à mourir dans mon job, coté intellectuel c’était encéphalogramme plat. Je me disais “oui mais j’ai un CDI, un salaire !” mais ça finit quand même par bouffer l’énergie. Réfléchis à ce que tu pourrais faire pour relancer la machine. Et si tu n’y arrives pas, fait toi aider. fais le pour toi vraiment. investis sur toi. Oui je suis coach, et on pourrait dire que je prêche pour ma paroisse, car je pense vraiment qu’un coaching ça pourrait t’aider. Il faut juste que tu trouves le bon coach, celui qui t’aidera à y voir plus clair (moi ou un autre, peu importe !) . Moi j’ai changé de job, et même si c’est un parcours semé d’embuches, je ne regrette pas. parce qu’au moins, mon cerveau s’est remis en activité. Je n’en vis pas encore, et peut être que je retournerai à un boulot “alimentaire” a un moment donné. mais je ne le verrais plus de la même façon. Oui il y aura toujours des gens qui ne comprendront pas qu’on puisse s’ennuyer au travail et vouloir le quitter, mais regarde combien sont d’accord avec toi et avec le billet de marie !Quand j’ai annoncé que je changeais de voie professionnelle, beaucoup de personnes ont trouvé ça bien et courageux.. Et puis tu peux faire les choses à ton rythme, il n’est pas obligatoire de tout plaquer du jour au lendemain ! chacun son rythme et ses solutions. le plus dur c’est souvent le premier pas…

    1. Oui exactement : ça me bouffe l’énergie ! Un coaching ? Je ne savais pas que cela existait dans le boulot, ça aide à savoir où on en est ? Une sorte de bilan de compétences ? Comment cela se déroule ? En tout cas, merci pour ton commentaire !!! 🙂

      1. Pour en savoir un peu plus tu peux aller sur mon site ( http://www.sophiepourny.fr ) ou sur le site d’autres coachs. pour faire bref, un coaching, c’est un accompagnement, vers un objectif, quelque soit cet objectif ! Donc ça peut s’appliquer dans tous les domaines de vie… ça permet de faire le point, et de savoir vers quoi on veut aller. on creuse, on élimine les pistes.. le principal à retenir, c’est qu’un coach ne te conseillera pas quoi faire. il va te questionner pour que tu découvres vraiment ce que tu veux faire. un coach ne sait pas à ta place, moins il en sait sur le sujet qui te préoccupe, plus il va te poser de questions, plus les choses vont ressortir.. le seul prérequis pour faire un coaching, c’est d’avoir la volonté de changer les choses. n’nésite pas à m’écrire directement, si tu as des questions, je serais ravie t’éclairer sur le sujet !

  6. Je me suis énormément retrouvée dans tout ce que tu écris … Je viens de publier un article sur pourquoi je ne suis pas faite pour être salariée et je rêve chaque jour de monter ma petite entreprise. Un petit bout de rêve rien qu’à moi où je pourrais partager ma passion, aider les autres et me sentir pleinement utile.
    Mais pour le moment je me lève chaque matin un peu à reculons mais en même temps avec cette folle envie d’avancer dans ce beau projet pour ne pas stagner.

    Je te souhaite de trouver ce qu’il te plait car je suis certaine que tu as énormément de capacité et de choses à offrir. Crois en toi car sinon personne ne le feras. Tu es la personne la plus importante sur terre, ne l’oublie jamais.

    Prends bien soin de toi, bisous,
    Pêche
    https://pecheneglantine.fr

    1. Oh merci pour tes si gentils mots !!! Oui je me souviens avoir lu ton billet ! 🙂
      Tu souhaites monter une entreprise de quoi si cela n’est pas indiscret ?
      Merci en tout cas ! 🙂

  7. J’ai lu plus haut un commentaire te suggérant le coaching, je trouve que c’est une bonne idée mine de rien. Je ne sais pas s’il existe une solution miracle pour que tu ailles de l’avant, pour que tu fasses ce que tu veux vraiment faire. Je crois qu’il faut juste avoir le déclic pour que tout se mette en route. Je te le souhaite en tout cas. Je me suis emmerdée pendant des mois au boulot l’an dernier et c’est pas drôle.

  8. comme m’ont dit les gens.. « pourquoi t’as postulé alors ? » car je voulais un job pas payé au lance pierre ni avec des horaires de m%%%%e … je suis comme toi j’ai un job qui me plait pas mais qui peut me permettre d’avoir celui que j’envie ……. j’espère juste que la vague de retraités (qui ont les postes convoités) va bientôt passé dans ma boite, car moi aussi cela commence à me saouler ….. courage

    1. J’ai postulé parce que je sortais de la fac et que je ne savais pas que je n’étais pas faite pour cela ! 🙂
      Merci et courage à toi aussi !

  9. Merci pour cet article qui n’a pas du être facile à écrire. Tu te livres énormément et je pense que, comme tu le dis, peu de gens peuvent comprendre.
    Le tout est de trouver son équilibre. Rien ne sera parfait dans tous les cas, mais clairement, tu n’as pas encore cet équilibre qui est indispensable.
    Je n’ai pas de réponse quant-à qu’elle serait cet équilibre. Mais des gens pourraient t’aider. Des coachs entre autre. La sophrologie aussi…
    Je te souhaite de trouver ton bonheur au travail, quelque soit la voie choisie ?

  10. Toute ma vie durant j’ai pensé et vécu la même chose que toi, je suis à 6 ans de la retraite… je travaile dans l’administratif un job qui m’ennuie tu ne peux même t’imaginer… en regardant en arrière ce ne sont que des regrets… ma seule “bouée de sauvetage” c’est ma passion en dehors du boulot je suis créatrice de bijoux je suis passionnée par ça je m’évade je suis “ailleurs” dans un monde qui me fait tout oublier… et quand je suis au boulot je n’arrive pas à me concentrer sur quoi que ce soit, dans ma tête il y a les croquis de mes futures créations….
    Je n’ai qu’un conseil a te donner : barres toi de ce boulot qui te pourrit la vie et la santé !! tu es jeune et tu as la vie devant toi, trouves toi un stage ou une formation dans qq chose qui te correspond, fais ce que tu as envie de faire, il y a tjrs des solutions ?

    1. Je suis aussi dans l’administratif ! Je me demande comment tu as pu tenir tout ce temps! quelle force !
      merci en tout cas pour les encouragements ! gros bisous et courage à toi !

  11. Je me reconnais aussi dans ce que tu décris. S’ennuyer au travail, parce qu’on n’a rien à faire, ou des tâches insignifiantes, ou pas assez confiance en soi pour se lancer. De mon coté, j’ai déjà changé deux fois de boulot et je suis passée à temps partiel, pour les mêmes raisons que celles décrites par yasmine plus haut. Pour autant, je continue à m’ennuyer. Peut-être faudrait-il changer plus radicalement de voie. Et travailler sur soi, sur la peur d’échouer qui paralyse, et aussi la peur de réussir qui dans mon cas m’empêche de réaliser beaucoup de mes projets. Petit à petit et avec de l’aide, ça s’améliore pour moi, un peu dans mon travail et beaucoup dans ma vie personnelle. Courage à toi, j’ai confiance que tu as les ressources en toi pour sortir de cette boucle infernale.

  12. Je commence mon travail aujourd’hui…Si je m’ennuie, je ne tiendrais pas, je sais que je quitterai !! J’ai tellement envie de faire des rencontres…. Je vais vendre livres et revues…

  13. Vraiment intéressant ton billet ! Personnellement, je suis toujours au lycée et les jours là-bas sont fatigantes et ennuyantes, en générale j’en sors toujours épuisée… au contraire, lorsque je fais quelque chose que j’aime vraiment, à savoir mon blog et rédiger mes billets, je peux me lever à 6h, sortir toutes la journées à faire des photos et me coucher à 00h00 sans ressentir aucune fatigue…
    Comme quoi, lorsque l’on aime et s’investie, le temps ne passe pas de la même manière en fonction des choses que l’on fait ^^

    1. Exactement ! Le temps passe bcp trop vite lorsqu’on se sent bien ! 🙂 merci pour ton petit com Charlène et fais du mieux que tu peux au lycée 🙂 bon courage!

  14. « J’ai l’impression de porter un masque chaque jour, de faire semblant et d’aller contre ma nature. Travailler en accueil, devoir répondre aux gens, être toujours polie et souriante alors que je ne suis pas altruiste et encore moins sociable. » Comme j’ai eu l’impression de me lire… Pour ma part je suis dans la vente depuis dix ans et même si ce métier m’a fait gagner en confiance je lutte chaque jour contre ma nature réelle pour faire bonne figure et coller à l’esprit de la boite. Tout ça à quel prix ?! Notre santé défaille, le moral pas au top et comme tu l’as dis bonjour irritabilité. La peur de quitter un Le fameux cdi, le qu’en dira-t-on, que faire ensuite,… Bref parfois il faut savoir écouter notre alarme. Bon courage à toi 😉

      1. Mais de rien, pour le moment je prends mon mal en patience en pratiquant la gratitude (ça marche partiellement haha) mais les soucis de santé n’allant pas en s’arrangeant je songe à arrêter.

  15. Un jour, j’ai lu dans un livre cette phrase, et comme beaucoup de choses dans ce monde, sans savoir pourquoi, elle m’a marqué. “Quand notre vie ne nous convient pas, il faut la changer”. Je crois qu’il n’y a pas meilleur conseil, car, si le jour du Jugement Dernier existe, mais que vas-tu raconter?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.