Forme et santé, Humeurs

Jusqu’à quand…

Je repousse l’écriture de cet article depuis des mois… Je vous en ai déjà parlé. Mais je crois que je suis arrivée à un point de non retour et en même temps, je me sens coincée et je ne sais plus quoi faire… Il y a trois ans j’écrivais cet article… Quelques petites choses ont changé depuis mais le fond du problème est toujours là. Et tout le monde s’en fout. Je suis celle qui subit sauf que là, j’ai l’impression d’être une cocotte minute, prête à exploser à tout moment.

Puis j’ai écrit deux ans après, soit en 2016, un article protégé dans lequel j’exposais mon mal-être… Rien n’a changé depuis. Je n’en peux toujours plus, je suis complètement las et fatiguée, et le soir quand je rentre chez moi, je n’ai plus la force de rien. Heureusement que j’arrive à encore aller au sport car ça me permet de me vider la tête, mais m’adonner à ma passion de l’écriture, je n’en ai plus la force, pas le courage… C’est devenu une corvée de me mettre devant l’ordinateur, je préfère regarder une série ou lire pour essayer de me vider la tête le mieux possible…

Des débuts en tant que contractuelle…

Je travaille dans cette collectivité depuis février 2011. J’ai été recrutée en tant que contractuelle au poste de l’accueil et de l’État Civil. Un poste en binôme avec une autre personne. Presque en trinôme, le collègue du social et des élections nous aide si l’une est absente pour l’accueil s’il y forte affluence. J’ai été titularisée en 2014, toujours sur cette base de 80 % après que l’on m’ait fait peur plusieurs mois en me disant qu’ils allaient me mettre à 50 % (autant vous dire que vu la route que je fais, j’aurai pas accepté ce contrat !).

J’ai eu des nouvelles missions, m’occuper des inscriptions pour les temps d’accueil périscolaires donc ils ont justifié mon 80 % de cette manière. Depuis juin 2017, j’en avais parlé ici, j’ai également eu de nouvelles missions et on m’a augmenté mon temps de travail de 20 % donc un 100 % mais payées en heures complémentaires. Je m’occupe de la charge locative d’un parc de logements saisonniers, contenant 11 logements que l’on loue pour les travailleurs saisonniers à l’année. Au départ, c’est une tâche qui m’a fait peur, mais pour le moment, ça se passe plutôt bien.

Mais ça ne me plaît pas. Et puis je suis en charge d’une régie, une régie d’avances (car j’encaisse de l’argent) et une régie de recettes (car j’en restitue). Vu le rapport compliqué que j’ai avec l’argent depuis mon ex, c’est pour moi un peu compliqué. D’autant que je dois prendre un cautionnement de 300 euros. J’ai vu avec mon chef pour m’inscrire à un cautionnement mutuel où je paye 12 euros par an. Sauf que vu qu’il y a deux arrêtés de régies différentes, une pour la régie de recettes et une pour la régie d’avances, ils me demandent le cautionnement deux fois soit actuellement 58 euros ! (29 euros pour une : 12 euros adhésion + 12 euros de frais de dossier (WTF tout est fait en ligne!) + 5 euros de fonds de propriété. J’ai exposé ce fait à mon chef pour que 2 arrêtés soient faits mais j’attends toujours… Tout comme j’attends toujours mon indemnité de responsabilité ! Je crois qu’ils vont me carotter, mais de toute façon, il est hors de question que je paye quoi que ce soit, si je n’ai pas d’indemnité. Le problème, si on me vole de l’argent, je dois rembourser sur mes derniers personnels : et autant vous dire que ça ce n’est pas possible non plus !

Je travaille trop vite ou eux trop lentement…

Bref, j’en ai marre que moi lorsque l’on me demande de faire quelque chose, c’est fait quasiment instantanément et quand je demande des choses, il faille attendre trente plombes… C’est comme mon arrêté que j’attends depuis fin décembre… Car enfin mon temps plein est validé depuis ce 1er janvier, car on me donne encore 20 % en plus de tâches supplémentaires en communication… Ce qui implique de travailler avec un autre collègue, et de devoir jongler pour les congés, non plus en trinôme mais en quadrinome ! Autant vous dire que je ne sais même pas si je vais pouvoir prendre des congés cet été !

L’autre jour, j’ai été demander un renseignement à ce collègue par rapport à une tâche qu’il m’avait demandé. Au lieu de prendre 5 minutes, ça a pris une demi-heure, et tu ne peux pas te débarrasser de lui, il continue à te parler de trucs qui n’ont rien à voir et toi tu te sens mal… Je vous jure que je suis mal à l’aise avec cette personne. Je me suis sentie comme je me suis sentie l’été dernier avec une psy chez laquelle je ne suis plus jamais retournée tellement j’avais des montées d’angoisse avec elle… Bin là c’est pareil, je me suis même enfoncé les ongles dans la peau tellement j’étais pas bien… Et dire que je dois retourner travailler avec lui demain matin…

Je ne suis pas quelqu’un qui s’impose. Je n’y arrive pas. Aujourd’hui, notre chef nous a convoqué, mes collègues de l’accueil et moi pour nous expliquer ces 20 % de tâches supplémentaires qui vont être consacrées à la communication. Ils ont tiqué d’entrée parce-que ce sera un temps où je ne serais pas à l’accueil et je me suis sentie comme une merde encore une fois. Un vulgaire ballon de foot qu’on s’arrache, ou la fille de parents divorcés qui s’entre-déchirent ou un bout de viande que s’arrachent deux affamés…

On m’en demande toujours plus mais l’autre…

Ma collègue à l’accueil est une grosse feignasse. Elle ne fout rien et l’autre binôme la protège toujours. Cela commence sérieusement à m’agacer. Pendant que moi on me rajoute les TAP, les logements de la communication, elle elle fout quoi puisque elle ne prend même pas en charge le courrier qu’on reçoit et qu’elle répond à un appel sur quinze ????!!!! J’en ai parlé au chef il y a environ un an, mais rien ne bouge, c’est à moi de m’affirmer… Ah ah facile à dire hein, m’affirmer je sais le faire par écrit, je sais le faire ici, mais à l’oral, je ne sais pas, je ne suis pas comme ça, ce n’est pas dans mon caractère… Sinon, ça fait un moment que ça aurait pété d’ailleurs…

Là les deux collègues de l’accueil s’inquiètent sur les moments où je serais pas à l’accueil, sur leurs congés etc mais mon avis ils s’en tapent ! Le chef pareil, il est gentil, ce n’est pas le problème, mais il a mon âge, et il est gentil avec tout le monde. Je pense qu’il ne veut se mettre personne à dos, ce que je peux comprendre. Mais tout le monde se plaint de cette collègue ! A part l’autre collègue en binôme qui la protège, elle exaspère tout le monde, parce qu’elle ne fout rien, ne redistribue parfois pas au bon endroit les appels, ne prend aucune initiative et ne sait jamais rien !

Je ne suis pas forcément débordée, je travaille vite, bien plus vite que la plupart des personnes, je le vois bien. Pour une même tâche, ma collègue prend 3h de plus… Enfin disons, qu’elle s’occupe puisqu’elle n’a rien à faire… Là on doit me bloquer des demi-journée de temps de communication mais le collègue m’en donne tous les jours à faire donc c’est impossible de bloquer sur des temps dédiés, et le chef ne veut pas y déroger. On verra à l’usage dit-il… Ouais et à mon usure aussi je suppose ??? Parce-que là je sature…

Saturation morale… et physique…

Quand tu vas plusieurs fois dans ton taf, te réfugier aux toilettes parce-que tu sens que les larmes montent et que tu n’as pas envie de le montrer… Puis, quand tu te demandes, si tu ne vas pas te créer un accident pour être débarrassée… Aussi, quand tu perds petit à petit toute confiance en toi qui était déjà pas bien grosse… Et quand tu te sens inutile et pas épanouie H24… Quand tu te dis que c’est au boulot que tu passes le plus clair de ton temps… Sans oublier quand les tâches d’accueil physique et téléphonique te rebutent au plus haut point et que répondre aux gens devient un effort surhumain… Quand les douleurs chroniques au dos doivent certainement être dus à ce qui se passe à ce taf…

Là, comme je le disais plus haut, j’attends mon arrêté d’augmentation de temps de travail, j’ai demandé trois fois au chef, il m’a dit que la personne qui s’en occupe est dessus et me le fera signer bientôt. Sauf que les payes partent fin de semaine au Trésor Public, et soit elle va me payer 28h au lieu de 35, en ayant tout oublier de faire, soit 35h mais vu que il n’y a pas d’arrêté le Trésor Public, va bloquer ma paie ! Autant vous dire, que je ne dis plus rien, parce que j’en ai aussi marre d’aller relancer tous les jours, et que rien ne se passe, mais si c’est la merde, je vais clairement aller gueuler cette fois !

Et puis ce téléphone, qui a été en panne deux jours, à cause d’une coupure de courant à la Mairie qui a grillé un cable, autant vous dire, je l’avoue : ça a été une véritable délivrance ! Il est revenu partiellement aujourd’hui, on entend pas 3 appels sur 4 ! Mais ma collègue ne répond jamais au téléphone alors qu’on est censé être deux. Moi j’ai l’accueil, l’État Civil, les logements (ça ne m’occupe pas tous les jours), les TAP (ça non plus), plus maintenant la com, et elle elle a quoi juste l’accueil et même pas foutu de le faire !!!!!

Je veux tout foutre en l’air…

Je sature, j’ai juste envie de tout envoyer en l’air, mais je suis titulaire et démissionner de ce poste revient à démissionner de mon grade et de tout. Alors que j’ai eu mon examen professionnel depuis juillet (alors que j’avais raté 5 fois le concours) et que j’ai monté en grade ! Je ne veux pas perdre ça, pour rien… J’ai trop peur de manquer d’argent et de taf… J’ai vu trop de personnes galérer à retrouver un taf après être partis du leur… Et puis, j’aimerais reprendre mon indépendance maintenant que je suis à 35h alors si je lâche tout, je n’ai plus rien…

Si je n’écris plus sur le blog, c’est beaucoup par rapport à tout ça. Le soir, je suis crevée, épuisée de ma journée de travail, pas parce que j’ai eu trop de taf forcément; mais parce-que je crois que je suis arrivée à un point de non-retour… J’ai eu trop de peines à cause de ce taf, trop de rancoeurs, trop de choses que j’ai gardé pour moi, trop de pétages de câble une fois rentrée chez moi que je n’ai plus la force d’écrire… Comme cette amorce de roman que je n’ose même pas reprendre parce-que de toute façon, je suis trop dans un mood ou tout ce que je fais c’est nul, tellement j’ai plus confiance en moi…

Rendez-vous sur Hellocoton !

9 thoughts on “Jusqu’à quand…

  1. Tu connais certainement mon avis même si je sais que prendre certaines décisions – surtout liées à l’argent – sont pas faciles. Tu es en train de craquer dans un boulot qui ne t’épanouit pas, avec des gens qui te gonflent. Trouver un plan B et démissionner serait le mieux qui pourrait t’arriver selon moi…
    Courage ❤

  2. Une situation pas évidente du tout.
    Un travail qui devient un tel poids à gérer au quotidien, c’est très compliqué. Aujourd’hui tu tiens le coup tant bien que mal. Le risque c’est que la situation s’aggrave et que tu ne puisses plus à terme faire face.
    Je ne sais que te donner comme conseil. Y a t-il des options pour un autre poste dans la même structure ou une autre? Est-ce quelque chose que tu peux demander?
    En attendant plein de courage à toi.

    1. Oui je suis en train de préparer un courrier pour un autre poste ailleurs… Mais c’est pas dans ce que je fais et ils demandent de l’expérience mais oui je vais postuler à chaque poste susceptible de m’intéresser ailleurs dans mon secteur géographique

  3. Effectivement c’est le risque. C’est difficile de partir de la fonction publique vu les avantages. Mais après faut te poser cette question : vaut mieux t-il pas perdre cet avantage et être plus épanouie à côté ?
    Sinon, passer un autre concours, du genre dans une voie qui n’a rien à voir avec ce que tu fais actuellement, est possible, non ?

    1. Bin le risque c de tout perdre et d’avoir à tout recommencer à zéro si je veux retenter la fonction publique. J’ai mis cinq ans à décrocher l’équivalent du concours. C’est pas pour devoir tout refaire après… Le moins pire serait de demander une disponibilité mais plus de salaire et selon certaines disponibilités tu ne peux pas faire un autre taf a côté. Je sais que la situation galère argent me rendrait pire…. Mon ex me devait 3500 euros quand il s’est barré et le plus dur a été de faire une croix sur mon argent et non sur notre histoire. Et ma mère a tjs galere à nous élève nous trois seule. J’ai été élève dans cette peur de manquer d’argent.

    1. Exactement. Sauf que me poser et reflechir à tout ça est souvent difficile car besoin de m’évader quand je suis pas au taf et de ne plus y penser. Mais je vais prendre du temps pour trouver cette putain de solution !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.