« La Consolation », téléfilm tiré du récit autobiographique de Flavie Flament

Je viens de regarder « La Consolation » téléfilm tiré de l’histoire de Flavie Flament violée à 13 ans par un photographe, diffusé ce mardi 07 novembre 2017 sur France 3. J’ai été troublée, gênée et nauséeuse à la vision de ce téléfilm qui m’a mise très mal à l’aise.

Synopsis

Flavie, la quarantaine, est animatrice de télévision. Accompagnée de son psychanalyste et d’un album photo, elle se souvient. Son père dont elle n’a pas beaucoup profité. De plus, sa mère, frustrée, malheureuse et manipulatrice qui l’a admirée autant que maltraitée. Cela à coups de paroles cinglantes et de régimes draconiens. Et cet été. Celui de ses treize ans, celui où elle a été violé. Celui qui a été immortalisé par une photo de David Hamilton.

© GUYON Nathalie/FTV

Mon avis

J’ai aimé la façon dont est traité le film. A savoir une femme adulte, qui se remémore avec l’aide d’un psychanalyste son enfance, à différents âges. J’ai regardé ce film parce-que le sujet du viol est un sujet qui me touche et me rend très colérique. Effectivement, c’est un acte que je ne peux comprendre, que j’exècre au plus haut point. Et je suis écœurée de la façon dont la justice impunie ou punie de façon tellement injuste les agresseurs de ce genre.

Le film me donne envie de lire le récit autobiographique de Flavie Flament paru en octobre 2016. J’aime beaucoup lire les livres des films que j’ai lu et vice-versa. D’autant plus quand cela est tiré d’histoires vraies. Encore plus quand ce sont des histoires de personnes connues que l’on apprend alors à mieux connaître à travers leurs écrits.

Flavie est une adolescente de 13 ans lorsqu’elle se fait violée par un photographe de mode. Sa mère lui fait subir une pression incessante à propos de son poids et son apparence pour qu’elle réussisse dans ce domaine. Jusqu’à lui asséner des paroles blessantes du genre « Tu es moche, tu es grosse, j’ai honte d’être la mère d’un boudin pareil ». On s’aperçoit que cette mère tyrannique vit à travers sa fille ce qu’elle aurait elle même pouvoir vivre, en ayant du succès dans la mode ou le fait d’être connu et reconnu.

© GUYON Nathalie

Une mère aveuglée et maltraitante…

Une mère maltraitante et abusive qui ferme les yeux sur les agissements d’un photographe pourtant connu pour faire des photos à consonance érotique. A quel moment est-ce qu’une mère laisse son enfant des après-midi entières avec un photographe qui ouvre la porte en étant nu ? Et où il fait des photos de ta fille nue sous des robes transparentes et qu’il lui demande de se changer devant lui ? Une mère flattée de l’intérêt porté par ce photographe mondialement connu à sa fille et frustrée de n’avoir pas vécu elle cela dans sa propre enfance. Elle lui dira même « J’aurais aimé avoir ta gueule, et que tu aies mon intelligence ».

Cette mère qui apparaît comme une femme perdue, mal aimée et par son mari et par sa propre mère. Une femme qui avait des rêves enfouis, brisés. Quand elle dit des méchancetés à sa fille, elle pense sûrement le faire pour son bien. Elle pense que c’est pour l’aider. Et surtout, je pense qu’elle pense résoudre ses propres problèmes et névroses personnelles à travers sa fille. Elle la manipule et va jusqu’à lui jouer la corde sensible en pleurant devant sa fille. En lui disant qu’elle espère qu’elle n’aura pas la même vie de merde, tout ça pour obtenir une lettre qu’elle lui cachait. Est-elle à ce moment là réellement manipulatrice ou montre-t-elle enfin ses propres blessures ?

© LP / Olivier LEJEUNE

Une fascination malsaine envers sa fille…

Elle est fascinée et en même temps en colère contre sa propre fille qui brille et qui est jolie. Cette mère qui a une propre blessure narcissique due à sa propre place au sein de sa famille. Elle domine un père de Flavie complètement absent et qui ferme les yeux sur les névroses de sa femme. De plus, elle envoie sa fille passer tout un week-end chez ce photographe. Tout cela en étant dans le déni complet de ce qui pourrait se passer tellement elle est aveuglée par son ambition, son rêve qu’elle vit à travers Flavie.

Elle fait abstraction de tout, obnubilée par cette soif de succès qu’elle souhaite pour sa fille. Par conséquent, elle a une réelle emprise sur cette dernière car elle vit par procuration. Elle fait de sa fille un jouet pour qu’elle vie la vie dont elle-même a toujours rêvée. Car elle même ayant été délaissée par sa propre mère, elle cherche à réparer cette blessure narcissique… Et une jeune fille qui ne peut se confier à sa mère car cette manipulation, cette violence, et l’aveuglement de sa mère font qu’elle se dirait qu’elle ne la croirait pas…

© GUYON Nathalie

Un déni tellement assoiffée de succès…

Un déni qui s’installe alors également chez l’enfant qui finit par se persuader qu’il ne s’est rien passé. Et  qui développe alors une amnésie traumatique. Cela se traduit par un mécanisme de survie, les souvenirs se sont perdus. Flavie emmène alors ses souvenirs enfouis dans sa vie d’adulte jusqu’à ce que des objets lui rappellent petit à petit ce qui s’est passé. Comme le cliché qui tombe chez le psychanalyste et qui lui font tout remonter à la surface.

Le combat de Flavie aujourd’hui

Aujourd’hui, Flavie a verbalisé son viol. Elle a ainsi pu se libérer par la parole et encourage toutes les victimes à le faire pour se faire entendre. Pour elle, la parole et le fait de pouvoir en parler librement est un chemin vers la reconstruction. Aujourd’hui, Flavie Flament oeuvre pour que le délai de prescription des viols sur mineurs soit allongé.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Nabilla et Thomas . . . Crime passionnel ? . . .

Vendredi matin, en lisant cet article des Goldfish Gang, j’ai appris que Nabilla Benattia était soupçonnée d’avoir poignardé son compagnon : Thomas Vergara. Le couple est ensemble depuis à peu près deux ans et se sont rencontrés sur le tournage de la saison 5 des Anges de la Télé-Réalité.

Ils sont très passionnels, et se décrivent tous les deux comme étant extrêmement jaloux.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, Thomas Vergara est transporté d’urgence à l’hôpital après avoir reçu un coup de couteau au thorax. Depuis, Nabilla a été placée en garde à vue. Elle a d’abord donné une première version des faits expliquant qu’elle et son compagnon se seraient faits agresser à l’extérieur de l’hôtel et que Thomas en voulant la protéger aurait reçu ce coup de couteau par l’un des agresseurs. Cependant, il aurait été rapporté que la vidéosurveillance contredit cette hypothèse, ne retrouvant aucune image de traces de ladite agression ni de sang la prouvant. Vendredi, Nabilla verse une seconde version des faits. Elle affirme que son compagnon aurait consommé de la cocaïne et se serait lui-même donné ce coup de couteau suite à une violente dispute qui s’est mal terminée.

Thomas, désormais hors de danger, a été entendu samedi et confirmerait la première version de Nabilla en affirmant avoir été agressé par des individus au moment de l’entrée à leur hôtel. Confronté à la seconde version, il aurait affirmé que ceci est « n’importe quoi ». Il n’a pas porté plainte contre elle.

Le 8 août dernier, un fait similaire avait eu lieu, Thomas s’étant blessé cette fois au dos à la suite d’une altercation avec sa compagne.

Plusieurs rumeurs se font surgir depuis, certains internautes relatant qu’aucune trace de l’ADN de Nabilla n’aurait été retrouvé sur le couteau juste celle de Thomas etc etc… Je ne suis pas en train de rédiger cet article pour savoir qui a raison ou qui a tort. Ce sont aux enquêteurs de faire ce travail et je ne détiens pas la vérité.

Je ne crois qu’en ce que je vois ou entends, mais avec preuves. Déjà, dans la nuit de jeudi à vendredi et la journée de vendredi, alors que Thomas n’avait même pas été encore entendu, la rumeur circulait comme quoi il affirmait avoir été agressé par Nabilla qui lui aurait porté ce coup de couteau au thorax.

Ce dimanche matin, j’apprends que Nabilla n’a pas convaincu les enquêteurs et qu’elle a été écrouée pour tentative d’homicide involontaire. Les analyses n’ont retrouvées ni trace d’alcool ni traces de drogue dans son organisme mais il y’en avait (drogue) dans celui de son petit ami. D’après les informations de BFM TV, la lame et le manche du couteau ne comportent pas l’ADN de Nabilla, mais seulement celui de Thomas.

Alors, je vais vous raconter un bout de moi. Je ne vais pas chercher à défendre Nabilla, ni à justifier son geste. Ce qu’elle a fait (si toutefois elle est coupable de tentative d’homicide involontaire) est grave, très grave. Mais malheureusement, je crois que ça peut arriver à n’importe lequel d’entre nous d’en arriver là. Non, je ne crois pas que Nabilla soit une personne malsaine d’esprit. Oh mais, je te vois d’ici me répondre qu’une personne saine d’esprit ne ferait jamais ça! Oui, c’est ce qu’on dit tous jusqu’au jour où… Comme ces gens qui affirment que leur chien est un ange qui ne ferait pas de mal à une mouche et qui le lendemain bouffe le visage d’un passant dans la rue.

Thomas et Nabilla vivent une passion destructrice où la violence semble faire partie de leur amour. Et, pour avoir un peu vécu ce genre de relation, je crois que je peux comprendre comment elle aurait pu (je parle au conditionnel car pour le moment, rien ne nous prouve qu’elle est l’auteur de ce fait) en arriver là.

L’amour passionnel est un amour destructeur. Chacun étant trop attaché à l’autre, trop fusionnel et trop jaloux. Avec mon ex, nous vivions ce genre d’amour là. Je ne sais pas si c’est de l’amour. C’est de la possession. On ne supporte pas voir son compagnon approcher quelqu’un d’autre et les disputes sont omniprésentes. Parfois, la violence aussi. J’ai vécu ce genre de couple destructeur. Avec l’Ex, j’étais violente. Il faisait ressortir une facette de moi qui n’était pas moi. Oui, les assiettes pouvaient fusées, beaucoup de matériels jetés à travers les pièces pour tenter de blesser l’autre… L’amour passionnel amène des réactions disproportionnées qu’on ne contrôle même pas. Alors, je peux vous affirmer aujourd’hui que je ne serais pas allée jusqu’au coup de couteau, mais qu’en sais-je après tout ?!… Quand l’amour est destructeur, il amène à faire des choses insoupçonnées, irréfléchies… Je ne pense vraiment pas que Nabilla, si elle a vraiment donné ce coup de couteau, l’est fait de façon préméditée, et délibérée.

Comme Nabilla et Thomas, j’ai vécu ce genre d’histoire d’amour passionnelle, fusionnelle et destructrice. Un amour qui englobe tout, un amour excessif. Pour ces personnes qui ressentent cet amour passionné, rien d’autre que l’être aimé ne compte à leurs yeux. Alors vous allez me dire, comment est-ce possible qu’elle l’aime au point de vouloir le tuer ? L’amour passionnel est irraisonné. Le comportement caractérisant l’amour passionnel, qui bien souvent est un amoureux jaloux, le pousse à coller son partenaire, presque à l’empêcher de respirer. Le bonheur n’est plus tellement là. L’amoureux passionnel cherchant à tout contrôler. L’amour est passionnel quand l’amoureux cherche à combler un vide, un manque, affectif bien souvent, ou aussi un manque de confiance de soi, d’estime de soi. On cherche en l’autre ce qu’on n’a jamais eu. On peut d’aimer autant que se détester…

Les violences dans les relations intimes sont un ensemble de comportements, d’actes, d’attitudes de l’un des partenaires ou ex-partenaires qui visent à contrôler et dominer l’autre. Elles comprennent les agressions, les menaces ou les contraintes verbales, physiques, sexuelles, économiques, répétées ou amenées à se répéter. L’un étant trop jaloux, l’autre cherchant peut-être à contrôler cette jalousie… Une relation violente est souvent un mélange confus d’amour, de crainte, de dépendance, d’intimidation, de culpabilité et d’espoir.

N’importe qui peut-être victime de violences au sein d’un couple. Ça touche des personnes de tout âge, riches ou pauvres, de différents degrés d’éducation, etc etc… Le chiffre d’hommes victimes de violence est moins élevé que celui des femmes victimes.

Les agresseurs ont autant besoin d’aide que les victimes dans ce genre d’affaire. Nabilla n’est pas à blâmer, ni à accabler plus de la sorte. Depuis vendredi, des blagues ne cessent de circuler sur elle concernant cette affaire. Et je trouve ça absolument tout sauf drôle.

Nabilla n’est pas la seule « people » à qui ce genre d’affaires arrive. Rappelons-nous Bertrand Cantat et Oscar Pistorius. Par contre, j’ai l’impression que c’est la seule avec qui les gens se permettent un peu trop de moqueries. Après tout, n’oubliez pas que ça peut arriver à n’importe qui, et si demain vous vivez une passion destructrice qui en finit comme ça,  je ne pense pas que vous aimeriez qu’on en rigole…

Et puis, rien ne prouve qu’elle est effectivement coupable, les derniers éléments de l’enquête rapportant qu’elle n’était pas sous l’emprise de la drogue, mais Thomas oui et que son ADN n’apparaitrait pas sur le couteau. Par ailleurs, Thomas Vergara est connu lui aussi pour être violent, rappelons-nous qu’il a été viré de Secret Story 6 suite à une violente altercation avec Nadège. Alors si effectivement Nabilla aurait commis cette irréparable, peut-être est-ce sa réponse à une multitude de violences subies de la part de son compagnon. Sans que ça justifie l’acte, mais juste le comprendre. Nous pouvons tous émettre des hypothèses, mais on ne connaît pas la vérité, ni ce que vit ce couple dans l’intimité.

Alors, arrêtez de rire de ça, arrêtez de condamner Nabilla, les enquêteurs, les policiers et les juges sont là pour faire leur travail. Je ne condamne ni l’un, ni l’autre, j’attends juste que vérité soit (r)établie.

Je pense qu’un couple aussi tumultueux a besoin de se faire aider. Car coller l’autre prouve un manque de confiance, que ce soit en soi ou en l’autre. L’un voulant posséder l’autre. La passion amoureuse c’est perdre le contrôle de soi. Dans certains cas, cela peut aller jusqu’à agression insensée de l’être aimé. Aimer de façon démesurée, obsessionnelle. L’amoureux passionné ne conçoit pas de vivre sans l’autre. S’il se rend compte qu’il est aussi impossible de vivre avec, il pourra alors tenter de le tuer, pour qu’il lui appartienne à tout jamais…. C’est ce qu’on appelle le crime passionnel. L’amoureux passionnel se perd lui même dans l’amour qu’il porte pour l’autre. Le « Je » n’existe plus, seul un « Nous » qu’il s’est idéalisé existe et si l’autre s’échappe de son idéal, cela va accentuer d’autant plus son envie de contrôle…

Et oui, quand j’aime, j’aime comme cela de façon passionnelle et je me perds moi-même. Et c’est bien pour cette raison qu’aujourd’hui, j’ai peur de l’amour, car je ne veux plus revivre cette passion, ce don de soi à l’autre qui fait qu’on ne vit plus que pour lui et par lui. Ces disputes incessantes causées par une jalousie démesurée et incontrôlée.

Et je pense que quoi qu’il se passe pour Nabilla dans les jours à venir, si elle n’est finalement pas condamnée, j’espère qu’elle et Thomas prendront la sage décision de se séparer… Ou du moins, d’engager une thérapie car vraiment l’amour passionnel est une pathologie.

Et toi, qu’en penses-tu ?

signature blog

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :