Humeurs

Je me suis enfermée dans une cage à double barreaux et j’ai perdu les clés . . .

J’ai l’impression de tourner un peu en rond actuellement, que ce soit dans ma vie ou sur ce blog. Je pensais aller mieux, j’avais repris goût à la vie. Ma volonté pour perdre du poids, ma satisfaction de ne plus avoir peur de l’eau m’ayant, je le pensais, augmenté ma confiance en moi. J’étais plus souriante et toutes mes activités sportives me comblaient. Je sentais enfin que je faisais des choses et que je n’étais plus inactive dans ma vie…

Mais, la rencontre avec Lui, et les soucis de taf où j’ai l’impression de tourner en rond et de ne servir à rien me plombent sérieusement le moral. Je pensais que le jour où je rencontrerais enfin quelqu’un d’autre, j’aurais appris de mes erreurs et que je ne les referais plus, que le fait de m’être épanouie dans mes activités et d’avoir perdu du poids m’auraient donné confiance en moi le jour où je me remettrais en couple. Force est de constater que non. Toutes mes peurs sont revenues à la surface et en plus accentuées encore. Ce qui m’a amené à rompre l’histoire tout juste amorcée…

cage

Au boulot, le problème c’est que je ne suis pas sûre que je m’y épanouisse. Je n’ai jamais aimé l’accueil et je me rends compte que je ne suis pas du tout pour le concept de service public, les gens se plaignaient bien trop à mon goût, étant bien trop exigeants, comme si tout leur était du tout de suite et sans justificatifs non plus, bah non ça fait des années qu’ils payent des impôts sur la commune, tu penses bien. Et moi, je n’en peux plus d’entendre ça sans arrêt. La collègue qui n’arrange rien… J’en avais déjà parlé, il y a quelque temps sur le blog.

Je fais de l’accueil physique et téléphonique mais également l’État civil. Je gère aussi les inscriptions aux Temps d’Activités Périscolaires et je n’en peux plus de l’exigence des parents, de leurs changements d’avis etc etc… Je n’en peux plus d’entre des gens me râler dessus alors que le problème ne vient pas de moi, ni ne concerne même pas mon service. Je n’en peux plus des tâches de merde que l’on veut bien me confier. Je n’en peux plus d’avoir l’impression de piétiner, de ne pas avancer professionnellement et de ne pas m’épanouir dans ce travail où j’ai franchement l’impression d’être complètement inutile…

Je me suis convaincue pendant des mois et des mois que ce n’était pas si grave, que ça finirait bien par s’arranger et qu’il fallait un peu de patience. Mais je n’ai plus le temps de patienter. Je n’ai plus le temps de m’emmerder et de m’enterrer. Je n’ai plus le temps mais je n’ai surtout plus l’envie. Je sens que je suis à un point où psychologiquement, il ne manque plus grand chose pour que je retombe. Et je ne veux pas tomber. Je ne veux pas avoir à me relever. Alors, je cherche un peu ailleurs mais toujours dans la même branche puisque c’est ce que je SAIS faire.

laptop-943559_960_720

Sauf que le problème, c’est bien que je me rends compte que ce que je sais faire n’est pas ce que je VEUX faire. Mais alors qu’est ce que je veux faire me demanderez-vous ? Et c’est bien là que ça pêche parce-que je n’en ai aucune espèce d’idées. Je sais juste que je veux un travail où je m’éclate , où je m’épanouis, où je me sens utile. Et avec le moins de contacts possible.

Le fait de me sentir seule n’arrange rien. J’ai largué toutes mes amitiés parce-que je suis celle qui en groupe se sent décalée et pense toujours qu’elle n’a rien d’intéressant à dire. Toujours peur de saouler et que les autres restent avec moi par obligation plutôt que par envie alors je préfère rester seule.

La peur ! C’est bien ce qui domine ma vie d’ailleurs. Pourtant il y a un tas de choses pour lesquelles j’ai dépassé mes limites, mes barrières et pour lesquelles je peux être fière. Comme exemple la volonté de fer que j’ai eu dans ma perte de poids, dans mon sport, malgré toutes mes blessures sportives, le dépassement de ma peur de l’eau avec les cours d’aquaphobie l’an dernier. J’ai étiré quelques barreaux de ma cage mais pas assez étiré pour pouvoir m’y échapper…

fog-1208283_960_720

Il n’y a que moi qui ait les clés. Je suis maître de moi-même, et je pense que pour m’affranchir de toutes mes peurs, il va falloir que je continue petit à petit de sortir de ma zone de confort. Mais comment renouer des amitiés ? Comment ne plus avoir peur des rencontres ? De sortir seule ? De se retrouver seule ?

Je pense que je dois trouver une solution qui passera peut-être par un changement de taf pour repartir sur de bonnes bases, je pense qu’en restant là, mon moral va non seulement finir par plancher complètement mais je risque de vraiment devenir très faible psychologiquement. Mais le problème, c’est que je ne sais pas ce que je veux faire, ce que je peux faire, en fait, je ne me connais pas. Et c’est bien mon gros problème. Car ne pas me connaître ne me permet pas d’avoir confiance en moi et de faire disparaître mes peurs…

J’espère que je vais vite me retrouver, retrouver mon MOI intérieur et me sentir en paix, m’épanouir dans une vie, un travail et des activités et interactions sociales qui me plaisent…

life inspilia

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tagged , , , , , , , ,

20 thoughts on “Je me suis enfermée dans une cage à double barreaux et j’ai perdu les clés . . .

  1. Hello Dounia, voici un moment que je ne suis pas passée … J’espère que tu vas réussir à ne plus tourner en rond et à t’élever pour te sentir mieux. Je lis pas mal de déception dans ton article, et je ressens pas mal de peine.
    C’est dur de sortir de sa zone de confiance, pour refaire confiance justement. Le monde qui nous entoure et puis les gens… C’est important de se motiver sur ce qu’on veut être et sur ce qu’on est profondément, et on est souvent partagé ! Concentre toi sur ce qui te plait, te fait sourire, te fait vibrer !

    Parfois on a juste besoin d’être entendue ou même lue…

    Je te bisoute bien fort,

    ( anciennement Romy 😉 )

    XOXO LOVE
    Anthony & Noémie , blogueurs amoureux et facétieux, on partage nos découvertes culturelles et nos échapées culinaires, sur notrecarnetdaventures.com

  2. J’ai ressenti beaucoup de souffrance en lisant ton article 🙁 Tu traverses une mauvaise période et j’espère que tu vas pouvoir te relever. Il est certain qu’il faut que tu quittes ce boulot, ça serait effectivement pour toi un soulagement. Tu ne peux pas te mettre en arrêt maladie pour dépression éventuellement ? (le temps d’arrêt pourrait te permettre de réfléchir sur certaines choses).

  3. C’est fou comme à chaque fois que je te lit, je me reconnais dans ce que tu ressens. Depuis 5 ans maintenant j’ai été animatrice tous les été et pour des remplacements dans le même centre aéré. Depuis le 22 Août j’ai été embauché en contrat avenir pour 3 ans dans un autre centre et j’ai vraiment du mal à m’adapter aux différences de fonctionnement. Je m’entend super bien avec ma collègue mais je me sens pas super énergique quand je suis avec les enfants.. J’espère que c(‘est juste le temps de m’adapter mais quand les gossent te testent ça n’aide pas.. Du coup je me pose plein de questions. J’ai une pote qui est un peu dans le même cas que toi.. Elle aime son boulot mais les gens se plaignent beaucoup trop et il y a vraiment une mauvaise ambiance. Du coup elle y reste mais en même temps elle cherche autre chose.

    Après si tu ne sais pas quoi faire, pourquoi ne pas repartir dans des études ? Pense très fort à ce que tu aimes le plus faire et hop ! 😉 Et concernant ton boulot du moment, il faut surtout que tu n’y penses plus une fois chez toi parce que sinon ça va te bouffer !

  4. Je me reconnais beaucoup dans tes mots… côté pro je suis dans un métier de service du client depuis 15 ans, j’aime ce que je fais mais je ne m’y épanoui plus. C’est devenu difficile psychologiquement avec les clients. J’ai besoin de changer je le sens mais ça fait tellement longtemps que je fais ça et je ne me vois pas dans autre chose. Je viens de retirer un dossier de bilan de compétences pour voir ce que je pourrais faire ? Tu y as droit dans le publique ? Ou peut être qqch de similaire ?
    Pas simple tout ça !
    Tout plein de courage ma belle <3

  5. Tu connais ma situation et en quoi elle est similaire à la tienne : je ne supporte plus mon poste, ni le comportement des gens, alors je pars. J’ai déjà entendu que j’étais folle de quitter un poste alors que j’ai du boulot mais en quoi cela justifierait-il de continuer à subir un quotidien qui plombe le moral ? De ne pas se sentir bien dans sa peau, de tout remettre en questions, de perdre confiance et de ne plus avoir aucune envie ?
    Je pense que tu n’arrives pas à savoir ce que tu veux, parce que tu n’es pas bien moralement et que cela trouble ta vision. Tu as besoin de repos, et de distance par rapport à toutes ces émotions que tu gères au quotidien pour tenter de définir un peu mieux ce que tu veux faire. Et pourquoi ne pas penser à une reconversion professionnelle ? Pourquoi ne pas demander un congés pour une formation ? Ou mettre en place un bilan de compétences ? Tu sais certainement faire plus de choses que tu ne le croies, mais tu n’arrives plus à te faire confiance parce que la façon dont les gens te traitent et les personnes avec qui tu travailles te rabaissent constamment.
    Ce n’est pas simple, et ça demande de prendre des risques. Les amitiés qui sont perdues peuvent revenir quand tu te sentiras mieux, et si elles ne reviennent pas, un changement d’environnement de travail et peut-être de vie pourraient t’aider à en bâtir des nouvelles.

    Et puis tu sais, je pense qu’on devrait un jour essayer de se voir et papoter devant une bonne tasse de thé (ou de café), et des gâteaux ! Parce que plus tu écris, et plus on échange, et plus j’ai envie de te rencontrer un jour pour t’apporter encore plus de soutien ! <3

    1. coucou Ju 🙂
      Alors oui je sais pr toi, mais toi tu as ton idée derrière que moi, je patauge et ne sais pas où me diriger pr la suite.
      congés pr formation ils voudront pas, je l’ai fait pr le concours, là ils accepteront pas …
      bilan de compétences il faut 10 ans de services effectifs et je n’en ai que 5.
      ton dernier paragraphe me fait tout chaud au coeur, et j’avoue que ce serait avec un immense plaisir 🙂

  6. Dounia-Joy…
    Je comprends ce que tu ressens et je compatis.
    Je fais des emplois saisonniers et le reste de l’année de « cherche » du boulot dans le domaine que j’ai étudié à l’école. Comme j’ai pris des tonnes de refus, je n’ai plus de confiance en moi pour de nouveau postuler dans ce qui aurait du être « mon domaine ». Alors quoi faire ? Je n’en ai aucune idée.
    Moi aussi j’ai l’impression de tourner en rond, de ne rien faire de ma vie. Pas seulement par ce que je n’ai pas de travail, mais par ce que je ne fais pas grand chose de mes journées. Enfin c’est mon impression.
    Cette Rentrée, j’ai décidé de me donner toutes les chances et de me lancer dans de nouveaux projets, de faire du sport pour rencontrer de nouvelles personnes. Oui ça fait très peur, et je ne suis pas sûre de tenir mes engagements (par flemme, par peur, par manque de volonté…) mais je veux essayer. Pour aller mieux. Pour me sentir plus à l’aise dans ma vie.

    Plein de courage. Bises

      1. Moi non plus Dounia je ne sais plus quoi faire. Mon contrat se termine le 30 sept… et apres c’est pole emploi. Ce qui me sauve aussi c’est mon chien. Ca me force a sortir et comme c’est une race pas banale des gens viennent me parler. C’est un bon vecteur social. Même si ca ne regle pas tout.
        J’ai aussi fait plusieurs articles sur mon blog sur cette sensation de vide, de doutes… et j’espère qu’un jour on trouvera une solution.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.