Parlons sexe : qu’est-ce que jouer à l’allumeuse ?

L’autre jour, je vous publiais cet article sur une petite anecdote qui m’est arrivée. Depuis ce jour, je me posais la question de savoir si j’avais pu avoir avec la personne concernée dans l’article, un comportement d’allumeuse.

Une allumeuse est une aguicheuse, une femme qui cherche à exciter le désir. Une séductrice, charmeuse, tentatrice. Mais quels sont les comportements à adopter pour juger qu’une femme puisse entrer dans cette catégorie ?

En discutant avec vous dans vos différents commentaires sur le dit article, je me suis demandée si je n’avais pas eu avec lui un comportement d’allumeuse. Après tout, en continuant la conversation dans son sens et tourné légèrement et subtilement vers le sexe, est-ce que je ne l’ai pas au final un peu « cherché » ?

De plus, pourquoi lui se priverait-il alors que des tas de filles moins farouches que moi ne doivent même pas attendre qu’il leur demande ce genre de photos pour lui en envoyer d’elles-mêmes en espérant approcher leur star favorite par ce biais ? Pourquoi aurait-il alors tort de s’en passer alors que des meufs se laissent faire et prendre au jeu ? Tant mieux pour lui dans ce cas ! Surtout que comme me disait l’une d’entre vous, avec les informations sur les dangers sur les réseaux, elles savent tout de même les risques qu’elles prennent !

Quelques photos en lingerie leur donnent-ils tous les droits ?

J’aimerais aussi revenir sur mes photos de lingerie publiée sur Instagram.

Il doit y en avoir trois de ce genre en tout sur un millier de photos. J’ai également d’autres photos où je suis en sous-vêtements. Mais il n’y a rien de sexy dans ces photos puisque j’ai publié beaucoup de clichés pour montrer l’évolution de mon corps tout au long de ma perte de poids. Alors est-ce que les photos où je pose et expose ma poitrine en lingerie sont aguicheuses ? En tout cas, je ne les ai pas faites en ce sens. Pour moi, cela reste des clichés très artistiques en noir et blanc en jouant avec la lumière. Et elles n’ont rien de vulgaire !

Mais là où j’ai envie de pousser un coup de gueule, c’est contre tous ces mecs qui pensent que, ça y est, parce-qu’une meuf poste ce genre de photos, c’est qu’elle est facile et d’accord pour coucher avec n’importe qui ! Bah non, désolée de vous contredire les gars, mais je suis bien la preuve vivante que non, je ne couche pas avec n’importe qui !

Alors non, ce n’est pas parce-qu’on porte une mini-jupe ou encore un décolleté sexy qu’on a envie d’un mec dans notre lit à tout prix. Et je trouve ça dingue qu’encore en 2017, des personnes puissent encore penser l’inverse.

Pouvoir parler de ça librement sans arrières-pensées…

Du coup, je me suis également interrogée si le fait de parler de sexe de façon implicite avec un mec, ça faisait de nous une aguicheuse ? Je pense tout de même qu’aujourd’hui, on est quand même dans une société ouverte et un petit moins taboue sur ces questions pour pouvoir parler de ça sans pour autant avoir envie d’un tableau de chasse énorme et des envies de coucher à tout va !

Ça m’amuse parfois de parler de ça effectivement. Quand je le fais, en général, c’est que j’ai senti un feeling avec le mec en question. Et non, pas forcément un feeling dans le sens où je me vois en couple avec lui d’ailleurs. Non, au contraire, c’est plutôt quand je vois qu’une amitié peut naître, et même un rôle de confidents des deux côtés. Donc, pour ma part, ce n’est aucunement dans l’intention de plaire ou d’exciter un mec ?

Par contre, est-ce que le fait d’être vierge et d’aimer parler de ça sans être forcément bien gênée à l’écrit et à distance ne serait pas une façon de compenser. Oui car en général, je m’amuse de ça sur Internet. Mais pas sûre qu’en face à face, je sois aussi à l’aise ! Chercher à titiller et à me titiller pour me donner quelques sensations ou avant-goût, je ne sais pas, peut-être un peu. Peu importe de toute façon car cela reste tout de même et de toute façon, très rare. Il ne faut pas croire que je parle de ça avec tous les inconnus qui passent !

Ne pas oublier à qui on parle… même si on pense le connaître !

Disons que là, je me suis vraiment faite avoir sur le fait de tellement bien connaître ma célébrité que je me suis sentie plus proche de son pote que je ne le suis en réalité. Ma naïveté m’a encore rattrapée là-dessus ! Et là où l’histoire me gênait d’ailleurs, c’était par rapport à cette célébrité. Comme si ce qui était arrivé, m’avait fait le faire redescendre dans mon estime. Mais je remercie les personnes qui m’ont dit que non, on ne juge pas une personne à ses potes ! Alors, oui je continuerai d’idolâtrer ce mec !

Et toi, qu’en penses-tu ? Parles-tu librement, même de façon subtile, de sexe ? Penses-tu qu’en parler avec un mec, c’est le titiller ? Pour toi, qu’est-ce qu’une allumeuse ? Penses-tu qu’être libre d’en parler signifie forcément fille facile ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Se sentir tout puissant avec une certaine influence…

Une histoire d’influence d’un mec dont je vous tairai le nom. Cela n’a aucune importance. Un mec proche d’une célébrité que j’adore. C’est d’ailleurs comme cela que la fâcheuse petite histoire que je vais vous raconter a eu lieue.

En effet, j’ai commenté la publication du frère de cette célébrité sur Instagram et il m’a répondu. Quelques heures plus tard, un autre proche de cette célébrité a aimé une de mes photos Instagram, et je me suis abonné à lui… Quelle erreur ! Il m’a envoyé un message privé « Bienvenue sur mon Snapchat et sympa tes photos » avec une capture d’écran d’une de mes photos où j’apparais en sous-vêtements…

Un jeu de discussion s’installe…

De là, s’en suit une conversation ne volant pas plus haut que la ceinture, une espèce de jeu qui s’installe. Je ne suis pas gênée pour parler de ce genre de choses malgré ma situation. Je commence à lui dire que ce ne sont que deux tomates cerises, etc, il les compare à des pommes, qu’il aimerait bien goûter…. Enfin bref, ce genre de choses, jusqu’à ce qu’il me dise qu’il a lu mon blog.

Il commence alors à me poser des questions sur ma virginité et ma sexualité. Auquel je réponds, rien de ce que je peux lui n’a pas déjà été dit ici de toute façon, il aurait pu le lire dans un autre article… Il écoute et me dit qu’il ne juge pas etc etc… Je le trouvais drôle et sympa, je n’attendais rien de lui, je suis quelqu’un qui parle facilement par écrit même à des inconnus. Et je n’ai pas vraiment de problème avec ça.

Et alors qu’il avait dit qu’il ne pensait pas que c’était parce-que je publiais des photos de ce genre que j’étais une fille facile, il a pourtant commencé à me demander des photos sexy en privé. Chose qu’il était hors de question pour moi. En public si je le fais parfois, c’est juste de façon artistique, en assumant mon corps, chose qui ne m’a pas été aisée lorsque j’avais plusieurs kilos de trop.

Une question de respect de soi…

Alors oui, sur mon Instagram, j’apparais parfois en sous-vêtements pour comparer mon évolution. Oui, c’est public, tout simplement parce-que si je peux aider d’autres filles à s’assumer elles-mêmes, ça me rend heureuse. Je ne cherche pas un mec comme ça, bien au contraire et je n’ai pas besoin de ça pour trouver un mec d’ailleurs, du moins, ce n’est pas pour cette unique raison que j’aimerais intéresser un mec.

Je lui ai donc dit que non, je n’enverrai pas ce genre de photos en privé. Il me disait que je pouvais lui faire confiance etc etc… De un, je n’en sais rien, je ne te connais pas. De plus, ce n’est pas le problème, nous ne sommes pas intimes et tu n’es pas mon mec. Il disait que j’étais coincée, je pense que si c’était le cas, nous n’aurions pas eu la discussion que nous avions eu. Je lui ai dit que non c’était juste une question de respect de soi-même…

Pas habitué quand une fille lui dise non…?

Il est peut-être habituée à ce que des meufs lui envoient n’importe quoi sous prétexte qu’il connaît une star et qu’elles pensent pouvoir l’approcher comme ça je n’en sais rien mais je ne suis pas comme ça… On a discuté toute la journée, et à aucun moment je ne lui ai parlé de la personne célèbre qu’il connaît de qui je suis pourtant une grande fan… Il ne devait pas avoir l’habitude d’ailleurs de parler avec une fan qui ne lui parle pas de lui…

Je n’ai pas compris la fin de la discussion, en fait il aurait fallu que je lui envoie n’importe quoi pour lui faire plaisir, mais de quel droit et pour qui il se prend ?! Oui tu es proche d’un mec que je kiffe, d’une célébrité mais, je ne vendrais pas mon corps ou autre pour que soit-disant tu me fasses croire des choses qui ne se réaliseront jamais… Je garde les pieds sur terre et pourtant, je me suis bien fait avoir ! Je ne savais pas où allait mener la discussion au départ mais dès que je l’ai senti plus insistant dans cette demande, je savais qu’il ne me parlerait plus ensuite. Peu importe d’ailleurs si je lui avais envoyé une photo, le résultat aurait été le même, en encore plus humiliant.

Jouer d’un certain pouvoir…

Il me disait que c’était bizarre que je n’avais pas de copain, que je pouvais plaire, quand je lui demandais à qui, il me disait, bah à moi par exemple… Bref, un petit jeu de séduction gentillet qui s’installait. Il a pris la peine de me parler toute la journée, d’aller lire mon blog, de prendre du temps… Tout ça pour quoi ? Se foutre de ma gueule ? Espérer profiter de la célébrité de son pote pour pouvoir faire ce qu’il veut avec les meufs ?

Je doute que la personne célèbre soit au courant, et même si j’ai gardé les captures d’écran de la discussion et donc des preuves, je ne ferai bien qui puisse porter préjudice à quelqu’un… Cela n’a pas été plus loin qu’une discussion. J’ai été prise pour une idiote, ou plutôt, je me suis comportée comme une idiote. Je n’arrive même plus à savoir qui de lui ou de moi est le plus con dans cette histoire… Est-ce lui qui a raison parce que de toute façon, il y aura toujours des petites connes prêtes à tout ?! Mais il oublie qu’on est pas toutes intéressées ni prêtes à tout et n’importe quoi.  Et j’ai bien peur qu’il n’arrive sûrement à ses fins avec quelques filles encore plus naïves que moi…

Je ne vous dirais pas qui c’est…

C’est arrivé il y a quelques jours maintenant et depuis je me sens bizarre en fait. J’ai éprouvé le besoin d’en parler, de laisser ici le pavé dans la mare tout en sachant qu’il pourra le lire. J’ai d’abord fait l’article en vous disant qui était la célébrité et en pensant publier l’article en le protégeant par mot de passe. Mais j’ai besoin qu’il soit lu. Et besoin de me sentir mieux. Peu importe qui est la célébrité et peu importe qui est ce mec en question.

Je ne comprends pas pourquoi « moi ». Est-ce qu’il va parler comme ça à toutes les meufs qui s’abonnent à son profil ? Puis, est-ce qu’il tente d’obtenir des photos de toutes ces meufs sous prétexte qu’il connaît cette célébrité ? Est-ce qu’il en joue avec celles qui ne lui parle que de lui ? Est-ce qu’il a pensé qu’à un moment j’allais moi-même finir par lui parler de lui ? Alors que ce n’était même pas dans mon optique en fait… Je ne sais pas vraiment à quoi je m’attendais, juste à parler tranquille en fait, mais je me suis sentie légèrement humiliée… Je ne sais pas ce qu’il a cherché à faire en venant me parler… à moi ?!…

Rendez-vous sur Hellocoton !

A quel moment ai-je oublié de grandir ?

Je pense à cet article depuis des jours mais je ne sais pas comment l’aborder. Mes pensées risquent d’être confuses. J’y pense depuis quelques semaines désormais. J’ai eu comme un déclic qui m’est apparu et qui me paraissait expliquer le pourquoi du comment. J’ai eu 30 ans et pourtant je ne les fais pas. Les gens me le disent et je le ressens. Je ne sais pas à quel moment, mais j’ai oublié de grandir…

J’ai longtemps été très timide, je n’ai d’ailleurs que très peu d’amis, voir plus du tout car je m’en suis éloignée (mais ça c’est une autre histoire). Ma timidité s’est traduit par le fait que j’ai mis énormément de temps à faire les choses par moi-même. Il y a quelques années, c’est encore ma mère qui appelait le coiffeur pour moi par exemple… Je me suis longtemps réfugiée derrière les jupons de ma mère et d’ailleurs, je vis encore chez elle, même si je recherche un appartement.

Depuis que je travaille, j’ai quand même pris beaucoup sur moi et grandi au niveau du téléphone. De toute façon en travaillant à l’accueil, j’ai bien du me faire aux appels téléphoniques ! J’ose aller faire mes démarches toute seule, chose impossible il y a encore quelques années. Bon, j’ai encore du mal à demander des choses et à me faire entendre, mais ça j’imagine que c’est une histoire de caractère. Quoi que, il n’y a qu’au boulot que j’ai du mal à m’imposer parce-que sinon, il me semble que ça va… Enfin, je n’ai pas d’autres relations qu’avec le boulot et ma famille proche, donc bon…

Dans les relations amoureuses…

Mais là où j’ai clairement oublié de grandir, c’est vraisemblablement dans mes relations amoureuses… Je n’avais que 22 ans que j’ai eu mon premier copain. Et entre nous, plus un flirt qu’une véritable histoire d’amour. Nous n’avons pas été plus loin que les bisous même si notre histoire a duré un an… Quelques années plus tard, j’ai eu F. Une histoire d’un an également, qui est allée plus loin que le bisous mais pas aussi loin non plus étant donné ma virginité tardive.

L’autre jour, je m’interrogeais sur toutes les raisons qui ont conduit à cette situation aujourd’hui. Je pense qu’au delà de la timidité, il y a aussi le fait que j’ai probablement toujours été en décalage… Ma crise d’ado ? Je n’en ai jamais faite. Probablement parce-que je ne me suis jamais vraiment considérée ado et puis tout à coup, je suis devenue adulte sans savoir où étaient passées toutes ces années… Ces années où j’aurais du flirté, passé le cap, devenir « femme »…

Je suis restée une femme-enfant. Une fille. Pas une femme. Je ne me sens pas femme. Ni dans ma façon de m’habiller, qu’on m’a qualifiée de « ado » ni dans ma façon d’être sans doute. Je ne suis pas séductrice, ou du moins, je ne cherche pas à l’être. De plus, je ne suis pas sensuelle, je ne suis pas tactile. Je n’aborde jamais les mecs ou alors si je le fais, toujours de façon maladroite, pas assurée, telle une gamine… Je suis restée une gamine dans ma façon de faire, dans mes convictions amoureuses tout simplement.

… Conditionnée par les histoires d’ados dans les séries…

Je suis cette fille qui aiment les histoires d’amour dans les séries, dans les films, dans les livres. Et oui, je suis cette fille qui idéalise des histoires d’amour ressemblant à ces histoires de cinéma. Cette fille qui dit qu’elle ne croit pas au prince charmant mais qui l’attend toujours. Je suis cette fille attirée par les histoires impossibles, les histoires compliquées. En effet, je suis cette fille qui aime les connards, les bad-boys et qui croient encore qu’elle sera celle qui pourra les changer. Celle qui idéalise les cons qu’elle rencontre… Celle qui imagine des histoires romanesques…

Je suis cette femme de 30 ans dans une tête d’adolescente. Il y a un moment où j’ai oublié de grandir, où je ne me suis pas vu grandir, où je n’ai pas vu les années passer. Je suis cette fille qui aime les livres pour ados avec les histoires d’amour romanesque, impossibles et compliquées. Et je commence à comprendre pourquoi je ne suis jamais attirée par les bons garçons. Je suis cette fille dont le cerveau est embrigadé par ce genre d’histoires… Les mecs bien, je ne les vois pas. Non moi je vois juste le pauvre connard qui ne voit pas qui je suis… Je suis cette fille naïve qui croit encore au prince charmant, pas si charmant…

Je suis cette fille qui arrive encore à se faire avoir par des cons. Qui ne voient pas quand ils sont sérieux, quand ils rigolent, quand ils se foutent de sa gueule… Cette fille qui peut encore croire aux belles paroles. Je suis cette femme qui est restée adolescente et qui de ce fait n’a pas vraiment de retard… Après tout, physiquement, mes 30 ans, je ne les fais pas du tout ! Ceci dit, j’aimerais désendoctriner mon cerveau… Lui faire comprendre que non, rien n’est comme dans mes séries pour ado…

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai lu « Revanche » de Cat Clarke

Titre : Revanche

Auteur : Cat Clarke

Éditeur : Robert Laffont

Collection : R

Date de parution : 2013

Nombre de pages : 491

Résumé

« Kai et Jem sont inséparables. Jem aime secrètement son meilleur ami, qui serait l’homme idéal s’il ne préférait les garçons… À la fin d’une soirée d’ivresse chez des amis communs, Jem rentre seule chez elle, Kai demeurant étonnamment introuvable.

C’est le lendemain que tout bascule : la jeune fille reçoit un email de la part de ce dernier, avec en pièce jointe une vidéo de lui en compagnie d’un garçon qu’il a trouvé postée sur Internet. Cette vidéo plus que compromettante est très vite partagée par tout le lycée et Kai reçoit une salve d’e-mails agressifs qu’il ne peut bientôt plus supporter.

Lui qui n’avait pas encore fait son coming out finit par craquer et se suicide… À la suite à ce drame, Jem prend alors trois résolutions : découvrir la vérité, venger son ami et se suicider elle aussi. Alors qu’elle mène sa petite enquête, elle reçoit un jour une lettre anonyme contenant trois noms : ceux des responsables. Sans hésitation, Jem abandonne son look gothique et décide d’approcher ces garçons. Mais sont-ils réellement les coupables ? »

Mon avis

C’est le premier livre que je lis de Cat Clarke et je ne suis pas déçue. Je suis même très curieuse de lire ses autres romans tellement j’ai adoré ma lecture. Ce livre est haletant et lorsqu’on l’a commencé, on est très curieux de connaître la suite et de savoir si Jem parviendra à ses fins.

Jem et Kaï sont meilleurs amis depuis l’enfance. Jem est secrètement amoureuse de Kaï mais celui-ci est gay. Un jour, il pousse Jem à venir avec lui à une soirée. Mais cela tourne mal quand une vidéo embarrassante le film avec un autre garçon à cette soirée.

Il ne supporte pas les moqueries qu’on lui assène en commentaire sous les vidéos et n’ose affronter ses camarades en réel. Il met fin à ses jours et laisse Jem dans le plus profond désarroi. On ressent sa douleur, sa peine, sa colère et son sentiment de vengeance et de revanche au plus profond de nous au fil de la lecture.

Mini spoilers

Jem prévoit d’en faire autant un mois plus tard, jusqu’au jour où une visite va faire basculer ses plans. Derrière la porte, Louise, la soeur de Kaï est venue lui apporter un tas d’enveloppe de la part de son défunt frère. 12 enveloppes, une lettre pour chaque mois à venir.

Dans ces lettres, Kaï cherche à aider Jem de façon maladroite pour qu’elle s’amuse et continue de vivre sa vie. Mais Jem est déterminée, malgré qu’elle soit sûre que Kaï n’approuverait pas sa démarche. Elle veut tout faire pour venger sa mort. Pour finir par se suicider elle-même, un an jour pour jour après le suicide de son meilleur ami.

La démarche de Jem est poignante. Elle est persuadée que le groupe populaire du lycée sont les harceleurs et les investigateurs de la vidéo. Ainsi, elle va tout faire pour s’incruster au sein de leur bande et mettre au point son plan pour tous les faire tomber.

Un suspens haletant

La lecture est telle que nous sommes pressés de connaître le dénouement et le fin mot de l’histoire. On apprend au fil du temps les relations entre Jem et Kaï. Puis également comment Jem se perd dans ce groupe qui finit par l’accepter comme l’une des leurs.

Elle finit par ne plus savoir où sont ses limites et qui elle est elle-même. En effet, elle se rend compte qu’elle est en train de tomber vraiment amoureuse de Lucas. Celui avec qui elle sort juste par esprit de vengeance. Elle finit par apprécier à leur manière chacun des protagonistes de ce groupe populaire même si elle reste déterminée à se venger d’eux.

Au final, on finit par douter qu’ils soient les véritables coupables et même Kaï la pousse à parler à tout le monde et au final à pardonner. On voit à sa dernière lettre qu’il a lui-même fini par pardonner malgré qu’il ait été au courant de qui avait l’investigateur de la vidéo. J’avoue avoir été surprise de qui avait balancé la vidéo mais pas tellement du garçon avec lequel Kaï s’est retrouvé dessus.

Une lecture bouleversante

On finit par s’attacher aux personnages malgré qu’ils soient dépeints de façon odieuse au début du roman Lucas est surprenant et fidèle  à l’adage de ne pas se fier aux apparences. Sacha quant à elle, j’ai l’impression qu’elle est en recherche permanente de reconnaissance et de se faire aimer par tout le monde.

J’avoue avoir eu un peu de mal avec le personnage de Kaï que l’on découvre seulement à travers les lettres. Je l’ai trouvé un peu condescendant, donneur de leçons… Même si la leçon de ses lettres est au final extrêmement touchante… Dommage que Jem n’ait pas été plus curieuse. Du coup, je regrette qu’elle n’ait pas lu sa dernière lettre avant qu’elle n’achève sa soif de vengeance qui va s’avérer dévastatrice…

La fin est brusque, frustrante et déstabilisante. Mais on ne peut être déçu de ce roman tant il est bouleversant, haletant, déstabilisant, horrifiant et passionnant. C’est une histoire poignante qui ne peut nous laisser indifférent. Par conséquent, on ressort de cette lecture avec un tas de questions en tête. La leçon que l’on peut en retirer c’est que le soif de vengeance ne sert qu’à faire du mal inutilement aux autres et à soi-même…

Bref, j’ai beaucoup aimé ma lecture et j’ai hâte de lire les autres romans de cette auteur.

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai vu Amir en concert à Guingamp au festival de la Saint-Loup

Je n’ai pas fait beaucoup de concert dans ma vie. La première fois, j’avais 17 ans, et j’étais allée voir les Kyo avec l’une de mes meilleures amies de l’époque. L’un de mes meilleurs souvenirs encore à ce jour. Je m’en souviens presque comme si c’était hier à chaque fois que j’y pense. On était arrivée plusieurs heures à l’avance. Nous étions placées genre au 6 / 7è rang devant la scène. On les voyait d’assez près.L’engouement avait été grandiose.

Je n’ai pas revu de concert depuis, à part des prestations gratuites lors de vacances et scènes ouvertes. J’ai eu l’occasion d’aller à des festivals mais je me suis toujours rétractée au dernier moment. Moi ce que j’aime c’est voir un concert d’un seul artiste pas d’en voir 15 chanter 3 chansons. J’aime voir quelqu’un dont j’apprécie la plupart des chansons et que je sais alors qu’il me fera passer un bon moment.

Amir au festival de la saint-loup à Guingamp

Quand j’ai su qu’Amir passait dans mon département et même si cela était sur un festival, je n’ai pas hésité. J’ai acheté mon billet sur le champ ! Une assurance annulation également au cas où et voilà. J’étais contente. Je suis une fervente téléspectatrice de The Voice, et j’ai surkiffé la chanson qui l’a classé 6è à l’Eurovision. Et l’album entier a été pour moi une vraie révélation francophone.

Le concert était prévu pendant le festival de la Saint-Loup a Guingamp le 15 août. Le 27 juillet je reçois un mail de Ticketmaster, le site où j’ai pris les billets, comme quoi le concert était reporté au 21 et que les billets restaient valables. Bien évidemment, je ne voulais pas louper donc j’ai fait en sorte d’être libre lundi après-midi pour pouvoir y aller (je voulais y aller en avance). Finalement, j’ai eu le temps de faire ce que j’avais à faire et on est parti à 17h45. Nous avons du arriver un peu avant 18h30 et avons attendu… longtemps ! Il y avait déjà un peu foule.

le jour j repoussé…

On a patienté de longues heures avant qu’ils ne se décident à faire des rangées de barrière pour pouvoir vérifier nos sacs etc etc… Dès qu’on est passé, on a couru mais bien évidemment les meilleures places tout devant la scène, ou meilleures places assises étaient déjà prises. On a finalement pris des places assises et je dirais que nous étions à une vingtaine de mètres de la scène. De quoi le voir suffisamment bien et puis en plus de mon appareil photo, j’avais emmené une paire de jumelles.

La première partie était assurée par « Jooz » soit Jonathan Bartoli, le petit frère de Jenifer… qui n’est autre que la coach d’Amir à The Voice ! Je ne le connaissais absolument pas du tout en tant qu’artiste. J’ai plutôt bien aimé sa prestation malgré mon impatience de gosse de voir Amir arriver sur scène. Le concert d’Amir devait débuter à 21h et il a du débuter à 21h30. Son arrivée sur scène a été accueillie de façon très bruyante !

un artiste passionné

Chacune de ses prestations lui a valu moult applaudissements. Connaissant le CD par coeur, je chantais de toute mes forces en me disant que si je n’avais plus de voix le lendemain, tant pis ! Finalement, j’avais de la voix le lendemain et j’étais juste déçue d’avoir la sensation d’être la seule à connaître toutes ses chansons par cœur ! Peu de gens chantaient. Sauf les tubes les plus connus.

Le public a tout de même été dansant et la connexion avec l’artiste a été directe, passionnée et sincère. J’aime ce genre de moments où tu vis l’instant présent en oubliant tout le reste et en ne te souciant absolument plus de ce qui peut te contrarier ou autre. C’est une véritable interaction qui se joue entre l’artiste et son public et ça a quelque chose de fortement exaltant. J’aimerais vivre cela beaucoup plus souvent !

J’ai essayé de prendre quelques clichés, malgré que comme je vous le disais, il y a quelques semaines, j’ai l’impression d’avoir perdu tout talent photographique et j’ai pu l’admirer de près via les jumelles. Waw, je trouvais déjà qu’il avait beaucoup de charmes à travers ma télé ou mes écrans mais alors en vrai, une véritable bombe atomique ! Il est extrêmement canon. C’est un artiste beau, talentueux, souriant, plein d’entrain et d’énergie et proche de son public.

Après le concert

A la fin du concert, j’ai tenté de m’approcher à droite de la scène, il y avait des grilles, des agents de sécurité derrière et sa tente où il avait sa « loge ». J’ai patienté quelques minutes mais nous ne l’avons jamais vu arriver. Ce qui m’a énervé, ce n’est pas le fait qu’il ne vienne pas voir son public mais les gens émechés qui le traitaient de lâches ou l’insultaient car là c’était sûr qu’il ne viendrait plus… J’ai appris plus tard qu’il aurait fallu être plus rapide, et aller sur la gauche de la scène, où il est resté quelques minutes très rapides.

Les gens pensent qu’il leur doit de venir alors que pas du tout. La sécurité n’était pas au maximum et en plus de cela, si tu entends les gens t’insulter, je comprends que tu ne veuilles pas forcément t’y confronter. De plus, c’est tout de même grâce à lui que le concert a pu être reprogrammé suite à une erreur de date de son équipe de production. Et puis, en plus le jour J, son avion a eu du retard, nous aurions pu nous voir annuler le concert le jour même si l’avion n’avait pas fini par arriver !!!!

Bref, moi j’ai adoré l’artiste sur scène. J’ai aimé sa générosité et sa façon de bouger, son sourire perpétuel sur le visage et les étoiles dans les yeux qu’il m’a fait procurer ce soir là et qui perdurent encore un peu depuis. Vivement vendredi pour enfin entendre « Éclats d’amour », son nouveau single. Et vivement le second album !! En attendant, je réécoute l’album « Au cœur de moi » sans me lasser… Merci Amir.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Et c’est encore le flou dans ma tête…

2 articles en 2 mois. Je n’avais plus l’envie, plus la force. Puis, je ne savais même plus quoi dire. Je pensais n’avoir plus rien à dire. Et puis hier, mes doigts ont glissé sur le clavier. Si facilement que j’en ai oublié pourquoi je n’y arrivais plus. C’est sans doute le thème. Je pourrais parler d’histoires amoureuses tous les jours. Et pourtant je n’ai rien à en dire. La mienne est plutôt chaotique.

J’ai eu aussi cette impression d’avoir eu besoin du blog pour passer un cap. Les 30 ans étant ce cap. C’est à partir de ce moment là que j’ai cessé d’écrire. Comme si ce blog avait été ma thérapie pour mieux aborder la trentaine. J’avais et j’ai surtout l’impression de tourner en rond même ici finalement. Il ne se passait pas assez de choses dans ma vie pour avoir toujours quelque chose à raconter.

après la réaction, l’action

J’ai pris conscience que je devais changer pas mal de choses pour que celles-ci aillent dans le sens que je souhaiterais. Mais la prise de conscience est le premier pas, et je suis toujours autant paralysée par la peur dès qu’il s’agit de mettre en place les actions pour les obtenir. Et puis, j’ai tellement d’idées qui fourmillent qu’au bout du compte, je ne fais rien car je ne sais plus par quoi commencer.

Le sport, la lecture, les séries. C’est ce qui occupe le plus clair de mon temps. J’aimerai donner plus d’importance à l’écriture, que ce soit ici ou ailleurs. Écrire des nouvelles pour des concours, participer à des ateliers d’écriture. Me replonger dans l’écriture d’un roman, chose que je n’ai jamais réussi à aboutir. Une fiction aussi. Ça me travaille depuis quelque temps déjà. Et puis, j’ai pensé abandonné le blog, et à chaque fois que je réécrit, mes écrits sont plébiscités et j’y vois le signe qu’il faut que je continue, que j’ai encore ma place…

pas à pas, les changements opérés

A la rentrée, je vais recommencer les cours de piscine et j’aimerai aussi apprendre le chant. Chose que je veux faire depuis que je suis toute petite mais que j’ai toujours laissé de côté par timidité. Cette fois ci, j’espère qu’au dernier moment, je ne vais me dégonfler. Il faut que je sorte un petit peu de ma zone de confort et ose enfin faire les choses qui me plairaient mais que je n’ai jamais osé par peur, timidité…

Il y a aussi eu quelques petits changements au boulot, dont je vous reparlerai plus longuement dans un autre article. Mais rien ne change dans le fond. Je ne suis pas du tout animée par ce que je fais et je n’y trouve aucun goût. J’aimerai avoir un boulot qui me passionne. Ou du moins qui ne me rende pas amer, aigrie, et parfois désagréable ou en colère. Souvent quand je rentre d’ailleurs. Là-bas, j’arrive encore à me contenir…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je ne sais même pas si c’était toi . . .

C’était il y 5 mois… Même un petit peu plus. Mordue de toi alors que je ne t’ai croisé que quelques rares fois. Une fois à la salle de sport. Puis les fois, où ayant appris où tu habitais, et où je passe chaque jour, puisque c’est à quelques mètres de chez moi… La première fois que je t’ai vu et remarqué c’est sur « Adopte un mec ». Tu m’as lancé un charme et moi je l’ai refusé. Par peur plus que par mépris. Je te trouvais mignon, mais il n’y avait pas grand chose d’inscrit sur ton profil. Et j’ai tendance à zapper ce genre de profil…

Puis je t’ai revu et reconnu à la salle de sport… En fait, c’est même à la salle de sport que j’ai vu ton « charme ». Alors que je faisais du vélo et que je pianotais sur mon téléphone. Je crois que j’ai refusé par peur que tu ne l’ai envoyé sciemment en m’ayant vu là devant toi… Pourtant, je ne pense pas que ce soit à la salle que toi tu m’aie remarqué. Je crois que c’est uniquement sur l’application de ton côté…

Pourquoi je n’avais pas cliqué sur oui…

Bref, toujours est-il que j’ai regretté… Encore plus le jour où en me promenant j’ai vu ton véhicule de travail avec ta photo collé au pare-brise… J’ai alors su où tu habitais, et surprise, nous habitions tous proches… Je passais là chaque jour sans le savoir, sans te voir, sans t’avoir remarqué auparavant… Mais depuis ce jour là, j’ai beaucoup pensé à toi. Puis je t’ai recontacté sur l’application mi-mars mais nos échanges n’ont duré que deux jours.

Je n’arrivais pas à comprendre ce qui avait pu clocher dans ce que j’ai dit. Et puis peu importe, je ne saurais jamais pourquoi tu as cessé de me parler. Je t’ai vu te connecter pendant quelques jours après. Puis je suis partie du site quelque temps… Quand je suis revenue, tu n’étais plus venu depuis. Cela fait maintenant plus de trois mois que tu ne  t’es pas connecté. Je ne t’ai plus croisé réellement depuis que l’on avait discuté sur l’application… 5 mois donc…

5 mois où je passe toujours devant chez toi quasiment chaque jour. Où je souris quand je vois ta voiture, et m’interroge lorsque je ne l’ai pas vu pendant plusieurs jours. Mais je ne t’ai jamais revu à la salle de sport à part cette fois où j’avais vu ton « charme » en même temps que de te voir face à moi. Je sais que tu parlais à un mec qui était dans ma classe au lycée, mais je ne sais même pas s’il me reconnait et je me vois mal aller lui demander de tes nouvelles.

étais-ce toi ? et si c’est le cas, à tes bras, qui étais-ce ?

Et puis l’autre matin, en partant de chez moi pour aller au boulot, je t’ai suivi durant quelques mètres. Rien que de te voir par rétro, m’a fait plaisir. Pourtant, je ne pense plus vraiment à toi, je m’étais fait une raison. Et puis de toute façon, je ne te voyais plus. Mais là, le fait de t’avoir revu rallume cette petite flamme au fond de moi quand je pensais à toi.

Le soir même, il me semble t’avoir revu. Je ne suis pas sûre que c’était toi. Ça y ressemblait et c’était juste devant chez toi mais je ne peux l’affirmer. Tu n’étais pas seul. Une jeune femme était près de toi. Il ne me semble pas que vous vous teniez la main, mais vous aviez l’air proche. Et j’ai ressenti un petit pincement au cœur alors que l’on ne se connait même pas. J’ai même failli faire demi-tour pour m’assurer si c’était bien toi ou non… Mais pourquoi perdre du temps pour quelqu’un qui n’en avait plus eu pour moi ?

Je suis cette fille qui « tombe amoureuse » de mecs dont elle ne sait rien, à qui elle n’a jamais parlé. Qui peut rester « bloquer » sur le dit mec pendant des mois sans qu’il ne se passe jamais rien. Je suis cette « amoureuse » platonique. Celle qui rêvasse aussi d’Antoine Griezmann. Qui se contente de pensées amoureuses en y rêvant. Celle qui a vécu en couple à peine 1 an à 30 ans… Je suis une rêveuse bloquée par la peur, la timidité, et un manque de pouvoir de séduction… Je suis celle qui rêve de faire de ses rêves une réalité… Est-ce qu’un jour, la fille qui rêve de mecs inaccessibles pourra enfin rencontrer quelqu’un qui ne le sera pas ?…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Quand la motivation pour le blog est partie en vacances…

Où Étais-je ?

Le dernier article ici date du jour de mon anniversaire. J’ai manqué de motivation depuis. Cet article évoquait le cap de la trentaine qui n’a finalement pas été si difficile que je l’avais pensé. A croire que s’y être fait depuis le début de l’année, a fait passer crème ce jour là finalement. J’ai l’impression qu’au contraire, ce passage va marquer le début d’une nouvelle vie. Du moins, je l’espère. Même si je sais que rien ne me tombera tout cru et qu’il faudra que je me fasse violence pour prendre des risques et agir pour avoir la vie que je voudrais.

Le dernier article date donc du 06 de ce mois. Oh j’ai publié le 15 mais c’était pour l’ultime épisode de mon club de lecture. Merci encore à toutes celles qui l’auront fait vivre et qui m’auront donné de belles idées de lectures. J’étais en vacances depuis le 10 juillet et je n’ai pas eu envie ni même le temps d’écrire. J’ai mes neveux qui sont arrivés à ce moment là et nous avons passé une bonne semaine avec eux malgré le temps parfois pourri.

Pourquoi j’ai disparu ?

Le temps n’est pas la seule excuse. Il y a eu l’envie qui s’est barrée et qui n’est toujours pas revenue. Je ne me suis pas justifiée en disant que j’étais en vacances et que j’allais revenir bientôt car je ne sais même pas si je vais revenir. J’ai comme l’impression de ne plus avoir besoin de ce blog finalement. Comme s’il m’avait aidé à passé un cap et que c’est fait. Je ne sais pas c’est bizarre à expliquer parce-que je ne comprends pas moi-même.

Je ne sais pas si je manque d’inspiration, si ma vie est tellement plate que je n’ai rien à raconter, si je manque d’envies ou si ce n’est plus mon délire. J’aime pourtant lire vos blogs toujours autant et je ne manque jamais de flâner parmi les sélections Hellocoton et Inspilia. Mais j’ai l’impression que j’ai envie d’autre chose sans savoir encore quoi exactement.

Pause temporaire ou définitive ?

C’est pour ça que je ne me suis pas justifiée sur le fait d’être moins présente, car je ne sais pas si je dois vous dire, si ce n’est qu’une pause temporaire ou une pause définitive. Donc, je verrais en fonction de mes envies, de mes idées, et je ne vais certainement plus me forcer à écrire comme j’ai pu le faire auparavant pour ne pas restée absente trop longtemps. Peu importe si je perds des lectrices en cours de route. Je ne vais pas présenter du contenu médiocre sous peine d’écrire quelque chose à tout prix.

Merci à toutes les lectrices d’un jour et encore plus à celles de toujours. Je sais que je peux compter sur un certain nombre d’entre vous et que l’on peut se parler ailleurs que via ce blog. Je continue à vous lire ici, et je réfléchis à la tournure des évènements. Dès que tout sera plus clair dans ma tête, vous serez les premières informées !

A bientôt, je l’espère…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Dounia-Joy’s book club, récapitulatif de juin et clôture du club !

Pour ce dernier thème de l’année, je vous avais demandé de me donner une ou plusieurs propositions de livres à chroniquer, si un livre en particulier se démarquait il serait choisi, sinon, je procèderais à un tirage au sort.
Parmi les 26 propositions de livres, il y a un titre et un auteur qui est revenu deux fois. Seul titre en commun, je décide donc que nous nous pencherons sur ce livre.
Il s’agit de :

« Demain est un autre jour » de Lori Nelson Spielman.

Résumé :
À la mort de sa mère, Brett Bohlinger pense qu elle va tout naturellement hériter de l’empire de cosmétique familial dans lequel elle travaille. Mais, à sa grande surprise, le testament maternel confie les rênes de la société à sa belle soeur. Et pour tout héritage, Brett ne reçoit qu’un vieux papier jauni et chiffonné, récupéré en secret par sa mère dans sa poubelle, vingt ans plus tôt : la liste des choses qu elle voulait vivre, rédigée lorsqu’elle avait 14 ans. Ainsi, elle n’a pas été oubliée par le testament, mais rien ne lui reviendra si, au bout d’un an, elle n’a pas accompli ses rêves d’adolescence.
Le problème, c’est que la Brett d’aujourd hui n’a plus rien à voir avec la jeune fille de l’époque, et que ses rêves d’adulte sont bien différents. Enseigner ? Elle n’a aucune envie d’abandonner son salaire confortable et ses stock options pour aller batailler avec des enfants rebelles dans une salle de classe. Avoir un bébé ? Cela fait longtemps qu’elle y a renoncé, et de toute façons Andrew, son petit ami avocat, n’en veut pas. Entamer une vraie relation avec un père trop distant ? Les circonstances ne s’y prêtent guère. Tomber amoureuse ? C’est déjà fait, grâce à Andrew, à moins que….
Malgré tout, Brett va devoir quitter sa cage dorée pour tenter de relever le défi. Et elle est bien loin d’imaginer ce qui l’attend.
Menée tambour battant, cette comédie romantique sur les rêves de jeunesse, les illusions perdues et la possibilité de refaire sa vie, se lit d’une traite. Publié en avant première en France, le premier roman de Lori Nelson Spielman, dont les droits d’adaptation cinématographique ont été achetés par la Fox, sera bientôt traduit dans plus de 25 langues.

Poussières de bonheur : Ophélie a lu très rapidement ce livre, l’écriture est fluide et maîtrisée. Elle pensait tomber sur un roman simple et s’est rendu compte au fil de la lecture que l’histoire se révèle plus profonde au fil des pages. C’est une histoire touchante et un beau témoignage d’amour entre une mère pour sa fille. Une histoire où l’on apprend que l’argent ne fait pas le bonheur mais que le partage et le don de soi sont bien plus importants. Ophélie a tout de même trouvé que l’histoire était prévisible même si des éléments sèment le doute au final. L’auteur a une écriture plaisante et pétillante mais surtout sensible et remplie de finesse. Pour Ophélie, l’intrigue est rondement menée. L’héroïne réussit les objectifs de sa liste petit à petit, sans vraiment s’en rendre compte et sans que ce ne soit les uns à la suite des autres avec un côté rébarbatif. Ce livre nous fait nous rendre compte que l’on a tous des rêves d’ado ou de petite fille qu’on a finit par oublier. Une liste de choses que l’on voudrait faire et qu’on devrait conserver pour ne pas oublier qui nous sommes et ce que nous voulions être. Ophélie a trouvé ce roman intéressant et rempli de dynamisme. Elle a beaucoup apprécié cette lecture et le message véhiculé par l’auteur. Elle s’est même mise à rêver à sa propre vie et ses propres objectifs. Pour Ophélie, « Demain est un autre jour » est un roman doux, pleins de bons sentiments et qui fait du bien. Car il nous montre que l’on peut changer et qu’il n’est jamais trop tard pour devenir meilleur.

Le blog d’une Item Liz Girl : Pour Lisa, ce roman est facile à comprendre et divers sentiments s’étalent au fil des pages. L’auteur est sensible et sincère et les diverses émotions des personnages transparaissent au lecteur qui se met alors à rêver de l’enfant qu’il était et celui qu’il est devenu. L’auteur allie joie et tristesse de façon simple et légère. Lisa a tout de même trouvé que le personnage de Brett était parfois agaçant. Elle a aimé le livre mais a trouvé la fin bien trop prévisible jusqu’à penser que cela est un gâchis. La fin de ce livre ne l’incite pas à le garder mais elle pense l’offrir à une amie friande de ce genre d’histoires. Elle conseille tout de même ce livre à toutes celles qui aiment les romans sans prises de tête, pleins de bons sentiments et remplis de situations cocasses et surprenantes. Pour sa part, ce roman qu’elle a tout de même apprécié sera bien vite oublié !

Ma vie, mes humeurs : Yasmine n’est pas friande de ce genre de lecture mais a tenu à jouer le jeu pour la dernière de la saison ! En lisant le résumé, elle a pensé aux téléfilms de M6 de l’après-midi et le début du livre lui a laissé cette impression. Dès les premiers chapitres, l’histoire et la fin sont prévisibles et d’une évidence même mais cela ne gâche pas la lecture. Yasmine a tout de même soupiré et levé les yeux au ciel quelquefois pendant sa lecture ! Elle a tout de même été touchée de pages en pages et a vu apparaître alors multitudes de sentiments : colère, résignation, peine. Yasmine a en effet eu les larmes aux yeux à un moment. Elle compare même au film « Precious » pour expliquer pourquoi. (Je n’ai pas vu ce film). Yasmine a trouvé l’héroïne touchante, son histoire frustrante et parfois amusante. Mais comme Lisa, elle a parfois eu envie de la secouer ou lui crier dessus. Elle a tout de même fini par s’y attacher. Yasmine a lu ce roman d’une traite et l’a terminé la larme à l’œil et un sourire au coin des lèvres. Elle a trouvé que ce roman était une belle lecture sans prétention. Le genre d’histoire qu’on voit dans les films à la télé et qu’on n’arrive pas à décrocher.

Distrayante : Distrayante commence par dévoiler ce qui lui a déplu dans le roman. Notamment la prévisibilité de certains passages comme le couple Brett / Andrew et l’issue fatale de leur rupture. Pour elle, l’histoire de la rencontre avec Sanquita qui tombe malade et de son bébé est aussi prévisible mais l’histoire est touchante tout de même. Distrayante regrette également les jugements exagérés de l’héroïne notamment sur son frère mais également sur la mère de Sanquita. En effet, on peut aussi imaginer qu’elle souhaite la garde de sa petite fille non pas seulement pour l’argent mais par amour, même si elle a été une mauvaise mère avec sa fille. Pour Distrayante, ce livre n’est pas son coup de cœur de l’année mais elle a tout de même aimé l’histoire et ceci dès les  premières lignes. Elle n’a pas pu arrêter sa lecture une fois commencée. Le style de l’auteur est simple mais efficace et l’histoire est prenante. Pour Distrayante, « Demain est un autre jour » est l’histoire d’une femme qui s’est oubliée en cours de route et qui va redevenir elle même, étape par étape. Elle conseille ce roman à toutes celles qui aiment la chick litt et qui cherchent des livres sans prise de tête.

Mon avis : J’ai aimé cette lecture que j’ai trouvé simple et fluide. Je suis d’accord avec les avis précédents pour dire que certains passages du roman étaient prévisibles mais j’avoue que je me suis demandée tout au fil de ma lecture avec qui l’héroïne allait finir avec toutes les possibilités évoquées ! J’ai aimé la façon dont les objectifs ont été atteints, non pas les uns à la suite des autres de façon liste mais plutôt de façon simple sans que l’héroïne ne se rende parfois compte qu’elle avait atteint ses objectifs. J’ai trouvé la relation entre sa mère décédée et elle-même touchante. Elle qui a d’abord cru que sa mère la rejetait et qui finalement se rend compte de tout l’amour qu’elle pouvait lui porter. Ce roman est touchant, simple et efficace. Il nous amène à penser à nos propres objectifs de gosse et les comparer à ce que nous sommes finalement devenus… Bref, j’ai beaucoup apprécié ma lecture.

Merci à toutes les participantes d’un jour ou de plusieurs jours pour vos articles, vos idées de lecture, votre implication ! Je n’ai personnellement pas gérer le club comme je l’aurais voulu et l’avais pensé. J’aurais voulu prendre le temps de lire chaque livre dont vous avez parlé et de vous en donner mon avis. Je n’ai pas eu le temps non plus de commenter vos articles individuellement comme je l’aurais bien voulu. Mais quoi qu’il en soit, j’ai tout de même pris du plaisir à vous lire et vous remercie encore de toutes vos chroniques et idées de lectures ! Voici une année qui se termine. Peut-être que je murirais un autre projet pour septembre. Je me laisse le temps d’y réfléchir et je vous tiens au courant !

A Poussières de Bonheur
Le blog d’une ItemLiz Girl
Ma vie, mes humeurs
Les délices de Corylus
Like a Poppy
Tinalakiller
Distrayante
Ecrire pour un rien, pour un tout
Le Mag chic et pratique
Blue Dream In The Sky
Journal d’une disjonctée
Merci à toutes les 11 pour vos chroniques, vos idées de lecture et votre implication.

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai trente ans aujourd’hui…

A l’heure où je commence à écrire cet article, nous sommes à un peu plus de 12h où 30 ans plus tard,je pointais le bout de mon nez dans ce petit monde. Et oui, vous qui lisez cet article le 06 juillet (si vous le lisez le jour de sa publication) bah j’ai 30 ans aujourd’hui. Et en fait, je ne sais pas si ça va changer grand chose aujourd’hui. En effet, j’ai l’impression d’avoir 30 ans depuis le premier janvier. Le changement d’année a signé le passage de ce cap et je le vis plutôt mal !

un cap difficile a passer…

Je pense que je ne le vivrais pas aussi mal si j’avais moins l’impression que ma vie est sans intérêt. Rassurez-vous, je ne suis pas suicidaire, mais j’ai tellement l’impression de n’avoir rien construit qu’effectivement, ce passage est difficile. Dans le sens où le temps passe justement, et que je me rends compte qu’il passe de plus en plus vite. J’ai du mal à croire que nous avons déjà fait quasiment la moitié de l’année, alors que j’ai l’impression que Noël était hier presque !

Quand je parle que je n’ai rien construit, c’est surtout que j’ai la fâcheuse tendance de comparer ma vie à celles des autres. Là effectivement, j’ai l’impression d’être en retard sur pas mal de monde. Mais pour certaines choses, ce n’est même pas du retard, c’est plutôt une question d’envie. Je ne cherche pas à construire un mariage, même si ça ne me déplairait pas d’être en couple. Je recherche encore moins à avoir des enfants puisque je n’en veux pas. Le couple enfant avec chien, et qui fait un prêt pour l’achat d’une maison, ce n’est clairement pas pour moi !

30 ans de vie mais si peu en vie…

Non, je veux plutôt dire que ma vie n’est pas riche. Je ne voyage pas beaucoup. De plus, je n’ai pas beaucoup d’amis, peu d’interactions sociales, en dehors des amitiés créées virtuellement mais que je ne vois donc pas souvent. Je me rends compte que je n’aime pas du tout mon travail, qu’il ne me suffit plus, qu’il ne m’épanouit pas du tout. Et que je n’ai plus du tout envie d’être dans un poste comme celui là. Mais je n’ai aucune idée de ce que j’aimerais et / ou pourrais faire d’autre. De plus, la peur de manquer d’argent font que je reste malgré mes sérieux pétages de plomb parfois… De plus, ma vie amoureuse est un désert sans nom…

A part le sport, les séries, les livres, le web et le shopping, je ne fais pas grand chose. Et surtout, je fais tout toute seule ou encore avec ma mère. C’est la personne la plus proche de moi et pourtant on ne s’entend pas toujours très bien. J’ai trop dépendue d’elle depuis tout bébé étant donné le contexte de ma naissance de fille posthume… Elle m’a tellement couvée que j’ai eu du mal à voler de mes propres ailes. La seule fois où j’ai vécu seule c’était pour aller vivre avec mon ex, donc en fait je n’ai jamais vécu seule.

un besoin de changement radical…

J’ai l’impression de ne pas en être capable. Que je vais m’ennuyer. J’ai tellement peur de l’ennui. Et pourtant, c’est ce qui résume ma vie, je m’ennuie. Car oui, même si j’aime lire, écrire, regarder des séries, aller à la salle de sport etc etc… j’aspire à une vie sociale tellement plus riche. J’aurais voulu pouvoir garder des amitiés intactes et pouvoir leur parler de tout en étant à l’aise avec eux. J’aurais aimé voyagé, n’avoir peur de rien surtout et surtout pas d’oser et de prendre des risques.

Voilà j’ai 30 ans, pas ou peu d’amis par chez moi, un poids lourd à porter dont j’ai trop parler ici et sur lequel je ne veux plus trop échanger étant donné la non-compréhension à laquelle j’ai du faire face sur mon précédent article… Une vie sociale et amoureuse désertique, une peur de l’avenir et du manque d’argent et surtout une peur de l’échec et d’oser prendre des risques qui font que je reste là à faire du surplace.

J’ai conscience de tout ça, ce qui me rend triste, ce qui ne va pas dans ma vie mais je n’ose toujours pas agir. J’ai réagi mais je n’ai pas encore agi. J’espère que les 30 ans seront le signal qu’il est grand temps que je sonne l’alarme. C’est un peu comme si j’avais l’impression que c’était le début d’une nouvelle vie, ou c’est ce que je me dis pour me rassurer que non je ne vieillis pas et que je suis encore jeune…

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :