Protégé : Jusqu’à quand…

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les articles sur l’acceptation de soi et de son corps me désespèrent…

L’autre jour, je lisais cet excellent article de Fuite en avant, qui exposait que s’accepter, ce n’était pas si simple que ça. Elle a très bien argumenté son article et je vous invite à le lire si ce n’est pas déjà fait. Comme Melgane l’expose, moi aussi, les articles sur l’acceptation de soi et de son corps commence sérieusement à m’agacer.

Je ne me suis pas vue grossir…

Si vous ne connaissez pas mon histoire, j’ai été il y a un peu plus de cinq ans, en couple passionnel avec un garçon avec qui j’ai vécu un an. J’ai pris énormément de poids dans cette relation. En effet, en un an, j’ai pris quinze kilos. Le fait est que je n’étais pas bien dans cette relation et que je compensais par la nourriture. J’étais gourmande de base, mais avec lui, ça a été de pire en pire… Sodas, viennoiseries, plats en sauce, restaurants… Tout le combo des plus mauvaises choses à faire lorsque l’on souhaite garder la ligne.

Quand il m’a quitté, ça a été le choc. Je ne m’étais pas vu grossir. Et là mes kilos en trop me sont apparus comme par enchantement quand je me regardais dans le miroir. Et je n’aimais pas du tout le reflet qu’il me renvoyait. Je me sentais grasse, ignoble et mon ventre surtout me donnait l’impression d’être enceinte. Le coup de massue, c’est d’ailleurs quand on m’a posé la question ! J’ai vraiment pris conscience qu’il fallait faire quelque chose et je me suis inscrite à une salle de sport. Ce fut le premier déclic. Le second a eu lieu un an plus tard, lorsque j’ai compris que le sport à lui seul ne me suffisait pas à perdre du poids. Il fallait que je revois mon alimentation.

Le déclic pour une alimentation plus saine…

Alors, et ce sans l’aide de personne, j’ai commencé à modifier mon alimentation et à entamer un rééquilibrage alimentaire. J’ai arrêté le pain beurre dont j’étais beaucoup trop adepte en tant que bretonne pure souche. J’ai réduit les cochonneries et surtout j’ai intégré les légumes à mon alimentation, chose que j’ai découverte à ce moment là, je n’en mangeais jamais ! Et pourtant, je peux vous dire qu’aujourd’hui, je suis bien plus contente avec une assiette d’haricots verts qu’une assiette de frites ! Je n’en mange même plus, à part les rares fois où je vais au restaurant !

J’ai changé mon goûter, au lieu de prendre des viennoiseries, j’ai pris une pomme et un carré de chocolat noir. C’est devenu mon moment plaisir de la journée. J’apprécie beaucoup plus le goût des aliments, et les rares fois où je mange un pain au chocolat aujourd’hui, je le trouve extrêmement bon et non plus d’un goût devenu trop banal… J’ai aujourd’hui stabilisé mon poids depuis un an et je n’ai pas repris mon alimentation chaotique car cette alimentation saine est devenue un véritable plaisir gustatif pour moi.

Je ne pense pas que s’accepter soi-même soit quelque chose d’évident et les articles en ce sens sont toujours très répétitifs, pour s’accepter il suffit de se faire violence et de faire du sport, ne plus écouter les remarques négatives, s’entourer de bonnes personnes et se répéter tous les matins que l’on est beau / belle ! Comme Melgane, ce genre d’articles finit désormais par me hérisser les poils. Car non ! Ce n’est pas aussi simple que ça, si ça l’était, il n’y aurait plus personne qui aurait des problèmes de confiance en soi !

Se faire violence…

Je l’ai fait tout ça, j’ai vaincu des peurs, je me suis fait violence, car ce rééquilibrage et la reprise du sport alors que je n’en avais jamais fait à part au collège et au lycée, ce ne fut pas facile tous les jours. Je suis passée par différentes blessures, par une découverte d’être une personne asthmatique récemment et cela a du modifier mes activités, etc etc… Il ne suffit pas de se lever un matin et se dire, je suis belle devant le miroir… J’ai modifié mon corps, je l’ai vu se transformer, s’affiner et perdre 25 kilos, c’est tout de même quelque chose, ma plus grande fierté à ce jour d’ailleurs…

Mais le cerveau lui, ne se modifie pas… Et ce n’est pas un article bienveillant sur l’acceptation de soi qui m’aide à me sentir mieux. Si la perte de 25 kilos ne m’y aide pas, ce n’est pas quelques lignes qui vont y faire quelque chose… Je suis consciente que derrière tout cela, il y a un gros problème de manque de confiance en soi et le fait de ne pas se voir telle que je suis. Je m’explique. Quand je vois mon propre corps, je le trouve encore gras et disgracieux. Mais quand je traîne sur Instagram et que je vois des corps similaires au mien, je ne les trouve pas disgracieux. Même si ces filles ont les mêmes mesures que moi, le même poids, la même taille…

Mais malgré le courage et la volonté…

Il m’a fallu beaucoup de courage et de volonté pour en arriver là où je suis. S’inscrire dans une salle de sport et voir la plupart des filles avec un corps de rêve quand tu te traînes comme un boulet, n’a rien d’évident. J’ai tenu le coup, même après toutes les blessures, les moments de doute, les découragements… La fin d’une séance me rendait tellement bien… Ce sentiment de plénitude lorsque j’avais terminé une séance… Le sport me fait du bien, me canalise, je suis devenue un peu plus calme grâce à lui… Cela a eu beaucoup d’effets bénéfiques.

Mais aujourd’hui, je n’ai toujours pas accepté mon corps. Sûrement aussi parce que je suis devenue très exigeante avec moi-même. Et que je le suis beaucoup plus qu’avec les autres. Ce qui expliquerait aussi pourquoi je trouve mon corps disgracieux alors que des filles aux corps similaires, je les trouve jolies… L’ancrage est bien trop profond… Le mal a été fait. Et pour le réparer, cela prendra plus de temps, et ne se guérira certainement pas à la lecture d’un article se voulant bienveillant… Je ne doute pas du bien fondé que nous souhaite les auteurs de ces dits articles… Mais pour avoir vécu une transformation de son corps, je peux vous assurer que non, s’accepter, ce n’est pas si évident que ça, même en ayant fait tous les efforts pour !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Protégé : Le verdict est tombé…

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je ne suis pas ceux que j’aime…

Ces derniers mois avec Secret Story, je m’en suis pris plein la gueule. J’aime commenter l’émission sur Twitter comme chaque année. J’ai toujours des personnes dans l’émission que je ne supporte pas et d’autres que j’adore. Je clashe parfois les candidats mais jamais les téléspectateurs, sauf quand on commence à m’attaquer personnellement. En effet, je ne comprends pas les proportions que peuvent prendre certaines personnes dans leur propos pour une émission.

Je me suis permise de critiquer certains candidats. C’est le jeu, on regarde une émission, on critique la façon de jouer de certains. Par contre, recevoir des insultes ou des jugements sur ma personne juste à cause de ça, je ne l’accepte pas. Je ne me permets pas de critiquer un téléspectateur quand bien même il n’a pas la même opinion que moi. Je ne supportais pas Kamila, ce n’est pas pour autant que j’ai eu envie d’insulter toutes les personnes qui lui portaient les louanges… J’en aurais voulu de même de l’autre côté en préférant Barbara.

Raccourcis de merde…

Parce que Barbara est une jeune fille impudique, libre, à l’aise avec son corps. Parce qu’elle a une fois montré ses seins devant la télé, les gens la catégorisent de suite comme la salope de service. Elle a aussi fait une sextape alors qu’elle était en couple bien avant de rentrer dans le jeu et son ex l’a ressorti… Et ce n’est pas ce connard qu’on blame pour cet acte puéril et malsain. Oui cet acte malsain de sortir ça alors que ça a été fait dans un cadre privé.  Non c’est elle que l’on blâme. Et aussi, parce-qu’il y a 10 ans elle a fait l’île de la tentation, c’est une pute. Alors qu’elle l’a fait dans le cadre d’un article pour un journal en plus…

Bref les gens et leurs fameux raccourcis de merde. Pendant 3 mois, les insultes ont fusé. Plusieurs mais vraiment plusieurs fois, on m’a moi même cataloguée comme une salope. De un, non tu ne peux pas te permettre de juger Barbara de salope, tu ne l’as pas vu payer un homme pour coucher. Elle n’a d’ailleurs couché avec personne durant cette putain d’émission. De deux, le fait d’apprécier une personne que TU penses être une salope, fait de celui ou celle qui l’aime bien une salope ?! Donc en fait comment te dire que les gens qui t’apprécies sont tous cons ?!!! Non !

Quand est-ce qu’ils comprendront qu’on attend de connaître une personne avant de juger ?

Quand je lis « les filles qui sont pour Barbara sont toutes des putes », ou délurée ou encore complètement décoincée voir coquine. Bin je dois être en étant vierge, l’exception qui confirme la règle alors ! Non, juste je ne m’arrête pas à un premier regard, à un premier jugement. Je vais au delà de ce que les gens nous montrent d’eux au premier abord. Oui Barbara est une fille impudique, qui peut se promener à poil sans pudeur, sans honte, qui assume son corps, son pouvoir de séduction et sa féminité. Non, ce n’est pas pour autant une salope. Et elle est tellement bien d’autres choses : une fille sensible, drôle, à l’écoute des autres, généreuse…. Ce sont ces traits de caractère qui m’ont touchée et qui ont fait qu’elle est devenue la personne que j’avais envie de défendre contre tous ces cons…

Pourquoi juger sur des faits passés dont on ne sait rien ?

On ne peut pas juger une personne sur des faits passés. Comme le fait d’avoir jugée Kamila dans ce jeu, je l’ai jugée pour des actions de jeu. Parce qu’elle avait pour moi un mauvais jeu que je trouvais pas fair-play tout simplement. Et le fait que Secret Story et de vouloir gagner la rendait mauvaise. Quand il y a eu les histoires avec sa famille, je n’ai pas relevé. Parce-que ça ne me regarde pas, ça ne nous regarde pas, ça n’a rien à voir avec Secret Story. Et on n’a aucune preuve de quoi que ce soit, je ne me suis jamais permise de la juger pour cela. Alors j’attendais de même avec Barbara.

Je n’ai pas juger tous les gens qui étaient pour Kamila de mauvais joueurs et de personnes mauvaises non plus. A l’inverse, tous ceux qui défendaient Barbara étaient traités de tous les noms et on n’avait rien à dire, qu’à fermer nos gueules parce-qu’on défendait « la salope de service », c’est qu’on valait pas mieux ! Déjà, revoie la définition du mot car ce n’est pas ce qui l’a définie. Elle est juste libre, indépendante et impudique, confiante en elle et en ses atouts. Et non, tout ce que je ne suis pas. Comme quoi ce n’est pas parce que j’aime Barbara que je suis moi-même impudique, libre et aussi indépendante, à ce niveau, je suis bien tout le contraire d’ailleurs !

Une polémique de merde

Pour sortir du sujet Barbara, hier, j’ai été attaquée, ou du moins je me suis sentie attaquée par la répétition, et le fait que tout le monde vienne m’en parler, parce-que là encore j’aime un personnage. Antoine Griezmann. Antoine qui a fait une erreur en publiant un tweet où il s’est déguisé en joueur de basket noir, en se grimant complètement le corps en noir. Les gens se sont indignés, injustement ou justement, je ne vais pas polémiquer là-dessus.

Les gens lui ont reproché d’avoir fait une « blackface ». Le «blackface» renvoie à une pratique théâtrale qui s’est développée à partir du XIXsiècle aux Etats-Unis. Durant des spectacles appelés «minstrel shows», des acteurs blancs se peignaient le visage en noir pour interpréter des personnages caricaturaux de noirs attardés, toujours hilares et portés sur la danse et la musique. Je dirais juste que l’intention n’était à mon avis pas mauvaise dans le sens où la moitié de ses potes étant noirs, je ne pense pas qu’Antoine soit une personne raciste. Le geste était très certainement plus maladroit qu’autre chose et il s’est d’ailleurs excusé. Mais ce n’est pas là où je veux en venir et je n’ai pas l’intention de polémiquer là-dessus.

La bonne excuse pour venir te faire chier avec une personne que toi tu aimes mais qu’ils n’aiment pas ?

Là ou par contre, j’en ai eu grave ma claque, c’est parce-que j’aime ce joueur de foot que je soutiens dans pas mal de ces projets, on est venu m’en parler, genre « alors tu l’aimes toujours après ça ? ». Déjà après quoi, tu me parles d’un truc, je n’avais même pas vu son tweet à la base, j’ai juste vu son mot d’excuse et j’ai compris après. Mais je ne suis pas responsable de ces actes. Et le fait que je le kiffe, ne veut pas non plus dire, que je cautionne tous ses actes ! Alors quand toute la journée on vient te parler de ça alors que tu n’y es pour rien, tu finis par te sentir toi même attaquée, comme si c’était toi qui avait fait cette propre faute !

Mais surtout beaucoup de jalousie…

Surtout, que ça me fait rire, la plupart des gens qui l’ont clashé sont des personnes même pas indignés de ce qu’il a fait mais des personnes jalouses, exactement le même genre de personnes jalouses de Barbara parce-qu’elle s’assume. Pour Antoine, cette erreur est une bonne occasion pour ces dé-traqueurs de pouvoir le critiquer encore plus !

Désolée, mais non, je ne suis pas ceux que j’aime… Et si je les aime, c’est sûrement aussi parce-qu’ils ne sont pas ceux que vous pensez qu’ils sont… Méditez 😉 !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je n’ai plus la force d’écrire…

Je n’écris plus ici régulièrement. Je n’y arrive plus. Il y a quelques mois, j’aurais culpabiliser, j’aurais expliqué, j’aurais laissé un mot pour vous dire que je reviendrais bientôt. Mais je ne l’ai pas fait. Car je n’avais aucune idée si j’allais revenir ou pas. Je me suis posée la question de tout stopper. Je ne peux pas me résoudre à supprimer définitivement ces écrits. Même si j’ai cette année encore investi dans un blook-up, ce site qui permet de mettre en livre les articles de ton blog. Ce mois-ci tombait aussi le renouvellement du nom de domaine. Je l’ai renouvelé. Car je ne suis pas prête à dire encore que tout est fini. Je n’ai plus la force d’écrire mais j’espère pourvoir y remédier rapidement.

Trois mois passés plus que de raison devant la télé…

Ces derniers mois, ces dernières années même, je ne m’épanouis plus au travail. L’accueil n’est pas quelque chose qui me plaît, j’ai parfois beaucoup de mal avec ma collègue et je suis souvent à la limite du supportable pour moi. Je me demande parfois comment j’arrive encore à me lever pour y aller. Je vous en parlerais dans un prochain article. C’est devenu à un point qu’en fait, je n’ai plus la force de rien en dehors du travail. Le sport est la seule chose que j’ai réussi à continuer. Et lire et regarder mes séries. Par contre, c’est l’écriture qui a trinqué.

Les 3 derniers mois, j’étais à fond dans Secret Story, 2h30 chaque soir, voir quasi 5h le jeudi pendant les jours de prime. Je n’ai consacré mon énergie qu’à ça et à vouloir voir Barbara gagnante, mais ça n’a pas été le cas. Ça peut paraître con et enfantin, mais j’ai été déçue que ce ne soit pas le cas… Elle le méritait vraiment. Je me suis attachée à cette personne, à son vécu, son passé, sa sensibilité. Je me suis reconnais en elle. Pourtant, elle n’étais pas appréciée de tous. Trop de gens sont passés à côté de qui elle est vraiment. Dommage.

Je me couchais pas spécialement plus tôt pour autant. Entre Secret, Twitter, les commentaires, et le groupe Barbara, je n’avais plus de temps que pour ça. Au sport, je regardais pendant mes exercices et je partais pendant les pubs pour ne louper aucune miette. Le soir, je discutais avec les inconnus du groupe Barbara qui comme moi la soutenait, et entre les stratégies, et les fous rires, il était difficile de se raisonner et d’aller au dodo.

Une fatigue interminable et des espoirs de pouvoir écrire à nouveau…

Du coup à la fatigue morale, s’ajoute la fatigue physique et je peux craquer à tout moment. Quand je m’enferme aux toilettes, le soir en rentrant… Est-ce que c’est normal d’y aller sans cesse en ayant cette boule au ventre. Est-ce que c’est difficultés de respiration qui m’assaillent ne sont pas en lien avec cette sensation d’étouffer sans cesse dans cette vie. Entre un boulot qui ne m’épanouit plus et la routine, j’avoue que je pète des câbles dans ma tête !

J’ai même pensé à changer un peu l’orientation de ce blog. J’ai renouvelé mon nom de domaine car je ne suis pas du tout prête à partir définitivement. Je vais peut-être encore tâtonner un peu vers ce vers quoi j’aimerais aller. Je vais prendre aussi le temps de bien réfléchir et ne vous dit rien pour ne pas susciter d’attente ! J’ai aussi l’impression que mon écriture s’est étiolée… Comme si le fait de ne pas être bien dans ma vie et de ne plus trouver la force d’écrire, me rendait incapable d’écrire. J’ai comme l’impression d’avoir perdu ce don de sortir des histoires… J’espère pouvoir renouer avec ça rapidement…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Miss France 2018, mes pronostics !

© Laurent VU / SIPA

Le 16 décembre aura lieu l’élection Miss France et j’aime regarder ça avec ma mère, c’est un peu un rituel chez nous, comme pour l’Eurovision ! Chaque année, on prend nos petits papiers et on choisit nos 12, puis nos 5 etc etc ! J’ai souvent les bons pronostics, en tout cas parmi les 12 ! Camille Cerf, Alicia Aylies … étaient pour moi une évidence, j’aimais beaucoup moins Iris, Miss France 2016 qui pourtant a été élue Miss Univers.  Et que je trouve très belle maintenant !

Voici donc sans plus attendre mon top 12 pour Miss France 2018 et cela a été très difficile tant le niveau est très haut cette année. J’ai du en éliminer à contre-coeur. J’ai regardé les vidéos et certaines, en photos je les choisissais et ensuite moins en vidéo et vice-versa. Je me suis basée plus sur les vidéos pour faire mon classement. Ce premier classement est par ordre alphabétique :

Miss Alsace : Joséphine Meisberger, 21 ans

© Laurent VU / SIPA

Miss Aquitaine : Cassandra Jullia, 18 ans

© Laurent VU / SIPA

Miss Bourgogne : Mélanie Soarès, 23 ans

© Laurent VU / SIPA

Miss Centre Val de Loire : Marie Thorin, 20 ans

© Laurent VU / SIPA

Miss Corse : Eva Colas, 21 ans

© Laurent VU / SIPA

Miss Cote d’Azur : Julia Sidi Atman, 21 ans

© Laurent VU / SIPA

Miss Franche Comté, 22 ans

© Laurent VU / SIPA

Miss Ile de France : Lison Di Martino, 18 ans

© Laurent VU / SIPA

Miss Languedoc-Roussillon : Alizée Rieu, 20 ans

© Laurent VU / SIPA

Miss Mayotte : Vanylle Emasse, 20 ans

© Laurent VU / SIPA

Miss Provence : Kleofina Pnishi, 23 ans

© Laurent VU / SIPA

Miss Tahiti : Turouru Temorere, 21 ans

© Laurent VU / SIPA

Parmi ces 12 finalistes, pour moi 4 en ressorte vraiment : Mayotte, Alsace, Provence et Ile de France. Voici donc mes 5 finalistes :

Miss France 2018 : Miss Alsace

© BENJAMIN DECOIN/SIPA

1ère dauphine : Miss Mayotte 

© BENJAMIN DECOIN/SIPA

2nde dauphine : Miss Provence

© BENJAMIN DECOIN/SIPA

3ème dauphine : Miss Languedoc-Roussillon

© BENJAMIN DECOIN/SIPA

4ème dauphine : Miss Ile de France

© BENJAMIN DECOIN/SIPA

Ce classement peut changer le soir de l’élection ! Suivez-moi sur Twitter pour voir en direct mes préférences le soir du 16 décembre. Et toi, qui verrais-tu Miss France 2018 ?

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Marre des articles qui prônent le bonheur !

Il y en a partout ! Sur les blogs, dans les magazines, dans les rayons de librairies sur le développement personnel. Le bonheur, le fameux Saint-Graal que tout le monde cherche et qui fait bien vendre ! Tout le monde en parle, tout le monde le cherche et certains pensent même nous apprendre à comment le trouver. Parce-que évidemment, le bonheur tout le monde le cherche. Mais peut-on vraiment le définir ? Le quantifier même ? Et puis ce qui fait le bonheur des uns fait-il forcément le bonheur des autres ?

Les articles qui prônent le bonheur et te donne une liste de choses à faire pour l’atteindre me paraissent bien utopiques. Chacun a sa propre vision du bonheur. Chacun a ses petits moments de bonheur et ces choses qui le rendent heureux sans que ce ne soit forcément les mêmes pour le voisin. Ces articles me dérangent dans le sens où on a l’impression que le bonheur est une quête et qu’il faut absolument l’atteindre sous peine de rester triste ou déprimé toute sa vie !

Ce qui rend heureux…

Pour beaucoup, pour être heureux, il faut avoir : un travail épanouissant, un mari, (ou une femme), un chien, deux enfants, etc etc… Le modèle parfait de la famille parfaite et bienheureuse. Seulement, aujourd’hui, ce modèle est loin d’être la norme ou du moins loin d’être le modèle le plus étendu. Bien sûr, que ça rend heureux si c’est ce que l’on cherche. Mais je veux dire qu’on peut très bien être célibataire et ne pas être malheureux pour autant. Tout comme on peut avoir un travail, mais ne pas s’y sentir heureux.

Peut-on vraiment dire à quelqu’un de s’estimer heureux d’avoir un travail ? Avoir un travail ne donne pas le droit de se plaindre ? Je crois que la notion de bonheur et de travail est à redéfinir aujourd’hui car rares sont les personnes qui font un travail épanouissant. En effet, pour la plupart des gens, le travail n’est qu’alimentaire, un job qui permet de gagner de l’argent et d’avoir à manger chaque mois et un toit au dessus de la tête. Comme si le simple fait d’avoir un travail fait que l’on ne peut pas se sentir malheureux…

De plus, quand on dit qu’il faudrait arrêter de se plaindre, pour accéder au bonheur ? Je ne comprends pas trop. Est-ce que arrêter de se plaindre d’avoir mal quelque part va faire disparaître le mal ? Je suis sceptique. Je ne le pense pas. Se plaindre quand se n’est pas se victimiser ou autre, n’a rien de mauvais. Faire sonner la sonnette d’alarme quand on voit qu’on ne tient plus, qu’on arrive à des moments où l’on voudrait du répit, je ne vois pas ce qu’il y a de mal.

Adopter la positive attitude, arrêter de se plaindre ?

On ne peut pas être au top H24 ni avoir la positive attitude chaque jour. Les petits conseils qui disent d’arrêter de se plaindre, et de positiver me semblent vraiment utopique. Va dire à une personne qui vient de perdre son mari, son travail, etc etc de positiver et d’arrêter de se plaindre ? Je prends un exemple extrême mais je ne connais personne qui positive chaque jour. Personne qui n’a jamais de moments de mou même en ne vivant pas ces extrêmes.

Je ne pense pas qu’on doive cacher ses problèmes, ses failles, et ses moments de doutes ni les brider en se disant non, je vais positiver et penser aux 10 commandements du bonheur et tout ira bien. Malheureusement, quand on ne va pas bien, on a justement du mal à voir les côtés positifs. Est-ce que râler moins contribuerait au bonheur ? Non, je ne le crois pas non plus, ça se saurait ! Bien sûr, on peut relativiser à tout moment, sur des petits choses insignifiantes qui parfois nous mettent martel en tête. Mais je crois que râler et se plaindre, c’est humain, et qu’on y est tous sujets.

Ce que je veux dire, c’est que les bonnes astuces pour arrêter de se plaindre, les bonnes astuces pour accéder au bonheur sont irréalistes. Le bonheur, il se construit personnellement. Ce qui rend heureux l’un, n’est pas ce qui rend heureux l’autre. Il n’y a pas de formule miracle pour y accéder. Il faut le chercher. C’est une quête personnelle. Ainsi, on se rend compte de ce qui nous rend heureux par le vécu, les expériences de la vie, les passions… Parce que bon, je crois que si tous ces livres qui prônent le bonheur, détenaient vraiment le remède miracle, il y aurait beaucoup plus de gens heureux non ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le meilleur comme le pire des réseaux sociaux…

Notre vie est aujourd’hui régie par les réseaux sociaux. Le téléphone portable nous sert moins à téléphoner qu’à traîner et perdre son temps sur ces réseaux. Et on achète le dernier smartphone non pas pour passer des heures au téléphone mais pour regarder des films. Pour snaper, et perdre encore notre temps à traîner sur ces applications qui ne servent qu’à enjôler la réalité…

Facebook, le plus naturel

Sur Facebook, généralement on a ajouté sa famille et ses amis, ses connaissances de lycée et d’école. On connaît plus ou moins, ou du moins on a connu chacun des membres que l’on y a ajouté. C’est donc le réseau où règne le moins l’hypocrisie. Peu de clashs également. Par contre, c’est sans doute le réseau le plus gnangnan avec « Loulou a fait son premier pipi » ou « Ce soir, c’est raclette »! Qu’est-ce qu’on s’en fout quoi ! Et puis, il y a ces gens qui ont un compte Facebook, juste pour mater, ils ne commentent jamais rien, ils ne postent jamais rien, mais ils savent tout ce qui s’y passe ! Me font flipper eux, on dirait ils n’ont rien d’autre à faire dans leur vie.

Instagram, le plus fake

On fait défiler les photos de plus en plus belles, de plus en plus retouchées. Il faut que la photo que l’on vient de prendre aille avec les autres photos. Tout est calculé, peut-être un peu de trop. Au point de ne même plus vivre le moment présent, un repas en famille, attends, il faut prendre en photo la nourriture ! Farniente devant la piscine, ne devient plus reposant puisqu’il faut penser à ne pas se salir, ne pas se mouiller pour faire la photo parfaite… Combien de personnages célèbres, sportives ayant prôné le healthy et body perfect, montre aujourd’hui qu’elles ont embellis leurs comptes ?! Rentrer leur ventre au moment de photographier ? Bref, tout est beau mais tout est faux…

Snapchat, le plus instantané

On ne connaît pas toujours nos abonnés, on s’abonne à des « stars ». Et on les suit, partout, dans leur vie, dans ce qu’ils font à un moment T. On peut même les suivre si on reconnaît l’endroit où ils se trouvent. On ressent les joies et les peines de celui que l’on suit, on a presque l’impression d’être avec lui ! Et de vivre ce qu’il vit avec lui. Les marques ont bien compris l’impact que pouvait avoir ce réseau avec les personnalités de la télé-réalité prête à vous vendre n’importe quel produit merdique ! Le fait que les stories et snaps ne soient visibles que 24h ou quelques secondes encouragent les plus jeunes à se faire accepter, et à accepter d’envoyer des photos intimes. Ils oublient qu’on peut faire des captures d’écran et pourrir leur vie après en la divulguant un peu partout…

Twitter, le plus haineux

On peut créer des faux profils, ne pas mettre sa véritable identité. Et c’est le réseaux où règnent les clashs les plus violents et les insultes à tout va. Par exemple, là je regarde Secret Story et je commente l’émission, et je me fais traiter de salope parce-que je soutiens Barbara, une candidate. Moi la vierge qui me fait traiter de salope. Les gens parlent, ils savent même pas de quoi ils parlent, ils jugent, ils catégorisent. Moins ils ont d’arguments et plus ils sont haineux. Ça fait limite peur… Après Twitter, c’est aussi le réseau où l’on sait le plus de façon quasi instantanée ce qui se passe dans le monde…

Des divertissements qui dépriment ?

Ces réseaux sont censés être de véritables divertissements pour leurs utilisateurs mais leurs effets pervers ne les déprimeraient-ils pas ? Les jeunes peuvent penser qu’ils ont une vie inintéressante quand ils voient à travers les posts et les photos de leurs « amis » que ceux-ci ont à leurs yeux une vie trépidante. Parce-qu’ils sortent plus, parce-qu’ils sont entourés d’une bande de potes, certains peuvent se sentir seuls.

De plus, à trop traîner sur ces réseaux, on peut justement se dire que c’est qu’on a rien d’intéressant à faire. Et du coup, on peut s’en sentir encore plus déprimé. On éprouve alors le sentiment de perdre son temps et on se dit qu’on a perdu du temps à faire quelque chose de plus utile, et de plus intéressant. Pour toutes ces réseaux, prendre du recul sur les réseaux et vivre sa vie au présent, bien ancré dans le réel, peut avoir beaucoup d’effets bénéfiques.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Griezmann Confidentiel, reportage d’Alexandra Sublet pour TMC

Hier soir était diffusé sur TMC, un reportage mené par Alexandra Sublet sur Antoine Griezmann. L’animatrice a suivi le footballeur et ses proches pendant plusieurs mois pour recueillir un maximum d’informations. La star de l’Atletico de Madrid et de l’Equipe de France a ouvert les portes de son petit monde aux caméras de l’animatrice et productrice de ce documentaire.

© AFP PHOTO / CHRISTOPHE SIMON

Un mec simple, humble, discret et réservé

Ses proches sont également de la partie. Notamment sa sœur, son frère, son père et son meilleur ami. On voit que les Griezmann sont un clan et qu’ils sont très soudés et proches d’Antoine malgré les kilomètres qui les séparent. Son père s’occupe de ses finances et sa soeur est son attachée de presse et son marketing manager.

Sa femme, très discrète, n’a pas souhaité apparaître dans ce documentaire. On voit qu’elle n’est pas là pour se montrer, se pavaner au côté d’Antoine. C’est une fille simple, classe, élégante et qui reste dans son coin sans chercher à faire du buzz autour d’elle. Mía est protégée de la médiatisation également. Les seuls clichés que l’on peut voir d’elle sont toujours de dos, et on a encore jamais vu son visage.

Antoine ouvre les portes de chez lui sans montrer où se situe la résidence pour des raisons évidentes de sécurité. Il ne montre pas non plus l’intérieur de sa maison, ni les nombreuses pièces qui doivent la composer. C’est un jeune homme qui n’est pas vantard et ne cherche pas à étaler sa richesse. Il reste très simple, humble, discret et réservé. On voit qu’il a des difficultés à se dévoiler, à parler de lui comme ça.

Un mec qui n’aime pas parler de lui…

Il éprouve également des difficultés à se rappeler la peur qu’il a eu ce soir du 13 novembre 2015 alors que sa sœur était au Bataclan. C’est finalement elle qui en parle, sans en faire trop, et ce pour la première fois. Elle n’a jamais cherché à se faire plaindre là-dessus et même avec sa famille, elle n’en a parlé qu’une fois et plus jamais ensuite…

Il a ensuite des difficultés à évoquer Eric Olhats, l’entraîneur qui l’a recruté à la Real Sociedad alors que personne ne lui donnait sa chance en France. Il était ensuite devenu son agent. J’avais entendu parlé de désaccords concernant la carrière d’Antoine et les publicités qu’il faisait, Eric le lui reprochant de trop s’éparpiller. Mais le point de rupture le plus impactant a été le fait qu’Eric n’a pas souhaité venir au mariage de celui qui le considérait pourtant comme un deuxième père.

Est-ce qu’il ne s’éparpillerait pas un peu trop ?

Beaucoup lui reprochent de s’éparpiller et de ne pas rester cantonnée au football. C’est vrai qu’il a commencé à faire pleins de choses, des publicités pour des marques, un livre, et une série de livres pour enfants. Le succès a toujours dérangé en France. Dès que tu es bon dans un domaine, tu dois resté cantonné à ce domaine sans pouvoir être bon ailleurs… C’est la mentalité française et c’est bien dommage.

On lui reproche tout l’argent qu’il gagne. Le fait de le dépenser. Et les sommes disproportionnées. Le foot, ça a toujours été comme ça. Oui, il gagne sûrement beaucoup trop mais en attendant, quand on voit les sacrifices qu’il y a derrière, Antoine est parti de chez lui à 14 ans pour se retrouver dans un pays étranger, dont il ne connaissait pas la langue et avec une personne qu’il connaissait à peine.

On lui reproche aussi d’avoir dit qu’il se sentait plus espagnol que français. En mettant en avant le fait que si Benzema sortait un truc pareil, ce serait le chaos mais comme c’est un petit blanc on ne dit rien ! Mais est-ce que Benzema a vécu en Algérie ?! Faut arrêter de comparer l’incomparable. Ça fait 12 ans qu’il vit en Espagne, qu’il parle espagnol, il est marié à une espagnol, oui il se sent espagnol : normal !!!!

Griezmann se dévoile de façon discrète et pudique sans chercher à faire du buzz ni à montrer sa richesse et encore moins sa supériorité. C’est un garçon qui est resté les pieds totalement sur terre et bien ancré dans le sol. Une personne qui ne se prend pas la tête, d’une simplicité exemplaire. Et toute la famille a ce côté humble et naturel, comme si finalement Antoine n’était qu’un mec de 26 ans comme les autres…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pourquoi Barbara doit gagner Secret Story 11 ?

Vous le savez, j’aime la téléréalité. Et mon émission de téléréalité préférée est Secret Story. Je n’ai jamais loupé une saison et au fil des quotidiennes, je m’attache toujours à un voir plusieurs candidats que je rêve de voir remporter l’aventure. Il y a deux ans, j’étais pour Emilie. Cette année, je soutiens, et ce depuis le début, la belle Barbara Opsomer.

Je n’ai pas reconnu tout de suite la chanteuse d’une chanson que j’adorais il y a deux ans et que j’avais même reprise sur ma chaîne Youtube. Je vais vous épargner la vidéo, parce-que ma voix dessus n’était vraiment pas au top ! Et puis, un jour j’ai vu sur un tweet et effectivement, ça m’a tout de suite fait tilt, cette chanson je l’avais vraiment kiffé !!! Je sors ce soir !

Son portrait pour Secret Story

Dans son portrait, Barbara l’avait pourtant dit qu’elle était chanteuse. Elle avait également ajouté qu’elle était garçon manqué sur les bords, avec du caractère et n’hésitant pas à être cash. Elle se définit comme une fille n’ayant pas peur de grand chose, sauf des insectes ! En amour, elle dit être une fille passionnée, sans limite et prête à tout quand elle est amoureuse. Elle dit qu’elle a plus fait souffrir que souffert en amour et évoque le fait de tout donner puis de partir du jour au lendemain.

Ensuite, la jeune fille évoque le fait qu’elle n’a pas eu de papa et qu’elle ressent le besoin d’avoir sa propre famille : un mari et des enfants. Elle a souffert de ce manque quand elle était petite. Et avoue avoir beaucoup recherché son père dans les relations qu’elle a eu avec les hommes. Elle se sent prête aujourd’hui à rencontrer quelqu’un. En effet, à présent, elle sait ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut plus.

© barbaraopsomer.com

Barbara dans la Maison des Secrets

Dans la maison, Barbara a beaucoup été détestée au début. Tout ça car elle n’a pas hésité à dragouiller plusieurs mecs de la maison. Elle a d’abord jeté son dévolu sur Alain, qui étant en mission avec Tanya, la repoussait malgré qu’elle lui plaisait également. Puis sur Benoît dont elle ne savait pas qu’il était en couple avec Charlène et qui ne semblait pas insensible à son charme également. Puis enfin, elle a eu une mission avec Jordan, son ami de l’aventure, auquel elle a du faire croire qu’elle tombait amoureuse, alors que lui était réellement piqué.

Joueuse mais coeur sensible, elle a décidé d’arrêter cette mission quand elle a vu que les sentiments de Jordan prenaient une grande proportion et sachant que de son côté, il ne se passerait rien. Elle souhaitait garder intact leur amitié, mais celle-ci a volé en éclat dès lors et il y a eu beaucoup de clashs entre les deux. Ils se sont pardonné en prime lorsque Jordan a pu permettre à Barbara d’avoir un appel de sa mère… On voit que les deux s’apprécient, Jordan bien plus qu’il ne le dit et Barbara qu’elle sent en lui un grand sensible, et c’est ça qui la touche l’étant elle-même énormément.

© barbaraopsomer.com

L’acharnement sur les réseaux sociaux

Ensuite, les réseaux sociaux étant ce qu’ils sont et le fait que Barbara papillonne dans la maison, beaucoup de rageux, de haters et de jalouses ont commencé à critiquer la belle fortement. Un ex de Barbara a même contacté Jeremstar pour qu’il sorte une sex-tape. J’en parlais ici. Un geste minable, petit, et un bon moyen de faire parler de lui tombé dans les oubliettes et de se faire du buzz dans le dos d’une autre.

Je soutenais déjà Barbara, mais voir cette déferlante de haine sur les réseaux m’a sidérée. Un jour, j’ai lu que ça ne devait être que des « putes » qui votaient pour qu’elle reste à chaque fois qu’elle était nominée. Comment dire, étant loin d’être une pute comme certains d’entre vous le savent très bien, j’étais un peu énervée. Déjà, elle est loin d’être une pute ! C’est juste une fille comme un million de filles qui aime plaire et qui a un besoin d’amour! C’est un véritable petit électron libre. Et de plus non !, les gens qui votent pour Barbara sont simplement les gens qui aiment la sincérité, la joie, la fille joueuse, franche, honnête, fidèle en amitié (elle et Laura sont juste excellentes !) et toujours souriante, et tellement rigolote ! Celle qui cherche les secrets chaque jour !

© barbaraopsomer.com

Une fille sensible qui mérite succès et victoire

Elle est allumeuse ? Et elle aime plaire ? Elle aime draguer ? Oui et alors !!! Elle n’a couché avec personne, et quand bien même ! Elle fait ce qu’elle veut de son cul et elle assume parfaitement qui elle est ! Les gens que ça dérange sont les gens frustrés, aigris et jaloux ! Et Barbara mérite de gagner rien que pour l’acharnement qu’il y a eu sur elle dans les premières semaines de la part de ces haters. Et également pour l’acharnement qu’elle subissait dans chaque prime où elle recevait une mauvaise nouvelle à chaque fois !

Cette fille est terriblement touchante et sensible. En témoigne son album sorti cette nuit… Ce 10 novembre 2017. Je sors ce soir, disponible sur toutes les plateformes de téléchargement légal telles que Google Play, Itunes etc etc… Les chansons racontent sa vie, ses peurs, ses espoirs, des doutes, ses joies. Barbara se livre telle qu’elle est, une fille sensible avec un grand cœur. On ressent à travers les textes, une fille forte et fragile à la fois avec une grande sensibilité. Elle a une voix magnifique et très sensuelle. Et j’espère que l’album rencontrera le succès qu’il mérite. Et j’espère que Barbara gagnera cette onzième édition de Secret Story !

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :