Humeurs

Les blessures du coeur . . .

Il y a quelques jours, je vous parlais des cicatrices. Je n’ai évoqué que les cicatrices visibles sur le corps. Aujourd’hui, je vais vous parler de celles du coeur.

Nous avons tous eu notre lot de cicatrices au cœur : un amour qui se termine, des amitiés gâchées, trahisons, etc etc…

Ces blessures ne sont pas visibles mais pourtant ce sont sûrement celles qui blessent le plus, qui laissent le plus de traces.

Les blessures du cœur sont multiples. Elles peuvent être aigües et violentes : tel un décès d’un proche, un divorce, un adultère, des chocs affectifs, viol, maladies graves, suicide … ou chroniques et sournoises : paroles négatives, critiques, jalousie, chômage…

heart-480367_640

Ces blessures du cœur ont souvent un impact sur le caractère de la personne et peuvent développer des sentiments tels que la peur de l’abandon, une mauvaise image de soi, dévalorisation, angoisses etc etc…

Les blessures du cœur forgent notre caractère et déterminent ce que nous devenons. Elles font de nous ce que nous sommes.

Il ne faut pas les nier. Il peut être libérateur de pleurer pour panser ses blessures. Il est également important de laisser le temps les guérir.

Je ne pense pas qu’on puisse les oublier mais on peut apprendre à vivre avec.

Et toi, qu’en penses-tu ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tagged , , ,

14 thoughts on “Les blessures du coeur . . .

  1. Je suis entièrement d’accord avec toi ! Je crois qu’il faut apprendre à les dompter, faire de ces faiblesses douloureuses de vraies forces de caractère. Et ne surtout pas les renier !
    Aux plaisirs de lire tes prochains jolis articles 🙂

  2. Le temps et s’accorder le droit de souffrir sont pour moi les deux seuls moyens qui permettent de guérir d’une blessure. Il met arriver de fuir certaine réalité et je n’en suis sorti que plus malheureuse, aujourd’hui j’ai appris à m’écouter et même si les choses restent durs elles sont disons moins traumatisantes.

  3. Il y aura toujours des gens positifs pour te dire que c’est possible d’oublier les blessures du cœur, mais je n’y crois pas. Surtout quand ces blessures sont également gravées dans ta chair. La seule chose qui importe, c’est la force que tu es capable de puiser en toi pour faire face au quotidien, avec tes blessures, sans flancher.

  4. En effet ce sont ces blessures là qui forgent notre caractère et font de nous ce que l’on est aujourd’hui. Quand elles sont trop douloureuse ou lourde à porter (ou pas), il est important surtout d’en parler : famille/ami/connaissance voir même quelqu’un de qualifié comme un psychologue qui saura nous aider et creuser dans notre passé pour arriver à surmonter ces étapes.

  5. Tout ce qui nous tue pas nous rend plus fort c’est des conneries , on apprend juste à savoir relativiser plus facilement , on peut pas changer sa sensibilité , on apprend juste à encaisser plus facilement…

  6. Notre sensibilité est moins à fleur de de peau quand on la mélange à du cynisme , je sais pas si je me fais comprendre , disons que les coups qu’on reçoit font moins mal au fil du temps

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.