Humeurs

Les réseaux sociaux font-ils vraiment passer à côté de sa propre vie ?

L’autre jour, j’ai lu un article sur Hellocoton, d’une blogueuse qui parlait du réseau social Snapchat. Vous savez le réseau social qui permet de faire des petites vidéos ou photos éphémères visibles seulement pendant 24h (quoi que !).

J’ai beaucoup aimé le fond de son article qui dénigre le fait que les réseaux sociaux nous feraient passer à côté de bons moments de vie, car nous sommes plus enclins à les partager à nos « amis virtuels » qu’à les partager avec nos réels amis.

HNCK8961

Facebook a été le premier réseau social à connaître une véritable ampleur dans nos vies. On peut y poster nos photos de vacances, nos humeurs, différents statuts, montrer avec qui nous sommes en couple, bref on peut choisir d’y dévoiler bon nombre de choses sur notre vie privée.

Ensuite Twitter est plus impersonnel, en général on tweet et on relaie des articles d’actualités, mais on y dévoile rarement des faits réels de sa vie. C’est presque un réseau social d’information pour ma part, quand on ne veut pas louper l’actualité, mais qu’on a ni la télé, ni la radio, ni le journal, un tour sur Twitter et nous voilà un peu moins dans l’ignorance de ce qui se passe dans le monde.

Instagram est un réseau qui permet de partager des photos et il y a depuis quelque temps, une course à la plus belle photo, les filtres permis grâce à des applications permettant de rendre des effets jolis aux photos prises par l’appareil photo.

Ensuite snapchat donc, ce réseau permettant de faire des stories, vidéos ou photos éphémères sur quelques moments de sa journée en se filmant et en parlant donc à tous ceux qui nous suivent sur ce réseau.

HNCK2348

Je pense qu’il est important de différencier deux catégories, voir trois, d’utilisateurs de ces différents réseaux sociaux. Nous avons tout d’abord, les personnes en quête de toujours plus d' »amis » qui ajoutent sur Facebook des inconnus et qui snapent leur vie dans le but de se sentir exister par ennui ou par recherche de gloire et de buzz. Mais j’ose espérer que cette catégorie n’impacte qu’une infime partie d’utilisateurs.

Il y a ceux qui veulent tout bonnement partager du contenu dans le but d’informer, de partager des bons plans, des idées et ainsi donner conseils à ceux et celles qui les suivent. Et en troisième position, ceux qui sont entre les deux, c’est à dire, neutre, ils sont là, mais ils n’ont pas grand chose à partager et se contentent plus de suivre les autres, et de n’en mettre que très peu les concernant eux-mêmes.

Je pense que tous ces réseaux sociaux ont profondément modifié notre façon de vivre mais surtout de faire. Et je pense qu’une utilisation accrue de ces réseaux peut s’avérer potentiellement dangereuse. Avant l’avènement Internet et donc tout ce qui va avec, c’est-à-dire les réseaux sociaux, nos parents par exemple, dans leur jeunesse ne passait donc pas leur temps devant leur ordinateur ou tablette (qui n’existait pas à leur époque!) ou téléphone.

Non, ils allaient jouer dehors, jouaient à des jeux de société etc etc, avaient mille occupations différentes et tout aussi joyeuses. Aujourd’hui, un ado est pressé de rentrer de l’école pour s’enfermer dans sa chambre sur son ordinateur alors qu’avant il fallait presser un ado pour qu’il rentre chez lui tellement il s’amusait bien dehors ! Aujourd’hui, les jeunes ne restent plus tellement physiquement entre eux, mais rentrent de l’école directement et vont se parler via Facebook ou Messenger (la messagerie instantanée de Facebook).

IMG_6031

Quel besoin ont donc certaines personnes à vouloir toujours en montrer plus d’eux-mêmes ? Là encore, il convient de différencier plusieurs cas de figure, ceux qui chercheront à dire n’importe quoi, faire des blagues etc etc dans le but de se rendre intéressant et de créer un buzz et ceux qui ont une communauté, par exemple des blogueuses, qui elles vont chercher à partager des bons plans et des avis sur différents produits à cette communauté.

Il y a aussi ceux qui utilisent ce réseau juste pour délirer, qui n’y postent encore une fois pas grand chose, suivent leurs amis et ne vont même pas y voir chaque jour ce qui s’y passe. Il convient donc de différencier les différents partageurs et les différents publics.

Certains, auront peut-être besoin d’idéaliser leur quotidien et de partager le meilleur de leur vie car à côté ils s’ennuient ou éprouvent un besoin de reconnaissance, un besoin qui devient pour certains obsessionnels à aller jusqu’à chercher à idéaliser le quotidien et mettre en scène sa propre vie.

HNCK4085

Peut-on dire que les réseaux sociaux s’apparentent à de la télé-réalité ? Parlons ici de snapchat qui permet d’envoyer des vidéos mais également de YouTube que je n’ai pas encore mentionné mais qui a toute sa place dans cet article sur les réseaux sociaux. Je ne pense personnellement pas qu’on puisse dire que poster des vidéos sur le net puisse s’apparenter à de la télé-réalité, car l’objectif n’est pas tout à fait le même selon moi. Nous sommes tous d’accord pour dire qu’aujourd’hui, la télé réalité c’est plus de la télé que de la réalité comme à ses débuts il y a 15 ans. L’objectif aujourd’hui, d’une télé-réalité est de divertir en créant à tout prix un buzz et en utilisant pour cela les clashs entre les candidats, alors que le but d’une vidéo Youtube est quand même d’informer, de partager, les youtubeuses beauté ou booktubeuse ne cherchent pas forcément à être vues à tout prix, bien sûr, elles ne crachent pas dans la soupe si elles commencent à se faire une popularité mais je pense que leur but premier est de partager leur passion et non de divertir la populace.

HNCK2010

Alors, ceux qui utilisent à outrance ces réseaux sociaux passent-ils à côté de leur vie ? Il est vrai que lorsqu’on voit fleurir sur Instagram une belle photo d’un coucher de soleil ou d’un arc-en-ciel, on peut se dire que celui ou celle qui a pris la photo, n’a pas pris le temps de profiter du moment présent dans son objectif de vouloir le partager.

Celui qui « perd » le temps de partager est-il pour autant dépourvu de vie sociale ? Je pense que celui qui partage des clichés de vie n’est pas forcément quelqu’un qui a besoin d’un écran pour avoir une vie sociale puisqu’il faut par ailleurs bien avoir une vie sociale en amont pour avoir à partager des choses via ces réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux peuvent montrer une fragilité narcissique de certains individus qui auront toujours besoin de se faire plaindre ou de raconter les moindres détails de leur vie, par besoin de reconnaissance, par besoin de prouver qu’ils existent.

HNCK2481

Ne devrait-on pas déconnecter un peu ? Et vivre un peu plus le moment présent ? Il ne faut pas perdre de vue également que l’on choisit de montrer ce que l’on veut et qu’on peut effectivement embellir la réalité. Pour certains, s’ensuit une course contre la montre pour savoir lequel aura la vie la plus cool. Ainsi, une personne à qui la solitude convient pourtant très bien pourrait se sentir dévaloriser face à une autre qui sans arrêt publie ses sorties entre amis et tous les trucs cools qu’ils font. De plus, Instagram, c’est parfois un peu une guéguerre genre les photos culinaires, à qui aura la plus jolie, alors on met en scène nos propres repas pour pouvoir les prendre en photo. Je pense qu’une utilisation trop exacerbée de prendre des photos pour les publier, de faire des selfies, de faire des vidéos, nous font perdre beaucoup de temps, nous font perdre la notion de moment présent, de quiétude d’un moment, au lieu de profiter d’un coucher de soleil, le prendre en photo et attendre les likes qu’ils suscitera me semble bien triste en fait…

Pour conclure, je n’ai pas vraiment d’avis tranché sur la question, je suis sur tous ces réseaux et j’en ai une utilisation bien plus limitée qu’avant parce qu’avec le travail, le sport et mon blog, je n’en éprouve moins le besoin, sûrement parce-qu’effectivement ma vie est plus occupée. Je ne dis pas que ceux qui utilisent ces réseaux ont une vie terne, je parle en mon nom uniquement là. Je pense que déconnecter de temps en temps, prendre un bon bouquin, ou aller faire une balade dehors sans téléphone, sans gadget peut-être bénéfique sur le bonheur du moment présent bien plus que sur le fait de partager aux autres un de nos bons moments.

Qu’en penses-tu ?

humeurs hellocoton

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tagged , , , , , , , , , , , ,

45 thoughts on “Les réseaux sociaux font-ils vraiment passer à côté de sa propre vie ?

  1. Une fois ou deux j’ai fait des photos de style et puis… au fond je me trouvais ridicule ahah ! Même si c’est effectivement très esthétique, mais faire poser une assiette de crudités assemblées en coeur ou encore une tasse à café frôle le grotesque. Pourtant je l’ai déjà fait, de manière raisonnable. Mais dans ces moments là, je me suis interrogée sur les personnes qui font cela plusieurs fois par jour. Et leur vie cool m’a tout de suite parue hyper contraignante ahahah ! Je dirais que les réseaux sociaux nous empêchent de profiter à 100% du moment présent, mais permettent de garder une trace quasi indélébile des moments passés. Ca se compense, non ?

    PS : Je te nomine pour les Liebster Awards si ça t’intéresse et que tu n’y as pas encore participé

    1. Bonjour et merci pour ton petit comité. Pour le libérer award je l’ai déjà fait maintes fois et j’en ai déjà un de retard, je préfère m abstenir mais c’est gentil de me proposer ! Moi aussi j’ai déjà pris en photo mes plats mais genre à Noël peut être et le faire tous les jours je trouve comme toi que cela serait contraignant. Quand au fait que les réseaux permettent de garder une trace je suis tt à fait d’accord avec toi. Cet article est une réflexion et non un montage en flèche des réseaux que j’aime utiliser! Merci encore 🙂

  2. Bonjour,
    J’aime beaucoup votre article et il me parle. J’avais déjà traité de ce problème des réseaux mais en l’abordant sous l’angle de la perte de la notion de temps (le temps de la réflexion, de l’analyse et de la construction) et le basculement dans une nécessité d’immédiateté qui ne fait que créer une pression artificielle et du stress.
    Vous abordez ici des points différents et tout aussi importants ! Je m’empresse de partager votre article !

  3. C’est vrai que l’on peut arriver à être presque dépendant ! je suis partie faire des courses sans mon tel hier et je m’en suis rendue compte dans ma voiture. S’en est suivi un moment de doute « est ce que je remonte le chercher ou pas » ! finalement je me suis dit que je n’en avais pas forcément besoin !
    c’est quand fou d’en arriver là !! j’en suis bien consciente : c’est si pratique pour tout, les courses, les listes, suivre insta, facebook, ou tchatter !! c’est pas gagner de mon côté !!

  4. Intéressant de découvrir les portraits que tu dresses des différents utilisateurs des réseaux sociaux. Et je crois que tu n’as pas tort… Je finis par penser et me rendre compte que c’est tout un métier de sublimer l’instant présent, de prendre la bonne photo au bon moment, d’apposer le bon filtre si on veut en utiliser, le partager au moment adéquat. Pour ma part, je sais que je prends énormément de photos mais c’était déjà le cas avant que je ne commence à les partager. Et je mets un point d’honneur à ne pas me prendre la tête pour bien arranger les choses quand il s’agit de plat – je souhaite que mes publications soient spontanées, un reflet de la façon dont je partage les choses dans la vie.

    On peut très vite devenir dépendants, et apprécier qu’il y ait des retours sur ce qu’on publie. C’est comme un encouragement à continuer, et ça atténue un peu la solitude quand on en souffre. C’est là qu’on réalise que c’est un cercle vicieux : plus on est seul, plus on va vers les réseaux sociaux, mais moins on va vers les gens en vrai et donc plus on est seul… et ainsi de suite. Comme tu dis, il est bon de couper, de faire d’autres choses. Pour ma part, je me déconnecte plus facilement qu’il y a quelques mois et ça fait du bien. Cela permet de remettre les choses à leur place, et de bien profiter du moment présent, de bien être dans l’instant sans se soucier de rien d’autre que d’être là où nous sommes, avec les personnes qui sont avec nous ou seule avec un bon livre et une belle histoire à découvrir 🙂

    1. cette idée de cercle vicieux est tt à fait intéressante et je pense que c’est effectivement ce qui se passe et réflète la réalité pr certains :s ! merci ma Juju !! 🙂

  5. Je te rejoins, chacun à une utilisation propre des réseaux sociaux. Pour Instagram ton exemple des arcs en ciel m’a fait sourire car j’en ai déjà instagramé mais après m’être émerveillée.
    Pour snapchat je ne suis pas une adepte, mais j’ai une amie qui est complètement accro, donc oui elle passe à côté, constamment à tout partager on ne peut même pas avoir une discussion c’est fatigant. Certaines personnes sont tellement accro qu’on ne peut plus passer 5 minutes avec elle sans qu’elles soient déconnectés de la conversation pour être sur Facebook ou autre.

  6. J’ai lu cet article aussi
    Et le tien est très complet !
    J’avais aussi ecrit sur le sujet, à croire que cela nous intrigue quand même
    On passe du temps sur les réseaux mais on oublie le VRAI, l’important !
    Je pense que c’est hypocrite de dire qu’on parvient à vivre les vrais moments, car moi tous les vrais moments que je vis avec mes potes, tot ou tard dans la soirée on sort notre téléphone pour consulter un peu les réseaux
    Donc seuls ceux qui détestent ça y parviennent, pour les autres, notre génération principalement, je pense que c’est plus dur qu’ils ne le prétendent (et j’en fais parti héhé)
    Mais il y a des fois ou je suis fière d’en avoir rien a faire d’avoir oublié mon chargeur !
    Et toute cette semaine j’repartais du travail avec 0 batterie mais c’était même pas pesant! 🙂
    http://mademoisellevi.com/

  7. Je suis globalement d’accord avec toi.
    Pour moi les réseaux sociaux c’est top à condition d’en faire bonne utilisation.
    Je trouve ça dommage que les ados, voire les enfants, y passent leur après-midi. j’ai eu un débat là dessus avec mes parents il n’y a pas longtemps d’ailleurs.
    Par contre, cala a également son avantage pour partager des bons plans… Comme tu le dis. Je suis également sur tous les réseaux (de façon différentes). Etant professeur de danse (en plus d’être blogueuse à mes heures perdue), ça permet aussi de faire découvrir mon travail. Je pense que tout est une question de dosage.

    Des bisous

  8. Très sympa ton article , c’est une façon très élégante d’exposer les choses, avec moins de maladresse que moi ^^ je m’étais déjà posé la question aussi sur l’utilisation de instagram et cette recherche constante du « beau » dans les photos et plus de l’instantané. Après concernant Instagram, j’avoue y avoir un peu cédé, on va pas se mentir, c’est un petite fierté d’avoir réussi à avoir un galerie qui me convient 🙂
    Pour ce qui est des autres réseaux sociaux, je pense que je fais partie de ceux qui les vois d’un point de vue spectateur, j’aime bien m’en servir, mais sans vraiment m’y investir, et je pense que si je n’avais pas mon blog, ça serait encore moins le cas ^^

    En tout cas j’ai bien aimé lire cet article 🙂
    Bonne continuation à toi!
    Céline

    1. Merci bcp Céline. J’espère que les choses se sont tasses de ton côté. Je suis contente que tu aies compris ta maladresse et que tu aies fait ton deuxième article précédent t’expliquer. C’est une grande forme de maturite’
      Prends du recul avec les commentaires blessants qui n’apportent rien au débat.
      C’est vrai que c in plaisir de regarder de belles photos sur Instagram
      Gros bisous à toi et merci !

  9. Sur le parallèle avec la télé-réalité il me semble que tu passes à côté de ce qu’est la télé-réalité. Tu fais la comparaison sur le but et en cela tu as raison, le but est différent, mais tu ne prend pas en compte ce que c’est. La télé-réalité (et c’est ce que j’ai laissé comme commentaire sur l’article dont tu parles et la blogueuse m’a dit que j’avais parfaitement compris ce qu’elle voulait exprimer) c’est filmer des gens dans une reconstitution de la « vraie vie », de la réalité, une mise en scène, des script, ça remet en scène la « vraie vie » mais rien n’est réel. Que font les personnes qui partagent leur vie sur les réseaux sociaux (vidéos que je ne regarde pas, que je connais mal, je me fie donc à l’article que tu cites sur le contenu partagé) ? Elles filment leur voyage, instagram leurs séances shopping, et plus globalement des éléments de leur vie. Mais ces éléments sont remis en scène, on montre du beau, du rêve, on cherche à faire augmenter les vues pour avoir plus de chance d’avoir de gros partenariats (ça s’appelle de la communication) et pour faire rêver, etc. Donc en ça c’est la même chose : une mise en scène de la réalité que l’on présente comme la réalité vraie alors qu’à partir du moment où il y a sélection des plans, des instants, des prises de vues, des moments, on n’est plus dans la réalité. La comparaison n’est donc pas à faire sur le but de la télé-réalité versus le but des blogueuses qui partagent leur vie mais bien sur ce que c’est à la base 🙂

    1. Pour moi c’est un peu plus compliqué que ça, les snapchat de blogueuses n’ont pas vocation à se retrouver à la télé nn plus. Je trouve cela au contraire bien de faire la comparaison sur le but quand on se demande le but des réseaux sociaux, et si ce but est néfaste ou non. Je suis des personnalités de télé-réalité sur snapchat et ce qu’elles y publient n’est pas soumis au même code de ce qu’elles font dans leur émission de télé-réalité bien plus biaisé à mon sens. 🙂

      1. Oui, le fait que le but ne soit pas le même est important et est à prendre en ligne de compte, évidemment (quoi que en poussant un peu on peut considérer qu’à la TV c’est pour faire de l’audience et sur les blogs faire plaisir aux lecteurs et en attirer d’autres et donc faire de l’audience) (je suis une mauvaise langue, je sais xD). Evidemment, ce ne sont pas les mêmes codes et ce n’est pas non plus le même public, la même tranche d’âge et la même chose recherchée. Mais sur la base je persiste à dire que c’est la mise en scène d’une « vraie vie » qui du coup n’a plus rien de réel et que donc en ça, ça se rapproche de la TV-réalité.

        1. Bin perso je ne suis pas bcp de personnes sur snapchat et j’ai jamais eu limpression d’y voir vraiment de mise en scène. Je vois plus de mise en scène sur Instagram mais sur snapchat j’y vois des fractions de vie. Alors que dans la tv réalité je vois que tout est mis en scène. Mais je comprends que ça s’y apparente tt de même !

      2. Je vais avoir du mal à prendre un exemple précis vu que je n’ai même pas de snapchat x) Alors je vais faire une généralité. Disons que, à partir du moment où tu choisis ce que tu veux montrer il y a mise en scène, en quelque sorte. Par exemple Nuit Debout. Un gars filmait sur Périscope et disait que comme ça c’était directement l’image et que c’était objectif, en opposition aux journalistes qui traitent l’image. Mais, s’il se retrouve confronté à sa droite à des gens qui discutent et votent calmement et à sa gauche à des gens qui se tapent dessus, en fonction de ce qu’il va montrer ce qu’il dira ne sera pas la même chose ; d’un côté c’est un rendu positif de Nuit Debout et de l’autre un rendu négatif. C’est un peu pareil avec les réseaux sociaux en ce sens où, sur Snapchat, ta fraction de vie, tu peux aussi la mettre en scène. Par exemple tu vas filmer ton chat en train de faire un truc trop mignon, voire le mettre en condition pour qu’il fasse un truc mignon (par exemple si tu sais qu’en lui touchant les moustaches il va faire un truc mignon, tu vas lui toucher les moustaches), et pas filmer son vomi sur le tapis. C’est peut-être pas le meilleur exemple que je puisse donner, en même temps x)

        1. Mais en fait on ne peut pas parler d’une généralité lorsqu’on ne suit que peu voir personne sur snapchat. Comme une vidéo de manifestations ou dix minutes de stories dans une journée ne reflète en rien la vie d’une personne. Dans ce cas on se met en scène des qu’on est avec des potes mêmes sans réseau social car le truc du chat tu peux le faire devant tes potes sans le filmer pour autant.

    2. Je vois ce que tu veux dire. Et oui, quand tu es avec tes amis tu choisis ce que tu veux dire ou pas. Mais disons que, avec les réseaux sociaux, il y a en plus le côté disons… valorisation. Avec tes amis tu peux ne pas avoir peur de raconter un truc honteux qui t’es arrivé, ou de montrer tes défauts, alors que les réseaux sociaux, où beaucoup de personnes et je dirais même le but sous-jacent (en quelques sortes et avec beaucoup de précautions) c’est de faire des vues, des clics (surtout pour des blogueuses connues qui doivent pouvoir utiliser leurs statistiques pour décrocher ou négocier des partenariats pour celles qui en ont mais aussi fidéliser un lectorat – je pense à une personne ayant commenté l’article que tu cites et qui disait qu’elle était contente de voir ses blogueuses préférées à Disneyland parce qu’elle ne pouvait pas y aller, je trouve que ça fait quand même très « vivre à travers l’autre » et que c’est assez symptomatique (et différent de quand tu racontes ta visite de Disneyland à tes amis)) et donc pour faire ces vues et clics il faut se valoriser, se montrer sous son meilleur jour. Evidemment tout le monde ne rentre pas dans le jeu, mais en fonction des enjeux pour lesquels on joue (partenariats par exemple) on peut y entrer plus ou moins profondément.

      1. bah c’est vrai que je ne suis aucune blogueuse mode beauté etc etc et avec partenariats car je ne suis principalement que des blogueuses humeurs, donc le côté valorisation, je ne le vois pas de mon côté, car les blogueuses que je suis n’ont pas vocation principal à faire le buzz, mais je vois ce que tu veux dire, c’est cette utilisation qui pr moi s’averera à un moment donné nefaste car le jour ou tu feras un faux pas, ta « e-réputation » pourra se briser, c’est dangereux en ce sens ! je pense que nous nous rejoignons sur cet avis ! 🙂

        1. Tiens justement je viens de commencer une série intéressante. Unreal. C’est une série sur les dessous d’une émission de télé réalité tel le bachelor. Et qui me permet à nouveau de faire un distinguo entre télé réalité et snapchat dans le sens où on voit bien que tout est orchestré par la production et qu’à la télé est retranscrit une réalité qui n’était pas la même quand la chose était vécue en direct. Sur snapchat, il n’y a que soit même qui fait transmettre sa propre réalité. Ce n est pas une tierce personne qui transmet une autre réalité.

  10. Ton article me parle également. Oui je pense qu’on peut passer à côté de sa vie à cause des réseaux sociaux. Je ne comprends pas les gens qui vivent leur vie à travers ces choses. Certes, j’aime bien aussi les réseaux sociaux mais je sais me limiter, profiter également de l’instant même sans avoir besoin de me prendre en photo à tout prix pendant que je fais quelque chose et le partager à tout le monde sur le Net. Cette mise en scène de sa propre existence devient délirante. On n’est pas des stars mais la vie privée reste essentielle et on est en train de perdre ce privilège en plus.

      1. Oui en plus ! Le truc des stars, c’est qu’elles se croient intouchables. Elles ne se rendent pas toujours qu’il y a de véritables malades. Je pense notamment aux cas de photos / vidéos de nudité / parties olé olé volées – même si ce n’était pas sur un réseau social mais ça reste quand même en connexion avec le web.

  11. Super article! Je suis vraiment d’accord avec toi! tout dépend de notre utilisation, pour ma part snapchat c’est pas souvent, c’est rare de voir ma story remplie, Instagram c’est tous les 36 du mio,s mais je l’utilise plus pour trouver l’inspiration coté makeup ou réver un peu avec des photos de voyages, quant à facebook je l’ai gardé pour les proches et le blog mais si ça ne tient qu’à moi je le supprime.

    Disons que les réseaux sociaux nous font rater pas mal de choses quand même, mais ça permet aussi de tisser certains liens 🙂 bien qu’ils ne faut surtout pas favoriser le virtuel au réel 😉

    bisous <3

  12. Je suis bien d’accord avec cet article, et je travaille avec des ados : le gouffre qui sépare ma jeunesse de la leur est énorme. Ils sont tt le temps sur leur Smartphone, je ne suis pas sûre que ca soit une bonne chose pour leur développement. C’est une socialisation factice

  13. Je ne pense pas que l’on passe à côté de sa vie en étant sur les réseaux sociaux car poster une photo ne prends pas 3 heures. En revanche, j’ai été copine avec des gens qui adoraient prendre des photos pour les poster sur snapchat ou fb, et les photos sont parfois plus fun que la réalité. Il est tellement facile de dire « trop bonne soirée avec mes pôtes » alors que la soirée est franchement moyenne ^^

  14. Ping : Les réseaux sociaux sont-ils dangereux ?
  15. C’est un article plein de lucidité et tu portes un regard bienveillant sur les trois types d’utilisateurs…. Tes observations sont philosophes et pertinentes.
    Aillant rédigé moi-même un article sur les réseaux sociaux, j’ai été un peu plus sévère sur leur utilisation générale….! 😉

    J’adore te lire.
    A bientôt,
    Vixen

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.