Toujours des questions sans réponses pour finir par devoir t’oublier

c’était il y a une semaine…

T’oublier ? C’est trop frais encore… C’était il y a une semaine déjà. Et c’est tellement loin à la fois. Quelques mots échangés. Je n’ai pas vu ton désintérêt dans ces mots, pourquoi me répondre, pourquoi me poser des questions pour au final ne plus finir par donner suite à ces échanges ? T’oublier ? Ça prendra du temps… ou quelqu’un d’autre…

Je suis passée par la colère, la résiliation, la positive attitude en ces sept jours. Aujourd’hui, je suis tout ça à la fois. En colère non pas contre toi, mais contre moi. Aurais-je encore une fois fait preuve d’excessivité ? Tes non-réponses n’auraient pas du me faire partir. Tu aurais pu me répondre plus tard, peut-être étais-tu réellement occupé ?

Ces questions, ces doutes que des mots n’ont pas permis de dissiper. Tu ne m’as pas dit clairement, « Tu ne m’intéresses pas ». C’est tout simplement ce que j’en ai déduis lorsque 48 heures plus tard, tu n’avais pas répondu à un message de relance.

fuir, t’éviter puis te chercher

Je ne t’ai pas recroisé depuis. Toi non, ta voiture par contre… Quasiment chaque jour, lorsque je passe devant chez toi… Et j’y passe souvent, parfois parce-que c’est ma route, et parfois parce-que je fais un détour, même si je sais que ce n’est pas une bonne idée…

Pourquoi m’acharner alors que de toute façon, nous n’avons plus de moyens de nous parler. Même à la salle de sport, on ne se croise plus. Peut-être qu’au final, tu cherches à m’éviter et que tu as repéré les horaires où j’y vais. Mais bon même avant, je n’ai du t’y croiser que deux voir trois fois tout au plus.

Peut-être même que tu ne vois même pas qui je suis au final… Que tu n’as pas fait le rapprochement. Qu’on s’est trouvé l’un en face de l’autre par hasard, que tu ne m’avais pas remarqué à ce moment là, mais uniquement sur l’application… en photo…

une semaine s’est passée…

Une semaine s’est passée. Je t’oublierais. Car je vous oublie toujours. Je « tombe amoureuse » avant de vous connaître. Parfois ça reste platonique, jusqu’à ce que je tombe amoureuse d’un autre. Ou parfois, j’ose franchir le pas et ça ne le fait pas. Pourquoi ? Que fais-je mal ?

Que de questions au final… Suis-je à ce point là inintéressante ? Qu’est ce que je dis ou fait qui ne va pas ? Pourquoi ceux qui me plaisent ne sont pas attirés par moi et pourquoi moi je plais à ceux qui ne me plaisent pas ? Cupidon serait-il aveugle ?

Il y a quelques mois quand tu m’as lancé ce charme sur ce site de rencontres et que je t’ai vu en face de moi, j’ai eu peur. Je n’étais pas prête. Je n’avais pas envie d’avoir à te rencontrer si rapidement. Alors j’ai fuit…

Puis le destin m’a rappelé à toi… M’arrêter sur cette voiture sans raison et puis te reconnaître, j’y ai vu un signe… Peut-être que ? Et à force de peut-être que, je ne pouvais plus m’arrêter de penser à toi.

j’ai eu envie de prendre des risques pour toi mais…

Je t’ai écrit après avoir réfléchi. Après avoir l’envie de prendre des risques et prendre le contrôle de la discussion était important pour moi. Je me disais qu’en ce sens, j’oserais enfin prendre le risque de dire oui à une rencontre… Avec toi…

Malheureusement, ça n’a pas été jusque là. A chaque fois que je me sens prête avec un garçon, ça ne se passe visiblement pas ou pas bien en tout cas. Il y a encore un truc qui cloche, un truc qui ne va pas, qui manque. Le manque de confiance en moi ? Certainement mais pas seulement. Il n’a pas eu le temps de le sentir en si peu de messages…

Alors oui, une semaine après, je me demande encore pourquoi, ce que j’ai pu dire, ce qui a cloché… Pourquoi tu m’as répondu au début pour ne plus donner ensuite après ? Une autre fille ? Je crois qu’en fait je préfèrerais presque que ce soit ça… Au moins, le problème ne viendrait pas de moi…

sais-tu qui je suis ?

Je ne sais pas si tu sais qui je suis… Moi je me souviens de tout ce que tu m’as dit sans pouvoir les relire… Je connais beaucoup de choses de toi sans te connaître. Par tes dires et par les recherches qui ont pu m’apporter des réponses sur le net… Google est un grand centre d’informations…

Je ne sais pas comment je réagirais si je te voyais à la salle de sport à nouveau… Et puis, je ne sais pas si toi tu feras le rapprochement entre celle qui t’a parlé lundi dernier et celle que tu aurais alors en face de toi… Je sais juste que je dois t’oublier en ne sachant encore pas ce qui a cloché.

Je sais juste que je n’ai plus envie de te croiser mais que je te cherche pourtant… Jusqu’à ce que mes yeux rencontrent une autre target, je ne t’oublierais pas… On oublie quelqu’un uniquement quand il y a quelqu’un d’autre…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un mec qui ne répond plus n’est pas intéressé…

le mec de la salle de sport

Je vous ai parlé du mec de la salle de sport. J’avais enfin pris mon courage à deux mains et suivi vos conseils pour lui envoyer un message. C’était avant-hier. Il m’a répondu genre une heure après. Et on a un peu discuté tout au long de l’après-midi. Il était parfois long à répondre car il était au boulot en même temps. Mais depuis, le mec ne répond plus et je ne sais pas pourquoi.

J’avais l’impression que le feeling passait bien, et pour avoir montré mes conversations à des copines, ça avait l’air effectivement de bien se passer. Je lui posais des questions auxquelles il avait l’air d’être ravi de répondre et il m’en posait à son tour également ce qui laissait sous-entendre que ma personne pouvait éventuellement l’intéresser…

Et puis il a fini par ne plus répondre. Je n’ai pourtant rien dit de bizarre. Il avait pourtant lu mon message mais bon. Je me suis dit qu’il devait être occupé. Mais le voyant en ligne toute la soirée et quasiment toute la journée du lendemain, je me suis dit que si je lui plaisais un minimum, il trouverait un petit temps pour au moins dire qu’il était vraiment débordé par exemple, si tel était le cas…

quand tu ne comprends pas pourquoi ils ne répondent plus…

Donc hier, je me suis dit, je le relance une dernière fois et si là, je n’ai pas de réponses, je laisse tomber. J’ai donc envoyé un simple « Salut! Tu as passé une bonne journée ?! ». Bon en ligne toute la soirée mais il n’a jamais lu le message. A part ce matin… Mais il n’y a jamais répondu alors que je l’ai vu en ligne plusieurs fois dans la journée… Donc bon… Vexée, énervée, et ne trouvant de toute façon pas chaussures à mon pied sur ce site de merde, je le vire de mon panier et je désactive mon compte…

Maintenant, je n’ai pas envie de le recroiser. Mais on habite à 300 mètres. On va à la même salle de sport. Je ne sais pas s’il me reconnaitra. Il faut dire que je n’avais mis qu’une photo avec mes lunettes sur le site, le reste sans, et ça change quand même vachement. Je ne sais pas s’il y a quelques mois quand il m’avait envoyé le charme alors que j’étais sur le vélo d’en face, c’était fait exprès…

tant pis pour lui… mais aussi pour moi…

Si oui, je comprends vraiment pas sa réaction. Alors oui, vous me direz de relativiser, que c’est tant pis pour lui, qu’après tout je ne le connaissais même pas, mais pour moi, je vois juste un autre échec. Et j’en ai marre d’avoir la fâcheuse impression de ne pas plaire aux mecs qui me plaisent et de plaire à des mecs qui ne me plaisent pas.

Ça m’apprendra aussi à attendre trop longtemps pour agir. D’avoir le temps de faire des plans sur la comète, d’idéaliser le mec et de tomber de haut ensuite. Je répète inlassablement les mêmes erreurs… Alors oui, je vais oublier, je le fais toujours. Mais il faudra encore plus ou moins du temps et quelques larmes…

Rendez-vous sur Hellocoton !

A l’aube de mes trente ans…

Une vie bien trop calme

L’écriture de mon dernier article n’a pas été chose aisée. J’en avais déjà parlé un un peu sur le blog mais pas façon si ouverte dans un article entier. J’ai d’abord voulu mettre cet article sous mot de passe et ne l’envoyer qu’à celles qui me le demanderait. Et puis, je me suis dit, pourquoi ? Et si cet article pouvait m’aider à y voir plus clair ?

Je ne pense pas que ça m’ait aidée. Pourtant vos commentaires m’ont beaucoup touchés par leur bienveillance et leur non-jugement surtout. C’était très important pour moi. J’ai appris à faire le tri dans les commentaires et à prendre du recul donc je savais que j’aurais pu gérer quasi n’importe quoi.

Mais, je me suis rendu compte en vous lisant que la situation me pesait encore bien plus que je ne le pensais. C’est bien simple, je ne supporte plus ma vie et ce peu d’action. Pas uniquement dans ce domaine là d’ailleurs mais dans tous les domaines de ma vie. C’est le calme plat, je veux une tempête. Que ça bouge…

Ma vie est routinière. Je me lève, je vais au boulot, parfois au sport, seuls moments où je me sens vivante d’ailleurs. Puis je lis, j’écris ici ou ailleurs. Pus ici qu’ailleurs. Ce projet de roman est resté en suspens. Comme à peu près tout ce que j’aurais aimé entreprendre.

ces choses que j’aime…

La photographie est un talent que j’ai eu longtemps envie de développer, il fut un temps ou j’étais même plutôt douée ou en phase de l’être. Et puis quand il est parti, cette envie est partie avec lui. Tenir un appareil photo est devenu assez compliqué depuis… Et puis la peur toujours et encore. Je ne suis pas une aventurière dans l’âme qui pourrait partir seule en vadrouille photographique, j’aurais bien trop peur de me perdre…

Il y a aussi le chant. J’ai toujours aimé chanter depuis toute petite. Mais étant donné que je ne chante que dans ma chambre, je ne sais pas si je suis douée. A part sur quelques vidéos Youtube, personne ne m’a jamais entendue chanter en vrai longtemps voulu prendre des cours puis je n’ai jamais osé franchir ce pas. Peur de ne pas être douée, et qu’on ne me dise que je ne soit pas du tout faite pour ça.

L’écriture. Elle aussi elle me poursuit depuis toute petite. Déjà en primaire j’écrivais des nouvelles. Je suis triste de les avoir jetées plus tard. J’aurais aimé me relire. Je me rappelle que c’était sûrement très cucul la praline mais au moins j’écrivais… Adolescente, j’ai écrit des paroles de chanson… Peut-être les chanterais-je un jour ?

Et puis, le sport. Une révélation depuis plus de 3 ans moi qui n’était pas sportive pour un sou et la dernière à être choisie dans les équipes à l’école. Aujourd’hui j’ai appris à nager alors que il y a deux ans j’étais encore aquaphobe et je fais du sport en salle environ deux ou trois fois par semaine. C’est ma soupape. Mon bol d’air frais. J’ai tellement besoin de ça pour aller bien…

trop seule…

Malgré toutes ces choses, ma vie est plate. En réalité, je n’ai que très peu d’ami(e)s. Ou alors ceux qui vivent loin et rencontré sur Internet, pour la plupart vu au moins une fois et sinon pas encore eu l’occasion. Mais du coup, quand je ne suis pas au boulot, quand je ne suis pas au sport. Je m’ennuie. Même si je passe mon temps à lire, à écrire ou à regarder des séries.

Je crois que j’aimerais passer du temps avec des gens. Faire des rencontre amicales qui seraient près de chez moi. Faire des sorties, d’amuser. Tout ce que je n’ai jamais fait dans mon adolescence et qui me manquent malgré que j’ai toujours donné l’impression que non.

Je me sens dans une impasse. Me voilà à un tournant de ma vie. Je ne sais pas si ce sont les trente ans qui approchent mais j’ai envie de tout changer. De me sentir vivante. De faire un tatouage, qui expliquerait ma détermination parfois… Le courage que j’ai eu de perdre 25 kilos, d’affronter ma peur de l’eau. Ce courage que j’ai eu mais qui me manque dans ma vie amoureuse, dans ma vie amicale, dans ma vie professionnelle.

oser la confiance en soi

J’aimerais que ce courage me donne confiance en moi dans tous les pans de ma vie. Oser faire des rencontres, me casser la gueule aussi parfois, tomber mais toujours se relever. Ne plus avoir peur de rien, jamais. Faire ce dont j’ai envie. Chanter, écrire, rencontrer, sortir, m’amuser. Faire du sport, apprendre les bases de la nutrition. Terminer le roman commencé. L’envoyer à des maisons d’édition. Participer à des concours d’écriture.

Me trouver jolie. Ne plus avoir peur de rencontrer un mec après lui avoir parlé sur un site de rencontres. Ne plus avoir peur qu’il ne me trouve moins joli qu’en photo. Avoir suffisamment confiance en moi et en mon charisme pour qu’il me trouve charmante. Ne plus être jalouse, possessive et excessive. Ne plus attendre trop de lui. Me suffire à moi-même. Vivre… Être en paix avec moi-même…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le mec de la salle de sport…

une première approche trop vite ecartée

Je ne suis pas sûre que tu saches qui je suis. En fait, je ne sais pas si tu avais fait exprès de m’envoyer ce charme devant moi en me reconnaissant, ou si c’est un pur hasard. Toujours est-il que depuis que je t’ai vu ce jour là à la salle de sport, et reconnu en levant mes yeux après avoir cliqué sur non, j’ai regretté. Regretté de ne pas avoir accepté. Car oui, je te trouvais déjà mignon sur ta photo mais en vrai, tu es une frappe atomique ! Et puis, tu m’as l’air bien sympa pour ne rien gâcher.

Et puis, je t’ai oublié. On ne se croisait pas assez souvent à la salle de sport. Nous n’avions sûrement pas les mêmes horaires pour y aller. Et un jour, au détour d’une promenade, mes yeux s’arrêtent sur un taxi garé sur une place. Là, je ne sais pas pourquoi je m’arrête pour regarder la photo du chauffeur sur le pare-brise. Puis, je te reconnais. Alors, je souris mais je ne pense même pas à regarder ton nom.

les investigations pour te retrouver

Du coup, je me reconnecte sur mon compte Adopte pour te chercher… Je te retrouve mais ça fait plusieurs mois que tu ne t’es pas connecté. Tout ce que je sais de toi, c’est ton surnom et ton métier. Et puis, il y a ce mec avec qui tu traînes à la salle de sport. Il me dit quelque chose, c’est sûr, on a été dans la même classe au collège ou au lycée. Après quelques recherches dans ma mémoire, je retrouve son nom. Je le trouve sur Facebook et consulte ses amis…

C’est comme ça que je t’ai trouvé. A présent, je connais ton métier, ton prénom et ton nom… Je te croise un jour en allant à la piscine, tu ressors de la boucherie et je m’arrête pour te laisser traverser la rue. Tu ne me remarques pas, en même temps, personne ne regarde vraiment la personne qui conduit quand on te laisse passer à un passage piéton. Tu ne me vois pas sourire comme une dingue dans la voiture, contente de t’avoir vu…

Mais, tu ne te connectais plus sur Adopte, alors je me suis dit que peut-être, tu avais trouvé ta moitié. Mais l’autre jour, en me reconnectant, et en te cherchant en mode « Ninja », le mode ou tu peux cacher ta visite quand tu checkes sur un profil, je t’ai vu en ligne… Avais-tu reçu un mail comme quoi, tu avais eu ma visite, la fois où je te cherchais pour connaître ton pseudo ?… M’as tu reconnu ? Suis-je pour toi, la fille de la salle de sport ?

l’envie d’être pour toi ce que tu es pour moi

Toujours est-il que chaque jour, je vérifie si tu as visité ma page, depuis deux jours. Et non, à moins que comme moi, tu ne l’ai fait en Ninja. Je rêve secrètement que tu me renvoies un charme, que je ne manquerai pas d’accepter cette fois… Car même si j’ai peur de la rencontre, peur du moment où tu te rendrais compte que je suis sans doute plus jolie en photo qu’en vrai (même si j’ai rajouté sur le site une photo récente où je porte mes lunettes), que je ne sois pas à la hauteur de tes espérances et que ma véritable timidité me bloque, j’ai envie de tenter.

Pour toi, j’ai envie d’essayer du moins. Essayer de dépasser ces peurs… Ça fait plusieurs jours où je m’endors en pensant à toi et où je me lève en pensant à toi. Cela faisait tellement longtemps que ça ne m’était plus arrivé… Je ne me souvenais même plus ce que ça faisait. Sourire pour un rien… Penser à la personne… Faire des détours pour passer devant chez toi et essayer de te croiser…

Je ne sais pas si tu sais qui je suis. Si je suis pour toi la fille de la salle de sport. Et si tu te souviens même m’avoir envoyé ce charme… En attendant, j’ai même testé la compatibilité de nos prénoms, même si je sais que c’est débile. Mais je deviens débile, quand je suis piquée… Et toi, tu me fais un truc… Je ne dirais pas que je suis amoureuse de toi, je ne te connais même pas. Mais je suis grave charmée… Alors pourquoi je n’avais pas accepté ton charme ? Je ne voulais pas avoir à refuser de te rencontrer… J’ai eu peur qu’avec toi, l’envie soit plus forte que la peur…

toujours la peur et ces questionnements sans fin…

Mais même si l’envie est forte, la peur sera toujours là. Car, je peux décevoir tous les autres mecs sur ce site en refusant la rencontre même quand le feeling passe bien à discuter. Avec toi, je ne voulais pas faire ça… Est-ce que ça aurait fonctionné ? T’aurais-je rencontré ? Nous nous serions nous rendu compte que nous allions à la même salle de sport ? Aurions-nous commencé à discuter là-bas ? Serions-nous sorti ensemble ?

Un tas de questions qui me taraudent… Ce n’est peut-être pas trop tard, je me dis qu’en allant plusieurs fois sur ton profil, tu revisiteras peut-être le mien, et me renverra peut-être un charme… Je t’assure que je ne manquerai pas d’accepter cette fois… Je ne sais pas si je serais prête à te dire oui pour te rencontrer, mais j’ai envie de discuter avec toi dans un premier temps… Histoire de voir si intellectuellement tu me plais autant que physiquement… Je vais à la salle dans l’après-midi, si je te croise, c’est un signe non ?!

Rendez-vous sur Hellocoton !

A cœur ouvert : cette fille trop peureuse que je ne veux plus être . . .

Je vous en ai parlé ici. Ça fait trois ans et demi que je suis célibataire. Quand Florent est parti, j’ai cru mourir. J’ai voulu mourir, j’ai voulu en finir. Je pensais que je ne serais plus heureuse dans ma vie, jamais… Une amie m’avait beaucoup aidée à l’époque. Aidée à me faire prendre conscience que si je pouvais vivre et être heureuse à nouveau et que ma vie ne tournait pas uniquement autour de ce garçon. Alors il a fallu du temps et puis j’ai fini par le comprendre. J’ai fini par comprendre qu’il n’était pas le bon tout simplement.

Après cette relation tumultueuse, j’ai eu besoin de temps. J’ai rencontré quelques garçons mais rien de concret, je ne voulais même pas d’une histoire avec eux, je voulais juste voir ce qui se passerait comme ça sans trop me prendre la tête. Ça ne l’a fait avec aucun de ces garçons. De toute façon, je ne recherchais pas vraiment d’histoire. Je voulais juste passer le temps… J’avais pris conscience qu’il fallait que je m’épanouisse seule avant de m’épanouir à deux. Le sport et ma perte de poids m’ont aidée à m’épanouir. Je me sentais plus libre, plus en confiance.

Ce garçon, je l’ai rencontré sur Adopte un mec. Un charme auquel je dis oui sans conviction, sûrement parce-que la lecture du profil me plaît mais comme avec tous les autres, juste pour passer le temps. C’était il y a 3 ans. 3 ans qu’il m’a parlé pour la première fois et il me parlait toujours… Malgré ces 3 années de refus de le voir… Pour être honnête, je refuse les rencontres bien plus que je n’accepte des charmes et déjà que je n’en accepte pas beaucoup…

J’ai encore peur, je n’ai pas confiance en moi alors il est très difficile dans ces conditions de faire confiance en quelqu’un d’autre. Alors à quoi bon rencontrer des mecs alors que je sais très bien que je ne serais pas prête à vivre une belle histoire. C’est ce que je me suis dit pendant trois ans. Et puis, même si j’aimais discuter avec lui, je n’avais pas plus d’attirance que ça au départ. Et puis, je ne sais pas ce qu’il s’est passé cet été…

Une prise de conscience, une envie de prendre des risques. La vie est trop courte pour nourrir des regrets. Alors, j’ai envisagé de le rencontrer et je lui ai dit mais j’avais encore besoin de temps. J’avais surtout besoin que la demande vienne de moi, j’avais besoin de contrôler ça. Et comme à son habitude, il s’est montré très patient et il a attendu… Mais chaque jour, depuis que j’ai décidé de le voir au début de l’été, on a discuté, et chaque jour, je m’attachais un peu plus à lui…

Et puis, voyant mon attachement augmenter et n’y tenant plus, je lui ai enfin proposé de se rencontrer. On devrait se voir initialement ce dimanche… Et puis, on s’est vu vendredi soir. Il devait rejoindre des potes pour 20h30 et proposait qu’on se voit avant. J’ai accepté. On s’est donc vu. Il devait être 18h30 lorsqu’on s’est rejoint sur une plage. On a marché et puis on s’est posé sur des galets dans un coin tranquille et éloigné de la foule.

cople

C’était assez timide, on l’est tous les deux… On a un peu discuté, puis on s’est surtout beaucoup taquiné lorsqu’il m’a demandé si j’étais chatouilleuse ! Jeux de mains, jeux de vilains, il a fini par m’embrasser ! Un premier baiser assez timide, et limite je ne savais même plus comment faire ! Puis on s’est pris dans les bras… Il m’a ensuite raccompagné à ma voiture en voiture car on était garé à l’opposé et après encore s’être embrassés, on s’est quittés. Je suis rentrée chez moi et il est parti rejoindre ses potes en me disant qu’il m’enverrait des SMS.

J’étais contente car il le faisait. J’étais contente et j’avais en même temps un sentiment de malaise après cette première rencontre. Je ne savais pas vraiment m’expliquer ce malaise. Peut-être le fait qu’il joue avec son téléphone même si ça n’a duré que quelques minutes. Il voulait me revoir le lendemain, soit hier, et moi aussi mais il m’a proposé de se voir chez lui et je n’étais pas prête. J’ai besoin de le connaitre davantage avant d’envisager d’aller chez lui même si c’est une proposition tout à fait innocente.

De plus, ma belle-sœur devait passer dans l’après-midi et je devais lui montrer une vidéo alors je lui ai dit qu’on pourrait se voir après. Elle devait être partie pour 16h donc ça nous laissait du temps en fin d’après-midi. Mais, il ne répondait plus à mes messages et quand je lui ai proposé de se retrouver au ciné pour 16h30 il était distant… Puis il m’a quand même dit oui, mais quelques minutes plus tard, il m’a dit qu’il avait mal au crane et qu’il ne serait pas prêt mais qu’on pouvait se retrouver vers 18h30 pour la séance de 19h30. Au final, je me suis énervée en lui disant que s’il voulait pas me voir, qu’il le dise. Du coup, il m’a dit qu’il partait de chez lui et que si il voulait qu’on se voit mais qu’il avait vraiment mal à la tête.

portrait-119851_960_720

Au final, on s’est bien retrouvés, on a décidé d’aller au ciné voir ce qu’il y avait mais on arrivait pas à se mettre d’accord sur un film qui nous plairait à tous les deux alors on est allé boire un verre. Au bar, on était encore assez timide et du coup à un moment quand la serveuse est venue prendre notre commande, il a envoyé un message à un pote pour dire qu’elle allait bien (en parlant de la serveuse) et en me disant que son pote avait craquer sur elle. Bref, ça m’a un peu saoulée sur le coup.

Ensuite, on est allé faire un tour dans un petit coin tranquille et je voulais lui parler mais je n’arrivais pas. Je suis hyper timide, réservée et j’ai toujours peur de ne pas trouver mes mots et de mal exprimer mes ressentis. On s’est embrassés, un peu beaucoup… Et puis, je me suis mise à pleurer… Et j’ai réussi à lui dire un petit peu mes peurs. On est retourné au ciné car j’y avais laissé ma voiture et on devait se faire une séance, mais je me sentais pas très bien et j’ai préféré lui dire que je voulais rentrer.

On s’est embrassés, un peu trop chaudement, il m’a même dit qu’il avait envie de moi et que si on arrêtait pas, ça allait être dur pour lui et qu’on se faisait du mal… J’avoue que je ne sais pas pourquoi j’ai agi comme ça… J’ai peur et pourtant dans ses bras, je suis si bien… Mais je vois bien que je ne serais pas sereine… Si bien que ce matin, je lui ai envoyé un pavé pour lui expliqué encore mes peurs, mes réticences et le fait que je n’étais sûrement pas prête. Qu’il faudrait peut-être mieux en restée là car je voyais bien que je développais des sentiments de jalousie et de mal-être…

girl-1149933_960_720

Le pire, c’est que ça me fait du mal. Je n’ai pas arrêté de pleurer depuis et je me rends compte que j’ai la maturité sentimentale d’une gamine de 15 ans… Dans le pavé que je lui ai envoyé, je lui évoquais ma jalousie et il m’a avoué que ça lui faisait un peu peur. Que pour la serveuse il voulait juste passer un bonjour si son pote lui répondait (ouais soit, m’enfin c’est pas à toi de le faire et encore moins avec moi, à moins que je ne sois encre trop jalouse ?). Il m’a dit que il n’était pas retourné sur Adopte malgré que je lui ai confié mes peurs à le voir en ligne et que c’était l’application qui restait active.

Je lui ai aussi avoué que j’avais peur de nos blancs quand on était ensemble et du fait qu’on passait plus de temps à s’embrasser qu’à se parler… Je ne veux pas d’une relation basée uniquement sur le physique parce-que je ne suis pas prête à ce niveau là, que j’ai besoin de temps et surtout parce-que je suis vierge… Que je n’ai pas réussi à surmonter le blocage avec mon ex même si j’avais essayé…

Il m’a dit qu’il savait tout ça, que je lui avais déjà dit, qu’il était conscient de ça depuis le début. Ça ne l’a pas empêché de vouloir me voir. Je pense aussi que mes peurs viennent de là, si je ne l’avais plus été… Si je n’avais pas peur de faire patienter un mec et qu’il aille voir ailleurs si je suis pas prête assez rapidement, les choses seraient sûrement différentes.

Mais j’ai trop peur. Dès que je commence une relation, j’ai peur du moment où elle se terminera. J’ai peur de souffrir, j’ai peur de mes réactions, de ma jalousie, de ma paranoïa. Quand je suis avec la personne, tout va bien, mais le problème c’est dès qu’on est plus ensemble et que les doutes s’installent… Où est-il ? Que fait-il ? sont des questions qui me tiraillent et qui me font du mal…

Je souffre de dépendance affective… Je suis jalouse possessive, maladive et j’en suis parfaitement consciente. Je sais aussi que ça ne fait qu’éloigner la personne de moi mais c’est plus fort que moi, c’est incontrôlable… Alors, je le laisse partir… Ça me fait mal parce-que je m’étais vraiment attachée à lui au final même si au début je ne le calculais pas… Mais je veux qu’il soit heureux et je ne peux que lui faire du mal… Autant se faire du mal maintenant que plus tard… Je ne veux pas que ça se termine comme ça…

Le pire dans tout ça, c’est que j’ai coupé les ponts avec quasiment toutes mes amies. J’en ai sur Internet, des amitiés réelles mais elles vivent loin et ce n’est pas pareil. J’aurais besoin de voir une amie et de pouvoir pleurer dans ses bras…

Lui, il veut toujours de moi, il me dit qu’il veut mes bras, qu’il a mal, qu’il est triste et déçu que je ne nous laisse pas une chance… Je voulais essayer, je voulais prendre le risque, mais je vois bien que je n’y arrive pas, j’ai tellement peur… J’ai encore tout gâché… Je ne suis qu’une sombre conne… Et je voulais tellement pas lui faire du mal… Ce qui me fait encore plus mal c’est quand il me dit qu’il veut mes bras, qu’il a craqué pour mes yeux et mon sourire… Il veut continuer de me parler comme avant mais mon visage va lui manquer. Je vois bien qu’il ne veut pas me perdre…  Il est même prêt à attendre que je sois prête et que je me fasse à l’idée… Il est même prêt à me revoir sans s’embrasser, sans être ensemble pour le moment… Et moi, j’ai toujours peur… Aidez-moi…

life inspilia

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je ne veux plus avoir à regretter . . . Mais la peur se bat avec l’envie . . .

Je ne sais pas si ce sont les récents attentats qui se sont succédé ou le fait d’avoir pris encore une année, mais toujours est-il que depuis quelques jours, mon état d’esprit a eu un déclic, une révélation. Je me suis rendu compte que je passais trop de temps à ne pas oser, à avoir peur, à ne pas prendre de risques et donc parfois à avoir des regrets.

Je crois que je n’ai plus de temps pour les regrets. Je n’ai pas envie de devenir de ces gens aigris qui ont perdus de vue l’essentiel et ce qui les rendaient heureux. Je veux devenir actrice de ma propre vie et arrêter enfin d’en être une simple spectatrice qui laissent les choses se faire sans agir et sans jamais en prendre les commandes.

J’ai donc actuellement deux petites voix dans ma tête. Vous connaissez ces deux petites voix dans nos têtes qu’on appelle « ange » ou « démon » ?! Moi j’ai deux petites voix mais elles s’appellent « peur » et « envie »… Laquelle sera la plus forte ?! Quand l’envie est là, la peur apparaît et quand la peur est là, l’envie reste malgré tout.

57258c7721b0f04a3ed5ffea67f3b91d

Pas facile de concilier les deux, je ne sais plus vraiment où j’en suis. J’aimerais prendre des risques et faire ce dont j’ai envie mais la peur me bloque encore un peu. Mais je n’ai vraiment pas envie d’avoir des regrets, de ne rien faire et de me dire par la suite que j’aurais du…

Mais je bloque encore un peu. J’ai besoin d’avoir la main-mise et le contrôle, je n’aime pas qu’on m’impose des choses ou que ça ne vienne pas de moi. J’ai besoin d’être celle qui a pris l’initiative. J’ai besoin de sentir que les choses viennent de moi et que j’ai vraiment eu envie de faire telle ou telle chose.

Je ne veux plus avoir à regretter de ne pas oser faire de rencontres parce-que j’ai peur, des autres mais surtout de moi. Mais en même temps, je veux être celle qui choisit le moment et la personne. Je ne veux pas rencontrer du monde pour rencontrer du monde mais j’ai aussi peur de rencontrer celui qui pourrait éventuellement partager un petit bout de ma vie.

Je n’ai pas envie de me mettre avec quelqu’un par manque, par solitude et de me laisser embarquer dans une histoire qui ne serait peut-être pas celle dont je rêve. Je ne veux pas retomber dans mes travers quand je suis avec quelqu’un. Je veux être moi avec quelqu’un et non pas nous…

tumblr_m6rs47Y4LI1qjkluko1_500_large

Il y a ce garçon avec qui je parle depuis trois ans. On ne s’est encore jamais vu. Je sais qu’il en a envie et moi, je n’ai jamais eu vraiment envie jusque présent même si je le trouve sympa. Mais…

Je ne sais pas si ce sont les récents attentats qui se sont succédé ou le fait d’avoir pris encore une année, mais toujours est-il que depuis quelques jours, mon état d’esprit a eu un déclic, une révélation. Je me suis rendu compte que je passais trop de temps à ne pas oser, à avoir peur, à ne pas prendre de risques et donc parfois à avoir des regrets.

Je me suis rendu compte que j’avais peut-être moi aussi envie de le voir finalement. Qu’il était toujours là malgré trois années de refus. Qu’il n’est pas comme tous les autres qui se barrent au bout de quelques jours seulement. Que peut-être bien qu’il méritait une chance… Que peut-être que moi aussi…

3078354697_1_6_Aw2FhMCz

Mais j’ai peur… Je ne veux pas être avec quelqu’un par défaut, par solitude, par manque et parce-que je ne trouve pas chaussure à mon pied. Je sais que je me sens seule et j’ai peur que ce soit cette solitude qui parle, plus que l’envie. Je ne veux pas retomber dans mes travers. Je veux tout simplement tomber amoureuse par attirance, et que cette attirance soit réciproque…

La peur et l’envie. Deux opposés qui s’affrontent dans ma tête… Et je ne sais plus que faire, que penser. J’ai peur qu’en rencontrant une personne qui ne me correspondrait pas, je me laisse aller à une relation tout de même par manque, par solitude, par besoin d’affection. Je ne veux pas que ce besoin se retransforme en jalousie excessive, en flicage et en mode parano…

Je veux tomber amoureuse sans les symptômes habituels qui vont avec…

humeurs hellocoton

life inspilia

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Elle m'a tellement déçue . . .

Je la connais depuis 7 ans. 7 années où nous nous sommes suivies, confiées, soutenues dans des moments difficiles et beaucoup ri !Il y a 7, 8 ans, je m’inscrivais sur Yahoo Questions Réponses, en fait, je suis tombée sur le site en me posant une question sur les Frères Scott et me voilà ! Le site est une plateforme de questions / réponses, dans différents domaines, droit, famille, amours etc etc…

Rapidement, on découvre une rubrique bien sympa, la rubrique Futilités et là tu poses tout et n’importe quoi et tu te marres bien avec les autres inscrits. Au bout d’un certain temps, tu commences à ajouter certains dans tes « amis » car tu les vois souvent sur tes questions ou tu réponds souvent aux leurs. Puis tu leur parles en mp, tu les ajoutes sur Yahoo 360 où tu t’amuses à leur envoyer des commentaires toute la journée. Et puis tu les vois même en live sur Yahoo live où vous pouvez tous parler et vous voir en webcam comme si vous étiez tous attablés à la même table.

Mais un jour tout ça s’est arrêté, il ne restait plus que Yahoo Questions / Réponses et beaucoup d’entre nous se sont lassés… Quelque temps plus tard, c’est sur Facebook que nous nous sommes retrouvés !

Et oui, nous nous connaissions depuis 7 ans. 7 ans où nous avons plus ou moins suivi la vie de l’autre via les publications sur les réseaux sociaux et les messages envoyés l’une à l’autre. Pendant 7 ans, nous avons développé une amitié virtuelle assez forte. Même si nous ne nous parlions pas souvent, nous pensions à l’autre très souvent. Elle était l’un de mes coups de cœur de toutes les personnes que j’avais connues sur le net.

girls-685787_640

Et puis, un jour, sur Instagram, j’ai vu qu’elle était en Bretagne. L’occasion rêvée d’enfin pouvoir la rencontrer. Alors nous organisons ça très rapidement et je n’attends plus que le week-end pour aller la retrouver elle et son nouveau petit ami. Ils m’invitent dans la maison qui leur est prêtée. Quand j’arrive, au départ, je prends peur car elle ne répond ni à mes appels ni à mes SMS pour lui prévenir que je suis là. Dans ma tête, je me dis que si ça se trouve, elle a changé d’avis et n’a pas osé me le dire.

Mais non, juste elle ne capte pas ! Quand elle sort de la maison, grand sourire aux lèvres et quand elle me voit, elle a presque les larmes aux yeux. Quand nous rentrons dans la maison, nous nous prenons dans les bras pendant cinq minutes. C’est tellement magique de pouvoir enfin se toucher après tous ces moments partagés ensemble où nous étions là l’une pour l’autre mais à distance.

Elle me présente son ami que je trouve plutôt sympa et nous allons nous promener sur la plage. Il reste à distance et nous laisse un peu nous retrouver. Je pensais qu’on aurait eu beaucoup de choses à nous dire mais nous restons presque tétanisées l’une face à l’autre et les mots ne sortent pas si facilement que derrière notre PC.

Finalement, on rentre rapidement à la maison et arrive l’heure de manger… Alors nous nous mettons à table, mais rapidement, c’est comme s’ils ne tenaient plus debout… Et puis, ils commencent à parler bizarrement, à avoir des propos incohérents et voir même carrément flippants. Je décide de partir sur le champ. Hors de question que je reste dormir chez eux comme préalablement prévu. J’ai peur. Je ne comprends plus ce qu’il se passe. Où est la fille que j’ai connue ??? Je ne l’ai pas reconnue. Celle que j’ai vue m’a tellement déçue…

girls-685778_640

Si elle lit cet article aujourd’hui, j’aimerais lui dire, que j’ai eu du mal à passer outre. Que ça m’a beaucoup secoué, que j’ai hésité à publier cet article, parce-que c’était dur à écrire, mais que je ressens encore le besoin de l’évacuer malgré le temps qu’il s’est écoulé depuis. Que malgré que je ne la « suis » plus, je pense à elle encore parfois et que j’espère que ce que j’ai vu d’elle cette fois, n’est pas le reflet de ce qu’elle est chaque jour…

Peut-être que c’est moi qui aie pris peur trop rapidement, sûrement même. Au fond de moi, je le sais qu’elle ne m’aurait jamais fait de mal mais son ami c’était la première fois que je le rencontrais et mes angoisses quand elles viennent, je ne les contrôle pas. Et je préfère toujours suivre ma voix intérieure. Ce soir là, je ne voulais pas rester, cette voix me disait de partir. D’autres n’auraient sûrement vu aucun mal dans tout ça, moi je ne suis pas habituée et surtout je n’aime pas ça… Et je pensais qu’elle le savait… Je n’ai toujours pas compris. Et finalement, je n’ai pas eu le courage de lui en reparler, le souvenir de ce jour reste pour moi un mauvais souvenir que je préfère oublier. Même si nous nous parlons quasiment plus, elle, je ne l’oublierais pas mais je ne la chercherais plus non plus…

Mais malgré tout ça, je ne regrette absolument pas de l’avoir connu, même si j’aurais préféré m’en tenir au virtuel finalement… Moi qui aie déjà du mal à faire confiance et à rencontrer des gens, je ne sais pas si j’oserais en rencontrer d’autres à présent. Elle n’était pas la première et avec les autres, ça s’est toujours bien passé… Mais je n’ai pas envie de rester sur un mauvais souvenir… Alors celui-ci, je vais tâcher de l’effacer et si la chance m’est donnée d’à nouveau en rencontrer, je le ferais…

Et toi, as-tu déjà rencontré des connaissances virtuelles ? Ça faisait combien de temps que vous vous connaissiez ? Ça s’est bien passé ?

logo-fondrose-150x50

10534065_713304662067232_6920364935648498243_n

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Qu'il y a t-il derrière le masque ? . . .

On est tous plongés sur notre téléphone, notre tablette, Ipod ou autre moyen de communication. Je ne sais même pas pourquoi ça s’appelle encore un moyen de communication d’ailleurs parce-que depuis que ces engins sont entrés dans nos existences, on communique de moins en moins… Des appels de moins en moins souvent et de plus en plus furtifs… La communication n’est plus la même non plus ni avec les mêmes personnes.

Avant, nos parents étaient obligés de sortir pour parler à de nouvelles personnes. Aujourd’hui, Internet a révolutionné le monde en nous permettant de lier contact avec des personnes qui n’auraient jamais pu croiser notre chemin autrement mais pourtant, on est de plus en plus seul. Avant, nos parents trouvaient leur conjoint assez tôt dans leur vie. Aujourd’hui, à 30 ans, on déplore beaucoup de célibataires.

Alors, il a ceux qui sortent pour voir leurs amis, et puis ceux qui ne sortent pas. Et pour ceux-là, il ne leur reste plus que leur ordinateur pour se sentir moins seul et passer leur soirée en compagnie. Entre Facebook, Twitter et les sites de rencontre, on peut occuper pas mal de temps à discuter avec des gens qu’on ne connaît pas, pour la plupart, pas du tout. C’est la magie des réseaux sociaux.

Mais on ne sait plus vraiment ce que l’autre pense. On ne l’a plus devant soi pour voir s’il sourit ou s’il est triste… Alors certains jouent les faux semblants. Mais pourtant, malgré tout, sans Internet, je n’aurais personne aujourd’hui. Je ne me lie pas facilement, que ce soit en amour ou en amitié, je n’ai pas confiance alors je ne veux rien risquer.

Mais grâce à Internet, il y a 8 ou 9 ans, j’ai rencontré grâce à un réseau social ceux qui aujourd’hui sont dans mes contacts sur Facebook, parfois dans mes contacts téléphoniques pour certains. Et certains sont devenus de véritables amis sur lesquels je peux compter bien plus que sur n’importe qui de plus proche dans ma vie. Ils sont pourtant si loin mais ce sont encore eux les plus proches. Quand l’une d’entre elles m’a envoyé un jour son vieux téléphone portable par la Poste parce-que j’avais cassé le mien et que je ne retrouvais pas les anciens, ou quand une autre aura été celle qui m’a aidé à remonter la pente quand j’ai vécu une rupture douloureuse. Alors qu’elle habitait à plus de 500 km de moi, c’était la plus proche à ce moment là. Je lui déversais toutes mes pensées et elle m’aidait chaque jour à y voir un peu plus clair. Oui beaucoup sont devenus de vrais amis de confiance auxquels je n’ai pas eu peur de confier certaines choses.

Alors parfois, je pense à eux, et je me demande ce qu’il y a derrière le masque. Car sur Facebook, on se commente nos statuts futiles les uns, les autres mais sont-ils vraiment heureux ? Sont-ils tristes ? Car ne pas les voir signifient aussi ne pas voir vraiment ce qu’ils ressentent. Comme je le disais plus haut, certains jouent les faux-semblants. Ils font semblants d’aller bien alors que chaque soir ils sont déprimés ou vice-versa.

Alors, j’en ai rencontré certains en vrai. Mais ça n’aura duré que quelques heures en une journée. Et là, tu vois que tu ne t’es pas trompée sur ces gens. Ceux que j’ai rencontré ont tous été fidèles de l’idée que je me faisais d’eux sur Internet.

Je n’aime pas ces gens qui parlent de vie virtuelle et de vie IRL. Ça veut dire quoi ? Que quand tu es derrière ton écran, tu n’es plus réel ?!

Souvent, on me dit que je ne sais pas à qui j’ai affaire derrière mon écran, je suis d’accord, il faut faire attention, certaines personnes mal intentionnées utilisent les sites à mauvais escient. Mais, bien souvent, en face, il y a juste une personne comme toi qui recherche un peu de compagnie. Je n’ai jamais fait de mauvaises rencontres, les personnes indignes de confiance, je les ai vite virées de ma vie. Comme en « vrai » ! Je ne vois pas ce qui change, si ce n’est que l’écran forme une barrière entre nous.

Alors, oui parfois, j’ai envie de dire merde à Facebook et autres réseaux sociaux parce-que j’en ai ma claque d’y lire des conneries ou autres, mais sans ça, je n’aurais pas aujourd’hui des amis un peu partout dans le monde !

J’adorerais les voir tous en même temps un jour, faudrait qu’on s’organise ça tiens !! Après tout, on se connaît tous du même site à la base… 🙂

Et toi, qu’en penses-tu ?

signature blog

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :