Prison Break… ! S’évader, sortir de ce cocon !

Non, je ne vais pas te faire un article sur la série Prison Break ! Bien que je l’ai adoré, surtout la première saison à l’époque et que j’étais bien évidemment amoureuse de Michael Scofield ! Non, vraiment, cet article n’a rien à voir avec la série qui vient d’ailleurs de commencer une nouvelle saison et dont je dois donc re-regarder tous les épisodes pour me mettre à jour !

Non, je vais encore te parler de moi. Te parler du flux de sentiments qui me gagnent en ce moment. Je pense que ça fait un petit moment déjà. La prise de conscience d’avoir 30 ans cette année (le 06 juillet tu t’en rappelleras ?!^^) joue pour beaucoup je pense. Je fais une sorte de bilan de ma vie et je n’en suis pas satisfaite. A tel point que j’ai envie de tout envoyer valser.

Prison break voilà… J’ai l’impression d’avoir vécu en prison pendant les trente premières années de ma vie là et que je cherche enfin à m’en échapper. Un cocon familial dans un contexte de naissance endeuillé et une surprotection qui s’en est suivie… Aujourd’hui, j’étouffe, j’ai besoin de changer d’air.

Prise de conscience

Cela inclue le taf dans lequel je ne me sens plus à ma place et dont les tâches ne me conviennent plus. Et surtout reprendre mon indépendance. Il est temps que j’affronte ma solitude en face et ce sera peut-être un mal pour un bien d’ailleurs, car j’oserais peut-être aussi plus sortir et aller à la rencontre d’autres gens en n’ayant personne derrière moi…

La prise de conscience s’est effectuée en douceur. Je me rends compte que je me suis cachée derrière un masque pendant tout ce temps. Oui, je me suis convaincue que j’aimais ma solitude alors qu’aujourd’hui elle me pèse. Puis, je me suis surtout convaincue que je ne pouvais rien faire d’autre que de rester bien au chaud dans ma zone de confort.

Aujourd’hui, j’ai envie d’en repousser les limites et de prendre quelques risques. J’ai surtout envie d’avancer et de cesser de faire des choses qui ne me plaisent pas. La vie est trop courte pour se faire chier. Alors malheureusement je ne sais pas encore ce que je veux faire, mais au moins, je sais ce que je ne veux plus faire !

Besoin d’un coup de pouce

Je ne suis pas prête à prendre des risques démesurés pour autant. J’ai besoin d’y aller en douceur et de ne pas tout bousculer d’un coup non plus. Un pas après l’autre. Je pense que la thérapie pourrait m’être bénéfique, d’autant que le thérapeute m’a dit que j’avais déjà une grande capacité d’analyse sur moi-même, et que j’avais déjà entrepris une bonne partie du travail.

Je ne pense pas qu’il me manque grand chose. Juste le petit coup de pouce qui me fera prendre confiance en moi, en mes capacités, en ma volonté de m’affirmer aussi, d’oser dire non, d’oser dire ce qui ne va pas au taf aussi et ce que j’aimerais qui change. Je ne suis plus la gamine qui est arrivée il y a 6 ans, je ne suis plus la débutante qui devait prouver des choses. J’ai prouvé qui j’étais et ce que je valais, et je vaux dix fois mieux que les tâches qui m’incombent.

Je pense faire de plus en plus de critiques livresques ici sur le blog, et sur les séries aussi j’aimerais bien. Je vais tâcher de prendre le temps et de m’organiser au mieux au lieu de toujours traîner et de me poser trop de questions. Il est temps d’agir sur ce que j’aime faire déjà. D’ailleurs, depuis le temps, il faudrait vraiment que je me trouve des cours de chant !

Un tas d’envies

Après, j’ai tellement envie de changer beaucoup de choses, tellement envie de faire de choses que j’ai peur de m’éparpiller, d’en faire trop, de me perdre. J’ai peur de brûler les étapes, d’avoir envie que tout aille vite… Car j’ai tellement l’impression d’avoir raté un tas de choses, d’avoir fait du surplace et de survivre. J’ai tellement envie de vivre, de respirer, d’être libre, de lâcher prise.

Je ne demande pas grand chose en fait. Juste de pouvoir me lever le matin en étant heureuse de faire un taf qui me plaît. D’avoir des passe-temps et des activités qui m’occupent assez l’esprit pour ne plus avoir le temps de le torturer. De prendre confiance en moi et de me faire des amis. De sortir de temps à autre, de m’amuser. Tout ce que j’ai loupé dans mon adolescence…

Est-il possible de faire sa crise d’ado à 29 ans, 10 mois et 6 jours ? C’est horrible de l’écrire. Le 6 juillet va vite être arrivé. Et à 30 ans j’ai vécu quoi ? Deux histoires d’amour trop brèves et sans sexualité. Un premier taf qui ne me passionne pas, et plus d’amis… Ou trop loin… Je ne veux pas avoir 30 ans ! Mais il est impossible de revenir en arrière… Par contre, il est possible de construire sa future vie. Et de se dire que ceci n’est que le premier jour de ma nouvelle vie…

Rendez-vous sur Hellocoton !

17 réflexions sur “Prison Break… ! S’évader, sortir de ce cocon !

  1. Raphawel dit :

    Bon moi je suis plus jeune donc pour les 30 ans je ne comprends pas.. Mais par contre, déjà tu as fais beaucoup de progrès sur toi-même pour avoir envie de faire pleins de trucs. Commence peut être par te trouver un travail qui te plait réellement, tu seras heureuse le matin d’aller bosser. Et en suite, commence par faire une activité le samedi ou dimanche, ça te permettra de te changer les idées. Quelque chose qui te plait beaucoup. Et sûrement que tu rencontrera des gens et tu pourras peut être sortir avec eux par la suite. Tu es dans une ville étudiante ? Le sport est un bon truc pour rencontrer du monde (salle de sport, zumba,…)

  2. sweetiejulie dit :

    Tu es sur la bonne voie. Et comme tu l’écris, un jour après l’autre, un pas après l’autre et tu y arriveras.
    Fixe-toi dans un premier temps des petits objectifs si tu as peur de t’éparpiller. Des petites choses à changer au quotidien qui viendront assurer les plus grands changements concernant ton logement et ton boulot.
    Tu as déjà parcouru un long chemin, ne t’arrête pas à mi-parcours. Pas sûre que ce soit une crise d’ado en retard mais peut-être plutôt le moment pour toi de prendre ton envol et de découvrir ta liberté, de vivre ta vie.

  3. Sweet-things dit :

    Coucou,
    Tu sais où tu es, tu sais d’où tu viens, tu sais où tu ne veux plus aller.
    Beaucoup n’en sont pas là…
    Construit ta nouvelle vie, petit à petit, c’est sûrement la bonne décision.
    Certains changement seront peut-être brutaux (nouvelle ville, nouveau job) mais ce sont des étapes nécessaires et que tu saurais gérer.
    Le plus dur est presque fait, la prise de conscience qui transparaissent depuis quelques articles s’affirme, la chrysalide va muer…

  4. Julia dit :

    Décidément, je crois que la crise de la quarantaine est devenue la crise de la trentaine! 🙂
    Mes préoccupations ne sont pas exactement les mêmes que toi, mais chez moi aussi, la perspective de mes 30 ans a provoqué une prise de conscience. Moi ce sera un mois avant toi 😉

  5. ealvico dit :

    Un pas après l’autre…ça ne va pas se faire sur 6 mois, il y aura des petites rechutes mais ça va aller de mieux en mieux, grain de sable après grain de sable car tu as conscience de ce qui ne va pas et tu veux évoluer,…aie confiance…
    Une maman solo de 36 ans qui te comprend et qui te lit depuis un certain temps déjà

  6. brayer dit :

    Serait-ce un phénoméne de notre génération, cette crise à 30 ans? j’ai 30 ans (et du mal à l’avaler comme d’autres amis trentenaires) depuis novembre 2016 (scorpion pur jus^^) et je me remets considérablement en question, je veux être Moi!!
    L’avantage que tu as par rapport à moi, est que tu as un travail et de l’expérience.Donc, tu peux te retourner si ton changement de vie ne fonctionne pas.
    Une crise de remise en question est effrayante: tu visualise la liberté!! tu vois des possibilités folles pour ta nouvelle vie….jusqu’au jour où tu t’enfermes dans une nouvelle vie.
    prison break est un bon paralléle (bien que je n’ai pas vu un épisode…), dessine sur ton corps un plan d’évasion!!! des chemins, des accés discrets, des alarmes à désactiver… vas-y fonce!!!

  7. The Postman dit :

    Oublie les nombres, ils sont inutiles pour être en phase avec soi. Souviens-toi que chaque individu possède 3 âges: l’âge de notre corps, l’âge de notre vécu (la maturité) et surtout l’âge que l’on a dans notre tête (dans nos pensées). Tu pourrais avoir 41 ans et 60ans pour les premiers, celui qui compte le plus, c’est le 20ans que l’on garde en permanence 😉

Laisser un commentaire