Réseaux sociaux, entre exploit et buzz à tout prix . . .

L’autre jour, j’ai écrit un article sur les réseaux sociaux et la façon dont ils pouvaient parfois nous faire passer à côté de notre vie, lorsque nous voulons à tout prix prendre des photos et partager des morceaux de nos vies avant de prendre le temps de les vivre.

abstract-1233873_960_720

Mais il me semble avoir oublié un point en parlant des réseaux sociaux. Et hier soir, au détour d’une vidéo Youtube et en trouvant un nom d’une soit-disant personnalité sur Snapchat et en faisant une recherche de ce nom sur Google, je tombe sur un article expliquant qui est ce Amine Mojito.

Amine Mojito est un jeune homme d’une vingtaine d’années qui s’est fait connaître auprès des jeunes en publiant une story sur Snapchat en janvier. Jets d’objets, crachats, positions explicites : c’est en dégradant les femmes que le jeune s’est fait connaitre. Le plus célèbre de ses clips ? Une scène où Amine Mojito crache sur la poitrine d’une jeune fille en répétant en boucle : “C’est la keh à Mojito. C’est la kekekeh à Mojito”, littéralement “C’est la pute à Mojito”.

Le jeune homme est fortement critiqué mais il est aussi malheureusement suivi par des milliers de followers et continue de violenter et rabaisser les femmes dans ses vidéos. Vidéos qui lorsqu’elles sortent sont partagées massivement sur les réseaux sociaux. Je trouve ça inadmissible, profondément scandaleux et choquant de montrer de telles images à de jeunes adolescent(e)s. Comment condamner le viol et la violence quand ils baignent dedans comme si tout était normal ?!

like-1135176_960_720

Les jeunes adolescents qui voient ce genre de vidéos ont une image du sexe et des femmes complètement erronées. Le viol apparaît comme quelque chose de sain et de rigolo, ça me rend en colère ! Non, on ne peut pas véhiculer ce genre de messages à de jeunes adolescents qui devraient apprendre à respecter les femmes et à respecter le NON !

Ce genre de phénomène de pacotille n’est sûrement pas le seul et je constate que le voyeurisme est vraiment poussé à son paroxysme dans notre société d’aujourd’hui. Comme l’exemple de cette jeune fille de 19 ans qui s’est suicidée en se filmant en direct sur Periscope, autre application de vidéo instantanée qui rencontre également un franc succès. Elle s’est jetée sous un RER en région parisienne. Un utilisateur qui visionnait en direct a prévenu les gendarmes. C’est choquant pour cette personne, mais surtout pour toutes les personnes qui ont vu ça en direct sans pouvoir agir. Un choc violent.

L’autre jour, une amie me disait qu’elle était tombée sur une vidéo Youtube d’un anglophone, qui habitué à filmer son quotidien, avait posté une vidéo post fausse-couche de sa femme enceinte. Il filme donc la salle d’hôpital ainsi que sa femme en pleurs. Jusqu’où les gens vont aller ?!

doorbell-143467_960_720

On vit dans une société où les réseaux sociaux sont devenus tellement importants que le jour où on voit quelqu’un se faire agresser dans la rue, on préfèrera filmer plutôt que d’appeler les policiers. On vit dans un monde où il faut à tout prix faire un exploit ou un buzz sur ces fameux réseaux pour enfin exister !

Je ne compte pas les innombrables vidéos de personnes se croyant invincibles et qui publient leur exploit ridicule en espérant faire le buzz et qu’on parle d’eux, ne s’imaginant même pas qu’ils mettent leur propre vie en danger !

Quand aux stars qui publient leurs stories sur Snapchat en direct avec l’endroit bien spécifié d’où ils sont à un instant T ne s’imaginent pas qu’ils peuvent déclencher des moments hystériques si des fans venaient à leur rencontre. Ils ne sont pourtant pas absents lorsqu’il s’agit d’être en colère contre les paparazzis qui les suivraient de trop !

owl-964011_960_720

Bref, je me demande jusqu’où ce phénomène peut aller, j’ai peur pour les jeunes adolescents d’aujourd’hui qui demain seraient capables d’aller jusqu’à filmer leurs propres ébats sexuels pour les mettre en ligne sur le net ! Alors ce midi, ils en parlaient à la télé, et une personne interrogée par le journaliste, avait l’air de dire que l’on ne pouvait rien y faire. Moi je dis, où sont les parents ? Quelle éducation prônent-ils si aujourd’hui la norme est devenue la violence, le viol, le buzz et l’exploit ridicule et le fait d’avoir toujours le téléphone  portée pour filmer n’importe quelle scène sortant de l’ordinaire peu importe les conséquences derrière ?!

Je me dis qu’il faudrait supprimer toutes ces applications débiles et surtout instaurer de nouveaux cours obligatoires à ces jeunes ados, des cours de respect, de différence entre vie privée et vie publique et de réseaux sociaux et ses conséquences dangereuses. Je ne sais pas, il faudrait vraiment faire quelque chose parce-que la jeunesse d’aujourd’hui me fait terriblement peur. Aujourd’hui, ils se filment en se suicidant, en agressant etc etc, et demain, en tuant ?!

weapon-424772_960_720

Hors-sujet, mais l’autre jour dans un article, je lisais même que les jeunes aujourd’hui de 18 à 24 ans et d’après un sondage, que près d’un sur cinq sont prêts à coucher pour obtenir du travail. J’ai l’impression que plus ça va, et plus le sexe est dégradé et considéré comme sale. L’acte qui devrait être un des moments les plus importants dans une vie, devient un acte qu’il convient vite de se débarrasser et qu’on est prêt à dégainer en toutes circonstances et qui n’est plus respecté…

Je crois que je suis d’une autre époque perdue dans un monde parallèle qui est la réalité d’aujourd’hui…

Qu’en penses-tu ?

humeurs hellocoton

life inspilia

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les réseaux sociaux font-ils vraiment passer à côté de sa propre vie ?

L’autre jour, j’ai lu un article sur Hellocoton, d’une blogueuse qui parlait du réseau social Snapchat. Vous savez le réseau social qui permet de faire des petites vidéos ou photos éphémères visibles seulement pendant 24h (quoi que !).

J’ai beaucoup aimé le fond de son article qui dénigre le fait que les réseaux sociaux nous feraient passer à côté de bons moments de vie, car nous sommes plus enclins à les partager à nos « amis virtuels » qu’à les partager avec nos réels amis.

HNCK8961

Facebook a été le premier réseau social à connaître une véritable ampleur dans nos vies. On peut y poster nos photos de vacances, nos humeurs, différents statuts, montrer avec qui nous sommes en couple, bref on peut choisir d’y dévoiler bon nombre de choses sur notre vie privée.

Ensuite Twitter est plus impersonnel, en général on tweet et on relaie des articles d’actualités, mais on y dévoile rarement des faits réels de sa vie. C’est presque un réseau social d’information pour ma part, quand on ne veut pas louper l’actualité, mais qu’on a ni la télé, ni la radio, ni le journal, un tour sur Twitter et nous voilà un peu moins dans l’ignorance de ce qui se passe dans le monde.

Instagram est un réseau qui permet de partager des photos et il y a depuis quelque temps, une course à la plus belle photo, les filtres permis grâce à des applications permettant de rendre des effets jolis aux photos prises par l’appareil photo.

Ensuite snapchat donc, ce réseau permettant de faire des stories, vidéos ou photos éphémères sur quelques moments de sa journée en se filmant et en parlant donc à tous ceux qui nous suivent sur ce réseau.

HNCK2348

Je pense qu’il est important de différencier deux catégories, voir trois, d’utilisateurs de ces différents réseaux sociaux. Nous avons tout d’abord, les personnes en quête de toujours plus d' »amis » qui ajoutent sur Facebook des inconnus et qui snapent leur vie dans le but de se sentir exister par ennui ou par recherche de gloire et de buzz. Mais j’ose espérer que cette catégorie n’impacte qu’une infime partie d’utilisateurs.

Il y a ceux qui veulent tout bonnement partager du contenu dans le but d’informer, de partager des bons plans, des idées et ainsi donner conseils à ceux et celles qui les suivent. Et en troisième position, ceux qui sont entre les deux, c’est à dire, neutre, ils sont là, mais ils n’ont pas grand chose à partager et se contentent plus de suivre les autres, et de n’en mettre que très peu les concernant eux-mêmes.

Je pense que tous ces réseaux sociaux ont profondément modifié notre façon de vivre mais surtout de faire. Et je pense qu’une utilisation accrue de ces réseaux peut s’avérer potentiellement dangereuse. Avant l’avènement Internet et donc tout ce qui va avec, c’est-à-dire les réseaux sociaux, nos parents par exemple, dans leur jeunesse ne passait donc pas leur temps devant leur ordinateur ou tablette (qui n’existait pas à leur époque!) ou téléphone.

Non, ils allaient jouer dehors, jouaient à des jeux de société etc etc, avaient mille occupations différentes et tout aussi joyeuses. Aujourd’hui, un ado est pressé de rentrer de l’école pour s’enfermer dans sa chambre sur son ordinateur alors qu’avant il fallait presser un ado pour qu’il rentre chez lui tellement il s’amusait bien dehors ! Aujourd’hui, les jeunes ne restent plus tellement physiquement entre eux, mais rentrent de l’école directement et vont se parler via Facebook ou Messenger (la messagerie instantanée de Facebook).

IMG_6031

Quel besoin ont donc certaines personnes à vouloir toujours en montrer plus d’eux-mêmes ? Là encore, il convient de différencier plusieurs cas de figure, ceux qui chercheront à dire n’importe quoi, faire des blagues etc etc dans le but de se rendre intéressant et de créer un buzz et ceux qui ont une communauté, par exemple des blogueuses, qui elles vont chercher à partager des bons plans et des avis sur différents produits à cette communauté.

Il y a aussi ceux qui utilisent ce réseau juste pour délirer, qui n’y postent encore une fois pas grand chose, suivent leurs amis et ne vont même pas y voir chaque jour ce qui s’y passe. Il convient donc de différencier les différents partageurs et les différents publics.

Certains, auront peut-être besoin d’idéaliser leur quotidien et de partager le meilleur de leur vie car à côté ils s’ennuient ou éprouvent un besoin de reconnaissance, un besoin qui devient pour certains obsessionnels à aller jusqu’à chercher à idéaliser le quotidien et mettre en scène sa propre vie.

HNCK4085

Peut-on dire que les réseaux sociaux s’apparentent à de la télé-réalité ? Parlons ici de snapchat qui permet d’envoyer des vidéos mais également de YouTube que je n’ai pas encore mentionné mais qui a toute sa place dans cet article sur les réseaux sociaux. Je ne pense personnellement pas qu’on puisse dire que poster des vidéos sur le net puisse s’apparenter à de la télé-réalité, car l’objectif n’est pas tout à fait le même selon moi. Nous sommes tous d’accord pour dire qu’aujourd’hui, la télé réalité c’est plus de la télé que de la réalité comme à ses débuts il y a 15 ans. L’objectif aujourd’hui, d’une télé-réalité est de divertir en créant à tout prix un buzz et en utilisant pour cela les clashs entre les candidats, alors que le but d’une vidéo Youtube est quand même d’informer, de partager, les youtubeuses beauté ou booktubeuse ne cherchent pas forcément à être vues à tout prix, bien sûr, elles ne crachent pas dans la soupe si elles commencent à se faire une popularité mais je pense que leur but premier est de partager leur passion et non de divertir la populace.

HNCK2010

Alors, ceux qui utilisent à outrance ces réseaux sociaux passent-ils à côté de leur vie ? Il est vrai que lorsqu’on voit fleurir sur Instagram une belle photo d’un coucher de soleil ou d’un arc-en-ciel, on peut se dire que celui ou celle qui a pris la photo, n’a pas pris le temps de profiter du moment présent dans son objectif de vouloir le partager.

Celui qui « perd » le temps de partager est-il pour autant dépourvu de vie sociale ? Je pense que celui qui partage des clichés de vie n’est pas forcément quelqu’un qui a besoin d’un écran pour avoir une vie sociale puisqu’il faut par ailleurs bien avoir une vie sociale en amont pour avoir à partager des choses via ces réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux peuvent montrer une fragilité narcissique de certains individus qui auront toujours besoin de se faire plaindre ou de raconter les moindres détails de leur vie, par besoin de reconnaissance, par besoin de prouver qu’ils existent.

HNCK2481

Ne devrait-on pas déconnecter un peu ? Et vivre un peu plus le moment présent ? Il ne faut pas perdre de vue également que l’on choisit de montrer ce que l’on veut et qu’on peut effectivement embellir la réalité. Pour certains, s’ensuit une course contre la montre pour savoir lequel aura la vie la plus cool. Ainsi, une personne à qui la solitude convient pourtant très bien pourrait se sentir dévaloriser face à une autre qui sans arrêt publie ses sorties entre amis et tous les trucs cools qu’ils font. De plus, Instagram, c’est parfois un peu une guéguerre genre les photos culinaires, à qui aura la plus jolie, alors on met en scène nos propres repas pour pouvoir les prendre en photo. Je pense qu’une utilisation trop exacerbée de prendre des photos pour les publier, de faire des selfies, de faire des vidéos, nous font perdre beaucoup de temps, nous font perdre la notion de moment présent, de quiétude d’un moment, au lieu de profiter d’un coucher de soleil, le prendre en photo et attendre les likes qu’ils suscitera me semble bien triste en fait…

Pour conclure, je n’ai pas vraiment d’avis tranché sur la question, je suis sur tous ces réseaux et j’en ai une utilisation bien plus limitée qu’avant parce qu’avec le travail, le sport et mon blog, je n’en éprouve moins le besoin, sûrement parce-qu’effectivement ma vie est plus occupée. Je ne dis pas que ceux qui utilisent ces réseaux ont une vie terne, je parle en mon nom uniquement là. Je pense que déconnecter de temps en temps, prendre un bon bouquin, ou aller faire une balade dehors sans téléphone, sans gadget peut-être bénéfique sur le bonheur du moment présent bien plus que sur le fait de partager aux autres un de nos bons moments.

Qu’en penses-tu ?

humeurs hellocoton

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Et si . . . Je participais à une téléréalité !

J’ai 28 ans alors autant vous dire que la téléréalité, c’est complètement de mon temps ! J’avais à peine 14 ans lorsque le premier épisode de la première téléréalité en France, « Loft Story » a été diffusé. C’était alors pour moi un véritable divertissement.

14 ans ont passé depuis. Je regarde toujours la téléréalité. Pas tous les programmes. Je me suis lassée des programmes d’amour, je n’aime pas les programmes de jeux d’aventure, je suis sûrement les plus inutiles du genre Secret Story.

J’en ai suivi chaque saison. Je ne me souviens plus vraiment des premiers, j’étais plus jeune et je n’avais pas la même façon de regarder. C’est vrai qu’aujourd’hui, je suis capable de sentir qui va gagner, et de savoir ce qu’il faut faire pour faire le « buzz ».

staragora05102011102612

Aujourd’hui, c’est de ça dont il est question lorsqu’on parle de téléréalité. Le mot « télé » est bien plus accentué que le mot « réalité » car tout est surjoué. La production de ces programmes aiguille les candidats dans le sens qu’ils veulent donner à chaque personnage et les images retranscrites aux téléspectateurs ne correspondant qu’à un infime pourcentage de leur quotidien.

Et pourtant, malgré ça, oui j’aimerais y participer. Pour l’amitié, pour l’expérience humaine riche que cela doit être. Pour voir mes émotions se décuplées dans un programme où enfermée, je n’ai pas le choix que de m’accrocher aux autres, voir ainsi naître de belles amitiés. Je ne vous cacherai pas non plus que j’ai sans doute un besoin de reconnaissance et que m’apporter un brin de notoriété pour m’aider à me faire gagner en confiance.

Quoique sur ce point, je sais aussi que la télé pourrait me détruire comme elle a détruit d’autres candidats avant moi, Loana etc etc… En fait, peut-être que je cherche aussi à savoir si je pourrais l’endurer. Je sais que c’est l’après qui peut détruire. Une image peut vite être tronquée, une réputation ainsi faite, difficile de s’en défaire… Aurais-je les épaules assez solides pour en assumer les conséquences ?

Alors oui j’aimerais participer à ce genre d’émissions, mais un nouveau concept ! Une téléréalité dans laquelle tu ne serais pas enfermée et où les caméras suivraient ton quotidien dans la vie de tous les jours tiens pourquoi pas !?! « Endemol » si vous avez besoin de nouvelles idées, je suis là ! Après tout, peut-être que c’est sur le derrière de la scène en coulisses que je pourrais y participer, et non devant les caméras !

Après, j’aime regarder la téléréalité mais en général, les candidats, je m’y attache le temps de l’émission et ensuite, je les oublie. Cependant, certains, surtout certaines, je continue de suivre leur après car elles ont réussies à s’affranchir de l’image qu’elles renvoyaient à travers l’écran. Je pense notamment à Caroline Receveur qui vit aujourd’hui à Londres et qui a lancé sa propre marque de thé, et à Alexia qui elle s’est complètement métamorphosée et qui fait du sport et de l’alimentation saine son mantra. Elles sont toutes deux issues de Secret Story et j’espère également qu’Emilie, la gagnante de la dernière saison s’affranchira à son tour de tout ça.

Comme quoi, c’est assez étrange car j’aime la téléréalité et pourtant, au final, je m’intéresse aux candidats qui s’en affranchissent et qui n’en refont pas.

Et toi, quel est ton rapport à la téléréalité ? Tu t’y vois ?

humeurs hellocoton

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :