Cette lettre que je n’attendais plus, qui me redonne espoir et me fait peur à la fois…

Hier, j’ai reçu une lettre que je n’attendais plus. Vivant chez ma maman qui était au courant de cette lettre et de cette entête qui devait potentiellement m’arriver, a ouvert le courrier avant moi. Elle savait que de toute façon, si elle me disait que le courrier était arrivé, je lui aurais demandé de l’ouvrir et de me dire son contenu.

Alors quand j’ai reçu le sms qui me disait que la lettre était arrivée et qu’elle était positive, je n’y croyais pas ! J’étais à la fois contente et tout à coup, j’avais peur aussi. Je ne vous ai pas caché ma volonté de trouver mieux. Que je n’étais pas assez mise en valeur et que le travail effectué n’était pas à la hauteur de mes compétences et d’autres raisons qui faisaient que je ne me plaisais plus au boulot.

C’est vrai que de toute façon, j’ai besoin d’un poste à 35h et pour l’instant je n’en suis qu’à 28. Alors depuis ma titularisation, je cherche ailleurs. Et j’ai postulé à cette offre, il y a un peu plus d’un mois. Une ville à une heure de chez moi, un service État Civil beaucoup plus conséquent puisqu’il s’agit d’une grande ville.

shield-953533_960_720

Ils me convoquent donc à l’entretien. Je suis contente car cela signifie que ma lettre de motivation ainsi que mon CV les intéresse mais je suis à la fois flippée car actuellement je suis dans une petite commune où il y a peu d’État Civil au final, et j’ai un peu peur qu’ils me posent des questions pointues etc etc…

De toute façon, je vais le préparer un peu cet entretien, mais je vais y aller cool, j’ai déjà un boulot, c’est une opportunité pour en changer, mais ce n’est pas non plus une question alimentaire, je veux dire « ça passe ou ça casse » on verra bien. D’ailleurs, il faut que je commence à peser le pour et le contre d’une éventualité positive car ça changera alors beaucoup de choses dans ma vie actuelle, pas seulement professionnellement donc c’est à y réfléchir bien posément.

En effet, comme on dit « On sait ce qu’on perd, mais on ne sait pas ce qu’on gagne ». Et si c’était pire ailleurs ? Et si le changement de pression à l’inverse était compliqué à gérer ? Et si je n’étais pas à la hauteur ? Et si je ne m’entendais pas avec les futurs collègues ? Et si je n’arrive pas à me faire à cette ville que je détestais lorsque j’y étudiais ?

Tout un tas de questions et pas de réponses. C’est presque un coup de poker. En attendant, rien n’est fait, ce n’est qu’un premier pas dont je n’ai pas encore l’issue ça ne dépend pas que de moi ni de ma prestation à cet entretien mais également à celle des autres convoqués également. Il faut réussir à être celle qui les convaincra le plus.

startup-593344_960_720

Au final, cette lettre que je n’attendais plus me rend heureuse et me fait très peur à la fois. J’ai peur de faire un mauvais choix, de partir dans la mauvaise direction, que ce soit pire après, de ne pas être dans le bon chemin, le bon cheminement pour changer de cap. Je sais que je veux changer quelque chose dans ma vie et notamment mon travail depuis très longtemps et que c’est peut-être l’opportunité qu’il me fallait mais si ce n’était pas de changer complètement de taf mais de complètement changer aussi de voie ?

C’est vrai que je me pose de plus en plus de questions à savoir si je suis vraiment faite pour une vie de bureau, derrière un écran et que l’accueil me rebute aussi un peu, je sais que j’en aurais encore mais dans un domaine bien particulier qui est censé être un domaine que je commence à connaître, même s’il y aura bien plus de particularités et qu’ayant été formée sur le tas, j’ai peur de ne pas être à la hauteur.

Je travaille en mairie, en tant qu’agent d’accueil état civil et je sais que j’aimerais plutôt travailler dans les Ressources Humaines, alors pas assistante RH ou autres, mais être l’agent qui s’occupe des paies, des avancements de carrière, de grades, d’échelons, etc etc… ça c’est l’un des postes dans ma fonction publique territoriale qui me plairait le plus, le mieux serait même au sein d’un Centre de Gestion directement et non d’une collectivité, mais j’ai postulé à ce genre de poste il y a plusieurs mois et n’ayant pas d’expériences malgré ma licence Administration Économique et Sociale mention Ressources Humaines, je n’ai pas été retenue, même pour un entretien.

Alors que faire ? Vers où aller ? J’avoue que je suis dans flou artistique…

life inspilia

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je suis la photocopieuse . . .

J’ai longtemps hésité avant d’écrire cet article. Je vais y parler de mon travail et étant donné que je ne suis pas une blogueuse anonyme, je ne voulais pas qu’il puisse être vu.

Mais après tout, peu de chances que des collègues trouvent mon blog, je n’y révèle pas assez sur l’endroit où je suis etc … etc …

Ca fait maintenant 3 ans et demi que je travaille dans cette même collectivité. J’ai été contractuelle pendant plus de 3 ans. Recrutée de prime abord pour cause de disponibilité d’un agent. Qui renouvelait cette disponibilité chaque année. Donc recrutée au départ pour un an, puis une autre année, puis quelques mois et quelques mois et quelques mois… Et depuis juillet 2014, arrêté de stagiarisation. Si tout se passe bien, dans un an, je serai titulaire de la Fonction Publique.

J’ai eu un certain nombres de contrats. Le pire aura été quand on ne me disait pas si j’allais être renouvelée ou pas. Un vendredi soir, je suis partie du travail ne sachant toujours pas si je venais le lundi ou pas. Ils m’ont rappelé j’étais sur la route du retour… En pleurs… Pendant la demi-heure du trajet…

Ensuite, ils m’ont laissé miroité qu’ils allaient diminuer mon temps de travail car mon poste ne justifiait pas de mon 80 %. Ils voulaient me passer à 50 %, en sachant que j’habite à une demi-heure de là, je ne pense pas qu’ils m’auraient revu…

Finalement, ils ont décidé de me garder à 80 % et de me titulariser. Bien qu’apparemment ça a été bien difficile. La nouvelle directrice m’a fait comprendre qu’une conseillère ne voulait car j’aurai été agressive envers elle au téléphone un jour. Sauf que l’agressive, c’était elle… M’enfin bref, peu importe. Nous nous sommes mal comprises et mal interprétées, normal, pas facile par téléphone interposé. Bref, de là à me casser du sucre sur le dos alors qu’elle ne m’a jamais vue en « vrai ».

J’ai toujours bien fait mon travail, tout le monde en est pleinement satisfait. Accueil et État Civil d’une petite commune touristique. C’est vrai que mon poste ne justifie pas vraiment le 80 %. Quand y’a personne à venir, je n’ai pas tellement de travail. Pas beaucoup de travail de fond. Plusieurs fois, j’ai passé du temps à ne rien avoir à faire. Certains collègues me donnaient alors des choses, ce qui leur permettait de se décharger et moi de ne plus m’ennuyer.

Cependant, la nouvelle directrice ne veut plus de ça. Elle veut que j’ai mes propres tâches et que l’on inscrive moi et mes collègues de l’accueil tout ce que l’on fait dans notre journée et le temps qu’on y passe. J’ai du le faire une semaine. Sans noter le temps passé, il me faudrait l’écrire en permanence et je n’y pense pas. Et puis, est-ce vraiment pour réorganiser les tâches comme elle dit, ou nous fliquer ?! Elle ne veut plus que je travaille pour mes autres collègues car ce ne sont pas mes tâches. Elle m’avait dit, chacun devrait faire ses propres photocopies quand elle voyait que mes collègues m’en donnaient. Par contre, quand c’est elle qui m’en donne, on fait quoi ?! L’autre jour, elle me donne un travail à faire, j’avais pas commencé depuis 5 minutes que ça devait déjà être terminé.

Bref mon taf ça va être comme ça à chaque fois ? Passer une semaine à s’ennuyer et l’autre à avoir la pression pour finir un travail qui n’est pas le mien à la base ?

Parfois, j’ai presque envie de leur dire de mettre mon bureau devant la photocopieuse, ça ira plus vite. Avoir passé presque 4 ans ici, et en être toujours réduite à être celle qui photocopie….

Bien sûr, il n’y a pas que ça, et l’État Civil qui est censé être mon travail, j’adore. Mais dans cette ville, pas d’hôpital donc pas de naissances, les mariages, ce n’est que l’été et les décès par contre, y’en a un certain nombre mais pas de quoi t’occuper toute la journée… Alors vivement ma titularisation et je vise plus loin mais une ville plus importante pour que l’État Civil me prenne ma journée et qu’on ne puisse pas me demander d’être celle qui photocopie…

3jrhnzJ7CfOt5oQSZcGlJAk0YGY

Surtout que ce n’est pas épanouissant, pas valorisant du tout. Mon sentiment d’inutilité est immense et ça me pèse beaucoup. On se pose beaucoup de questions, à savoir si on est capable, même si on sait que oui, mais puisque on ne te fait confiance que sur des tâches sans importance, tu en perds confiance en toi.

Alors, je les remercie beaucoup pour m’avoir donné une chance en m’embauchant de me faire cette expérience, mais au bout de 4 ans d’existence ici, j’aimerai ne plus être celle à qui l’on donne ce que l’on a pas le temps ou pas envie de faire sous prétexte que j’ai du temps… Je préférerai n’avoir le temps que pour mon propre travail… Alors quand la nouvelle directrice avait dit qu’il fallait me donner un vrai poste avec de vraies tâches, elle-même ne donne pas l’exemple. J’ai vraiment l’impression d’être le larbin des autres parfois.

Déjà que je n’ai pas une vie amoureuse épanouissante, ni une vie sociale épanouissante puisque quasi inexistante (par ma faute un peu aussi, j’aime la solitude), j’aurais aimé au bout de 4 ans avoir une vie professionnelle un peu plus gratifiante. Car je suis sûre que quand ce sera le cas, ma vie amoureuse suivra le pas…. Même si, ça m’a l’air d’être tellement loin que je préfèrerais que ce soit l’inverse….

Et toi, tu es épanoui au travail ?

1653864_1513626038866367_4221337237315962528_n

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :