Je n’ai plus la force d’écrire…

Je n’écris plus ici régulièrement. Je n’y arrive plus. Il y a quelques mois, j’aurais culpabiliser, j’aurais expliqué, j’aurais laissé un mot pour vous dire que je reviendrais bientôt. Mais je ne l’ai pas fait. Car je n’avais aucune idée si j’allais revenir ou pas. Je me suis posée la question de tout stopper. Je ne peux pas me résoudre à supprimer définitivement ces écrits. Même si j’ai cette année encore investi dans un blook-up, ce site qui permet de mettre en livre les articles de ton blog. Ce mois-ci tombait aussi le renouvellement du nom de domaine. Je l’ai renouvelé. Car je ne suis pas prête à dire encore que tout est fini. Je n’ai plus la force d’écrire mais j’espère pourvoir y remédier rapidement.

Trois mois passés plus que de raison devant la télé…

Ces derniers mois, ces dernières années même, je ne m’épanouis plus au travail. L’accueil n’est pas quelque chose qui me plaît, j’ai parfois beaucoup de mal avec ma collègue et je suis souvent à la limite du supportable pour moi. Je me demande parfois comment j’arrive encore à me lever pour y aller. Je vous en parlerais dans un prochain article. C’est devenu à un point qu’en fait, je n’ai plus la force de rien en dehors du travail. Le sport est la seule chose que j’ai réussi à continuer. Et lire et regarder mes séries. Par contre, c’est l’écriture qui a trinqué.

Les 3 derniers mois, j’étais à fond dans Secret Story, 2h30 chaque soir, voir quasi 5h le jeudi pendant les jours de prime. Je n’ai consacré mon énergie qu’à ça et à vouloir voir Barbara gagnante, mais ça n’a pas été le cas. Ça peut paraître con et enfantin, mais j’ai été déçue que ce ne soit pas le cas… Elle le méritait vraiment. Je me suis attachée à cette personne, à son vécu, son passé, sa sensibilité. Je me suis reconnais en elle. Pourtant, elle n’étais pas appréciée de tous. Trop de gens sont passés à côté de qui elle est vraiment. Dommage.

Je me couchais pas spécialement plus tôt pour autant. Entre Secret, Twitter, les commentaires, et le groupe Barbara, je n’avais plus de temps que pour ça. Au sport, je regardais pendant mes exercices et je partais pendant les pubs pour ne louper aucune miette. Le soir, je discutais avec les inconnus du groupe Barbara qui comme moi la soutenait, et entre les stratégies, et les fous rires, il était difficile de se raisonner et d’aller au dodo.

Une fatigue interminable et des espoirs de pouvoir écrire à nouveau…

Du coup à la fatigue morale, s’ajoute la fatigue physique et je peux craquer à tout moment. Quand je m’enferme aux toilettes, le soir en rentrant… Est-ce que c’est normal d’y aller sans cesse en ayant cette boule au ventre. Est-ce que c’est difficultés de respiration qui m’assaillent ne sont pas en lien avec cette sensation d’étouffer sans cesse dans cette vie. Entre un boulot qui ne m’épanouit plus et la routine, j’avoue que je pète des câbles dans ma tête !

J’ai même pensé à changer un peu l’orientation de ce blog. J’ai renouvelé mon nom de domaine car je ne suis pas du tout prête à partir définitivement. Je vais peut-être encore tâtonner un peu vers ce vers quoi j’aimerais aller. Je vais prendre aussi le temps de bien réfléchir et ne vous dit rien pour ne pas susciter d’attente ! J’ai aussi l’impression que mon écriture s’est étiolée… Comme si le fait de ne pas être bien dans ma vie et de ne plus trouver la force d’écrire, me rendait incapable d’écrire. J’ai comme l’impression d’avoir perdu ce don de sortir des histoires… J’espère pouvoir renouer avec ça rapidement…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mais où est passée l’année 2016 . . . ?!

Je n’arrive pas à croire que nous sommes déjà à une semaine de Noël, je me souviens de Noël dernier comme si c’était hier. Un bon Noël, on avait bien rigolé, bien discuté, et les petits me ravissent encore plus à cette époque de l’année ! Même si ils ne croient plus au petit papa Noël, ça reste des moments magiques avec les cadeaux, les chocolats, les bonnes choses à partager !

Un an déjà… Il y a un an, j’étais en objectif de perte de poids, et me pesant chaque semaine, je me souviens que ma dernière pesée avant Noël, je m’étais fixée un objectif : si je faisais 55 kilos ou moins, je m’autorisais à manger sans compter pour les fêtes ! L’objectif avait été atteint, et je me suis tellement régalée que j’ai fini le repas du 24 avec un mal de ventre !

Cette année, je me fixe un peu le même objectif, et aujourd’hui c’était ma dernière pesée avant Noël : 49,3 kilos, l’objectif étant de 50 ou moins, c’est parfait ! Je suis d’ailleurs à ce poids depuis 4 mois étant en phase de stabilisation. Ce n’est pas un poids par hasard, c’est une combinaison avec ma taille etc etc… Ne commencez pas à me dire que c’est trop maigre ou autre, je ne suis pas du tout maigre. Malgré les kilos perdus, il reste à tonifier encore certains endroits de mon corps. Je gère très bien mon poids de toute façon et c’est aussi une question d’être bien dans sa tête avec ce corps.

christmas-1911637_960_720

Revenons en au fait ! Un an de passé encore, un an où il ne s’est rien passé de fou. A part la perte des derniers kilos en trop de restant, je ne vois pas ce qu’il y a eu de positif. J’ai raté un concours, j’ai eu encore des soucis avec mon dos et mes jambes (je touche du bois, ça va mieux !) et le taf m’ennuie de plus en plus et je vois bien que je m’y épanouis de moins en moins. Étant donné que c’est l’endroit où l’on passe le plus clair de son temps, c’est assez dur à vivre psychologiquement, et j’ai parfois des baisses de moral !

Niveau cœur, rien de bien nouveau à l’horizon non plus. Une tentative échouée en août. Un mec que j’ai fait galérer pour me voir pendant 3 ans pour au final tout gâcher en me rendant compte que je n’avais pas réglé mes soucis de dépendance affective, et d’abandon. La jalousie en découlant me faisant faire n’importe quoi et être bien trop dans l’excès, me faisant souffrir et qui a force l’aurait fait souffrir et j’ai préféré tout stoppé avant qu’il ne soit trop tard…

Alors, encore un an de passé. Un an où je n’ai rien construit. Je suis restée habiter chez ma mère parce-que c’était plus simple, ne sachant pas si j’allais restée dans mon boulot ou pas, ou me rapprocher ou encore plus m’éloigner… Je ne fais pas tant que ça de candidature ailleurs mais le peu et tout peu être chambouler alors je ne sais pas quoi faire. D’autant que même si je me prends un appart, ce serait à une trentaine de km de mon boulot et je ne suis malheureusement qu’à 80 %. Alors, je reste ici pour l’instant… Mais si je ne bouge pas, il va rester encore combien de temps comme ça ?!

day-1891529_960_720

Un an où rien n’a bougé, rien n’a avancé, et ça commence à me fatiguer. Moi je voudrais me lever le matin et avoir hâte de sortir du lit pour aller à un boulot qui me plaît, ou le temps passe vite tellement je suis à fond dans ce que je fais et qui ne me fasse ni stresser ni voir trop de monde. Un an où je me suis rendu compte que je n’étais pas faite pour être agent d’accueil (même si je le savais déjà), où mes compétences ici sont sous-exploitées et où je m’ennuie beaucoup trop…

Un an toujours seule, sans mec, et avec si peu d’amis… Ou bien si loin… Si seulement on pouvait tous habiter à deux mètres au lieu de ces plusieurs milliers de kilomètres… Je ne vais pas commencer à faire des résolutions pour 2017 et encore moins des vœux, j’espère juste qu’il y aura du changement dans ma vie professionnelle, et une surprise dans ma vie amoureuse… Le reste suivra… Enfin, je l’espère !

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cette lettre que je n’attendais plus, qui me redonne espoir et me fait peur à la fois…

Hier, j’ai reçu une lettre que je n’attendais plus. Vivant chez ma maman qui était au courant de cette lettre et de cette entête qui devait potentiellement m’arriver, a ouvert le courrier avant moi. Elle savait que de toute façon, si elle me disait que le courrier était arrivé, je lui aurais demandé de l’ouvrir et de me dire son contenu.

Alors quand j’ai reçu le sms qui me disait que la lettre était arrivée et qu’elle était positive, je n’y croyais pas ! J’étais à la fois contente et tout à coup, j’avais peur aussi. Je ne vous ai pas caché ma volonté de trouver mieux. Que je n’étais pas assez mise en valeur et que le travail effectué n’était pas à la hauteur de mes compétences et d’autres raisons qui faisaient que je ne me plaisais plus au boulot.

C’est vrai que de toute façon, j’ai besoin d’un poste à 35h et pour l’instant je n’en suis qu’à 28. Alors depuis ma titularisation, je cherche ailleurs. Et j’ai postulé à cette offre, il y a un peu plus d’un mois. Une ville à une heure de chez moi, un service État Civil beaucoup plus conséquent puisqu’il s’agit d’une grande ville.

shield-953533_960_720

Ils me convoquent donc à l’entretien. Je suis contente car cela signifie que ma lettre de motivation ainsi que mon CV les intéresse mais je suis à la fois flippée car actuellement je suis dans une petite commune où il y a peu d’État Civil au final, et j’ai un peu peur qu’ils me posent des questions pointues etc etc…

De toute façon, je vais le préparer un peu cet entretien, mais je vais y aller cool, j’ai déjà un boulot, c’est une opportunité pour en changer, mais ce n’est pas non plus une question alimentaire, je veux dire « ça passe ou ça casse » on verra bien. D’ailleurs, il faut que je commence à peser le pour et le contre d’une éventualité positive car ça changera alors beaucoup de choses dans ma vie actuelle, pas seulement professionnellement donc c’est à y réfléchir bien posément.

En effet, comme on dit « On sait ce qu’on perd, mais on ne sait pas ce qu’on gagne ». Et si c’était pire ailleurs ? Et si le changement de pression à l’inverse était compliqué à gérer ? Et si je n’étais pas à la hauteur ? Et si je ne m’entendais pas avec les futurs collègues ? Et si je n’arrive pas à me faire à cette ville que je détestais lorsque j’y étudiais ?

Tout un tas de questions et pas de réponses. C’est presque un coup de poker. En attendant, rien n’est fait, ce n’est qu’un premier pas dont je n’ai pas encore l’issue ça ne dépend pas que de moi ni de ma prestation à cet entretien mais également à celle des autres convoqués également. Il faut réussir à être celle qui les convaincra le plus.

startup-593344_960_720

Au final, cette lettre que je n’attendais plus me rend heureuse et me fait très peur à la fois. J’ai peur de faire un mauvais choix, de partir dans la mauvaise direction, que ce soit pire après, de ne pas être dans le bon chemin, le bon cheminement pour changer de cap. Je sais que je veux changer quelque chose dans ma vie et notamment mon travail depuis très longtemps et que c’est peut-être l’opportunité qu’il me fallait mais si ce n’était pas de changer complètement de taf mais de complètement changer aussi de voie ?

C’est vrai que je me pose de plus en plus de questions à savoir si je suis vraiment faite pour une vie de bureau, derrière un écran et que l’accueil me rebute aussi un peu, je sais que j’en aurais encore mais dans un domaine bien particulier qui est censé être un domaine que je commence à connaître, même s’il y aura bien plus de particularités et qu’ayant été formée sur le tas, j’ai peur de ne pas être à la hauteur.

Je travaille en mairie, en tant qu’agent d’accueil état civil et je sais que j’aimerais plutôt travailler dans les Ressources Humaines, alors pas assistante RH ou autres, mais être l’agent qui s’occupe des paies, des avancements de carrière, de grades, d’échelons, etc etc… ça c’est l’un des postes dans ma fonction publique territoriale qui me plairait le plus, le mieux serait même au sein d’un Centre de Gestion directement et non d’une collectivité, mais j’ai postulé à ce genre de poste il y a plusieurs mois et n’ayant pas d’expériences malgré ma licence Administration Économique et Sociale mention Ressources Humaines, je n’ai pas été retenue, même pour un entretien.

Alors que faire ? Vers où aller ? J’avoue que je suis dans flou artistique…

life inspilia

douniajoy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Prendre un appart ou pas ?

Hier, une copine m’a posé la question, si j’allais prendre un nouvel appartement ou pas. En effet, vendredi 13 juin, j’ai reçu une nouvelle. Une « bonne » nouvelle. Je suis contractuelle de la fonction publique sur le même poste depuis 3 ans et demi et ça y est, ils ont enfin décidé de me titulariser au 1er juillet. Me voilà donc stagiaire de la fonction publique pendant un an.

FOURMI9_8_petite-e5415

Je travaille à une demi-heure de chez moi. Pendant presque un an, j’habitais une commune à 10 minutes du travail. Je vivais alors avec mon copain, mais lorsqu’il a rompu, j’ai donné le préavis et j’ai quitté notre appartement. Financièrement, je ne pouvais pas l’assumer seule (bien que ça faisait des mois que je l’assumais déjà toute seule, mais ça c’est une autre histoire!) et je ne pouvais émotionnellement pas rester dans l’appartement où nous avions vécu dans notre cocon d’amour mais surtout de haine… (ça aussi c’est une autre histoire!).

J’étais donc retournée chez maman ! Et ça va faire maintenant un an et demi déjà. Alors d’un côté, j’ai envie de reprendre mon indépendance et de l’autre, je ne sais pas où prendre cet appartement, ni si à l’issue de la titularisation, je ne chercherai pas mieux ailleurs, étant donné qu’ils me titularisent à 80 % et accessoirement pour pleins d’autres raisons que je n’évoquerai pas dans le détail.

arton15251

Où ? Bin oui pourquoi où me direz-vous ? Comme je vous le disais, je travaille à une demi-heure de chez ma maman. Dans une ville touristique qui soyons francs, est une ville morte l’hiver et peuplée l’été, sa population étant multipliée par 10 ! Et oui, 12 terrains de camping dans la même ville, ce n’est pas rien !

Mais voilà, l’hiver, il n’y a vraiment rien à y faire ! Moi chez ma maman, j’ai les magasins à côté et surtout ma salle de sport, devenue indispensable à mon quotidien (bien qu’en ce moment, j’en sois privée par cette satanée déchirure musculaire!).

D’un autre côté, le soir, la route m’énerve, il n’y a pas d’autre mot et si je pouvais aller à pied de mon chez moi à mon travail, ça m’arrangerait bien, mais 3 /4 soirs par semaine, je reviendrai par chez ma maman pour aller au sport. Alors si c’est pour me donner des charges en plus financièrement, je ne vois pas vraiment l’intérêt !

Cependant, prendre un appartement pas loin de chez ma maman, financièrement ce sera chaud également, car j’aurai le loyer + l’essence !

fot120127b

Du coup, je ne sais pas du tout quoi faire ! Je sens que je vais rester encore au moins 1 an chez maman. On verra bien quand j’aurai ma titularisation, et si je cherche ailleurs où j’atterris finalement ! Car oui, si je prends un appartement près de mon boulot, loin de tout, et que dans 1 an, je suis ailleurs, il faudra encore déménager ! Et mon Dieu, ce que je n’aime pas les cartons, le camion et la galère pour trimbaler les meubles !

Mais en même temps, j’ai vraiment envie de pouvoir me concocter un chez moi avec mes meubles et ne pas me sentir en prison dans ma chambre d’enfant tellement c’est petit ! Cruel dilemme !

Que faire ?! Aidez moi à faire un choix !

http___signatures.mylivesignature.com_54492_150_3AC5CCD34B2E7692F7C354C21BBB322D

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :