Humeurs, Love

Peut-on attendre des autres ce que l’on ne s’accorde pas soi-même ?

Tout à l’heure je lisais un article où une jeune femme se demandait si quelqu’un pourrait s’intéresser à elle et l’aimer alors qu’elle ne s’aimait pas vraiment elle-même ? Et du coup, ça m’a frappé et je me suis dit, que non, alors que pourtant je me demande aussi si quelqu’un pourrait s’intéresser à moi. Mais non, on ne peut pas exiger d’un autre ce que l’on peine à s’accorder soi-même. Et pas uniquement le sentiment amoureux d’ailleurs. Une personne irrespectueuse par exemple, ne peut exiger qu’on lui doive le respect si elle méprise le monde autour d’elle. Alors, peut-on attendre des autres ce que l’on ne s’accorde pas soi-même ?

Il faut apprendre à cesser attendre des autres. On ne peut attendre d’être respecté des autres si soi-même on ne se respecte pas assez. Cela s’applique à moi-même d’ailleurs. Oser poser des limites aux autres ne doit pas nous faire peur, au contraire, oser dire non et s’affirmer ne fera que faire grandir le respect des autres vis-à-vis de vous. De même, qu’on peut difficilement attendre de l’autre ce qu’on ne lui demande pas. En effet, les gens ne peuvent pas deviner ce que l’on pense. Ils ne peuvent pas savoir nos ressentis si on les tait, ou si on les cache. Il faut apprendre à communiquer et dire clairement ce que l’on pense.

Ne pas trop ni tout attendre des autres…

En amour, c’est pareil. Une personne en constante attente qui ne dit pas clairement ce qu’elle pense, ce qu’elle souhaite, ce qu’elle ressent ne comprendra pas que l’autre ne puisse pas le deviner. Mais l’autre qui n’est pas dans sa tête et qui n’a pas les mêmes attentes, ou qui ne pense pas qu’on puisse avoir les attentes attendues ne pourra pas les combler. Si l’on ne s’aime pas soi-même suffisamment parce-qu’on ne croit pas assez en soi, comment arriverait-on à croire que l’autre puisse nous aimer ?

On ne peut attendre de l’autre qu’il nous rende heureux si on ne l’est pas soi-même. L’autre n’est pas là pour combler un manque ou nos attentes. C’est une chose que j’ai fini par comprendre mais que je n’ai toujours pas réussi à mettre en pratique. Je sais que je ne peux pas dépendre d’un autre, ni placer toutes mes attentes entre ses mains. En effet, je ne dois pas vivre ma vie qu’en fonction de l’autre en voulant passer tout mon temps avec la personne. Je sais que comme mes relations passées, on finirait par s’étouffer.

Je le sais mais je pense que je tomberai encore dans le piège car je n’ai pas moi-même combler tous mes manques et mes attentes. Parce-que je ne suis pas heureuse dans ma vie seule pour pouvoir l’être avec un autre. Ma vie professionnelle ne m’épanouit pas plus que ça et je ne peux la mettre de côté. De plus, en attendant trop que l’autre m’aime, je ne saurai pas l’aimer car je serai en constante attente. Le manque de confiance, les doutes et la méfiance vont générer ou entretenir des relations à base d’appropriation et de possessivité.

S’aimer pour ce que l’on est…

N’attendons pas que les autres nous aime et aimons nous nous même pour ce que nous sommes. Apprenons à voir et apprécier nos qualités. Prendre soin de soi, s’écouter, accepter nos imperfections, accepter que nous ne pouvons pas être parfait, accorder un regard bienveillant envers soi, être libre et joyeux, profiter de chaque instant et surtout de chaque bon moment. S’accorder du temps pour soi pour faire les choses qui nous plaisent et nous rendent heureux.

Je crois que dans notre société l’amour de soi est confondu avec narcissisme et égoïsme. On ne nous apprend pas à nous aimer parce-qu’on dit qu’on ne doit pas être égoïste, mais l’un n’empêche pas l’autre. On nous apprend à aimer autrui mais on ne nous apprend à nous aimer nous. Du coup, dans la croyance, on pense que trop s’occuper de soi est mal, narcissique et égoïste. Sauf que prendre soin de soi n’empêche pas de prendre soin de l’autre. Tout est question d’équilibre.

Etre constamment en demande et dans un manque et besoin d’amour créera automatiquement de l’insatisfaction, quoi que fera l’autre, cela ne sera jamais assez bien si on ne s’aime pas pour pouvoir croire en l’amour de l’autre. Le fait de ne pas s’aimer nous fait aussi penser que nous n’avons aucune valeur et que nous n’avons rien à donner non plus. On ne peut pas être dans une relation équilibrée ni saine dans cet état d’esprit.

Se connaître…

Pour s’aimer soi-même, on doit faire un travail sur soi, accompagné ou non. Il est important de bien se connaître, pour pouvoir savoir ce qui nous rend heureux. S’aimer soi même, impliquer se faire respecter et respecter ses valeurs. De plus, s’aimer soi même, c’est accepter nos défauts, reconnaître nos qualités. S’aimer soi-même n’est pas se regarder dans une classe dans un mode narcissique et se trouver beau ou belle et se lancer des fleurs et une tonne de compliments. Quoi qu’il en soit, s’aimer est une question d’estime de soi.

S’estimer c’est se faire confiance, ne pas se dévaloriser et s’aimer pour ce que l’on est. Avoir confiance en ses désirs, ses qualités, ses aptitudes, est nécessaire pour se construire une bonne estime de soi. L’estime de soi se construit dès l’enfance et dès lors que petit, on a été dévalorisé, s’estimer s’avérera plus compliqué qu’une personne qui a été soutenue et encouragée. Pour s’estimer, il est important de se détacher du regard des autres. Et d’avoir confiance en nos goûts, nos désirs, et surtout en nos choix.

Faire des projets qui nous tiennent à cœur, dans lequel on a envie de s’investir et qui nous apporteront du bien-être. Et cela n’empêche pas de s’impliquer pour les autres, de les aider. Et surtout, il ne faut jamais oublier que de toute façon, quoi que l’on face, il y a aura toujours des cons à nous critiquer. Mais cela ne doit pas nous freiner. Ayons confiance en nous, affirmons nos choix, cessons d’en attendre trop des autres, on n’est jamais mieux servi que par soi-même de toute façon ! (Bon bah, voilà, j’ai la théorie mais maintenant pour la pratique, y’a plus qu’à hein!).

Humeurs, Love

Que devient un blog « humeur » lorsqu’on n’a plus envie de se confier… ?

Des confidences trop personnelles

J’ai fait une pause avec le blog cette semaine… Ce dernier mois, mes articles ont été très personnels, voir même très intimes. Je me suis confiée sur les sujets les plus douloureux de ma vie. Puis, je vous ai révélé le plus grand secret de ma vie, qui n’en est pas vraiment un d’ailleurs. Même si, je n’ai jamais forcément eu à le cacher ni à le révéler à qui que ce soit d’autres que mes (peu nombreux) petits copains…

Et puis, vous avez pu lire tout au long de ce blog, mes péripéties amoureuses… Alors qu’en trois ans, je ne suis sortie finalement avec personne, je me demande de combien de mecs j’ai pu vous parler ici… Je suis un cœur d’artichaut que voulez-vous. Je m’attache et surtout trop vite… Et puis je n’ose pas ou alors j’ose maladroitement et ça ne paye pas… J’intellectualise trop les choses, je ne laisse pas le temps au temps et je n’ai jamais réussi à lâcher prise…

Mais après les articles sur ces choses personnelles, après les articles sur tous les mecs qui ont pu me plaire depuis 3 ans, je dis stop. Je suis fatiguée, je me suis fatiguée. Et je n’ai plus envie de me confier ici. Car je l’ai trop fait. Je ne sais pas si je regrette ou si le fait de ne pas être blogueuse anonyme pèse dans la balance, mais je crois qu’il est temps de garder les choses pour moi. Et je ne parle même pas qu’ici, mais sur Facebook aussi par exemple… J’ai tendance à trop demander de l’aide et ça non plus je ne veux plus…

 L’interrogation de tout arrêter

J’ai même pensé à arrêter le blog. Je vous avoue que là, je ne sais pas ce qu’il va devenir. Je n’ai pas forcément envie d’arrêter car j’aime écrire, mais ce que j’aimais surtout écrire, c’était ce genre d’articles où je pouvais déverser mes états d’âmes… Et j’ai l’impression aussi que c’est dans ce genre d’articles que je suis douée… Que tout le reste qui ponctue mon blog n’est pas aussi bien écrit et qu’en dehors de la confidence par écrit, je ne suis pas bien douée…

J’ai envie de vous parler de livres peut-être un peu souvent… Peut-être même que j’écrirais ici des histoires, des nouvelles, des fictions inventées… Je ne sais pas encore. Ou peut-être que cet article sera finalement le dernier. Même si je sais que je ne vous ai pas encore parlé d’une série et que je veux vous en parler malgré que tout le monde en a déjà parlé !

Il y aurait matière à encore vous exposer ma vie amoureuse… Elle est encore riche… dans ma tête ! Mais je n’en ai vraiment plus envie… Je ne sais pas si je ne vais pas fermer quelques articles d’ailleurs, j’avoue que je me pose pas mal de questions, pour ne pas changer. Mais je me fatigue, je n’ai plus assez d’énergie ni assez de forces pour continuer à triturer mon cerveau de la sorte. Il est grand temps que j’apprenne le lâcher-prise et le « on verra bien ce qui se passe ».

 Me recentrer sur moi et uniquement moi

Il est temps que je me focalise sur moi, sur mon boulot que je veux changer, sur les sorties et les amis que je voudrais me faire. Sur ma vie en général et ce vers quoi je veux la tourner. Il est grand temps que je vive ma vie telle que je l’ai toujours rêvé. Et non plus telle que l’ont m’a dit de le faire. Je commence par regarder les annonces et j’ai vu un appartement qui me plaît, on doit me rappeler la semaine prochaine pour fixer un RDV pour le visiter. J’aimerais bien que ça fonctionne.

Ce serait un premier pas. Puis ensuite, j’aurais tout le loisir de m’occuper du reste petit à petit. Voir un organisme d’orientation pour voir ce que je pourrais bien faire de ma vie. Et peut-être enfin m’inscrire à une sortie OVS (mais y’a pas beaucoup de sorties de jeunes) et même sortir seule plus souvent, même au cinéma ! Je pense que le seul moyen de changer ce qu’est ma vie, c’est de provoquer des petites choses, des petits changements et ne plus attendre que ça me vienne tout cuit dans les mains…

Coups de coeur, Humeurs, Love

Je n’avais pas de style de mecs préférés, mais je crois que j’aime les yeux bleus (et les tennismen)!

pas de style particulier mais bruns aux yeux bleus…

Je n’ai jamais eu de style de mecs particuliers. J’ai, comme toutes les filles, craqué sur les bogoss, mais également sur des mecs qui pour moi avaient un véritable charme alors qu’on me demandait ce que je pouvais bien leur trouver… Blond, brun, cheveux longs, courts, yeux bleus marrons ou verts, je ne pensais pas du tout avoir de préférence. J’ai un petit faible pour quasiment tous les blonds vénitiens (presque roux, voir roux) avec beaucoup de tâches de rousseur sur le visage !

Mais quand même, je me rends compte qu’en général, je craque sur beaucoup de bruns aux yeux bleus. Ils ont du charme, de la prestance, et beaucoup de style en général. Ian Somerhalder, Antoine Griezmann (bon il est blond foncé ça va ok!) et récemment ce joueur de tennis que j’ai vu à un tournoi le week-end dernier. Tobias Kamke. Pourtant en l’ayant de prime abord regardé sur des photos sur Internet, je ne lui trouvais rien d’exceptionnel. Mais pour l’avoir approché en vrai ! Mamamia !

… et tennismen qui plus est !

D’ailleurs, il y en a qui craquent sur des pompiers, ou des policiers et bien moi non, mon truc à moi ce sont les tennismen… ! Ça a commencé très jeune, je devais avoir 16 ans, 17 ans tout au plus, quand Rafael Nadal m’a tapé dans l’oeil et fait aimer le tennis d’ailleurs. C’est lui qui m’a fait aimé le sport à ses débuts à Roland-Garros et pas seulement pour sa beauté mais pour sa gnaque, son envie de gagner, sa volonté, sa détermination et son jeu.

Depuis, je suis pas mal le tennis en général, bien que pas encore assez à mon goût. Mais chaque année, je vais voir le tournoi de tennis qui a lieu pas loin de chez moi. Cette année encore. Et j’avoue jouer ma groupie depuis quelques années, à essayer de me prendre en photo avec un des joueurs ! Cette fois-ci, mon choix s’est porté sur le finaliste ! Alors, je vous raconte même pas comment on a du me prendre pour une gamine !

Une fois le match terminé et la remise des prix effectués, la plupart des gens s’en vont. Restait plus que moi et quelques gamins et gamines à la moyenne d’âge de 12 ans ! J’en ai pas eu honte. Je veux ma photo et peu importe s’il n’y a que des enfants, je lis bien des livres pour ados, ça ne va pas m’arrêter. J’arrive près du joueur perdant que j’ai soutenu pendant le match pour sa gnaque et sa volonté mais aussi son jeu (coucou Nadal!).

« – Excuse me ?
– Yes ?
– Can I take a photo with you please ?
– Sure !
(Me, trembling and taking a blurry picture out of focus)
– Thank you very much
– You’re welcome ! »
{mode groupie activée}

Humeurs, Love

Lettre ouverte à ce bon cher Valentin . . .

Je ne t’ai pas vu depuis un bon moment et tellement peu souvent que je ne me souviens même pas à quoi tu ressembles. C’était il y a quatre ans la dernière fois et je ne m’en rappelle même pas non plus… Pourtant, les débuts avaient été idylliques avec lui à cette époque et nous étions à ce moment-là passionnément amoureux.

Était-il au travail ? à Paris ? Je ne sais même plus si nous avions pu la passer ensemble. Et avec le premier, je n’ai qu’encore moins de souvenirs… Quasiment aucune réminiscence de mes deux vies en couple. Trop peu nombreuses et surtout trop courtes de toute façon… Je ne me souviens que des bons moments et encore, ils s’effacent avec le temps…

Alors, cher Valentin, je ne sais pas quand je pourrais re-fêter l’amour avec toi… Cupidon n’a pas l’air pressé de me lancer une flèche en plein cœur… Et je ne sais pas si je suis moi-même prête à revivre tout ça. La dernière fois que j’ai retenté une histoire à la fin de l’été, j’ai aussitôt abandonné en voyant ressurgir mes plus mauvais côtés en tant que fille en couple.

La fille trop possessive, jalouse et dépendante de l’autre, tu vois… Tu sais, cher Valentin, je ne veux pas revivre ça. L’amour passion, l’amour poison. Moi, je veux un amour de raison. Un amour plus sage, plus calme, peuplé de tempêtes parfois, mais pas dévastatrices, tu vois…

Moi, je voudrais que tu sois drôle, gentil, beau, fidèle, patient et sincère. Que tu m’épaules et me pousse à prendre des risques, à être moi, à sortir de ma zone de confort et à briser toutes les peurs qui me tenaille. Que tu sois suffisamment amoureux et que tu réussisses à me prouver que même sans toi, je peux être heureuse et me suffire à moi-même.

Je veux que tu sois mon mec, mon amoureux, mon meilleur ami, mon confident… Je veux que tu me fasses confiance et me prouve que l’inverse peut être aussi accordée. Je veux jouer à « cap ou pas cap » avec toi. Je veux que l’on se tente, que l’on se teste, qu’on prenne des risques, qu’on vive chaque jour comme si on allait mourir le lendemain. Je veux qu’on se manque aussi parfois… Pour pouvoir mieux se retrouver et réanimer la passion entre nous…

Je ne t’attends plus sur ton cheval blanc, je serais plutôt moto ou Audi R8 (je plaisante, quoique !). Je veux juste que tu cesses de prendre ton temps et que tu me prouves que j’en ai déjà moi-même assez perdu. Je veux connaître celui que je n’aurais pas peur de rencontrer, à qui j’oserais enfin dire oui, et briser les barrières et chaînes qui m’entourent et qui entourent mon cœur de peur de souffrir à nouveau…

Si tu n’as pas peur d’être patient, de me découvrir petit à petit, de me laisser m’ouvrir doucement et d’apprendre à refaire confiance, je sais que je peux être une amoureuse géniale et si j’étais en pleine confiance et indépendante, je pourrais certainement être une fille qui te rende complètement dingue de moi ! (Bah quoi, si personne ne me fait de compliment en ce jour alors qui va le faire ?) Toi qui me lis ? Manifeste-toi alors ! Bisous mon futur Valentin…

Humeurs, Love

Écrit #4 : "Ceci est un message personnel" . . .

Ils sont incroyables. Je suis trop gentille ou encore bien trop naïve, je ne sais pas. Mais j’en ai ma claque. Je sature. Quand on m’envoie un message, je réponds du tac au tac lorsque je le peux et si je ne réponds pas immédiatement, c’est que vraiment, j’étais trop occupée à ce moment là. Et puis, ensuite, il se peut que j’oublie.

Mais quand tu es systématiquement celle qui demande des nouvelles, systématiquement celle qui réponds du tac au tac et qui se montre disponible même si elle aurait sûrement mieux à faire. Il y a toujours mieux à faire qu’une discussion sur Internet ou pas SMS interposés n’est-ce-pas ?

breakingsecrets-via-tumblr-on-we-heart-it-8608159

Alors, ils viennent te parler uniquement quand EUX le souhaitent ! Si c’est toi qui va leur parler, tu attendras trois jours une réponse car ils n’ont pas décidé à ce moment là. Alors, quand tu vois que c’est comme ça depuis des années, stop, tu lâches un peu la bride et tu apprends à ne plus rien attendre des gens mais surtout à ne pas trop leur en donner non plus.

Alors quand tu as le toupet de dire à l’une de ces personnes qui ne vient te parler que lorsque l’ennui est trop insupportable pour lui alors que désormais toi, tu as appris à t’éloigner des gens et à ne pas leur laisser trop de place, on cherche à bien te faire culpabiliser en te disant que c’est pas très sympa et que ça ne se fait pas ?!

WeHeartIt-we-heart-it-29494217-500-375

C’est marrant, ces gens là c’est tous les mêmes, ce n’est pas le premier, espérons le dernier à me faire ça. Ils croient sans doute que je suis encore la pauvre petite fille fragile et naïve qui dira de toute façon amen à tout, mais NON les gars ! NON, je ne laisse plus autrui être plus important que moi !

Je n’accorde plus d’importance aux gens qui ne t’en accordent que lorsqu’ils le décident soudainement ou tout le temps à leur bon vouloir. C’est fini ça. Je ne suis plus la gentille fille que vous avez connue, bien trop sympa, qui se laissait déranger à chaque heure, à chaque moment pour égayer votre quotidien.

we heart it (1)

Non, je suis juste la fille avec 10000 activités qui n’a plus besoin de personne et encore moins de ces discussions sans grand intérêt. Car les mecs, quand vous saurez enfin clairement ce que vous attendez, on pourra parler. En attendant, je n’ai vraiment plus le temps, de perdre mon temps !

Ceci est un message personnel destiné à tous les crétins qui un jour m’ont parlé, qui partent et qui reviennent sans arrêt pour je ne sais quelle raison. L’ennui ? Le néant ? Rien d’autre à essayer de se mettre sous la dent ?

WeHeartIt-we-heart-it-29494408-500-333

Moi j’accorderais du temps à celui qui m’en accordera non pas par défaut, par ennui ou faute de mieux… Alors ne vous plaignez pas de mon comportement, car c’est le vôtre qui a forgé ce qu’il est devenu aujourd’hui. Regardez-juste vous dans une glace et remettez-vous en question…

Cet article a été écrit dans le cadre du Challenge  « Un défi ou un écrit » proposé par Agoaye. Clique sur l’image ci-dessous pour en savoir plus si toi aussi tu souhaites participer.

Bannière-copie

Humeurs, Love

Défi #1 – "Écrire pour renouer" – Lettre à moi-même . . .

Je participe cette année aux défis d’Agoaye. Chaque semaine, elle nous proposera un défi et un thème sur des sujets en particulier. Si on ne souhaite pas participer aux défis, il y aura tout de même chaque semaine un thème écrit sur lequel nous pourrons composer. Et les plus courageuses d’entre nous pourront si elles le souhaitent réaliser et les défis et le thème ! Cette semaine, le thème du défi s’intitule « Écrire pour renouer ». Pour cela, il suffit d’écrire une lettre à quelqu’un à qui on a quelque chose à dire depuis longtemps. Le thème lui porte se nomme « Ma petite liste pour 2016. » J’avais fait le choix de ne pas faire d’articles sur mes résolutions alors, je n’avais pas spécialement envie de participer à ce thème écrit. J’ai donc décidé de publier ma lettre rédigée dans le cadre du défi. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce challenge, cliquez sur le lien :

défi1

Chère Dounia-Joy,

Tu approches la trentaine et pourtant tu n’as rien vécu. Tu te contentes de survivre ou de te laisser vivre sans prendre part toi-même à ta vie. Je suis sûre que tu as toutes les capacités pour être pleinement heureuse mais tu te brides toi-même. Tu restes bloquée dans ton petit confort sans oser prendre de risques.

Tu te plains que tu t’ennuies mais tu ne t’ennuierais pas si tu osais. Si tu rencontrais plus de monde, et si tu sortais un peu plus au lieu de rester scotchée les yeux devant ton écran d’ordinateur à lire ou regarder tes séries. Oh, je sais bien que tu sors pour aller faire du sport mais on ne peut pas dire que tu y rencontres beaucoup de monde.

Je sais que tu as peur de faire des rencontres. Que tu n’es pas guérie de tes histoires passées ou des non-histoires qui t’ont tout autant blessée. Mais, tu n’es pas obligée de faire des rencontres uniquement dans un but amoureux, tu pourrais tout aussi bien faire des rencontres amicales même si je sais que tu ne crois plus vraiment en l’amitié.

fille1

Il faut dire que tu n’as été gâtée ni en amitié ni en amour. Tu n’as jamais réussi à te lier d’amitié facilement. Pour toi, il est plus facile de créer des liens via ton ordinateur qu’en vrai. Tu es encore beaucoup trop timide et tu as encore tellement peu de confiance en toi. Alors tu te caches, derrière tes profils, tu te laisses aller à être toi. Sans barrière. C’est drôle, c’est derrière un écran que tu te livres le mieux.

Tu n’as jamais su garder de liens d’amitié. Tes copines du primaire sont restées au primaire. Pareil pour le collège. Tu as bien tenté de garder tes deux meilleures copines de lycée mais aujourd’hui, tu ne leur parles plus et tu n’en as plus vraiment envie. Elles ont leur vie qui est si loin de la tienne à présent. Plus les mêmes envies, plus les mêmes aspirations, à quoi bon ?

A la fac, tu n’as pas plus gardé de liens avec les amies avec qui tu étais non plus. Alors où d’autres aurais-tu pu te faire des ami(e)s que devant ton ordinateur là où tu passes le plus clair de ton temps ?! Alors, tu en as avec qui tu communiques depuis quasiment plus de 8 ans maintenant. Même si ce n’est plus non plus aussi fort qu’avant, tu sais que tu peux compter sur certaines d’entre elles. Mais bizarrement, l’une de celles que tu as vues en vrai, t’as finalement beaucoup déçue et tu as cessé de lui parler. Et puis, la vie a fini par t’éloigner de la plupart d’entre eux / elles…

We-heart-it-lips-and-scarf

Il y a ces garçons… Ceux qui tu as rencontré sur la toile également, quand tu te perdais sur AdopteUnMec. Oh tu es y toujours inscrite mais tu refuses quasiment toutes les demandes de charmes. Tu ne leur laisses aucune chance. Mais quelques uns de ceux à qui tu parlais le plus sont restés liés à toi, sans parfois les avoir jamais vus…

Tu ne comprends pas pourquoi ils reviennent toujours vers toi d’ailleurs. Tu te dis qu’eux aussi s’ennuient de leur côté et qu’ils n’ont sûrement rien de mieux à se mettre sous la dent. Mais, tu ne penses même pas qu’ils veuillent de toi et toi, tu ne veux pas d’eux. Tu ne veux de personne. Tu veux ceux qui ne veulent pas de toi…

Mais tu as peur de les voir quand même. Car tu as un cœur d’artichaut et tu sais que tu pourrais facilement tomber dans le piège de tomber amoureuse, c’est si bien ! Peur de te sentir tellement seule que tu finirais par accepter une relation que tu ne désires pas au départ. Car tu sais ce que tu veux, tu sais ce que tu ne veux pas mais tu sais aussi qu’en amour tu n’as aucune volonté.

iEG7M1ILE5wyFXJrIrPZ9rFGAQo

Tu es trop passionnelle. Tu voudrais vivre tellement de choses que tu pourrais accepter ce qui pourtant ne te correspondrait pas. Alors tu t’enfermes. Tu te refuses à la rencontre, même amicale. Tu as peur d’être déçue et peut-être de décevoir. Tu as peur de t’attacher et puis finalement que l’autre, lui, ne s’attache pas.

Tu as peur des mecs car tu ne sais pas si tu saurais restée seulement amie avec eux et tu as aussi peur des nanas car tu as peur que finalement l’amitié finisse aussi par s’étioler comme avec tes copines de lycée. Mais tu as trop peur tu sais. Tu devrais juste prendre des risques parfois. Car c’est ça la vie et puis même si on tombe, on finit toujours par se relever.

Tu en sais quelque chose pourtant. Tu t’es relevée de bien des choses… De ruptures, d’histoires à sens unique, d’amitiés déçues, de blessures… Et tu as accompli de grandes choses auxquelles tu peux être fière. Souviens-toi toujours des années 2012 à 2015. Souviens-toi des – 20 kilos. De la transformation de ton corps. De ta volonté et détermination à perdre ce poids. Tu as perdu du poids non seulement physique mais dans tes bagages. Tu as laissé derrière toi toutes ces blessures. Et je suis sûre qu’à présent, tu serais prête pour vivre de jolies histoires. Il faut seulement que tu acceptes de prendre quelques risques….

Humeurs, Love

Comment est-ce qu'on le sait que c'est Lui ?!

Quand on est célibataire et qu’on entend le discours des copines en couple depuis longtemps, on a l’impression en les écoutant que c’est pourtant si facile de trouver le grand amour ! C’est à se demander si on n’a pas une tare ou un problème si on galère depuis longtemps.

Tout le monde s’accorde à nous dire que quand on aura trouvé le bon, on le saura mais personne ne sait nous expliquer pourquoi. Je me demande bien comment on le saura alors et si ces personnes qui répètent ce discours le savent elles-mêmes. Quand on leur demande comment elles ont su que c’était le bon, elles ne savent pas nous répondre. Soit disant quand c’est le bon, on le saura. Mais c’est ridicule, dans ce cas quand on ne le sait pas, qu’on a pas eu cette voix qui nous dit « lui c’est le bon! » pourquoi on perdrait notre temps avec des mecs qui ne sont pas le bon alors ?!

Personne ne sait en commençant une relation si elle va durer. Même mariés, on ne peut pas affirmer à 100 % qu’on finira sa vie avec notre moitié. Je ne vois alors pas comment on peut savoir si on est ou pas avec la bonne personne, ça n’a aucun sens.

engagement-925023_640

Je pense que les copines nous disent ça en un sens pour nous rassurer et peut-être se rassurer elles-mêmes sur le fait qu’elles, elles sont bien en couple et heureuses.

Alors les petits signes qui soi-disant nous prouveraient que c’est le bon, du genre : il nous admire, il est présent, gentil, fidèle etc etc, ça ne marche pas non plus. Toutes les relations commencent de façon rose bonbon cul-cul la praline. Il y en a juste qui durent et d’autres qui ne durent pas, mais je ne pense pas qu’on puisse le savoir à l’avance.

Je pense que l’on ne connait jamais réellement la personne avec qui l’on vit et on peut être en couple depuis 10 ans et penser tout savoir de l’autre, que ce n’est pas toujours le cas. Cette personne peut un jour nous décevoir et nous faire nous rendre compte que finalement elle n’est pas celle qu’il nous faut.

Alors les filles bien dans leur couple, arrêtez de dire qu’on le saura quand ce sera le bon !

Qu’en penses-tu ?

Humeurs, Love

Mettre ses frères et / ou sœurs comme témoins à son mariage, normal ?!

Je travaille en mairie dans un service État Civil. L’autre jour, en demandant un renseignement sur un acte de mariage à un de mes collègues, celui-ci voit que le futur marié a mis sa sœur comme témoin et il trouve ça normal.

En y repensant, j’avoue que je ne suis pas totalement d’accord, voir même pas du tout en fait. En quoi ce serait normal finalement de mettre son frère et / ou sa sœur comme témoin de mariage ?! Après tout, un témoin de mariage, c’est censé être le témoin de votre amour, et je ne pense pas que ce soit nos frères et sœurs qui en ont le plus d’écho.

En général, quand nous sommes en âge de nous marier, nous ne vivons plus chez nos parents et donc par conséquent nous ne partageons plus le même toit que nos frères et sœurs. Ils ne sont plus les premiers à partager nos soirées. Désormais, ce sont nos amis qui sortent avec nous et avec qui nous partageons beaucoup de moments. Les couples sortent entre couples, ce sont donc nos amis les plus exposés à notre histoire d’amour.

bridal-636018_640

Alors non, je ne suis pas d’accord du fait que le frère ou la sœur devrait absolument être le témoin du marié et de la mariée. Moi je penche plutôt pour les amis. Ce sont vers les amis que nous nous tournons quand nous avons un nouvel amoureux dans notre vie. A eux que nous nous confions à ce sujet et ce sont encore eux qui connaissent les détails croustillants de notre histoire d’amour. Il semblerait alors pour ma part beaucoup plus approprié que ce soit ces amis là qui aient le rôle de témoins de mariage.

Je pense que le témoin de mariage doit être une personne avec qui vous vous sentez à l’aise, avec qui vous partagez une belle complicité, amitié et encore celui ou celle à qui vous parlez le plus de votre couple et en qui vous avez confiance.

Le témoin de mariage est aussi la personne qui créé la surprise de l’enterrement de vie de jeune fille ou de jeune garçons ou qui organisent des jeux et autres pour votre mariage. Les personnes avec qui vous passez vos soirées seront donc plus informées de vos goûts et du genre de surprise qui pourrait vous plaire.

Choisissez bien car le témoin devra être une personne capable de vous soutenir dans les moments difficiles et qui répondra présent quoi qu’il arrive.

Et toi ? Amis ou famille comme témoins de mariage ?

Humeurs, Love

Mais où se cache-t-il ?!

Ça fait maintenant trop longtemps que je t’attends. Qu’est-ce que tu fous bordel ? J’irais pas jusqu’à dire que l’horloge biologique tourne puisque je n’ai quand même que 28 ans et que je ne veux pas d’enfants, mais quand même ça fait un bail que je poireaute là à t’attendre ! Alors, je ne suis pas sûre que tu sois à dos de cheval blanc, à mon avis t’es plus sur le dos d’une tortue à ce train-là !

 Je ne sais pas vraiment si je suis prête à te rencontrer. J’ai certes appris de mes erreurs mais suis-je capable de ne plus être d’une jalousie maladive comme je l’étais ? Suis-je capable de réussir à pouvoir te faire confiance si tu ne fais rien en sorte de la briser ? Vais-je réussir à m’affranchir d’une relation fusionnelle et passionnelle, chose que je veux effectivement ne plus vivre du tout ?

Déjà, il faudrait que je te rencontre. Et pour ça, il faudrait peut-être que je sorte, tu ne vas pas venir me trouver jusque chez moi, si ?! Ce serait tellement facile ! Mais, j’ai peur. Je n’ai pas vraiment de copines célibataires avec qui je pourrais sortir et puis toute seule, j’ai bien trop peur. Car j’ai beau être inscrite sur quelques sites de rencontres, je ne discute pas avec grand-monde, et je n’ose jamais faire le pas d’en rencontrer.

Oh, j’en ai bien rencontré quelques-uns, mais il s’est avéré que c’était des tocards donc ça refroidit au bout d’un moment. Je n’ai pas envie de rencontrer tous les mecs de l’univers. Je pense que je suis très exigeante et je n’ai pas envie de finir avec un mec par dépit ou par envie de ne plus être seule comme les dernières fois. J’ai envie d’être séduite.

heart-762564_640

Mais je ne le suis jamais. Ou quand je le suis, il s’avère que ce sont des cons. J’aime un peu trop les mauvais garçons je crois. Et puis, je ne laisse pas la chance à d’autres. Parce-qu’avec eux, je n’ai pas la petite étincelle, l’adrénaline que j’aime tant… A croire que j’aime quand ça clashe ! J’ai besoin de sentir que le mec me plaît. Mais ça devient rare. Soit le physique me plaît mais pas le reste ou l’inverse…

Pourtant, je n’ai jamais été exigeante finalement. Mais peut-être que je le suis devenue. Je veux un bogoss, intelligent, fidèle, sérieux mais drôle avec la tête sur les épaules. Comment ça c’est trop demandé ? Rah, je refuse de croire que ça n’existe plus ! Il doit forcément y en avoir encore, ils ne sont pas tous pris, ce n’est pas possible ! Je crois juste qu’ils se cachent bien…

Mes critères physiques ? Je n’en ai pas ! Je peux aimer les blonds, les bruns, les roux, les yeux bleus, verts ou marrons, s’il a un charme auquel je ne suis pas insensible, c’est tout ce qui compte. Même si tu as un gosse, ça ne fait pas peur, surtout si tu n’en veux plus, ça me va très bien, car moi je n’en veux pas !

Bref, je t’attends mais je sais pertinemment que ce n’est pas derrière mon écran que je vais te trouver ! Peut-être qu’on finira par se bousculer au supermarché et puis hop coup de foudre ?! Comment ça je crois trop aux contes de fées ?!

logo-fondrose-150x50

10534065_713304662067232_6920364935648498243_n

Humeurs, Love

Cette lettre que je n'espérais plus . . . #lesjoliesplumes

Cette fin d’après-midi ensoleillée annonçait le début de l’été. Il faisait 26 degrés. Presque trop chaud d’un coup alors que les jours derniers avoisinaient à peine les 15 degrés. J’avais terminé mon travail et me dirigeait vers ma voiture afin de prendre la route pour rentrer chez moi. Sans penser une seule seconde que me plans allaient être contrariés.

Je voulais pourtant rentrer le plus rapidement possible afin d’aller voir la fin du match de quart de finale de Roland-Garros entre Djokovic et Nadal qui s’annonçait extrêmement serré. Seulement, en arrivant à ma voiture et en y prenant place, prête à démarrer, je m’aperçois qu’il y a un papier sur le pare-brise.

Je sors afin de m’en emparer puis me rend compte que c’est une enveloppe. La curiosité s’empare alors de moi et je l’ouvre rapidement. Je m’attendais à trouver de la pub mais je vois que c’est une lettre.

letters-773306_640

« Chère Dounia,

Je n’aurais jamais imaginé t’écrire un jour cette lettre. Notre histoire remonte à un bout de temps à présent. Mais j’ai toujours l’impression que c’était hier. Te quitter aura été la plus grande erreur de toute ma vie. Je le savais en partant mais je ne pouvais pas faire autrement. Si j’étais resté, on se serait déchirés, peut-être entretués, tu le sais aussi bien que moi.

Ça ne pouvait plus durer comme ça. Tes crises, tes angoisses, tes peurs et ta jalousie auraient fini par nous tuer. Mais, oui je t’aimais encore quand je suis parti et je sais qu’alors tu ne comprenais pas ma décision. Je l’ai fait pour toi, pour te protéger. Je voulais que notre histoire soit un déclic pour toi. Je voulais que tu comprennes que la jalousie ne menait nul part et que tu t’affranchisses de ce sentiment là.

man-couple-people-woman-large

Je voulais que tu rencontres un autre mec avec qui tu n’aurais jamais ressenti ça et en qui, tu aurais eu pleinement confiance. De mon côté, je voulais t’oublier alors j’ai enchaîné les conquêtes. Mais bien entendu, avec aucune ça n’a fonctionné. Elles ont toutes bien compris qu’il serait difficile de prendre ta place. Je t’avais toujours dans la peau et n’arrivait pas à t’oublier.

Rappelle-toi comme notre histoire a été belle. Rappelle-toi nos bons moments quand tu décidais de me faire confiance. Je n’ai plus jamais ressenti ça avec personne d’autre après toi. Je sais que je t’ai fait du mal et que je te dois beaucoup de choses. J’imagine que ce sera difficile voir même impossible pour toi de me pardonner. Je ne te le demanderais donc pas.

Je veux juste que tu saches que je regrette d’être parti et que je regrette également de ne pas m’être assez battu pour toi, pour nous, pour Éli, tu sais ce fils que nous avions rêvé d’avoir… Ton Ex. »

IMG_0799-1300x866

Je m’apprêtais à relire une seconde fois quand je m’aperçus que j’avais inondé la lettre avec mes larmes. Je n’en revenais pas. Comment osait-il écrire cela après tout ce temps ?! S’il voulait que je sois heureuse, pourquoi me rappelait-il à lui qui m’avait causé tant de souffrances ?

Je remontais dans la voiture et n’avait qu’une envie : fuir d’ici au plus vite et d’aller devant mon poste de télévision afin de suivre Rafa et Nole. Mais c’est alors qu’il surgissait devant la voiture. Lui, cet ex. Il était là. Mais que faisait-il ici ? Comment avait-il trouvé cette voiture qu’il ne connaissait pas ? J’étais comme paralysée. Je ne voulais pas sortir de la voiture. Lui, il restait stoïque, il attendait que je réagisse… Alors j’ai ouvert ma fenêtre, déchiré sa lettre, démarré la voiture et je suis partie….

Je ne lui ai donné aucune chance, je ne lui ai pas parlé, je ne lui ai rien dit, et je m’en suis sentie soulagée. Ni dédain, ni joie de le voir… En rentrant, je me suis aperçue que j’avais toujours l’enveloppe dans laquelle avait mis sa lettre. Et à l’intérieur, une chose que je n’attendais plus…. Désormais, je pouvais lui pardonner et commencer un nouveau chapitre de ma vie… Même la défaite de Rafa ce soir là, ne réussit pas à me mettre de mauvaise humeur… J’étais libérée de pouvoir enfin lui pardonner…

letters-664009_640

Ceci était ma sixième participation à l’atelier Les Jolies Plumes créé par Fabienne et Célie.

Le thème de ce mois de juin est : Une lettre reçue ou une lettre qu’on envoie, à cette personne très loin – par les kilomètres, une dispute ou un peu plus – une lettre dans laquelle votre héros se dévoile, s’excuse ou pardonne, entretient ou tente de raviver – faire renaître – le lien. Une lettre d’amour, une lettre de haine, une lettre de confession, une lettre d’amitié, une lettre pour se retrouver – vous avez l’entière liberté ! Alors, à qui votre héros écrit-il ou de qui reçoit-il une lettre ? Que révèle-t-il ou que découvre-t-il ? En quoi cette lettre est-elle importante ? …

Ce texte n’est aucunement autobiographique, juste un effet de mon imagination. J’espère que ça vous aura plu.

Les participations des autres blogueuses : à venir…

Si vous souhaitez nous rejoindre, envoyez un petit mail à : latelierdesjoliesplumes@gmail.com.